entête
entête

L'ABF appelle à revoir le projet de directive sur le droit d'auteur en Europe

Dans un communiqué, l’Association des bibliothécaires de France (ABF) a déclaré s’associer « à la campagne visant à faire prendre conscience aux membres de la commission des affaires juridiques du Parlement Européen du danger de certaines dispositions » du projet de directive sur le droit d’auteur en cours de discussion au sein de l’Union Européenne.

Soulignant les « nombreux problèmes préoccupants pour les libertés publiques et la science ouverte » posés par ce projet, l’ABF cite notamment l’article 13, qui, s’il était appliqué, imposerait « un filtrage automatisé des contenus » et « un frein à la circulation des œuvres mais aussi une atteinte à la liberté d'expression. Pour l’Association, si « la loi pour une République numérique instaure en France un des régimes les plus favorables à la science ouverte en Europe », « créer un droit voisin pour les éditeurs de presse » est une menace pour la liberté d’indexation et de réutilisation des contenus.

De nombreuses organisations de la société civile, des bibliothèques et de la recherche sont également associées à cette démarche et dénoncent « les risques de dérives de ce projet de directive ». Retrouvez plus d’informations et le communiqué complet sur le site de l’ABF.

La BnF enquête sur la numérisation de la presse ancienne

Faisant suite à la mise en ligne début 2016 du site Presse locale ancienne, la BnF vient de lancer une enquête sur la numérisation de la presse ancienne.

Deuxième étude de ce type (après celle de 2013), celle-ci est à destination des établissements documentaires reliés de près ou de loin à un projet de numérisation de presse ancienne. Elle vise à mieux cerner les contours de l’offre en ligne pouvant correspondre à ces ressources et à optimiser leur numérisation.

L’enquête se présente sous la forme d’un questionnaire à remplir au plus tard pour le 25 octobre prochain et à envoyer à l’adresse suivante : valerie.louison@bnf.fr. Les résultats seront publiés sur le site de la BnF.

Une nouvelle loi pour les bibliothèques en Finlande

Afin de « mieux prendre en compte le contexte dans lequel agissent les bibliothèques aujourd’hui », notamment marqué par le numérique et l’avènement d’une société plus multiculturelle, la Finlande a promulgué une nouvelle loi nationale sur les bibliothèques publiques en début d’année.

Le texte définit les devoirs des établissements : « garantir l’égalité d’accès à l’information et aux contenus culturels, offrir des collections actualisées, promouvoir la lecture et la littérature, favoriser la vie démocratique », etc. Permettant de « recruter dans les équipes des profils très variés », cette nouvelle loi se démarque totalement de la précédente, promulguée en 1928 et qui « définissait de manière très stricte la qualification des bibliothécaires ».

L’ABF et BSF demandent plus de moyens pour les bibliothèques

L’Association des bibliothécaires de France (ABF) et l’ONG Bibliothèques Sans Frontières (BSF) viennent de publier un communiqué commun dans lequel elles rappellent au gouvernement la nécessité de préserver les budgets des bibliothèques.

Durant sa campagne, Emmanuel Macron « s’est engagé à ouvrir les bibliothèques le dimanche ». Françoise Nyssen (ministre de la Culture) s’est rapidement emparée du sujet « en missionnant l’écrivain Erik Orsenna afin qu’il effectue un tour de France et fasse l’état des lieux des bibliothèques ».  

Si l’ABF et BSF se réjouissent de « l’engouement du gouvernement en faveur de la culture », elles soulignent qu’en réduisant les dotations de l’Etat aux collectivités locales, le gouvernement « a lié les mains des élus locaux ». Pour elles, il est indispensable de « mettre les moyens financiers nécessaires et de créer les conditions pour que les bibliothécaires puissent agir sur leur territoire ».

Découvrez le communiqué complet sur le site de l’ABF.

Plan d’urgence pour les bibliothèques et services d’archives

La BnF et l’Arald ont publié un document intitulé Mon plan d’urgence par étapes afin d’aider « les responsables des bibliothèques et des services d’archives à faire face aux incendies, intempéries et autres catastrophes ».  

Le document met en avant de nombreuses ressources, conseils et lieux de formation. Il propose aussi un « scénario idéal » – comprenant notamment un plan d’urgence – pour faire face à tout sinistre de ce type.

Un label de formateur proposé aux bibliothécaires alsaciens

Les bibliothèques des six établissements de l’enseignement supérieur alsaciens ont mis en place un label « bibliothécaire formateur » attribué aux agents ayant suivi une formation « pour acquérir des compétences dans la formation des usagers ». Les sessions de formation traitent de la gestion et de l’animation d’un groupe, de la construction d’un cours ou encore de la gestion du stress. D’autres volets sont également disponibles et abordent l’e-learning et l’innovation pédagogique.

Reconnu par l’Enssib et Médial (le centre régional de formation aux carrières des bibliothèques alsaciennes), ce label a, pour la première fois, été délivré cet année à une quarantaine d’agents. L’objectif de cette initiative est « la reconnaissance de l’activité de formateur comme une part incontournable du métier de bibliothécaire ».

Rapport IGB : la nouvelle politique de lecture publique du département des Yvelines

Intitulé « la nouvelle politique de lecture publique du département des Yvelines », le dernier rapport de l’IGB, récemment remis à Françoise Nyssen (ministre de la Culture), fait suite à la suppression de la bibliothèque départementale des Yvelines (BDY) intervenue en 2016.

Revenant sur les révisions de la politique départementale et de l’action de la BDP, le rapport analyse la nouvelle politique de lecture publique des Yvelines qui vise à « repositionner le département à son juste niveau d’intervention ».

Enquête : les réseaux territoriaux de bibliothèques

Afin d’analyser les stratégies mises en place par les réseaux territoriaux de bibliothèques face aux « modifications de périmètres intercommunaux intervenus aux 1er janvier 2016 et 2017 », l’ABF souhaite collecter un maximum d’exemples de coopération territoriale en matière de bibliothèques.

Le groupe de travail Réforme territoriale de l’ABF a lancé une enquête sur le sujet. Si vous souhaitez y participer, un questionnaire est disponible en ligne. Les résultats permettront à l’ABF « d’éclairer les choix des élus et de fournir des éléments de réflexion aux personnels des bibliothèques et aux cadres dirigeants territoriaux ».

Dix ans d’engagement pour Bibliothèques sans frontières !

Dans son rapport annuel 2016, l’ONG Bibliothèques sans frontières (BSF) fait un retour sur son engagement « sans relâche au renforcement de l’autonomie et de la capacité d’agir des populations les plus vulnérables à travers l’accès à l’information, à l’éducation et à la culture ! ». Créée en 2007, BSF revient sur dix années d’interventions réparties en trois axes principaux :

  • Urgence, post-conflit & construction de la paix ;
  • Éducation & partage de la culture ;
  • Entrepreneuriat & transformation sociale.

L’ONG met également en avant quelques chiffres clés :

  • 90 salariés ;
  • 4 branches à l’international ;
  • 5 bureaux sur le terrain ;
  • 31 pays d’intervention en 10 ans ;
  • 85 Ideas Box dans le monde en 2017 ;
  • 2 millions d’utilisateurs de la Khan Academy en français ;
  • 3 000 inscrits sur BSF Campus ;
  • 71 clubs Voyageurs du code ;
  • 96 % du budget consacré aux missions sociales.

Acim : la playlist du mois #2

Chaque mois, le site de l’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (Acim) met à l’honneur la playlist d’une médiathèque. Pour le mois d’août 2017, il s’agit d’une playlist proposée par la bibliothèque Jacques Prévert de Cherbourg et son discothécaire, Stanislas Chapel.

Celle-ci permet notamment de « découvrir des productions locales normandes (Chicaloyoh, Exhaustion, Spleen XXX, Trotski Nautique) ».

Le poster ADBU primé au congrès de LIBER

Il y a quelques mois, Cécile Swiatek et Nathalie Clot (responsables des commissions Pédagogie et documentation et Métiers et compétences de l’ADBU) ont proposé à Magalie Le Gall (bibliothécaire, créatrice de sketchnotes et membre de la commission #ADBUMétiers de l’ADBU) de réaliser un poster pour l’association.

Texte alternatif pour l'image
Poster CNNum-ADBU

Réalisé à la main et illustrant « les actions menées par les BU autour de la transformation numérique de l’enseignement supérieur et de la recherche », cette pièce unique a reçu le premier prix lors du congrès annuel 2017 de LIBER, qui a eu lieu en juillet dernier à Patras en Grèce. Ce poster a également été sélectionné et présenté lors des « poster sessions » de l’IFLA 2017.

Retrouvez ici le poster ainsi que l’histoire de sa conception.

IFLA : vers une vision globale pour les bibliothèques

Lors de son congrès mondial ayant eu lieu à Wroclaw (Pologne), l’IFLA a officiellement lancé son programme participatif intitulé Global Vision. Si les bibliothèques du monde entier « partagent des valeurs communes », elles connaissent aussi des différences. L’IFLA souhaite en faire « une force et non un obstacle ».

La fédération a notamment ouvert un questionnaire en ligne destiné aux professionnels du monde entier, qui sont ainsi invités à « se prononcer sur les priorités de leur secteur ».  La consultation, qui sera clôturée le 30 septembre 2017, servira de base « à l’élaboration du prochain plan stratégique de l’IFLA, qui devrait être dévoilé en mars prochain à Barcelone ».

Des actions culturelles en faveur des jeunes

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, a fait « de l’accès à la culture pour la jeunesse une priorité de l’action de son ministère ». Tout au long de l’été, elle valorisera les initiatives associant « la culture et l’éducation artistique et culturelle pendant les vacances en direction du jeune public et notamment des jeunes qui ne partent pas en vacances». Françoise Nyssen se rendra à divers événements et ira à la rencontre des jeunes, des médiateurs culturels, des acteurs associatifs, des centres de loisirs et des artistes engagés dans ces animations. Cette année, 210 lieux accueilleront 40 000 jeunes pendant les vacances scolaires.

Microportrait #8 – 2EIF-SIB 2017

Deux étudiantes de l’Enssib sont allées à la rencontre des participants à la 4e édition de l’école d’été internationale francophone en sciences de l’information et des bibliothèques (2eif-sib) à Montréal.

Mermoz

 

Je suis documentaliste-archiviste à la Société africaine de réassurance, institution financière internationale ayant son siège au Nigéria. J’ai eu une licence en sciences de l’information documentaire à l’ENAM Bénin en 2006 et je suis actuellement en master 1 en sciences de l’information documentaire à l’EBAD à Dakar. J’ai neuf ans d’expérience professionnelle (gestion des bibliothèques / centres de documentation et des centres d’archives)

Qu'est-ce que pour vous signifie être bibliothécaire aujourd'hui ?
Être bibliothécaire aujourd’hui pour moi c’est être au service du public en étant une interface entre ce dernier et l’information. C’est accompagner du mieux qu’on peut l’usager par tous les moyens possibles afin qu’il accède à l’information qu’il désire. C’est enfin faire vivre sa bibliothèque afin de fidéliser l’usager et lui donner le goût de la lecture et de la recherche documentaire.

Comment voyez-vous la place du numérique en bibliothèque ?
Le numérique aujourd’hui a une place prépondérante dans la bibliothèque. Non seulement, il facilite le travail du bibliothécaire mais en même temps il permet à l’usager d’avoir une panoplie de ressources documentaires (recherche en ligne, consultation en ligne, prêt en ligne, DSI, etc.). Mais attention à ce qu’il ne concurrence pas déloyalement le livre en version papier. Il devrait être un moyen d’accrocher davantage le public.

Quelle est votre ambition pour la bibliothèque de demain ?
La bibliothèque de demain c’est l’accès au livre et à l’information partout où on sera. C’est aussi mieux intégrer le numérique dans la collection physique afin que les usagers aient accès au livre sans avoir à se déplacer.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette école d'été ?
J’ai choisi de participer à cette école d’été car les cours qui y sont proposés correspondent à mes centres d’intérêt. De plus, c’est une opportunité de rencontrer d’autres professionnels et d’échanger avec eux sur les sciences de l’information. 

Microportrait #6 – 2EIF-SIB 2017

Deux étudiantes de l’Enssib sont allées à la rencontre des participants à la 4e édition de l’école d’été internationale francophone en sciences de l’information et des bibliothèques (2eif-sib) à Montréal.

Valérie

 

Je fais ce métier depuis quinze ans, après avoir terminé un baccalauréat en communication. J'étudie la bibliothéconomie à l'EBSI depuis septembre 2016.

Qu'est-ce que pour vous signifie être bibliothécaire aujourd'hui ? 
C'est partager les connaissances à travers nos collections, mais aussi à travers les animations, les formations, notre site web. C'est répondre aux besoins d'information de nos multiples publics, en utilisant différentes manières et différents supports. 

Comment voyez-vous la place du numérique en bibliothèque ?
La numérisation des documents, le site web de l'organisation, les réseaux sociaux, les ressources en ligne, le livre numérique, plusieurs formes de labs...tout cela vise une chose : que le plus grand nombre de personnes possible aient accès à l'information, peu importe leur localisation ou leurs intérêts. En cela, c'est une excellente chose. Mais à la vitesse où les technologies se développent (sans compter leurs coûts), les bibliothécaires vont devoir être vigilants pour faire des choix durables.

Quelle est votre ambition pour la bibliothèque de demain ? 
Que la bibliothèque soit un lieu rassembleur et chaleureux, et que la population l'investisse massivement pour combler ses besoins d'information. Que les bibliothécaires d'aujourd'hui réussissent véritablement à changer l'image archaïque de la bibliothèque austère et poussiéreuse que des usagers ou non-usagers peuvent encore avoir, et que le nombre d'abonnés augmente. Qu'on se donne enfin les moyens d'offrir de belles bibliothèques à toutes les populations, des endroits en phase avec la société actuelle, des lieux foisonnant de professionnels de l'information pour répondre aux besoins de chacun.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette école d'été ?
Pour rencontrer des bibliothécaires en provenance d'autres pays et en apprendre davantage sur leur réalité; pour être mieux armée côté marketing et ainsi être en meilleure posture pour attirer les usagers et mieux servir nos lecteurs une fois ma maîtrise terminée.

ACIM : la playlist du mois #3

Chaque mois, le site de l’Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale (Acim) met à l’honneur la playlist d’une médiathèque. Pour le mois de septembre 2017, il s’agit d’une playlist proposée par la médiathèque du Grand Dole, dans le cadre de la commémoration des 40 ans de la disparition de Jacques Prévert.

Celle-ci permet de découvrir ou de redécouvrir une sélection de ses œuvres, mises en musique et en chanson.

Contribuez à la consultation internationale de l’IFLA !

L’IFLA a lancé une consultation en ligne sur l’avenir des bibliothèques et leur rôle dans la société. Chaque professionnel du monde des bibliothèques et de la documentation (bibliothèques publiques, spécialisées, universitaires, scolaires, d’hôpitaux, d’entreprises, etc.) est invité à y répondre.

Cette démarche s’inscrit dans le projet de l’IFLA intitulé « IFLA Global Vision ». Dès le début de l’année prochaine, un rapport mondial synthétisera les résultats de cette enquête.

Rapide à renseigner (10 à 15 minutes), cette consultation sera close le 30 septembre prochain. Pour y participer, rendez-vous à l’adresse suivante : https://globalvision.ifla.org/vote/

Programme du 47e Congrès de l’ADBU

Le 47e Congrès de l’ADBU se tiendra à Lille du 17 au 19 octobre prochains. L’association vient de publier le programme détaillé des trois journées.

Le mardi sera consacré à l’assemblée générale de l’ADBU et à la présentation des travaux des commissions. Le mercredi aura lieu la journée d’étude « les bibliothécaires, acteurs de la recherche », et jeudi matin une matinée politique sur le thème « ouvrir ». Le jeudi après-midi sera dédié à des visites de BU lilloises et à des ateliers.

Consultez le programme détaillé du congrès sur le site de l’ADBU.

Ouverture du portail Bibliothèques d’Orient

Elaboré par la BnF en partenariat avec sept institutions patrimoniales et de recherche du Caire, d’Alexandrie, de Jérusalem, de Beyrouth et d’Istanbul, le portail Bibliothèques d’Orient a été lancé il y a quelques jours.

Rendant « accessible près de 7 000 documents patrimoniaux remarquables – manuscrits, cartes, dessins, photographies couvrant la période 1800-1945 », le portail propose également 100 textes de contextualisation scientifique des œuvres, dans une interface en trois langues (français, arabe et anglais).

ABES : rapport d’activité 2016

L’Abes a publié son rapport d’activité 2016, suite à une année où elle aura vécu de nombreux changements, avec notamment l’arrivée d’un nouveau directeur, le renouvellement de ses instances de gouvernance et la mise en place d’une nouvelle organisation actant le principe d’un encadrement de proximité.

Le document se compose des cinq parties suivantes :

  • des réponses adaptées aux enjeux du numérique ;
  • vie des réseaux : de la production à l’accès aux données ;
  • méthodes et traitements au service de la qualité des données ;
  • vie des réseaux : un accompagnement au quotidien ;
  • les moyens au service des réseaux.

Lecture publique : la « mission Orsenna » est lancée !

Souhaitant étendre les horaires d’ouverture des bibliothèques « afin qu’elles soient toujours plus accessibles à tous les citoyens », Françoise Nyssen (ministre de la Culture) vient de lancer le tour de France de la lecture publique qui se terminera, au printemps prochain, par des états généraux.

Erik Orsenna (écrivain et académicien), missionné par la ministre en tant « qu’ambassadeur de la lecture publique (…) va, jusqu’à la fin de l’année, sillonner la France pour aller à la rencontre de l’ensemble des acteurs qui constituent l’écosystème de la lecture publique ». Il rencontrera ainsi élus, professionnels des bibliothèques, associations socioculturelles et libraires.

Si 40 % des Français de 15 ans et plus se sont rendus dans une bibliothèque municipale en 2016 (alors qu’ils n’étaient que 25 % en 1997), « nombre de nos concitoyens ne peuvent profiter pleinement des bibliothèques du fait d’horaires d’ouverture insuffisamment adaptés à leur rythme de vie ». Ce tour de France s’intéressera donc à « l’articulation des horaires des bibliothèques avec les temps de vie des usagers ». Une autre mission conjointe définira les besoins budgétaires liés à l’extension des horaires des bibliothèques.

La rentrée littéraire pour tous avec la médiathèque Valentin Haüy !

Comme chaque année, grâce à la médiathèque Valentin Haüy, les personnes déficientes visuelles ont accès aux livres de la rentrée littéraire en même temps que tout le monde, le jour de leur parution en librairie.

Plusieurs dizaines de livres de la rentrée littéraire 2017 sont déjà disponibles au sein de l’établissement en format audio (sous forme de CD), tout comme sur la plateforme de téléchargement en ligne Éole.

Angleterre : les bibliothèques s’engagent pour les personnes âgées

Un récent rapport publié par « Arts Council England » (organisme gouvernemental anglais dédié à la promotion des arts et de la culture) montre que les bibliothèques « peuvent contribuer de multiples manières à améliorer la qualité de vie des personnes âgées au quotidien ».

L’étude met en lumière plusieurs initiatives menées en ce sens en Angleterre le plus souvent en collaboration avec des partenaires locaux et des bénévoles. À la bibliothèque du comté de Hertfordshire, « Slipper swaps » est « un programme de prévention visant à réduire les risques d’accidents domestiques chez les seniors ».  Dans le Kent, « Touch a new world » facilite le maintien de personnes très âgées et diminuées physiquement à leur domicile, en leur proposant le prêt de tablettes numériques et des formations à domicile. Ces personnes peuvent ainsi, par exemple, faire leurs courses en ligne et communiquer avec leurs proches.

Toulon : une nouvelle médiathèque en 2019

Comptant actuellement cinq établissements et un médiabus, le réseau des bibliothèques municipales de Toulon sera, dès 2019, doté d’une nouvelle médiathèque.

Celle-ci s’installera sur le site de l’ancien hôpital Chalucet, entièrement réhabilité. Cet espace de trois hectares deviendra le « quartier de la créativité et de la connaissance » de Toulon et accueillera également l’école supérieure d’art et de design, l’école supérieure internationale Kedge Business School et une pépinière d’entreprises.

Du nouveau à la médiathèque de l’Orangerie

Dès janvier prochain, la médiathèque intercommunale de l’Orangerie située à Lunéville (Meurthe-et-Moselle) rouvrira ses portes suite à une période de rénovation complète. Elle offrira 2 300 m² d’espaces ouverts, 90 000 documents et 25 postes multimédias. De nouveaux services et fonds documentaires seront créés afin de « répondre aux problématiques du territoire, en particulier la lutte contre la fracture numérique ».

Située dans une communauté de commune « dont le périmètre s’est considérablement agrandi depuis le 1er janvier dernier, passant à 43 communes et 43 000 habitants », la médiathèque ouvrira aussi avec un nouveau projet d’établissement, en lien avec la volonté des élus d’améliorer l’offre de lecture publique. Elle deviendra « un équipement structurant pour la lecture publique et plus globalement pour la vie culturelle » et servira de tête de réseau des neuf bibliothèques du territoire. L’établissement œuvrera également pour la mise en place d’un programme d’animation culturelle commun ainsi que d’une carte et d’un catalogue uniques.

Acim : la playlist du mois #1

Chaque mois, le site de l’Acim met désormais à l’honneur la playlist d’une médiathèque.

Pour juillet 2017, la première playlist est proposée par la Médiathèque musicale de Paris (spécialisée dans la musique sous toutes ses formes et sur tous les supports) et Damien Poncet (responsable de la médiation musicale et numérique). Elle permet de découvrir une sélection « autour de labels indépendants ayant fait le choix d’abandonner le support CD pour se concentrer sur le disque vinyle ».

2e édition du prix de la Bibliothèque verte

Le prix de la Bibliothèque verte (attribué par l’IFLA) récompense un projet démontrant « le rôle social et la responsabilité des bibliothèques dans la promotion de l'écologie et du développement durable ». 

L’édition 2017 de ce prix a été décernée à la bibliothèque municipale allemande de Bad Oldesloe (Stadtbibliothek Bad Oldesloe), pour un projet s’articulant autour d’ateliers de « jardinage urbain ». La bibliothèque propose des livres expliquant le concept, incitant les usagers à opter pour le jardinage et les sensibilisant à la protection de l’environnement. Elle organise également  « des visites guidées pour découvrir les plantes médicinales qui se cachent aux alentours de la ville, à pied ou à vélo », ainsi que des « expositions et des conférences autour de la nature et du jardinage ».

Le prix de la Bibliothèque verte sera remis lors du prochain congrès de l’IFLA à Wroclaw, en Pologne, le 22 août prochain.

Microportrait #7 – 2EIF-SIB 2017

Deux étudiantes de l’Enssib sont allées à la rencontre des participants à la 4e édition de l’école d’été internationale francophone en sciences de l’information et des bibliothèques (2eif-sib) à Montréal.

Cynthia

 

Je suis à la fois étudiante en sciences de l'information et réviseure linguistique et correctrice d'épreuves à la pige (freelance) pour des maisons d'édition littéraires et scolaires. Depuis près d'un an, je suis aussi préposée aux prêts surnuméraires dans une bibliothèque publique. Depuis mes études de premier et deuxième cycle en littérature de langue française (j'ai un master), j'ai touché à mille métiers liés à la langue française et à la littérature (enseignante au cégep -scolarité donnant accès à l'université-, journaliste, rédactrice web et publicitaire, auteure). Je me suis dirigée vers les sciences de l'information parce qu'elles me semblaient combiner mes différents acquis et expériences professionnelles.

Qu'est-ce que pour vous signifie être bibliothécaire aujourd'hui ?
Je vois la profession de bibliothécaire comme au carrefour de l'information (sous toutes ses formes) et des publics. Selon moi, le bibliothécaire est celui qui, grâce à ses diverses interventions (référence, médiation culturelle, liaison entre organismes, prêts, etc.) facilite l'apprentissage et la rencontre des individus avec les savoirs. 

Comment voyez-vous la place du numérique en bibliothèque ? 
Le numérique doit être intégré aux services de la bibliothèque sans nécessairement devenir prépondérant, ou sans remplacer la sacro-sainte place qu'y occupent toujours les livres (sans doute à tort). La bibliothèque, à mon avis, doit continuer à tendre vers le multifonctionnel et le service public.

Quelle est votre ambition pour la bibliothèque de demain ?
Je souhaite que la bibliothèque de demain représente un véritable espace citoyen où chacun se sente le bienvenu quel que soit son âge, son revenu, sa culture, ses croyances ou autre critère d'exclusion possible, que la bibliothèque soit synonyme de mixité. J'aimerais qu'elle soit le lieu d'appartenance et de cohésion sociale des villages, villes, quartiers, arrondissements, etc.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette école d'été ?
J'avais envie d'avoir des pistes de réflexion et d'inspiration sur la façon de rendre les bibliothèques plus attrayantes. C'est le sujet du cours avant tout qui m'a incitée à m'inscrire à l'école d'été. 

Microportrait #5 – 2EIF-SIB 2017

Deux étudiantes de l’Enssib sont allées à la rencontre des participants à la 4e édition de l’école d’été internationale francophone en sciences de l’information et des bibliothèques (2eif-sib) à Montréal.

Philippe

 

Qu'est-ce que signifie pour vous être bibliothécaire aujourd'hui ? 
C’est un gestionnaire, de collection, de personnel, de ressources. Le bibliothécaire est de moins en moins la première ligne, il planifie et fait vivre sa bibliothèque à distance, dans un autre édifice, de plus en plus déconnecté de la réalité du terrain. Le bibliothécaire, c’est l’étudiant qui a une vision de la bibliothèque, mais qui n’y a jamais réellement travaillé, il connaît et respecte le symbole, sans en connaître les défis et les réalités. Et cette réalité est la même pour tous les citoyens.

Comment voyez-vous la place du numérique en bibliothèque ?
La bibliothèque peut ne devenir qu’un lieu numérique, où les technologies de pointe sont reines, accessibles par tous et pour tous, et où des serveurs font office de références et de banques du savoir. Malgré une modification aussi drastique de son lieu, et l’absence de tout livre, elle aura tout de même besoin d’un personnel formé, capable, et selon moi, l’espace physique de la bibliothèque portera le flambeau symbolique de cette institution. Est-ce qu’un tel avenir est souhaitable ? Peu m’importe.

Quelle est votre ambition pour la bibliothèque de demain ? 
L’abolition pure et simple de tous les frais, quels qu’ils soient, parce qu’ils représentent un frein à la connaissance, à l’appropriation des lieux et des ressources. L’abandon des limites territoriales factices, l’inscription pour tous, y compris les personnes à risques, où à défaut, accepter toute preuve de résidence et ne pas limiter artificiellement le service en alourdissant la bureaucratie lors de l’inscription de cas particuliers.

Pourquoi avez-vous choisi de suivre cette école d'été ?
J’ai choisi de suivre cette école d’été pour obtenir des outils afin de modifier la perception des autorités administratives et politiques sur la place de la bibliothèque et la place du bibliothécaire dans celle-ci. La promotion des bibliothèques ne peut se faire que vers le bas, elle doit avant tout convaincre ceux qui ont les moyens d’enrichir leurs milieux. 

Pages