entête
entête

23e enquête annuelle sur le marché des logiciels pour bibliothèque

Proposée par Tosca consultants, la 23e édition de l'enquête annuelle sur le marché des logiciels destinés aux bibliothèques a sollicité « 49 fournisseurs de progiciels métier ou de services en ligne implantés en France ou diffusant leur offre en France».

Suite à la collecte de différentes informations (chiffre d’affaires, résultats financiers, nombre de ventes, de nouveaux clients, etc.), les résultats de cette étude viennent d’être publiés.

Voici quelques chiffres significatifs :

  • le chiffre d'affaires du marché est en baisse de 3 % à 37 M€ ;
  • 12 entreprises se partagent 82 % du chiffre d'affaires ;
  • 1 404 produits ou services en ligne ont été vendus en 2016 (hors réseau Canopé, qui annonce  9 445 ventes principalement sous forme d’abonnements) ;
  • 118 produits sont diffusés au sein des catalogues  fournisseurs ;
  • 28 produits sont disponibles dans au moins une version gratuite.

Retrouvez les résultats détaillés de cette enquête sur le site de Tosca consultants.

Position du Conseil scientifique du CNRS quant à la loi numérique

Le 24 janvier 2017, le conseil scientifique du CNRS s’est, dans une recommandation, réjouit de l’adoption de la loi pour une République numérique. Il recommande toutefois « que les différentes instances chargées de préciser l’interprétation de certains dispositions de la loi soient attentives à :

assurer son application rétroactive aux publications parues avant l’automne 2016,
limiter l’application des délais d’embargo prévus par la loi à la « version éditeur » des articles,
permettre la conservation des résultats intermédiaires d’opérations de fouille de textes et de données, et leur dépôt dans des archives accessibles à d’autres chercheur.se.s. »

Des coopérations renforcées entre l’Abes et la BnF

En janvier dernier, les équipes de l’Abes ont reçu plusieurs membres du département des Métadonnées de la BnF ainsi que Philippe Cantié (responsable du centre ISSN-France) lors de deux journées de travail. Il fut notamment question de transition bibliographique, de normalisation, de la numérotation ISSN et de données bibliographiques.

L’essentiel des travaux et des échanges ont été consacrés « à une nouvelle voie de coopération retenue conjointement par l’Abes et la BnF : la mise en œuvre d’un référentiel national d’autorité », intitulé « Fichier national d’entités » et « s’appuyant sur les technologies du web sémantique ». Un état des lieux lié à plusieurs points transversaux a été établi :

  • l’architecture et la gouvernance technique du projet ;
  • la méthodologie du projet ;
  • le modèle de données et leur gouvernance scientifique ;
  • les réseaux de production respectifs ;
  • les types d’usagers et niveaux de service attendus.

Le projet sera présenté en avril lors du prochain Comité  stratégique bibliographique (CSB).

Une 2e bibliothèque ouverte sans interruption en France

Rouverte depuis septembre dernier, la bibliothèque d’HEC (École des hautes études commerciales de Paris) est désormais ouverte 24 heures sur 24, 7 jours sur 7 (contre 75 heures par semaine auparavant). De jour comme de nuit, les usagers munis d’un badge peuvent accéder à la bibliothèque et à l’ensemble de ses services, le personnel étant présent jusqu’à 22 heures.

Il s’agit de la deuxième bibliothèque en France à proposer de tels horaires d’ouverture, après celle de l’Insead (Institut européen d’administration des affaires).

Au sein de locaux entièrement réaménagés, autres nouveautés accompagnent la réouverture de la bibliothèque d’HEC. Un plateau de 700 m2 et dédié au public propose :

  • un coin détente ;
  • une zone de travail silencieuse à proximité des collections (réduites de 45 000 à 18 000 documents en accès libre) ;
  • une zone de coworking, avec des salles de travail de groupes, des cloisons mobiles et des tableaux interactifs.

La fréquentation de la bibliothèque, qui dispose également d’un studio d’enregistrement et d’une importante connectique, a été multipliée par quatre depuis la rentrée universitaire.

Caen : ouverture de la bibliothèque Alexis-de-Tocqueville

Le nouvel équipement de la communauté d’agglomération de Caen la mer a ouvert ses portes le 14 janvier dernier, suite à son inauguration par Audrey Azoulay (ministre de la Culture et de la communication).

Se déployant dans un bâtiment de 12 000 m2 (dont la moitié dédiée aux espaces publics), la bibliothèque Alexis-de-Tocqueville a pour objectif de « proposer une offre culturelle complète allant bien au-delà de la lecture publique ». Le public est accueilli au sein d’un rez-de-chaussée qui rassemble un auditorium de 150 places, un restaurant et un lieu de citoyenneté et d’exposition.

Composées de 120 000 documents de tous types, les collections sont rassemblées au premier étage et réparties en quatre pôles thématiques. Des écrans tactiles disponibles dans les rayonnages donnent accès à 60 000 couvertures et dos d’ouvrages récents numérisés. L’établissement possède également un fonds patrimonial de près de 1 000 manuscrits, 100 incunables et 6 000 estampes.

Souhaitant capter un large public, la bibliothèque propose des horaires d’ouverture à forte amplitude : 50 heures hebdomadaires, dimanche après-midi inclus.

Une association pour le développement de la BD à Angoulême

Collectivités publiques et organisations professionnelles concernées ont récemment conclu la création de « l'association pour le développement de la bande dessinée à Angoulême ».

Cette nouvelle association permettra « d'assurer une meilleure coordination et une meilleure implication des partenaires dans les orientations importantes du festival et dans l’utilisation des moyens financiers qui lui sont alloués ». Elle travaillera en concertation avec « la société 9ème Art+, qui assure l’organisation du festival ainsi qu’avec l'association du Festival International de la Bande Dessinée, qui est invitée à rejoindre la nouvelle association ».

Valorisation des « best-sellers » en médiathèque à Calais

Début janvier, la médiathèque de Calais a lancé un rayon « best-sellers ». L’offre comprend « 156 romans, documentaires et essais pour les adultes et les adolescents figurant parmi les meilleures ventes ». Présentés de face, sans indication de classement et sur des rayonnages à l’entrée de l’établissement, « ces ouvrages ont trouvé leur public : dès les premiers jours, plus de cent livres étaient empruntés ».

D’autres initiatives pour reconquérir et donner plus de places à l’usager ont été mises en place au sein de la médiathèque :

  • le « fil d’expression », où les lecteurs peuvent s’exprimer autour d’un thème proposé sur des petits papiers accrochés à un fil tendu à l’entrée de la bibliothèque. Les écrits sont ensuite numérisés et consultables dans une version imprimée accompagnée de livres traitant du sujet abordé ;
  • les coups de cœur : chaque lecteur peut rédiger un commentaire sur un ouvrage et le partager avec les futurs lecteurs grâce à un marque-page prévu à cet effet.

Nantes : des bibliothèques davantage participatives

En décembre dernier, le conseil municipal de Nantes a approuvé le projet d’établissement 2016-2020 de la bibliothèque municipale. Ce projet synthétise « le document d’orientation politique de la lecture publique » adoptée par la mairie l’année dernière, ainsi que les conclusions d’une consultation participative menée avec les habitants lors du premier semestre 2016.  Trois objectifs principaux ont été retenus :

  • faciliter l’accès à l’information et à la connaissance ;
  • favoriser le brassage social ;
  • permettre aux habitants d’exercer leur rôle de citoyens.

Au sein du réseau, plusieurs initiatives originales ont déjà été lancées. La bibliothèque Jacques-Demy propose des « paniers lecture », sur le même principe que des paniers de fruits et légumes : chaque mois, les lecteurs peuvent venir retirer un panier contenant une sélection de documents préparée par les bibliothécaires. Un autre établissement teste des rendez-vous personnalisés durant lesquels  « un usager est accueilli pendant une heure pour une présentation sur mesure des services ou pour un accompagnement sur une demande spécifique ».

Pour répondre à la demande des habitants, une réflexion sur l’élargissement des horaires d’ouverture vient d’être entamée. Enfin, le nouveau projet d’établissement prévoit aussi la mise en place d’automates de prêts, la création de services en ligne et le renforcement des partenariats avec les acteurs locaux.

Une fiche sur les marchés publics de livres non scolaires

Depuis le 1er avril 2016, le « seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence préalables pour les marchés publics de livres non scolaires s’élève à 90 000 euros HT (au lieu de 25 000 euros HT pour l’ensemble des marchés publics) ». Cette disposition offre « un outil de politique publique pour favoriser, dans les villes petites et moyennes, le maintien d’un tissu culturel dense, en profitant des complémentarités entre bibliothèques publiques et librairies de proximité ».

Le ministère de la Culture et de la Communication publie (en collaboration avec la Direction des affaires juridiques du ministère de l’Économie et des Finances), une fiche d’accompagnement pour  guider les acheteurs publics dans la mise en œuvre de cette disposition. La fiche apporte notamment des réponses aux professionnels « en charge de la passation et du suivi des marchés d’acquisition de livres, notamment au sein des bibliothèques publiques et des services achats des collectivités territoriales ».

Communiqué ABF : les bibliothèques doivent rester un espace de liberté pour s’informer

À l’occasion du triste anniversaire de la tuerie de Charlie Hebdo, l’ABF s’est engagée « plus que jamais pour que les bibliothèques restent un espace de liberté pour s’informer ».

Si « depuis le mois de décembre 2016, plusieurs bibliothèques américaines » modifient « leur politique en matière de protection de la vie privée de leurs usagers », l'Association des bibliothécaires de France recommande « aux bibliothèques françaises de ne pas aller au-delà de ce qui est imposé par la loi concernant la consultation d’internet dans leurs locaux : elles ne sont tenues de conserver que les logs de connexion ».

Enfin, dans le cadre de sa Charte Bib’Lib pour « l’accès libre à l’information et aux savoirs », l’ABF préconise « l’accès à un Internet ouvert sans contrainte d’identification autre que ce que prévoit la loi et préconise la CNIL ».

Retrouvez l’ensemble du communiqué sur le site de l’ABF.

Structuration territoriale de l'enseignement supérieur et politique documentaire des universités

L’IGB et l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) ont récemment publié un rapport intitulé « L'impact de la structuration territoriale des établissements d’enseignement supérieur sur la politique documentaire des universités ».

Ce document a pour objectif de « préciser comment la politique documentaire des universités a évolué avec la nouvelle structuration territoriale dans l’enseignement supérieur ». Il évalue également si cette restructuration a « servi le développement de la documentation au profit d’une communauté élargie ou si au contraire le secteur documentaire a poursuivi sa propre évolution, de façon autonome ». A partir de l’étude de quatre sites universitaires, ce rapport permet de « prendre connaissance de la réalité de la politique documentaire » et met à la fois en lumière « l’engagement des services documentaires visités dans le mouvement de structuration territoriale » mais également leur trop grande discrétion.

Le document propose également certaines préconisations :

  • « faire de la documentation une compétence obligatoire des COMUE au même titre que le numérique » ;
  • « associer systématiquement les services de documentation à des dossiers où leur présence est essentielle, tels que l’innovation pédagogique, le numérique, l’immobilier, les publications des chercheurs » ;
  • « intégrer la documentation à la stratégie de développement de la recherche initiée par de nombreuses universités dans le cadre des fusions, des COMUE ou des associations » ;
  • « ouvrir la documentation à l’international » ;
  • « associer la documentation aux actions de rapprochement entre le monde universitaire et le monde de l’entreprise ».

250 000 participants pour la première Nuit de la lecture

Organisée le 14 janvier dernier, la Nuit de la lecture a « mis à l’honneur le livre et la lecture le temps d'une soirée ».

Avec près de 1 500 événements célébrant la richesse des bibliothèques et librairies « sous une lumière nouvelle » et à une heure inhabituelle, la manifestation a mobilisé plus de 250 000 personnes. Celles-ci ont pu profiter des animations, cafés littéraires, concerts, déambulations insolites, lectures en pyjama ou encore «speed-bookings », proposés dans les lieux ouverts jusqu'à tard dans la nuit pour l’occasion.

Pensée « comme un moment de partage populaire, festif et fédérateur autour du livre » la première édition de la Nuit de la lecture a rencontré « dans les bibliothèques et les librairies un vif succès ».

Un espace karaoké en bibliothèque

Dans la ville de Vantaa (agglomération d’Helsinki, Finlande) une bibliothèque propose un espace karaoké. Une cabine « insonorisée et équipée d’une machine à karaoké contenant un catalogue de 3 300 chansons » est en effet à disposition des usagers (sur réservation) deux heures par jour.

Ce service a été mis en place « dans le cadre d’un programme régional pour développer de nouveaux services en bibliothèque ». Conjointement à cette nouvelle offre, la bibliothèque propose aussi des cours d’initiation au chant et à l’utilisation d’un micro.

Tours : la culture scientifique en avant !

Depuis 2010, les bibliothèques municipales de Tours « proposent un important programme de sensibilisation à la culture scientifique, en particulier pour les enfants ».

En 2016, des chercheurs ont élaboré (en lien avec la bibliothèque départementale d’Indre-et-Loire) l’exposition « Un cerveau dans toutes les têtes », mise en place successivement au sein des différents établissements du réseau de lecture publique. Les ateliers proposés passionnent « les enfants et attirent un public qui ne vient pas habituellement en bibliothèque ». D’autres ateliers thématiques sur l’électricité, l’astronomie ou le mouvement sont également organisés toute l’année à la bibliothèque centrale lors des « samedis de la science ».

La bibliothèque d’étude de Grenoble ouverte au prêt

Depuis janvier dernier, la bibliothèque d’étude et du patrimoine de Grenoble est ouverte au prêt.

Disponibles jusqu’alors uniquement en consultation sur place, les usagers peuvent désormais « emprunter 20 000 livres de niveau universitaire dans tous les domaines du savoir : sciences et techniques, économie, histoire, art, langue, religion, architecture. » Seul le fonds d’usuels reste en consultation au sein de la bibliothèque.

Ouverture d’une salle de sieste en bibliothèque

Le 26 janvier dernier, la BU Santé de l’université Jean-Monnet à Saint-Étienne a ouvert dans ses locaux un espace dédié à la sieste intitulé « la salle des Mille et Une Nuits ».

C’est en ayant observé de nombreux étudiants interrompre leurs révisions pour dormir (parfois sur des tables), et après avoir pris conscience de leur état de fatigue et de stress en échangeant avec eux, que le personnel de la BU a eu l’idée d’ouvrir ce lieu dédié à la sieste régénératrice (« powernap »).

Texte alternatif pour l'image
Illustration 1

Au total, six couchages sont proposés aux étudiants. Ils peuvent notamment se glisser dans des tentes confortables et profiter d’une banquette moelleuse dans une ambiance étoilée et orientale. Une pause bienfaitrice au sein d’un emploi du temps très chargé, entre révisions et gardes à l’hôpital.

Texte alternatif pour l'image
Illustration 2

Nouveau prix pour l’Enssib à Bobcatsss

Laure Papon-Vidal, Camille Delaune et Nicolas Garcia (master PBD 2 – Enssib) viennent de remporter le prix du meilleur poster Bobcatsss 2017.

Découvrez leur poster sur l'infobésité et la qualité de vie ci-dessous.

Texte alternatif pour l'image
Infobesity and quality of life

C’est la quatrième année consécutive que l’Enssib reçoit un prix à Bobcatsss. Trois papers et un autre poster ont également été présentés par l’établissement.

La Bible de Gutenberg rejoint Gallica

La BnF vient d’enrichir sa bibliothèque numérique Gallica avec une numérisation très haute définition de la Bible de Gutenberg. Première « œuvre d’envergure imprimée, la Bible de Gutenberg est aussi l’une des plus abouties que l’Occident médiéval ait produites ». Sa renommée et la diffusion rapide de la technique de production en ont fait « le livre le plus emblématique de la culture occidentale ».

Sur la cinquantaine d’exemplaires restant à travers le monde, deux exemplaires sont conservés à la BnF au sein de la Réserve des livres rares. Désormais consultables dans Gallica, ils y sont « augmentés d’un sommaire de manière à rendre plus aisée la navigation dans le texte biblique et satisfaire les besoins des chercheurs, comme ceux de tous les curieux ».

Pour consulter ces exemplaires de la Bible de Gutenberg directement sur Gallica :

Étude DGMIC « Lecture publique et publics empêchés »

La Direction générale des médias et des industries culturelles (DGMIC) du ministère de la Culture et de la Communication vient de publier une synthèse de l’étude « Lecture publique et publics empêchés », dont la réalisation a été confiée au Crédoc.

Menée auprès des bibliothèques de lecture publique (bibliothèques municipales et intercommunales desservant les communes de plus de 10 000 habitants ; bibliothèques départementales), cette enquête avait pour objectif de « dresser un état des lieux complets des actions et des partenariats mis en œuvre en faveur des publics empêchés, ainsi que d’identifier les pistes d’amélioration » afin de pouvoir ensuite « mieux répondre à l’enjeu de l’accès pour tous au livre et à la lecture ».

L’étude montre que près de neuf BM sur dix et les trois quarts des BDP proposent une offre de lecture adaptée « soit accessible sur place, soit avec portage à domicile, soit encore par le biais d’un dépôt de ressources chez les partenaires ». 87 % des bibliothèques municipales ont en effet mis en place au moins une action : 80 % pour des publics en situation de handicap,  62 % pour des publics en établissement de santé, 55 % pour des publics sous main de justice. L’enquête souligne aussi que l’aspect économique et les moyens humains « ont un impact fort sur le dynamisme des actions déployées par les bibliothèques à destination des publics empêchés ». Le soutien politique et institutionnel et l’implication personnelle des agents est également prépondérant.

Cette étude identifie également six facteurs clés de réussite pour les actions en bibliothèque en faveur des publics empêchés :

  • la sensibilisation et la formation des agents ;
  • le développement de la médiation ;
  • la construction progressive des partenariats et leur conventionnement ;
  • l’inclusion des actions dans un projet d’établissement ;
  • la mobilisation des dispositifs existants ;
  • la communication.

Se terminant par des exemples de bonnes pratiques pour développer l’accès au livre et à la lecture en faveur des publics empêchés, l’enquête fait aussi état de trois recommandations :

  • partager une même culture professionnelle ;
  • diffuser les outils et dispositifs existants ;
  • encourager les démarches de diagnostic et d’évaluation.

Les collections du Théâtre de la Ville à la BNF

Le Théâtre de la Ville va faire don de ses archives à la BNF. Des « milliers de photographies, l’intégralité des programmes, affiches, dossiers de presse et archives du service de la communication du théâtre ainsi que des centaines d’heures d’enregistrements » vont ainsi faire leur entrée au département des Arts du spectacle de la BNF.

Datant de 1968 à nos jours, ces archives restituent l'ensemble de « la mémoire de la programmation de ce lieu culturel majeur de la création artistique ».  Anna Birgit (photographe officielle du Théâtre de la Ville pendant plus de trente ans) a également fait dont de l’intégralité de son fonds de négatifs, planches contacts et tirages photos à la Bibliothèque nationale de France.

Ces archives se retrouveront au site Richelieu de BnF, dont une partie des espaces rénovés a récemment été inaugurée.

Europeana lance une radio en ligne

Europeana, la bibliothèque numérique européenne (qui donne accès à « 53 millions de documents numérisés représentatifs du patrimoine historique et culturel de l’Europe »), vient de lancer sa radio en ligne.

200 000 archives sonores « collectées dans différentes institutions culturelles des pays européens partenaires » sont désormais librement disponibles librement sur Europeana Radio : auditeurs ou chercheurs peuvent ainsi consulter des archives de musique classique, folk ou musiques populaires, utiliser un mode aléatoire, mettre des tags sur les fichiers.

Prochain congrès de l’Acim

Les 17es Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront pour thème « La valorisation et la médiation du patrimoine musical en bibliothèque ». 

Organisées par l’Acim (Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale), ces journées d’études professionnelles se dérouleront les 13 et 14 mars prochains.

Découvrez le programme sur le site de l’ACIM.

Une nouvelle bibliothèque à Pantin en 2018

Fin 2018 ouvrira une nouvelle bibliothèque au sein de la ville de Pantin (Seine-Saint-Denis).

Le nouvel établissement de 600 m2 sera installé dans le quartier des Courtillières et aura pour fonction de remplacer l’actuelle bibliothèque, « petite et peu accessible ». L’établissement sera intégré à un bâtiment « à la façade en forme de vague » qui abritera également une ludothèque de 200 m2, une salle de spectacle et un espace convivial.

Cultures de fruits et légumes à la médiathèque

La médiathèque Françoise-Sagan, située dans le 10e arrondissement de Paris, fait partie des sites sélectionnés par l’opération « Les Parisculteurs », qui propose « la végétalisation de 5,5 hectares d’espaces publics mis à disposition par la Ville de Paris ».

Le projet prévoit notamment la mise en place de cultures de fruits et légumes sur la terrasse de la médiathèque. Baptisé « La Serre volante », ce programme « conjuguera un potager urbain et un restaurant locavore où seront consommés les 750 kg de fruits et légumes produits sur place ».

Une plateforme de formation à la recherche documentaire

Les bibliothèques d’USPC (université Sorbonne Paris Cité) ont mis en ligne une plateforme pour « renforcer les compétences informationnelles par le numérique ».

Représentant « une belle réussite de coopération entre les bibliothèques des établissements d’USPC », cette plateforme propose 67 séquences (soit cinq heures de contenu) accessibles à distance par « toute la communauté USPC, étudiants, enseignants et personnel qui désirent enrichir leurs connaissances et compétences informationnelles ».

Appel à participation pour un congrès à Francfort

Le 13 octobre 2017 aura lieu à Francfort un congrès intitulé « New Directions for Libraries, Scholars, and Partnerships: An International Symposium ».  

Organisé par des bibliothécaires américains quelques jours avant le « Frankfurt Book Fair », cet événement a pour objectif d’établir des liens entre les professionnels nord-américains et européens,  autour d'une journée d'étude sur les nouvelles directions dans le monde des bibliothèques et de l'édition. 

Retrouvez plus d’informations sur le site du congrès.

Mieux partager l’information scientifique et technique

La Direction de l’information scientifique et technique (DIST) du CNRS a publié un pré-rapport intitulé « Mieux partager l’IST », exposant les résultats d’une enquête nationale recueillant l’avis des EPST, des grandes écoles et des universités quant à l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST (information scientifique et technique).

Le document présente six offres de service : « se documenter », « archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL », « publier pour la science publique », « analyser la production scientifique », « optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche » et les « services transverses d’appui à l’IST ». Cette enquête  a notamment permis de :

  • « susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements ;
  • tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche ;
  • approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des unités mixtes de recherche ».

Lancée  par l’ADBU,  le CNRS, COUPERIN et  EPRIST, cette étude entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Ouverture de la médiathèque François-Mitterrand à Brest

Le samedi 7 janvier dernier, la médiathèque François-Mitterrand a ouvert ses portes à Brest. Devenant «  la tête du réseau de lecture publique de Brest qui totalise huit bibliothèques », cet établissement s’est installé au sein d’un « quartier en pleine reconfiguration » qui accueillera par la suite un Centre national des arts de la rue (le Fourneau), un cinéma, des commerces et des start-up. Cette bibliothèque est également desservie par un téléphérique, une première en Europe.

D’une superficie de 9 700 m2, la médiathèque regroupe sur trois niveaux 120 000 documents en accès libre et répartis en départements thématiques :

  • vie et citoyenneté, jeunesse et numérique au rez-de-chaussée ;
  • jeux de société et vidéo en mezzanine ;
  • arts et littératures ainsi que le patrimoine et le fonds sur la Bretagne et la mer à l’étage.

350 000 documents en réserve font également partie des fonds de cet établissement qui propose 900 places assises et une centaine de postes informatiques à ses usagers. Une salle d’exposition de 175m2 et un auditorium de 195 places sont également disponibles. La médiathèque abrite aussi des espaces spécifiques pour les adolescents et jeunes adultes, pour les usagers en situation de handicap, ainsi qu’un fond « consacré à l’emploi, animé par une personne dédiée ».

Pages