La nouvelle Bibliothèque municipale de Pau et ses activités en 1973-1974

Jean Goasguen

Trois bibliothèques municipales seulement avaient été construites en France avant la guerre 1939-1945 : Toulouse, Reims et Pau. Cette dernière eut ainsi le privilège d'être donnée comme exemple de construction fonctionnelle dans le Manuel pratique du bibliothécaire, de Crozet, paru en 1932, et d'illustrer la « bibliothèque modèle » de cette époque. Édifié en 1930, ce bâtiment était effectivement fonctionnel pour son temps et, avec 2 300 m2, il paraissait alors très vaste, beaucoup trop même, pour une ville qui avait alors moins de 50 000 habitants. Dès 1955 pourtant, il apparaissait insuffisant pour une agglomération qui approchait rapidement des 100 000 habitants 1. Des projets d'extension commencèrent alors à être étudiés qui, après bien des péripéties, aboutirent enfin en 1970. Entre-temps, le programme des besoins avait considérablement évolué : les travaux entrepris en avril 1970 et achevés en décembre 1972 avaient non seulement pour but une importante extension de 1 650 m2, mais aussi une modernisation complète de l'ensemble des locaux : chauffage, réseau électrique, téléphone, etc.

On a tenu à conserver au bâtiment primitif son aspect 1930 et on a donné pour cette raison une architecture d'un modernisme discret au bâtiment neuf qui constitue le nouveau rez-de-chaussée. Mais en réalité c'est un établissement entièrement nouveau qui a été ouvert au public le 10 janvier 1973, et inauguré le 20 du même mois. La surface des services publics est passée de 400 à 1 600 m2 et leur capacité en livres atteint 54 ooo volumes : ce chiffre n'est pas loin d'être atteint effectivement, car la quasi-totalité des nouvelles acquisitions est placée en libre accès, y compris les ouvrages d'étude (à l'exception de quelques ouvrages très spéciaux). Le public a trouvé là un très gros changement, qu'il attendait depuis longtemps; mais il n'en a pas moins été surpris par la quantité spectaculaire de livres neufs qui avait été préparée par le personnel pendant trois années. Quant aux services inténeurs, ils disposent désormais de neuf bureaux, de trois salles de préparation des livres, de 6 130 mètres de rayonnages de magasin, d'un atelier de photocopie, d'une salle pour le personnel, des deux appartements de fonction et de divers locaux annexes.

Une extension de locaux ne permet pas de réalisations aussi ambitieuses qu'une construction neuve. Du moins peut-on tirer parti de certains inconvénients ou de certaines contraintes pour les transformer en avantages. Ainsi l'obligation de répartir les services publics sur quatre niveaux a permis de tenir compte d'un nouveau besoin du public. Celui-ci dispose d'une quinzaine de secteurs de lecture, d'activités ou de détente, regroupés en quatre zones; chaque zone correspond à un niveau et on a cherché à ce que le public, passant d'un niveau à l'autre, ait une impression de diversité et de changement. Pour obtenir ce résultat, on a fait appel à la gamme de mobilier la plus étendue possible : cinq fournisseurs différents ont participé à l'équipement. En outre, l'époque n'est plus aux grandes salles imposantes et aux alignements monotones de tables. On a multiplié les « petits coins », les compartiments à trois ou quatre places. Dans tous les secteurs de lecture, les tables sont dispersées entre les rayonnages. La formule a beaucoup de succès, et de nombreuses personnes qui ne lisaient jamais sur place occupent désormais ces tables de façon assidue. Pourtant, malgré cet effort pour créer une ambiance intime, certains lecteurs trouvent que la salle Tourasse, qui est le secteur le plus vaste (350 m2), ressemble trop à un supermarché. Il y a donc encore beaucoup à faire, mais cela n'est pas seulement une question d'aménagement de local : ces lecteurs sont également déconcertés par le fait que le personnel est beaucoup plus nombreux et plus mobile qu'auparavant.

Un autre principe a été appliqué, inspiré lui aussi de l'observation du comportement des lecteurs. C'est celui des interférences entre secteurs. En voici deux exemples. Entre le secteur des adolescents et celui des adultes, il n'y a pas de cloison, ni au propre ni au figuré. Les adolescents peuvent accéder librement chez les adultes, et y emprunter des ouvrages, et réciproquement. Cette facilité est utilisée dans des proportions très raisonnables, sous le contrôle discret des responsables des deux sections. Les quelques difficultés rencontrées périodiquement sont inférieures aux avantages d'un système souple, qui limite le plus possible le cloisonnement des classes d'âge. Autre exemple : de nombreux ouvrages de haute vulgarisation ou de niveau premier cycle de l'enseignement supérieur (collections SUP, U, Magellan, Nouvelle Clio), ou des textes comme ceux de Lévi-Strauss, Foucault, Lacan, etc., se trouvent à la fois dans le secteur de vulgarisation (salle Tourasse) et dans le secteur de documentation (salle Soulice), de façon à établir des passerelles entre les deux secteurs.

Secteurs de lecture

- Salle Tourasse (littérature contemporaine, actualité. Romans. Documentation générale. Bibliothèque anglaise) : 25 000 volumes, 28 places, bureau de prêt.

- Bibliothèque des enfants (jusqu'à 14 ans) : 6 500 volumes, 70 places (plus une fosse de lecture), bureau de prêt.

- Bibliothèque des jeunes (adolescents de plus de 14 ans) : 5 000 volumes, 35 places, bureau de prêt.

- Zone des références, comprenant salle de bibliographie, salle des périodiques, catalogue, secteur des encyclopédies et ouvrages de référence : 1 500 volumes, 230 périodiques, 38 places, bureau de prêt.

- Salle Soulice (sciences humaines, sciences sociales, sciences pures et appliquées) : 6 ooo volumes, 60 places.

- Salle d'art : 1 ooo volumes, 8 places.

- Salle Manescau (réserve des livres imprimés et des manuscrits, fonds régional, estampes) : 10 000 volumes, 12 places.

Secteurs d'activités

- Salle d'activités : utilisée comme salle de conférences, de projections et de réunions par les groupes et les associations. La bibliothèque l'utilise pour les activités enfantines (heure du conte, ciné-club, etc.), pour les cours professionnels, les réunions...; elle sert aussi de salle d'exposition annexe. Surface : 100 m2. Équipement : 100 places assises, installations audio-visuelles (projecteurs de films et de diapositives, chaîne HI-FI, magnétophones, etc.).

- Salle d'expositions. Surface : 90 m2 (mais les expositions peuvent s'étendre dans le hall d'accueil et la salle d'art, qui sont au même niveau).

Secteurs de détente ou d'accueil

Ces secteurs sont équipés de fauteuils bas, de chauffeuses et de tables basses. Les deux premiers sont accessibles aux fumeurs.

- Coin des journaux et magazines : 30 périodiques, 8 places.

- Salle d'accueil : 6 places. Bureau d'accueil, de renseignements et d'inscription. Panneaux et brochures d'information sur les activités culturelles et de loisirs de Pau et de sa région.

- Coin de détente des adolescents : le fond de la bibliothèque des jeunes, à proximité des romans et des revues, a été aménagé en petit « salon », avec fauteuil, tapis de sol et lampadaire.

Le jardin de la bibliothèque peut être mentionné ici. Heureusement disposé sur trois niveaux, pourvu d'une grande abondance d'espèces de fleurs et d'arbustes, c'est un élément d'accueil absolument nécessaire, il faut même dire indispensable.

Pour faire fonctionner cet ensemble, des moyens assez importants en personnel étaient nécessaires, sans quoi on aurait dû se contenter d'une ouverture partielle. La ville de Pau l'a bien compris et a accordé les créations de postes qui avaient été demandées pour assurer, au moment de la réouverture, le fonctionnement de tous les services principaux. Dans l'année qui suivit, d'autres postes furent créés, de manière à faire face à l'accroissement de l'activité (environ 90 %), ce qui permit d'ouvrir la salle d'art en juillet 1973. Actuellement (2e semestre 1974), la bibliothèque a un effectif de 40 personnes, dont 3 conservateurs d'État et 37 agents municipaux. Parmi ces derniers, 31 sont affectés à la Centrale, 7 aux trois succursales. Leur répartition par grade est la suivante : i sous-bibliothécaire principal, 9 sous-bibliothécaires (dont 3 dans les succursales), 2 sténo-dactylographes, 2I employés, commis, etc... (dont 4 dans les succursales), 4 surveillants et garçons.

Comme partout où des locaux neufs ont été ouverts, il s'en est suivi une augmentation spectaculaire de la fréquentation (86 % de lecteurs de plus en 1973 que l'année précédente) et du mouvement des livres prêtés (+ 9I %). Ce sont les deux sections pour la jeunesse (bibliothèque enfantine et nouvelle bibliothèque des adolescents) qui détiennent le record de la progression (lecteurs : + 66 %, livres prêtés : + 156 %).

Ces installations ont également permis de développer l'animation et les activités.

I° Accueil

Le nouveau service d'accueil et de renseignements, confié à une sous-bibliothécaire ayant une très bonne connaissance de l'établissement, est chargé de la réception des usagers, de l'inscription des nouveaux lecteurs et de leur orientation dans les différents services. Il organise également les visites collectives et accueille tous les organismes qui souhaitent utiliser, soit les services de la bibliothèque (prêts collectifs, aide technique...), soit ses locaux (salle de conférences, salle d'expositions); il assure et développe les liaisons avec les sociétés ou groupes culturels, les organismes de formation permanente et, d'une manière générale, les « relations publiques » de la bibliothèque.

2° Activités pour les jeunes

Outre les activités régulières déjà évoquées ci-dessus, des animations épisodiques ont lieu tout au long de l'année, en fonction des circonstances. Les deux plus importantes ont été réalisées en collaboration avec le musée des Beaux-Arts et son service d'animation :

- L'exposition l'Enfant et l'image. Cinq associations et organismes travaillant en commun ont essayé de présenter, dans les salles du Musée, les multiples aspects de ce thème. La bibliothèque s'est vu confier L'Image dans le livre : progression psychologique de la perception de l'image par l'enfant, différentes tendances de l'illustration. Les panneaux d'exposition étaient complétés par un bac de livres sélectionnés, afin qu'adultes et enfants puissent prendre un contact plus approfondi avec le livre illustré.

- L'animation Floralies. Dans le cadre des Floralies de Pau, la bibliothèque et le musée ont réalisé en commun une triple animation, qui a attiré beaucoup d'enfants : décoration de la bibliothèque sur le thème des fleurs, jeux-découverte au Musée et projection de dessins animés sur le même thème.

3° Expositions

La particularité de celles-ci est qu'aucune d'entre elles n'a été organisée à la seule initiative de la bibliothèque. Depuis la réouverture de l'établissement, une suite presque ininterrompue d'expositions a pu être réalisée grâce aux thèmes très variés proposés par des associations ou des organismes divers qui ont pris une part plus ou moins active à leur préparation et à leur animation :

- Le Livre aquitain d'expression occitane. Cette exposition itinérante (réalisée par la bibliothèque de Bordeaux) est venue à Pau dans le cadre du « Mois occitan » (février-mars 1973); enrichie de documents de la bibliothèque de Pau, elle a été suscitée et animée par l'association occitane Per Noste.

- Copernic (mai-août 1973). Réalisée avec les seules ressources de la bibliothèque (livres et documents du XVIe au XXe s.). Thème proposé par la Société d'astronomie populaire et l'Amicale des Polonais de Pau qui ont assuré l'animation (visites commentées, conférences, projections, etc.).

- Fleurs et jardins (septembre-octobre 1973). Réalisée dans le cadre des Floralies 1973, cette exposition est le résultat d'une collaboration entre la bibliothèque, le service municipal des jardins et le comité des Floralies. Plus de 180 documents, ouvrages et gravures illustraient les thèmes suivants : flore générale (ouvrages de botanique des XVIe et XVIIe siècles, flores illustrées en couleurs des XVIIIe et des XIXe siècles), flores spéciales, flores exotiques, flore pyrénéenne (dont le magnifique herbier manuscrit de Houbigant), art des jardins (ouvrages du XVIe au XXe siècle, et une belle collection de gravures et plans de jardins à la française et de jardins anglais), histoire des parcs, jardins et promenades de Pau (gravures et documents d'époque).

- Musique et littérature autour de Francis Poulenc (novembre-décembre 1973). Exposition destinée, dans le cadre de l'automne musical de Pau, et avec la collaboration de l'École de musique, à évoquer le très riche mouvement littéraire et artistique dont le groupe des Six fut le pivot. Le 10e anniversaire de la mort de Poulenc en était le prétexte; les documents (autographes, partitions, maquettes, photographies) furent prêtés par le Département de la musique de la Bibliothèque nationale, la Bibliothèque de Tours, et plusieurs collectionneurs palois.

- Jazz-Expo (janvier 1974). Organisée par le Hot-Club pendant le deuxième festival de jazz de Pau, cette exposition présentait une vaste fresque de l'histoire du jazz à travers plusieurs dizaines de disques rares de la précieuse collection Morgantini, des photographies de grands musiciens, des ouvrages, des catalogues... Elle fut inaugurée en présence des célèbres instrumentistes illinois Jacquet et Milton Buckner et, pendant toute sa durée, le Hot-Club assura une animation permanente : audition de morceaux à la demande, conseils pour le choix des disques, explications sur les documents présentés, inscriptions pour les concerts, etc.

- Danse et musique (avril-mai 1974). Exposition commune à la bibliothèque et au Musée des Beaux-Arts, pendant la quinzaine musicale et chorégraphique organisée à Pau par le service d'animation du Ministère des affaires culturelles. Les panneaux itinérants, où étaient accrochées notamment de belles photographies de danse, alternaient avec des vitrines où la bibliothèque présentait les livres, revues et documents anciens et modernes de son fonds sur la danse, le ballet, l'opéra, regroupés pour la première fois à cette occasion.

- Exposition philatélique (juin 1974). Réalisée par le club philatélique des jeunes de la bibliothèque. Vingt-quatre thèmes étaient illustrés par des documents philatéliques (timbres, flammes, etc.) et par des livres et documents de la bibliothèque. Un double but était recherché et a été, semble-t-il, atteint : faire connaître aux adultes ce que les jeunes étaient capables de réaliser en groupe, et familiariser les jeunes avec la recherche de documents dans l'ensemble de la bibliothèque, ce qui les a amenés à découvrir des secteurs inconnus : archives municipales, journaux anciens, cartes postales, par exemple.

- Pau aux XVIIe et XVIIIe siècles (juin-août 1974). Exposition organisée sur la demande de l'Office municipal du Tourisme, en liaison avec l'animation culturelle et touristique du quartier historique du Hédas : présentation de l'histoire urbaine et sociale de Pau à travers les documents des XVIIe et XVIIIe siècles (plans, estampes, monnaies, imprimés, reliures, manuscrits et archives) provenant des fonds de la bibliothèque municipale, des archives départementales et municipales et des Musées de Pau.

- Exposition franco-japonaise (août 1974). Dans le cadre de l'Université d'été de Pau, cette exposition a été organisée et animée par M. Okuyama, directeur d'une librairie de Tokyo spécialisée dans la langue et la civilisation françaises, mais aussi accompagnateur du groupe japonais de l'Université d'été, l'un des plus importants. Elle comprenait deux volets : le Japon dans l'édition française (littérature, histoire, civilisation, géographie, etc.), la France et le livre français au Japon. Ce deuxième volet était illustré par des livres envoyés par la librairie Okuyama, qui ont tous été laissés en don à la bibliothèque de Pau.

- Simin Palay (septembre-octobre 1974). Pour célébrer le centenaire du grand félibre béarnais (auteur du Dictionnaire du béarnais et du gascon), la bibliothèque a organisé une exposition de près de 200 pièces (dont de nombreux tableaux, sculptures, objets, costumes), en collaboration avec l'Escole Gaston Febus, dont Palay fut l'un des fondateurs.

Ces activités, on le voit, reflètent la vie locale dans toute sa diversité : il est encourageant que les associations et les groupes qui composent la cité reconnaissent ainsi à la bibliothèque son caractère vraiment « municipal ».

  1. (retour)↑  Actuellement cette population est d'environ 130 000 habitants dont 85 000 dans la commune de Pau.