entête
entête

PNB : une cartographie des bibliothèques

Lancé en 2012, le dispositif PNB (prêt numérique en bibliothèque) continue de se développer.

Dilicom, l’opérateur de PNB, a récemment mis à jour la liste des bibliothèques et des réseaux de bibliothèques qui proposent le service (95 à ce jour). Dilicom a également publié une carte GoogleMaps recensant ces établissements et réseaux.

Plus d’informations sur le site de Dilicom.

Des fêtes d’anniversaire à la bibliothèque

Depuis 2015, le réseau des bibliothèques de Dunkerque propose à ses jeunes lecteurs de fêter leur anniversaire à la bibliothèque.

Pour une cinquantaine d’euros, l’établissement prend en charge l'ensemble de l’organisation pour une douzaine d’enfants  : animation, carton d’invitation, décoration de la salle et fourniture de vaissellejetable. Des lectures et une présentation de documents en lien avec une thématique choisie sont également au programme. Et la bibliothèque offre un livre en cadeau d’anniversaire.

S’inspirant des initiatives prises par les musées de Dunkerque il y a plusieurs années, la fête est organisée dans un espace ouvert de l’établissement,  afin de « montrer que la bibliothèque est un lieu vivant où l’on peut faire bien plus que lire et emprunter des livres ».

Retrouvez facilement les BU ouvertes le dimanche

Le site l’Etudiant.fr a récemment publié une carte interactive des bibliothèques universitaires ouvertes le dimanche.

Les 12 BU actuellement ouvertes ce jour-là sont référencées avec leurs horaires d'ouverture, leur adresse et leur site web. Régulièrement actualisée, cette carte s’enrichira prochainement de nouveaux établissements, notamment grâce au plan « Bibliothèques ouvertes » (présenté en février dernier par le ministère de l'Education nationale, de l’Enseignement supérieur et de la Recherche), favorisant  l’élargissement des horaires d'ouverture des BU le soir, le week-end et lors des vacances scolaires.

L’influx, ou le webzine qui agite les neurones

Le 7 juillet dernier, la bibliothèque municipale de Lyon a lancé son nouveau webzine intitulé « l’influx ». Abordant des sujets d'actualité, « l'influx » fonctionne « comme un signal, une mise en perspective d’un évènement ou d’une thématique vue à travers les collections et les compétences des bibliothécaires ».

Pour tout public, ce webzine se positionne comme « un agitateur de neurones qui doit apporter un éclairage ou un approfondissement sur une actualité locale, nationale ou internationale ». Neuf thématiques proposent un champ de réflexion des plus larges possible : Arts, Arts vivants, Littérature, Lyon et région, Mondes, Musique, Santé, Sciences et numérique, Société et idées ainsi que la bib

Bibook à Grenoble : déjà deux ans !

Lancée en septembre 2014 par les bibliothèques municipales de Grenoble, la plateforme Bibook (dispositif de prêt de livres numériques développé dans le cadre du PNB) vient de fêter son deuxième anniversaire.

Continuellement mis à jour, ce service compte depuis son lancement :

  • 1 700 lecteurs inscrits ;
  • 18 000 prêts au total ;
  • une moyenne de 30 livres numériques empruntés chaque jour.

La durée de prêt des livres numériques sur liseuse, tablette ou smartphone est de 28 jours et il est possible d’emprunter simultanément jusqu’à 5 e-books.

Des boîtes à lire au sein des espaces verts de Courbevoie

Dès le 1er octobre, les habitants de Courbevoie (Hauts-de-Seine) auront la possibilité de partager leurs préférences littéraires et d’échanger leurs ouvrages grâce à des « boîtes à livres » qui seront installées au sein d’espaces verts et dans quatre quartiers différents.

Convivial, gratuit et anonyme, ce système permet de favoriser la lecture et de prolonger la vie des livres. Les boîtes seront installées en centre-ville dans le parc des Pléiades, au Faubourg de l’Arche dans le parc Nelson- Mandela, dans le quartier Gambetta au parc Freudenstadt, et à Bécon dans le jardin Adélaïde.

Les bibliothèques universitaires plébiscitées

L’édition 2016 du baromètre de la qualité de l’accueil dans les services publics vient d’être publiée : les bibliothèques universitaires sont cette année en tête du classement !

Avec une note de 8,2 sur 10, les BU sont plébiscitées par les usagers et se hissent à la première place « devant les préfectures (7,9), les services des impôts (7,5), les services de l’éducation nationale (7,3) et les tribunaux de grande instance (6,2). » Notée 5,3 en 2010, 7,1 en 2014 et 8,2 en 2016, la qualité de l’accueil des BU est en constante progression, ce qui pourrait notamment s’expliquer par l’évolution de leurs horaires d’ouverture. En effet, de nombreux établissements ont ces dernières années « procédé à un élargissement de leurs horaires notamment en soirée et le week-end ».

Réalisé par le cabinet TNS Sofres, le baromètre de la qualité de l’accueil dans les services de l’Etat  évalue « l’ensemble des canaux de relation avec l’administration mis à disposition des usagers : visites, appels téléphoniques, courriers, courriels, sites Internet », à travers une « enquête-mystère ».

Rapport IGB : les dépenses documentaires des universités

L’IGB vient de publier un rapport intitulé « Les dépenses documentaires des universités ».

Analysant l'évolution de ces dépenses de 2011 à 2015, ce rapport se base sur une enquête adressée à un échantillon représentatif de 25 universités. L’étude porte sur l'évolution des dépenses documentaires totales des établissements et cible notamment les points suivants :

  • la part prise par les dépenses des SCD et hors budget SCD ;
  • la part des dépenses d’acquisition documentaires dans les dépenses globales de fonctionnement des SCD ;
  • les dépenses documentaires pour la formation et la recherche ;
  • l’évolution des achats documentaires des SCD (livres imprimés, livres électroniques et abonnements aux périodiques) ;
  • le poids de la fonction documentaire dans le budget de fonctionnement des universités.

Le rapport met enfin « en perspective ces données en retraçant l'évolution des dépenses documentaires des SCD de 1990 à 2015 ».

Visiter les bibliothèques lors des Journées du patrimoine

Tant pour leurs collections que pour leur architecture, les bibliothèques seront de nouveau des partenaires incontournables de la 33e édition des Journées européennes du patrimoine, les 17 et 18 septembre.

Sur le thème « Patrimoine et citoyenneté », des parcours libres ou des visites guidées vont permettre au public d’explorer des lieux habituellement fermés. A Paris, le grand public pourra par exemple découvrir « l’architecture, les activités mais aussi les coulisses de trois sites de la BnF : François-Mitterrand, le centre de conservation Joël-Le-Theule à Sablé-sur-Sarthe et la Maison Jean-Vilar à Avignon ».

375 événements ou visites liés aux bibliothèques et médiathèques vous attendent sur l’ensemble du  territoire. Plus d’informations sur le site du ministère de la Culture et de la Communication.

Athènes sera la Capitale mondiale du livre en 2018

Toutes les années, une ville est nommée Capitale mondiale du livre. Celle-ci s’engage alors notamment à « promouvoir les livres et la lecture ». Elle doit également mettre en place un ensemble d’activités pour une période d’un an, à partir de la Journée mondiale du livre et du droit d’auteur (23 avril).

Sur recommandation du Comité consultatif (composé des représentants de l’Unesco, de l'Union internationale des éditeurs – UIE – et de l’IFLA), Irina Bokova, la directrice générale de l’Unesco, a nommé la ville d’Athènes Capitale mondiale du livre pour l’année 2018.

Choisie parmi un nombre record de candidatures, Athènes a notamment été retenue grâce à la « qualité exceptionnelle de son programme d'activités soutenu par l’ensemble des acteurs de la chaîne du livre ». Les activités proposées prévoient :

  • des ateliers destinés aux professionnels de l’édition ;
  • des concerts ;
  • des expositions thématiques ;
  • des rencontres avec des écrivains, des traducteurs et des illustrateurs ;
  • des lectures de poésie.

Des « boîtes à livres » dans les gares et les lycées d’Ile-de-France

La présidente du Conseil régional d'Ile-de-France, Valérie Pécresse, s’est engagée lors de la présentation des grandes orientations culturelles de la région à « augmenter de 20 % les crédits alloués à la culture, à soutenir la filière de l’édition et à favoriser le développement de la lecture ».

Elle a ainsi annoncé la création de « boîtes à livres » au sein des gares, des lycées ainsi que « dans 12 zones de détente et de loisirs d'Ile-de-France ». Ce dispositif de microbibliothèques sera développé en partenariat avec les bibliothèques départementales de prêt (BDP).

Souhaitant lutter contre les inégalités territoriales, Valérie Pécresse a également annoncé vouloir « amplifier le soutien de la région à la création et à la production artistiques » dans plusieurs domaines dont le livre et la lecture.

Ouverture du learning center de l’université Lille-1

Installé sur 10 000 m2, le learning center de l’université de Lille-1 Sciences et Technologies a ouvert ses portes mercredi 7 septembre 2016, suite à deux années de travaux.

Baptisé LILLIAD Learning Center Innovation, ce nouvel équipement novateur « rassemble trois pôles : la bibliothèque, un espace événementiel composé de deux amphithéâtres et dédié à la promotion de l’innovation, et Xperium, lieu d’expérimentation de la science. » La bibliothèque propose notamment « 55 salles de travail en groupe, 1 420 places assises et 485 places câblées pour accéder à Internet ».

Si la bibliothèque est déjà ouverte, Xperium ouvrira au mois d’octobre et l’espace événementiel en novembre. Plus de 1 000 visiteurs sont venus découvrir les lieux le premier jour d’ouverture.

Décès de Jean-Yves Sarazin

Né en 1967, Jean-Yves Sarazin, archiviste paléographe, conservateur général des bibliothèques, directeur du département des Cartes et plans de la BnF, est décédé le 4 septembre dernier des suites d'une longue maladie. Il avait 49 ans.

« Homme de tous les savoirs, de tous les médias, de tous les publics », Jean-Yves Sarazin  est un ancien élève de l’École nationale des Chartes et de l’École nationale supérieure des sciences de l’information et des bibliothèques.

Travaillant d’abord neuf ans en tant que conservateur au département des Cartes et plans de la BnF, il devient ensuite, entre 2005 et 2009, chef du service restauration du site Richelieu. Depuis 2010, il assurait la direction du département des Cartes et plans de la BnF.

Jean-Yves Sarazin a également été commissaire de nombreuses expositions, dont L’Âge d'or des cartes marines en 2013, ou Made in Algeria au Mucem en 2015. Il était aussi membre de plusieurs sociétés et organisations scientifiques françaises ou internationales.

Jean-Yves Sarazin a également eu une grande carrière de chercheur et publié de nombreux ouvrages tout au long de son parcours :

  • Rêves de capitale : Paris et ses plans d’embellissement, préface de Jean-Noël Jeanneney, Paris, BnF, 2003, 32 p. (« Cahiers d’une exposition », n° 42).
  • Bibliographie de l’histoire du notariat français (1200-1815), Paris, Lettrage-Distribution, 2004, 650 p.
  • Le Paris des Lumières d’après le plan de Turgot (1734-1739), avec Alfred Fierro, Paris, Réunion des musées nationaux, 2005, 144 p.
  • Villes de France : cartes, plans et vues historiques, Paris, Assouline, 2007, 205 p.
  • Nouveaux mondes, Paris, Bibliothèque de l'image – Bibliothèque nationale de France, 2012, 86 p.
  • Cartes et images des nouveaux mondes, Paris, Découvertes Gallimard hors-série, 2012, 45 p.
  • Made in Algeria, généalogie d'un territoire, Paris, Mucem/Hazan, 2016, 215 p. Co-directeur avec Zahia Rahmani.
  • Grandes découvertes cartes marines, Paris, BnF, collection « L'Œil du curieux », 2016, 45 p.

Nous nous associons à la peine de sa famille et de ses proches.

Des ateliers de design participatifs sur la transformation numérique de l’Université

Thierry Mandon (secrétaire d'État chargé de la Réforme de l'État et de la Simplification) a récemment annoncé la création d’un cycle d’ateliers de design autour du référentiel de transformation numérique (remis par le Conseil national du numérique – CNNum – en mai dernier), destiné à favoriser la définition de stratégies numériques universitaires.

Nécessaires pour répondre au défi de la transformation numérique de l'Enseignement supérieur, ces ateliers participatifs permettront de « faire émerger de nouveaux outils et de nouvelles méthodes de travail au service de l’Université ». Portés « par les acteurs de l’Enseignement supérieur et de la recherche au sens large » et conçus avec des designers, les ateliers seront animés par le CNNum, avec l’appui de la DGESIP (Direction générale de l’Enseignement supérieur et de l’insertion professionnelle du ministère).

Ces  travaux suivront un double objectif : « échanger sur les différents modes d’appropriation du référentiel », et expérimenter «  une nouvelle méthode d’action publique fondée sur le design participatif ». Ils appuieront également l’expérimentation « DUNE - Développement d’universités numériques expérimentales », contribuant au développement de projets « à fort potentiel »,  portés par des établissements pionniers, autour des axes suivants :

  • les lieux d’apprentissage ;
  • les contenus pédagogiques et les données ;
  • la recherche sur l’éducation ;
  • les services numériques et les modèles économiques.

Communiqué de l’ABF sur l’importance de la neutralité du Net

Lors de son congrès annuel qui s’est tenu en août dernier à Colombus (Etats-Unis), l’IFLA a publié une importante déclaration en faveur de la neutralité du net, dans laquelle il est indiqué que « sans neutralité de l’internet, la capacité des bibliothèques à jouer un rôle, en tant que fournisseurs d’information est compromise ». L’enjeu est également celui du respect de la vie privée des usagers des bibliothèques, puisque les établissements doivent « garantir une confidentialité dans l'utilisation des ressources et des services mis à disposition des utilisateurs ».

Dans un communiqué, l’ABF a indiqué soutenir cette déclaration, pour un internet ouvert et neutre, en toute cohérence avec sa Charte Bib’Lib pour l'accès libre à l'information et aux savoirs. L’association déclare notamment que « les collections, ressources et contenus disponibles dans ou par les bibliothèques reflètent la pluralité et la diversité de la société et doivent être exemptes de toutes formes de censure idéologique, politique, religieuse ou de pressions commerciales ». Pour l’ABF, « la neutralité de l’internet est une condition de l’exercice de ce droit ».  

L’association incite ainsi « les collectivités à s’engager dans une démarche claire en rejoignant le dispositif Bib’Lib (…) et à soutenir toute initiative allant dans le sens d’un renforcement de la neutralité de l’internet ». Pour rappel, la Charte invite les bibliothèques à respecter les principes suivants :

  • le droit d’accéder librement et sans discrimination à toutes les cultures et à une information plurielle ;
  • le droit d’accéder à un internet public ouvert et fiable ;
  • le droit d’accéder, de réutiliser, de créer et de diffuser des communs du savoir ;
  • le droit d’accéder à des ressources, y compris numériques, respectant la diversité des usages et favorisant l’appropriation de l’information et du savoir.

L’ABF salue également les directives du BEREC (groupement des régulateurs européens des télécommunications) « sur la neutralité du net qui consacrent ce principe au niveau Européen » et se félicite « de la définition claire de la neutralité de l’Internet adoptée par le Gouvernement français dans la loi Pour une République Numérique ».

Carole Letrouit nommée à l’IGB

Carole Letrouit, précédemment directrice du service commun de la documentation de l’université Paris-8, est nommée à l’Inspection générale des bibliothèques à compter du 1er octobre 2016.

Vitrolles : ouverture de la médiathèque la Passerelle

La médiathèque de Vitrolles (Bouches-du-Rhône) a ouvert ses portes le 24 septembre dernier. Avec son « architecture monumentale » et ses 3 700 m2, l’établissement « signe une ambition forte pour la lecture publique », au cœur d’un quartier « en pleine rénovation ». Les collections se répartissent en cinq pôles thématiques.

Baptisée « La Passerelle », la médiathèque s’étend sur quatre niveaux :

  • le rez-de-chaussée accueille l’espace presse, la « minothèque » (pour les moins de 12 ans) ainsi que les espaces d’animation (hall d'exposition, auditorium) et de convivialité ;
  • la mezzanine et le premier étage regroupent des espaces d’activité ;
  • le dernier étage est réservé aux services internes.

Ouvert 37 heures par semaine, l’établissement a été conçu pour accueillir « tous les publics, y compris les plus éloignés du livre », grâce notamment à différentes propositions « autour du jeu et du numérique » ainsi qu’aux espaces et au mobilier confortable, « invitant à s’installer durablement ».

Réouverture de la médiathèque Jean-Lévy à Lille

Suite à trois mois de travaux, la médiathèque Jean-Lévy de Lille a rouvert ses portes le 14 septembre dernier. Répartis sur trois niveaux, les espaces ont été « entièrement repensés afin d’améliorer l’accueil et offrir davantage de conforts aux usagers ». Ce réaménagement a pour objectif de « permettre à chacun d’avoir une plus grande diversité d’usages dans chaque espace : lire un livre, surfer sur internet, écouter un CD, travailler, se détendre, emprunter un document, etc. ».

Les collections proposant 44 000 livres, 13 000 CD, 6 000 DVD et 120 titres de presse ont été regroupées par centres d’intérêts, ce qui offre au public neuf espaces différents : actualité, céciweb, détente, enfance, fictions et loisirs, musique, patrimoine, savoirs et travail. Un salon dédié aux conférences et aux rencontres, un coin presse et un espace numérique ont également été créés. Grâce à de nouvelles tables et de nouveaux fauteuils, le nombre de places assises a été porté à 213.

Une loi sur les bibliothèques ?

Abordée lors du congrès annuel de l’ABF en juin 2016, l’ouverture, par le ministère de Culture et de la Communication, « d’une réflexion en vue de l’élaboration d’une loi sur les bibliothèques se confirme ».

« Le chantier est ouvert », a notamment déclaré Nicolas Georges (directeur du Service du livre et de la lecture / ministère de la Culture et de la Communication), lors des journées d’études de l’Association des directeurs de bibliothèques départementales de prêt (ADBDP) qui viennent de se dérouler à Caen.

L’objectif sera d’abord de « faire un point d’ordre juridique sur les compétences des collectivités en matière de bibliothèques ». Les départements se trouvent au centre de cette réflexion, notamment suite à la disparation de la Bibliothèque départementale de prêt des Yvelines (en mai 2016), qui a suscité réactions, interrogations et inquiétude chez de nombreux professionnels.

Une « première étape de concertation » aura lieu lors d’un séminaire organisé avec l’ADBDP durant l’hiver 2017.

Appidys, une liseuse accessible aux enfants dyslexiques

La start-up toulousaine Mediatools (spécialisée dans les produits numériques pour enfants) va prochainement lancer  « Appidys », une liseuse aidant les enfants dyslexiques à accéder à la lecture plus facilement.

De nombreux éléments ont été étudiés et soigneusement choisis pour rendre la lecture « un peu plus facile et surtout plus agréable aux enfants porteurs de ce trouble de l'apprentissage du langage écrit » : espacement entre chaque mot, lecture audio à vitesse personnalisable, système de surlignage accompagnant la lecture, typographie, etc.

L'entreprise prévoit de finaliser son prototype pour la journée des «dys» (10 octobre 2016) et de lancer les trois premiers livres en janvier 2017.

Un distributeur d’histoires courtes dans les gares

Au sein de quatre de ses gares (Aix, Avignon TGV, Marseille et Nice), la SNCF (via son service  « Gares et connexions ») a installé des distributeurs d’histoires afin de remplir le temps libre des voyageurs.

Une, trois ou cinq minutes : il est possible de choisir la durée de lecture du récit en fonction de son temps d’attente. Une fois le choix effectué, il suffit de presser sur un bouton et l’histoire est directement imprimée.

Une « bibliothèque Santé – learning center » à Lille-2

Quelques jours après le learning center de l’université Lille-1 Sciences et Technologies, c’est au sein de l’université Lille-2 Droit et Santé que vient d’ouvrir une « bibliothèque Santé – learning center ».

Au cœur de la faculté de médecine, l’établissement rassemble sur un même site « les quatre anciennes bibliothèques médicales, saturées depuis plusieurs années » par une importante fréquentation. Installée sur 5 000 m², la nouvelle bibliothèque « a été conçue pour répondre aux nouvelles pratiques d’enseignement et d’apprentissage ainsi qu’à la diversité des usages ».

40 000 documents et des milliers de références de revues imprimées ou en ligne sont consultables. Des salles de formation, des salles de travail en groupe et individuel sont disponibles. Enfin, « l’accent a été mis sur les services » : reprographie, prêt d’ordinateurs, etc. Autour de ce learning center se trouvent également un amphithéâtre, une cafétéria, une salle de sport et des locaux pour la vie étudiante.

Un tour du monde à vélo pour rencontrer les libraires francophones !

Tout juste diplômés d’une école de commerce d'Ile-de-France, Charlélie, 24 ans, et Édouard, 23 ans, viennent de se lancer dans un tour du monde à vélo !  Démarré le 4 septembre, leur périple (baptisé Cyclopédie) va les amener à la découverte du « précieux réseau des libraires francophones » à travers le monde.

Tout au long des 10 mois et 16 000 km de leur trajet, les deux amis envisagent de rencontrer « une vingtaine de libraires francophones établis sur les 5 continents » afin de dresser leur portrait et « d’attirer l’attention sur ces acteurs essentiels au rayonnement de la littérature francophone à l’étranger ».

Retrouvez plus d’informations sur cyclopedie.net

Le Muséum national d’histoire naturelle dévoile ses trésors

Ce week-end, la bibliothèque centrale du Muséum national d’histoire naturelle (Jardin des Plantes, 5e arrondissement de Paris) va pour la première fois participer aux Journées européennes du patrimoine.

Le public pourra ainsi découvrir ou redécouvrir les extraordinaires collections de l’établissement. Parmi celles-ci :

  • 50 000 livres antérieurs à 1850 ;
  • 7 000 aquarelles botaniques de la collection des Vélins ;
  • 150 000 photographies ;
  • des milliers de peintures, de sculptures et d’objets de diverses natures et provenances.

L’équipe de la bibliothèque proposera également des animations invitant les visiteurs « à un parcours associant la découverte des collections documentaires à une promenade dans les différents espaces du Jardin des Plantes ».

Cette volonté d’ouverture s’inscrit dans le nouveau projet d’établissement de la bibliothèque, inclus dans le programme de réorganisation de l’ensemble du Muséum, souhaité en septembre 2015 par son nouveau président, le scientifique Bruno David.

16 000 livres collectés lors des «RecycLivreDays»

Les 10 et 11 septembre derniers, la place de la République de Paris était aménagée comme « une bibliothèque à ciel ouvert, entre le lieu de partages, de rencontres, de collecte de livres, et le petit salon de lecture ».

Le site  RecycLivre (site de vente de livres d’occasion reversant 10 % de ses ventes à des « associations (…) de lutte contre l’illettrisme, en faveur de l’accès à la culture pour tous »), y organisait une collecte solidaire de livres. Résultat : plus de 16 000 livres récoltés et 1 630 euros reversés (un euro reversé pour 10 livres donnés) à l’association « Lire et faire lire ». Les livres en bon état seront directement revendus sur le site.

Il est possible de déposer des livres tout au long de l’année dans les bureaux de RecycLivre à Bordeaux, Lille, Lyon, Nantes, Paris, et bientôt Strasbourg. A ce jour, plus de 470 000 € ont été reversés à des partenaires associatifs.

 

Un festival musical dans les bibliothèques lyonnaises

Du 17 septembre au 15 octobre prochains, le festival Amply mettra en avant la scène musicale locale au sein d’une vingtaine de bibliothèques de Lyon et de l’est lyonnais.

Pour sa deuxième édition, cet événement poursuit son objectif de « renforcer la visibilité des concerts organisés par les établissements à cette période en les réunissant sous une bannière commune ». Grâce à ces concerts, outre la découverte des artistes, le public redécouvre également les collections des établissements. Quant aux artistes, ce type d’événement leur permet de considérer les bibliothèques comme de nouveaux lieux pour se produire et se faire connaître.

Une médiathèque en ligne collaborative et gratuite

AuxServicesDesVoisins.com, plateforme de services entre voisins vient de lancer une médiathèque collaborative de quartier. Intitulé « Pass à ton voisin », ce service unique en France permet de déposer et de réserver gratuitement des livres, CD, DVD, jeux vidéo, disques vinyles, etc

Une fois inscrit sur la plateforme, il suffit de renseigner les médias à déposer, d’ajouter deux photos et de renseigner la valeur « Pass » (à déterminer soi-même, un « Pass » étant égal à un euro) de chaque objet. Toute personne dans un rayon de 30 kilomètres pourra alors réserver ce qui lui plaira. Une fois les médias transmis, les « Pass » associés sont crédités sur le compte de l’ancien propriétaire qui peut ainsi à son tour réserver d’autres objets.

Chaque personne recevant un objet en devient le nouveau propriétaire et peut décider de le garder ou de le remettre dans la médiathèque. Facilitant l’accès à la culture, « Pass à ton voisin » permet ainsi de renouveler gratuitement sa bibliothèque, sa vidéothèque ou sa discothèque gratuitement.

Gallica, bientôt 20 ans !

Lancée en 1997, la bibliothèque numérique de la BnF proposait alors 20 000 titres. En 2010, Gallica « passait le cap du millionième document mis en ligne ». Aujourd’hui, elle a « considérablement enrichi ses collections : 3 654 758 documents provenant de la BnF et des 270 bibliothèques partenaires sont mis à disposition des internautes ».

​Plusieurs types de contenus sont consultables sur Gallica :

  • des fascicules de presse (1,5 million) ;
  • des images (1,2 million) ;
  • des livres (environ 315 000) ;
  • des manuscrits, partitions et cartes sont également à disposition.

Refondue en septembre 2015, la bibliothèque est régulièrement enrichie de nouveaux contenus. Une application smartphone (iOS et Android) est également disponible et donne accès à près de deux millions de documents. 

500 000 archives sonores disponibles sur Europeana Sounds

Lancée il y a deux ans, Europeana Sounds, la bibliothèque sonore européenne, enrichit continuellement ses collections afin de proposer « l’accès à un patrimoine acoustique européen riche et diversifié ». La bibliothèque rassemble ainsi « une vingtaine d'institutions culturelles (dont la Bibliothèque nationale de France et le CNRS) originaires de douze pays de l’Union européenne ». 

Proposant «  une incomparable collection » d’enregistrements sonores,  Europeana Sounds «  vient de passer le cap des 500 000 archives » mises à disposition des internautes.  Les enregistrements sont de tous types : musiques, chansons, discours politiques, lectures de poèmes, sons de la nature, émissions de radios, enregistrements historiques etc.

D’ici janvier 2017, la bibliothèque sonore s’est donnée pour objectif de rassembler un million d’archives.

Pages