entête
entête

Canada : de la publicité au cinéma pour les bibliothèques

Un partenariat avec un cinéma permet à la bibliothèque de la ville de Morinville (Canada) de bénéficier, durant les bandes annonces et publicités d’avant projection, d’un espace publicitaire de 15 secondes durant lequel est diffusée une vidéo de promotion des bibliothèques.

Cette vidéo met en avant la manifestation Book-to-Movie qui « lie la littérature à ses adaptations cinématographiques à venir ». En parallèle, deux autres vidéos (soulignant respectivement « le pouvoir de voyage de la littérature » et le fait que l’on ne trouve pas seulement des livres en bibliothèques) sont dédiées à être relayées sur le web.

Luttant contre les stéréotypes, ces trois vidéos montrent que les bibliothèques sont devenues des lieux « dynamiques et engagées (…) où la connaissance, l’innovation et l’action se lient pour créer l’un des endroits les plus inspirants que la société a à offrir ».

La bibliothèque Assia-Djebar, fruit d’une démarche participative

Début janvier, la bibliothèque Assia-Djebar a ouvert ses portes dans le 20e arrondissement de Paris. Médiation sociale et convivialité étaient au cœur de l’élaboration de ce nouvel établissement situé dans un secteur proche d’un des 20 quartiers prioritaires définis dans le contrat de ville 2015-2020.

La démarche participative de co-construction du projet d'établissement et d’une partie de la politique documentaire a démarré « avant même l’ouverture, grâce aux collaborations tissées par l’équipe de la bibliothèque avec les habitants et les acteurs locaux autour de trois projets » :

Sur une surface de 848 m² où le jeu « occupe une place importante et sert de fil conducteur à la promotion du vivre-ensemble et du lien intergénérationnel », la bibliothèque Assia-Djebar propose trois salles aux usages distincts et 35 000 documents notamment spécialisés dans l’autoformation, le parascolaire, l’apprentissage des langues et le soutien à la parentalité.

Des tables tactiles à Montpellier

Depuis le début de l’année, les médiathèques de Montpellier Méditerranée Métropole proposent aux usagers trois grandes tables tactiles de 42 pouces destinées à valoriser la richesse de leurs collections numérisées. Celles-ci « ne donnent pas accès à l’intégralité des collections mais à des sélections via des applications de découverte », présentées comme des expositions virtuelles.

S’inscrivant dans la phase 2 du label Bibliothèque numérique de référence (dont les médiathèques de Montpellier Méditerranée bénéficient depuis 2011), cette initiative vient compléter le portail Mémonum, qui permet d’accéder en ligne aux 23 000 documents patrimoniaux numérisés des médiathèques.

Articuler œuvres muséales et documentation

Créée en 1992, la bibliothèque du Service des musées de France possède un « ensemble documentaire unique sur les collections permanentes des musées français, mais également étrangers, grâce aux dépôts effectués depuis 1995 par l’International Council of Museums ». Cet établissement rassemble aussi « les rapports annuels des musées, des bulletins d’associations de musées, ainsi qu’un fonds documentaire sur la muséologie, la médiation, l’environnement législatif et administratif des musées ».

En 2018, la bibliothèque va lancer « une campagne de numérisation de ses microfiches » et utiliser son expertise pour « actualiser les pages dédiées à la documentation scientifique » sur le portail Joconde (catalogue collectif des œuvres des musées de France), afin de « développer une articulation plus forte entre les œuvres muséales et la documentation ».

Rapport IGB : l’ABES et le chantier SGBm

Porté par l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et de la recherche (ABES), le chantier du système de gestion de bibliothèque mutualisé (SGBm) a « été conçu pour doter les bibliothèques d’un outil informatique de nouvelle génération à un coût maîtrisé ».

Intitulé « Les nouveaux modes de coopération entre l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur et les établissements dans le cadre du Système de gestion de bibliothèque mutualisé », le dernier rapport de l’IGB fait un état des lieux du projet de SGBm et des nouveaux modes de coopération entre l’Abes et le réseau.

Des patrimoines partagés en ligne

Elaborée en coopération entre six établissements patrimoniaux, la bibliothèque numérique France-Pologne propose au public « un ensemble documentaire rare sur les relations franco-polonaises ».  Cet espace numérique rassemble près de 1 000 documents  illustrant « la richesse et la constance des liens qui unissent la France et la Pologne entre la Renaissance et la Seconde guerre mondiale ».

Retrouvez plus d’informations sur le site de la BnF.

Benoît Lecoq nommé nouveau doyen de l’IGB

Benoît Lecoq occupe les fonctions de doyen de l’Inspection générale des bibliothèques depuis le 1er janvier 2018. Il succède à Pierre Carbone.

Texte alternatif pour l'image
Benoît Lecoq

Né en 1958, ancien élève de l’École nationale des Chartes, Benoît Lecoq a successivement été conservateur à la bibliothèque du Conservatoire national des arts et métiers, enseignant en histoire contemporaine à l’université de Metz, directeur de la bibliothèque universitaire de Metz, directeur de la bibliothèque interuniversitaire de Montpellier et directeur de la bibliothèque municipale du Carré d’Art de Nîmes. Depuis 2007, il avait rejoint l’Inspection générale des bibliothèques.

Auteur de plusieurs articles et études bibliothéconomies, ainsi que de plusieurs publications historiques consacrées à la sociabilité à la fin du 19e siècle, Benoît Lecoq a notamment contribué à l’Histoire de l’édition française, sous la direction d’Henri-Jean Martin et de Roger Chartier ainsi qu’aux Lieux de mémoire, sous la direction de Pierre Nora.

Nouveau succès pour la Nuit de la lecture

Totalisant près de 360 000 participants et plus de 4 100 événements partout en France, la Nuit de la lecture a confirmé son succès lors de sa 2e édition.

Partout en France, les acteurs du livre et de la lecture ont « œuvré pour toucher les publics éloignés de nos lieux de lecture et de culture » : 2 000 bibliothèques et librairies, ainsi que des centres de documentation, des BU, des hôpitaux et des dizaines d’associations se sont mobilisés.

Dans un communiqué, Françoise Nyssen, ministre de la Culture, s’est réjouie de cette réussite et a remercié l’ensemble des organisateurs et des partenaires « pour leur engagement à partager la lecture sous toutes ses formes et de la rendre toujours plus accessible au plus grand nombre ».

Lectures publiques en bibliothèque : la SCELF revient sur sa position

La SCELF (Société civile des éditeurs de langue française) est revenue sur sa décision de « percevoir les droits de représentation sur les œuvres publiées par ses adhérents, dans les cas où ces œuvres sont lues par leurs auteurs eux-mêmes, ou lorsqu’elles sont lues dans le cadre de manifestations gratuites des bibliothèques ».

La ministre de la Culture, Françoise Nyssen, qui avait fermement rappelé son attachement au principe de gratuité des lectures publiques dans le cadre des bibliothèques, s’est « félicité de cette position et de l’avancée des discussions entre les représentants des éditeurs, des auteurs et des bibliothécaires sur la question de la rémunération des lectures publiques des œuvres littéraires ».

Retrouvez plus d’informations sur la position constructive proposée par la SCELF (en accord avec les représentants des éditeurs, des auteurs et des bibliothécaires) sur le site du ministère de la Culture.

L’ABF appelle à manifester pour la gratuité des lectures publiques en bibliothèque

Dans un communiqué, l’ABF a appelé les « élus, directeurs généraux des services, directeurs des Affaires culturelles, bibliothécaires » et amoureux de la littérature à manifester leur refus de la taxe sur les lectures publiques faites par les bibliothécaires et exigée par la SCELF. L’association les appelle également  à « en informer largement le public dans le cadre de la Nuit de la lecture du 20 janvier ».

Retrouvez le communiqué et plus d’informations sur le site de l’ABF.

Une enquête sur l’accueil des enfants déficients visuels en bibliothèque

En partenariat avec le Service du Livre et de la Lecture (DGMIC), la maison d’édition associative Mes Mains en Or a lancé une enquête sur « les besoins en accompagnement des bibliothèques concernant l’accueil des enfants déficients visuels ».

Cette étude vise un double objectif :

  • établir un état des lieux de la fréquentation des établissements par les personnes déficientes visuelles ;
  • recenser les pratiques des bibliothécaires face aux besoins de ce public spécifique.

Vous pouvez répondre au questionnaire jusqu’au 20 janvier prochain.

Prochain congrès de l’Acim

Intitulé « La bibliothèque musicale recomposée : nouvelles pratiques, nouveaux espaces », le prochain congrès de l’Acim aura lieu les 12 et 13 mars 2018.

Conférences, tables rondes et ateliers : le programme de ces deux journées d’études professionnelles vient d’être publié. Retrouvez-le sur le site de l’association.

Réouverture de la BHVP

Suite à plusieurs mois de travaux, la Bibliothèque historique de la Ville de Paris a rouvert ses portes le 11 décembre dernier. Près d’un demi-siècle après une première rénovation, les locaux à destination du public nécessitaient d’être rafraîchis. L’objectif des travaux était triple :

  • restituer aux espaces d’accueil leur éclat de 1969 : réfection de l’éclairage, peintures, suppression des ajouts postérieurs qui pouvaient dénaturer l’espace ;
  • adapter le lieu à l’évolution récente des bibliothèques, et en premier lieu à la révolution informatique. Toutefois, la bibliothèque a décidé de conserver une partie des fichiers traditionnels sur papier,  pour « garder une trace d’un mode de fonctionnement révolu, mais qui a prévalu durant des siècles » ;
  • adapter la bibliothèque aux besoins du public d’aujourd’hui, en proposant des vestiaires ainsi qu’un espace de détente avec un distributeur de boissons. Enfin, un accès pour les personnes à mobilité réduite a également été aménagé (mise en service février 2018).

Pour sa réouverture, cette bibliothèque spécialisée dans l’histoire de Paris et de l’Île-de-France a inauguré un service inédit : le prêt de livres anciens. La BHVP propose ainsi l’accès à des livres du 17e siècle jusqu’à 1960 « sous leur forme matérielle authentique (…) pour mieux les découvrir et les savourer à loisir ». 

The Early Modern Book Project

The Early Modern Book Project vise à mettre en relation des jeunes chercheurs travaillant de près ou de loin sur le livre à la fin du Moyen Âge et au début de l’époque moderne.

Les chercheurs confirmés et les professionnels des métiers du livre sont les bienvenus dans le projet. Prenant acte des frontières disciplinaires souvent très rigides et, parfois, de l’absence de communication, ce projet cherche à favoriser la circulation de l’information et le partage des compétences scientifiques et techniques dans le domaine du livre manuscrit et imprimé à un niveau international.

Le site web dédié au projet s’articule autour de plusieurs axes :

  • un « Who’s who » des jeunes chercheurs travaillant sur ce domaine. Le Member Directory est un moyen de retrouver facilement les personnes s’intéressant à un aspect spécifique du sujet;
  • le calendrier, ouvert à tous, permet de repérer les conférences, les appels à contribution et les offres de postes liés à l’histoire du livre;
  • le forum, réservé aux inscrits, est un espace d’échange informel, où il est possible de se tenir informé des nouvelles publications et de demander des conseils d’aide à la recherche : renseignements bibliographiques, traductions, transcriptions, identifications de provenances, d’éditions, de textes, d’images (entre autres);
  • un glossaire multilingue des termes liés à l’histoire du livre est également en cours de constitution.

Outre cette plate-forme en ligne, des ateliers ouverts aux membres ainsi qu’aux autres chercheurs seront organisés. Chacun pourra intervenir en fonction de ses centres d’intérêt :

  • des ateliers thématiques seront l’occasion pour les jeunes chercheurs de se former à des méthodes issues de toutes les disciplines liées à l’étude du livre ancien, qui peuvent leur être utiles dans leur recherche : par exemple la codicologie, la bibliographie matérielle, le catalogage, les instruments de recherche, l’analyse des textes et des images;
    • sur le long terme, des stages et journées d’études auprès de spécialistes du domaine sont également envisagés.

Une nouvelle médiathèque à Bayeux

En janvier 2019, une nouvelle médiathèque verra le jour à Bayeux (Normandie). Ce futur établissement sera le premier en France à proposer un service de prêt d’objets divers (instruments de musique, jumelles, machines à coudre, télescopes, etc.).

Permettant aux usagers de « s’adonner aux arts, aux loisirs créatifs et aux sciences », cette médiathèque de 2 500 m² présentera ses collections selon une organisation inspirée des librairies. Au sein de cet établissement hybride mêlant activités de loisirs, de culture et de création, « une place centrale sera réservée aux pratiques amateurs et à la créativité des usagers via de nombreux ateliers, du jardinage au numérique en passant par la création audiovisuelle ».

La Bpi recrute !

En lien avec le mouvement 2018 des personnels des bibliothèques (du 7 février au 8 mars), la Bpi propose actuellement 10 postes de fonctionnaires, répartis en 4 corps :

  • 6 postes pour les fonctionnaires relevant des corps des conservateurs et conservateurs généraux des bibliothèques ;
  • 2 postes pour les fonctionnaires relevant du corps des bibliothécaires ;
  • 1 poste pour les fonctionnaires relevant du corps des bibliothécaires assistants spécialisés ;
  • 1 poste pour les fonctionnaires relevant du corps des magasiniers des bibliothèques.

Internet en libre accès : guide juridique pour les bibliothécaires

En partenariat avec La Quadrature du Net, le projet de recherche netCommons a publié « un guide pratique destiné aux organisations qui fournissent un libre accès à Internet (bibliothèques, locaux associatifs, magasins...) ».

D’abord pensé pour répondre aux inquiétudes de bibliothécaires, ce guide aborde trois questions concernant toute organisation fournissant Internet en libre accès :

  • Quels sites peuvent être bloqués ?
  • Quelles informations peuvent être collectées au sujet des utilisateurs et utilisatrices ?
  • Quelles informations doivent être collectées ?

Présenté lors d’un événement organisé par l’ABF, le guide sera régulièrement enrichi de retours d’expérience.

La bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence se modernise

Depuis le début de l’année, la bibliothèque Méjanes d’Aix-en-Provence propose aux usagers plusieurs nouveaux espaces :

  • une zone « Information et actualité » mettant à disposition la presse papier et numérique, ainsi que les nouveautés documentaires ;
  • un espace dédié aux malvoyants ;
  • trois salles pour le travail individuel ou en groupe ;
  • un espace d’exposition ;
  • une salle destinée à accueillir les conférences.

L’organisation des fonds a également été repensée : les documents sont maintenant regroupés en deux grands ensembles thématiques – le pôle Arts, littérature, jeune public et le pôle Civilisation, société, sciences et techniques. Ce réaménagement constitue la première étape d’un grand programme de modernisation de l’établissement, qui se déroulera par phases successives jusqu’en 2020.

Des boîtes à livres dans les gares d’Ile-de-France

Depuis le début de l’année, 15 boîtes à livres ont été installées dans des gares de la région Ile-de-France. Fonctionnant sur le principe du bookcrossing, le dispositif permet aux usagers de prendre des livres et d’en déposer librement sans aucune formalité. 

Faisant partie des engagements de campagne de Valérie Pécresse, présidente de la région Ile-de-France, l’implantation des boîtes à livres « a été programmée en partenariat avec la SNCF et les bibliothèques locales, et cible en priorité des communes de la grande couronne ». Les bibliothèques partenaires s’engagent notamment « à fournir un fonds de lancement de plusieurs dizaines de livres et à veiller au bon fonctionnement de la boîte à livres ».

Ce projet devrait, à terme, totaliser 200 boîtes à livres installées dans des gares, des lycées et des zones de loisirs pour inciter les usagers à la lecture.

L’apport de la bibliographie matérielle

Un atelier méthodologique organisé par l’Early Modern Book project aura lieu le 16 février prochain à la Bibliothèque de l’Arsenal (Paris).

Cet atelier est organisé par Louis-Gabriel Bonicoli (State University of New York at Albany), Nadine Férey-Pfalzgraf (conservateur du fonds de livres anciens de la Bibliothèque de l’Arsenal), Martine Lefèvre (conservateur honoraire du fonds de livres anciens de la Bibliothèque de l’Arsenal) et Frédéric Michel (professeur au Conservatoire à rayonnement régional de Boulogne-Billancourt).

La présentation générale de la bibliothèque et de ses collections sera suivie d’un atelier ayant pour but « d’exposer en quoi les méthodes de la bibliographie matérielle sont utiles à la recherche en histoire du livre » et « d’initier les participants à ces méthodes, à partir d’exercices pratiques fondés sur la manipulation d’imprimés anciens ».

Les inscriptions sont ouvertes jusqu’au 2 février.

BnF : la fréquentation en forte hausse

« Avec une progression de 34 % par rapport à la vente de cartes annuelles en 2016 (soit 1/3 d’abonnés en plus) », le Pass lecture/culture à 15 euros, lancé par la BnF en avril 2017, a rencontré un vif succès. Ces chiffres confirment « l’attractivité d’une offre qui donne un accès illimité aux salles de lecture tous publics de la BnF mais aussi à une quinzaine d’expositions chaque année et à près de 200 manifestations ».

Avec  1 300 000 visiteurs sur l’ensemble de ses sites, la fréquentation de la BnF a globalement progressé de 13 % par rapport à 2016. Dans le même temps, les salles de lecture ont reçu 920 000 visiteurs, niveau de fréquentation qui n’avait pas été atteint depuis 5 ans.

Retrouvez l’ensemble du communiqué sur le site de la BnF.

Bibliothèques : l’accès doit être gratuit et inconditionnel !

Dans un communiqué, l’ABF a demandé à la commune de La Trinité (Alpes-Maritimes) « d’annuler la délibération municipale actant à partir du 1er janvier l’accès payant aux locaux de la bibliothèque pour les personnes n’habitant pas la commune ».

L’Association souligne qu’aucune « bibliothèque française de lecture publique ne pratique cette limitation, car l’accès aux livres, à la connaissance, à la culture et aux loisirs ne souffre d’aucune restriction », seul l’emprunt à domicile pouvant « faire l’objet d’une inscription forfaitaire annuelle même si l’ABF défend la gratuité ». L’ABF cite également le manifeste de l’Unesco sur les bibliothèques et l’article 6 de la Charte des bibliothèques pour affirmer que cette décision « n’est pas acceptable car elle introduit une distinction territoriale dans l’accès aux bibliothèques ».

L’ABF appelle le ministère de la Culture et la DRAC  « à intervenir auprès des élus de La Trinité ». Retrouvez le communiqué sur le site de l’ABF.

Opération #1Lib1Ref : à vous de jouer !

Depuis le 15 janvier, la troisième édition de la campagne #1Lib1Ref (1 bibliothécaire 1 référence) est lancée. Initiée pour la première fois en 2016, cette campagne incite « tous les bibliothécaires du monde à ajouter une référence manquante dans un article de leur choix » en exploitant les sources disponibles dans chaque bibliothèque.

Cet appel à contribution aux bibliothécaires du monde entier propose un outil de « chasse à la citation » qui permet « d’identifier aléatoirement des passages d’articles Wikipédia où il manque des sources secondaires ». Chacune et chacun peut ensuite améliorer l’article s’il dispose des sources adéquates. Pour tout ajout de référence, il convient de compléter le résumé de modification avec le hashtag #1Lib1Ref associé, afin que l'équipe de Wikipédia puisse relier la modification à la campagne.

L’année dernière, #1Lib1Ref avait généré 4 171 modifications utilisant ce hashtag sur 2 588 articles, par 741 utilisateurs dans 18 langues différentes. Vous pouvez participer à cette opération jusqu’au 3 février.

Gallica passe à la vidéo

Plus de 4 millions de documents en ligne, 16 millions de visiteurs par an : Gallica est l’une des plus importantes bibliothèques numériques au monde accessibles gratuitement. À l’occasion des 20 ans de sa mise en ligne, la BnF annonce le lancement de nouveaux services, dont une offre de contenus vidéo.

Fidèle à « sa vocation encyclopédique et patrimoniale », Gallica propose un premier ensemble de 1 000 vidéos comprenant « plus de 700 programmes de la radio-télévision scolaire et près de 300 captations de conférences et de manifestations ayant eu lieu à la BnF de 1996 à 2010 ». Cette offre sera enrichie au fil des mois.

L’ABF interpelle la ministre de la Culture

Dans un communiqué, l’ABF a interpellé la ministre de la Culture, Françoise Nyssen, sur le dossier « très sensible de la taxation des heures du conte et des lectures publiques faites dans les bibliothèques, que la SCELF entend appliquer aux collectivités à compter du 1er janvier de cette année ».

Consultez le communiqué sur le site de l’ABF.

Une playlist pour la Nuit de la lecture 2018

Les membres du conseil d’administration de l’ACIM ont proposé « une playlist noctambule » pour accompagner la 2e édition de la Nuit de la lecture, le 20 janvier prochain.

À travers « la diversité des répertoires musicaux visités par la nuit », celle-ci propose de nombreux genres musicaux :

  • chanson (Alain Bashung, Johnny Hallyday) ;
  • classique (Frédéric Chopin, Dmitri Chostakovitch, Claude Debussy)  ;
  • jazz (Miles Davis, Thelonious Monk, Ahmad Jamal) ;
  • pop/rock (Elton John, Derek & the Dominos, Neil Young) ;
  • rap (Hyacinthe, BigFlo & Oli) ;
  • reggae/dub (Linton Kwesi Johnson, Bob Marley).

8 millions d’euros pour financer l’extension des horaires d’ouverture

Afin de financer l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques, le gouvernement a rajouté un financement exceptionnel au budget 2018.

Un amendement voté par les députés en nouvelle lecture de la loi de finances 2018 prévoit en effet « un budget de 8 millions d’euros pour mettre en œuvre l’extension des horaires d’ouverture des bibliothèques ». Depuis 2008, cette ligne de crédit était bloquée à 80,4 millions d’euros (soit une baisse de 11,4 % en euros constants), notamment utilisés pour le développement du réseau des bibliothèques municipales et départementales.

L’ABF demande un maintien d’exonération

Dans un communiqué, l’ABF a demandé le « maintien de l’exonération de toute rémunération au titre du droit de représentation pour les heures du conte et les lectures à voix haute » pour toutes les bibliothèques.

Pour la Société civile des éditeurs de langue française (SCELF), la rémunération des lectures publiques (en particulier des heures du conte pour les bibliothèques) est une « question de principe qui s’applique donc à tous ». Si cela fait déjà « l’objet d’une exception en faveur des lectures se déroulant en librairie », la SCELF propose « de ne taxer que les bibliothèques municipales disposant d’un budget pour leurs animations et donc, de fait, organisant des heures du conte », sur la base d’un forfait annuel de 100 euros.

Tout en rappelant son attachement à la défense des droits des auteurs, l’ABF dénonce cette approche qu’elle juge « inapplicable et inéquitable ». Elle rappelle que « les heures du conte et les lectures à voix haute sont gratuites dans toutes les bibliothèques », qu’elles font partie du quotidien des bibliothécaires et qu’elles participent à « l’apprentissage, à la lutte contre l’illettrisme et à la formation de ceux qui en bénéficient ».

Rapport IGB : le parcours et la carrière des conservateurs de bibliothèques

Intitulé « Le parcours et la carrière des conservateurs de bibliothèques », le dernier rapport de l’IGB fait un état des lieux de la profession de conservateur des bibliothèques et propose certaines évolutions « de nature à améliorer leur parcours et leur carrière ».

Pour l’IGB, les conservateurs des bibliothèques « répartis en deux corps, exercent, avec une capacité avérée à évoluer, un métier multiforme au carrefour de l’éducation, de la formation, de la recherche et du développement culturel et social ». Elle propose notamment :

  • la fusion des deux corps ;
  • la mise en commun des concours de recrutement de l’État et des collectivités territoriales ;
  • la rénovation de la formation initiale ;
  • le recours à la Bourse interministérielle de l'emploi public (BIEP) pour le recrutement des postes de direction ;
  • la définition de critères d’évaluation de l’expertise ;
  • la création d’emplois fonctionnels pour certains postes de direction.

Pages