entête
entête

Europeana lance une radio en ligne

Europeana, la bibliothèque numérique européenne (qui donne accès à « 53 millions de documents numérisés représentatifs du patrimoine historique et culturel de l’Europe »), vient de lancer sa radio en ligne.

200 000 archives sonores « collectées dans différentes institutions culturelles des pays européens partenaires » sont désormais librement disponibles librement sur Europeana Radio : auditeurs ou chercheurs peuvent ainsi consulter des archives de musique classique, folk ou musiques populaires, utiliser un mode aléatoire, mettre des tags sur les fichiers.

Prochain congrès de l’Acim

Les 17es Rencontres nationales des bibliothécaires musicaux auront pour thème « La valorisation et la médiation du patrimoine musical en bibliothèque ». 

Organisées par l’Acim (Association pour la coopération des professionnels de l’information musicale), ces journées d’études professionnelles se dérouleront les 13 et 14 mars prochains.

Découvrez le programme sur le site de l’ACIM.

Une nouvelle bibliothèque à Pantin en 2018

Fin 2018 ouvrira une nouvelle bibliothèque au sein de la ville de Pantin (Seine-Saint-Denis).

Le nouvel établissement de 600 m2 sera installé dans le quartier des Courtillières et aura pour fonction de remplacer l’actuelle bibliothèque, « petite et peu accessible ». L’établissement sera intégré à un bâtiment « à la façade en forme de vague » qui abritera également une ludothèque de 200 m2, une salle de spectacle et un espace convivial.

Cultures de fruits et légumes à la médiathèque

La médiathèque Françoise-Sagan, située dans le 10e arrondissement de Paris, fait partie des sites sélectionnés par l’opération « Les Parisculteurs », qui propose « la végétalisation de 5,5 hectares d’espaces publics mis à disposition par la Ville de Paris ».

Le projet prévoit notamment la mise en place de cultures de fruits et légumes sur la terrasse de la médiathèque. Baptisé « La Serre volante », ce programme « conjuguera un potager urbain et un restaurant locavore où seront consommés les 750 kg de fruits et légumes produits sur place ».

Une plateforme de formation à la recherche documentaire

Les bibliothèques d’USPC (université Sorbonne Paris Cité) ont mis en ligne une plateforme pour « renforcer les compétences informationnelles par le numérique ».

Représentant « une belle réussite de coopération entre les bibliothèques des établissements d’USPC », cette plateforme propose 67 séquences (soit cinq heures de contenu) accessibles à distance par « toute la communauté USPC, étudiants, enseignants et personnel qui désirent enrichir leurs connaissances et compétences informationnelles ».

Appel à participation pour un congrès à Francfort

Le 13 octobre 2017 aura lieu à Francfort un congrès intitulé « New Directions for Libraries, Scholars, and Partnerships: An International Symposium ».  

Organisé par des bibliothécaires américains quelques jours avant le « Frankfurt Book Fair », cet événement a pour objectif d’établir des liens entre les professionnels nord-américains et européens,  autour d'une journée d'étude sur les nouvelles directions dans le monde des bibliothèques et de l'édition. 

Retrouvez plus d’informations sur le site du congrès.

Mieux partager l’information scientifique et technique

La Direction de l’information scientifique et technique (DIST) du CNRS a publié un pré-rapport intitulé « Mieux partager l’IST », exposant les résultats d’une enquête nationale recueillant l’avis des EPST, des grandes écoles et des universités quant à l’offre de services dans différents domaines d’activité en IST (information scientifique et technique).

Le document présente six offres de service : « se documenter », « archives ouvertes : développer l’infrastructure nationale HAL », « publier pour la science publique », « analyser la production scientifique », « optimiser l’emploi et le partage des données de la recherche » et les « services transverses d’appui à l’IST ». Cette enquête  a notamment permis de :

  • « susciter et de partager des réponses à des questions d’IST communes à tous les établissements ;
  • tester les thèmes de divergence et de convergence sur les pratiques actuelles et émergentes d’IST numérique dans l’ESR, et de relier ces pratiques au travail de la recherche ;
  • approfondir la connaissance des pratiques partagées d’IST, à l’amont comme à l’aval de la recherche, au sein des unités mixtes de recherche ».

Lancée  par l’ADBU,  le CNRS, COUPERIN et  EPRIST, cette étude entre dans le cadre du COPIST (Catalogue d’offre partagée d’information scientifique et technique).

Ouverture de la médiathèque François-Mitterrand à Brest

Le samedi 7 janvier dernier, la médiathèque François-Mitterrand a ouvert ses portes à Brest. Devenant «  la tête du réseau de lecture publique de Brest qui totalise huit bibliothèques », cet établissement s’est installé au sein d’un « quartier en pleine reconfiguration » qui accueillera par la suite un Centre national des arts de la rue (le Fourneau), un cinéma, des commerces et des start-up. Cette bibliothèque est également desservie par un téléphérique, une première en Europe.

D’une superficie de 9 700 m2, la médiathèque regroupe sur trois niveaux 120 000 documents en accès libre et répartis en départements thématiques :

  • vie et citoyenneté, jeunesse et numérique au rez-de-chaussée ;
  • jeux de société et vidéo en mezzanine ;
  • arts et littératures ainsi que le patrimoine et le fonds sur la Bretagne et la mer à l’étage.

350 000 documents en réserve font également partie des fonds de cet établissement qui propose 900 places assises et une centaine de postes informatiques à ses usagers. Une salle d’exposition de 175m2 et un auditorium de 195 places sont également disponibles. La médiathèque abrite aussi des espaces spécifiques pour les adolescents et jeunes adultes, pour les usagers en situation de handicap, ainsi qu’un fond « consacré à l’emploi, animé par une personne dédiée ».

Un job dating lors du prochain congrès de l’ABF

C’est à Paris (Porte de Versailles Hall 5) que se déroulera le 63e congrès de l'ABF, du 15 au 17 juin 2017, sur le thème « Inégalités territoriales et égalité des chances ».

A cette occasion, l’association des bibliothécaires de France souhaite organiser une « séance de Job Dating afin de faciliter la prise de contact entre les personnes recherchant un poste en bibliothèque et les recruteurs potentiels ». La séance aura lieu dans l'espace Agorabib, le jeudi 15 juin 2017 de 16h45 à 18h15. Attention, l’atelier ne pourra avoir lieu que si le nombre de participants est suffisant (date limite d’inscription pour valider la faisabilité de la séance : 31 mars 2017).

Retrouvez plus d’informations directement sur le site de l’ABF.

25 000 livres audio disponibles à la médiathèque Valentin-Haüy

Proposant des livres disponibles sur divers supports adaptés « pour les personnes aveugles ou malvoyantes, ou ne pouvant plus lire du fait d’un autre handicap », la médiathèque Valentin Haüy compte aujourd’hui plus de 25 000 livres audio dans ses collections. Ils peuvent être « empruntés sur CD ou téléchargés depuis la bibliothèque numérique Eole ». 

Si ces titres sont les plus empruntés à la médiathèque, c'est grâce au format audio, utilisable par tous, ainsi qu’au travail des équipes de l’établissement qui permet de  « proposer aux abonnés des collections très riches, au plus près de l’actualité littéraire ». De nombreux prix littéraires 2016 sont également disponibles.

Pour bénéficier des services de la médiathèque, cliquez ici.

Nomination au conseil scientifique de l’Enssib

Par arrêté de la ministre de l'éducation nationale, de l'enseignement supérieur et de la recherche, en date du 5 décembre 2016, les personnalités dont les noms suivent sont nommées (pour une durée de trois ans) membres du conseil scientifique de l'École nationale supérieure des sciences de l'information et des bibliothèques :

  • Michelle Bubenicek, directrice de l'École nationale des chartes ;
  • Sophie Gonzalès, conservatrice des bibliothèques, directrice du centre régional de formation aux carrières des bibliothèques de Bretagne-Pays de la Loire.
  • Odile Grandet, inspectrice générale des bibliothèques ;
  • Gildas Illien, conservateur général des bibliothèques, directeur des bibliothèques et de la documentation du Muséum national d'histoire naturelle ;
  • Louise Merzeau, maître de conférences en sciences de l'information et de la communication à l'université Paris Ouest Nanterre la Défense.

Sur proposition de la ministre de la culture et de la communication :

  • Jérôme Belmon, conservateur en chef des bibliothèques à la direction générale des médias et des industries culturelles au ministère de la culture et de la communication ;
  • Régis Dutremée, conservateur en chef des bibliothèques, directeur du département Lire le monde à la BPI ;
  • Erik Fitoussi, co-gérant de la librairie Passages, à Lyon ;
  • Anne Pasquignon, conservatrice générale des bibliothèques, adjointe pour les questions scientifiques et techniques au directeur des collections de la BnF.

ABES : Rapport d'activité 2015

L'Abes a récemment publié son Rapport d'activité 2015.

« Panorama synthétique des actions menées en 2015, il semblait important – pour la nouvelle direction comme pour les  équipes de l’Abes – de mettre en lumière le fruit du travail mené au service des réseaux » .

Le document est directement consultable via ce lien .

Premiers éléments de programme de la Nuit de la lecture

A l’initiative du ministère de la Culture et de Communication, le 14 janvier prochain aura lieu partout en France, au sein des bibliothèques et des librairies, la première édition de la Nuit de la lecture.

Plusieurs centaines d'établissements seront mobilisés afin de proposer au public un événement populaire autour de ce thème. Les premiers éléments du programme, classés par thématique et par région, sont disponibles en cliquant sur ce lien.

Encadrement du droit à l'oubli : l'ABF s’engage

En 2014, la décision Google Spain de la Cours de Justice de l’Union Européenne (CJUE), avait mis en lumière le droit au déréférencement et à l'oubli, « pour la protection de la liberté d'expression et du droit à l'information ». Cette décision impose notamment aux moteurs de recherche de « prendre en charge les demandes de déréférencement formulées par les internautes ».

Sur ces cas de droit à l’oubli, l’ABF propose « qu’un juge soit systématiquement saisi (…) pour que ne soit pas laissée à des entreprises privées la faculté de définir leurs propres critères. Une instance de médiation, en utilisant par exemple une plateforme web, pourrait permettre de régler les cas simples pour ne pas engorger les tribunaux ». En lien avec leurs missions d’éducation à l’information, l’ABF encourage également « les bibliothèques à renforcer leur rôle de développement des littératies numériques pour prévenir ces situations ».

Enfin, l’Association des bibliothécaires de France partage la position de l'IFLA sur le déréférencement national. S'il y a déréférencement, « celui-ci ne doit porter que sur un .fr par exemple et en aucun cas sur tous les domaines internationaux », cela pouvant sinon ouvrir « la porte à un web de la censure ».

BnF : première phase de rénovation du quadrilatère Richelieu terminée

A l’issue de la première tranche de travaux, débutée il y a sept ans, le site Richelieu de la BnF rouvre aujourd’hui une partie de ses espaces rénovés.

Ces espaces sont accessibles depuis « le vestibule Labrouste, où se trouvent l'accueil général, le service d'accréditation pour les lecteurs de la BNF et de l'INHA, le service de reproduction de documents, un espace détente, les caisses et un vestiaire ». Retrouvant sa « splendeur d’origine », la salle Labrouste accueille la bibliothèque de l’INHA-collections Jacques-Doucet, dont le magasin central, accessible au public, comporte 150 000 documents. La Galerie de verre, qui permet de relier les deux ailes du bâtiment, donne accès « à la salle restaurée du département des Manuscrits, à la nouvelle salle de lecture du département des Arts du spectacle ainsi qu’à la Rotonde des Arts du spectacle ».

Le site est accessible au public du lundi au samedi de 9 heures à 20 heures. L’ensemble du quadrilatère Richelieu rouvrira en 2020, suite à la deuxième phase de travaux.

Nantes : des bibliothèques davantage participatives

En décembre dernier, le conseil municipal de Nantes a approuvé le projet d’établissement 2016-2020 de la bibliothèque municipale. Ce projet synthétise « le document d’orientation politique de la lecture publique » adoptée par la mairie l’année dernière, ainsi que les conclusions d’une consultation participative menée avec les habitants lors du premier semestre 2016.  Trois objectifs principaux ont été retenus :

  • faciliter l’accès à l’information et à la connaissance ;
  • favoriser le brassage social ;
  • permettre aux habitants d’exercer leur rôle de citoyens.

Au sein du réseau, plusieurs initiatives originales ont déjà été lancées. La bibliothèque Jacques-Demy propose des « paniers lecture », sur le même principe que des paniers de fruits et légumes : chaque mois, les lecteurs peuvent venir retirer un panier contenant une sélection de documents préparée par les bibliothécaires. Un autre établissement teste des rendez-vous personnalisés durant lesquels  « un usager est accueilli pendant une heure pour une présentation sur mesure des services ou pour un accompagnement sur une demande spécifique ».

Pour répondre à la demande des habitants, une réflexion sur l’élargissement des horaires d’ouverture vient d’être entamée. Enfin, le nouveau projet d’établissement prévoit aussi la mise en place d’automates de prêts, la création de services en ligne et le renforcement des partenariats avec les acteurs locaux.

Une fiche sur les marchés publics de livres non scolaires

Depuis le 1er avril 2016, le « seuil de dispense de publicité et de mise en concurrence préalables pour les marchés publics de livres non scolaires s’élève à 90 000 euros HT (au lieu de 25 000 euros HT pour l’ensemble des marchés publics) ». Cette disposition offre « un outil de politique publique pour favoriser, dans les villes petites et moyennes, le maintien d’un tissu culturel dense, en profitant des complémentarités entre bibliothèques publiques et librairies de proximité ».

Le ministère de la Culture et de la Communication publie (en collaboration avec la Direction des affaires juridiques du ministère de l’Économie et des Finances), une fiche d’accompagnement pour  guider les acheteurs publics dans la mise en œuvre de cette disposition. La fiche apporte notamment des réponses aux professionnels « en charge de la passation et du suivi des marchés d’acquisition de livres, notamment au sein des bibliothèques publiques et des services achats des collectivités territoriales ».

Communiqué ABF : les bibliothèques doivent rester un espace de liberté pour s’informer

À l’occasion du triste anniversaire de la tuerie de Charlie Hebdo, l’ABF s’est engagée « plus que jamais pour que les bibliothèques restent un espace de liberté pour s’informer ».

Si « depuis le mois de décembre 2016, plusieurs bibliothèques américaines » modifient « leur politique en matière de protection de la vie privée de leurs usagers », l'Association des bibliothécaires de France recommande « aux bibliothèques françaises de ne pas aller au-delà de ce qui est imposé par la loi concernant la consultation d’internet dans leurs locaux : elles ne sont tenues de conserver que les logs de connexion ».

Enfin, dans le cadre de sa Charte Bib’Lib pour « l’accès libre à l’information et aux savoirs », l’ABF préconise « l’accès à un Internet ouvert sans contrainte d’identification autre que ce que prévoit la loi et préconise la CNIL ».

Retrouvez l’ensemble du communiqué sur le site de l’ABF.

Structuration territoriale de l'enseignement supérieur et politique documentaire des universités

L’IGB et l’inspection générale de l’administration de l’éducation nationale et de la recherche (IGAENR) ont récemment publié un rapport intitulé « L'impact de la structuration territoriale des établissements d’enseignement supérieur sur la politique documentaire des universités ».

Ce document a pour objectif de « préciser comment la politique documentaire des universités a évolué avec la nouvelle structuration territoriale dans l’enseignement supérieur ». Il évalue également si cette restructuration a « servi le développement de la documentation au profit d’une communauté élargie ou si au contraire le secteur documentaire a poursuivi sa propre évolution, de façon autonome ». A partir de l’étude de quatre sites universitaires, ce rapport permet de « prendre connaissance de la réalité de la politique documentaire » et met à la fois en lumière « l’engagement des services documentaires visités dans le mouvement de structuration territoriale » mais également leur trop grande discrétion.

Le document propose également certaines préconisations :

  • « faire de la documentation une compétence obligatoire des COMUE au même titre que le numérique » ;
  • « associer systématiquement les services de documentation à des dossiers où leur présence est essentielle, tels que l’innovation pédagogique, le numérique, l’immobilier, les publications des chercheurs » ;
  • « intégrer la documentation à la stratégie de développement de la recherche initiée par de nombreuses universités dans le cadre des fusions, des COMUE ou des associations » ;
  • « ouvrir la documentation à l’international » ;
  • « associer la documentation aux actions de rapprochement entre le monde universitaire et le monde de l’entreprise ».

250 000 participants pour la première Nuit de la lecture

Organisée le 14 janvier dernier, la Nuit de la lecture a « mis à l’honneur le livre et la lecture le temps d'une soirée ».

Avec près de 1 500 événements célébrant la richesse des bibliothèques et librairies « sous une lumière nouvelle » et à une heure inhabituelle, la manifestation a mobilisé plus de 250 000 personnes. Celles-ci ont pu profiter des animations, cafés littéraires, concerts, déambulations insolites, lectures en pyjama ou encore «speed-bookings », proposés dans les lieux ouverts jusqu'à tard dans la nuit pour l’occasion.

Pensée « comme un moment de partage populaire, festif et fédérateur autour du livre » la première édition de la Nuit de la lecture a rencontré « dans les bibliothèques et les librairies un vif succès ».

Un espace karaoké en bibliothèque

Dans la ville de Vantaa (agglomération d’Helsinki, Finlande) une bibliothèque propose un espace karaoké. Une cabine « insonorisée et équipée d’une machine à karaoké contenant un catalogue de 3 300 chansons » est en effet à disposition des usagers (sur réservation) deux heures par jour.

Ce service a été mis en place « dans le cadre d’un programme régional pour développer de nouveaux services en bibliothèque ». Conjointement à cette nouvelle offre, la bibliothèque propose aussi des cours d’initiation au chant et à l’utilisation d’un micro.

Tours : la culture scientifique en avant !

Depuis 2010, les bibliothèques municipales de Tours « proposent un important programme de sensibilisation à la culture scientifique, en particulier pour les enfants ».

En 2016, des chercheurs ont élaboré (en lien avec la bibliothèque départementale d’Indre-et-Loire) l’exposition « Un cerveau dans toutes les têtes », mise en place successivement au sein des différents établissements du réseau de lecture publique. Les ateliers proposés passionnent « les enfants et attirent un public qui ne vient pas habituellement en bibliothèque ». D’autres ateliers thématiques sur l’électricité, l’astronomie ou le mouvement sont également organisés toute l’année à la bibliothèque centrale lors des « samedis de la science ».

Prix « Facile à lire » 2017

L’établissement régional Livre et lecture en Bretagne et l’association Les Chemins de lecture ont lancé, depuis 2014 un prix littéraire « destiné en priorité aux personnes qui ne lisent pas », intitulé « Facile à lire Bretagne ».

L’objectif de ce prix est de valoriser les espaces proposant une sélection de documents de lecture aisée au sein des bibliothèques de Bretagne, pionnières dans ce domaine depuis 2014. Les établissements participants proposeront des lectures et des mises en scène autour d’une sélection de huit ouvrages et mèneront « des actions pour attirer dans ces événements les publics éloignés de la lecture ». Un vote sera proposé à ces derniers pour choisir leur ouvrage préféré.

Le prix sera attribué en septembre prochain à l’auteur qui aura rassemblé le plus de voix. Un deuxième prix sera également décerné à l’établissement qui aura été le plus actif dans l’organisation de cette nouvelle édition du prix « Facile à lire Bretagne ».

Nuit de la lecture : le programme se précise !

Le livre et la lecture seront à l'honneur partout en France samedi 14 janvier à l’occasion de la première édition de la Nuit de la lecture, créée à l’initiative du ministère de la Culture et de la Communication.

Plus de 1 200 événements seront organisés au sein de bibliothèques et librairies qui « ouvriront leurs portes au public le temps d’une soirée de découvertes et d’animations exceptionnelles ». Au programme notamment : bals, cafés et concerts littéraires, déambulations insolites ou lumineuses, lectures, rencontres avec des écrivains, lectures, spectacles, « speed-bookings », etc.

Le programme complet est disponible sur le site de la manifestation : nuitdelalecture.culturecommunication.gouv.fr

Rapport IGB : laïcité et fait religieux dans les bibliothèques publiques

Les questions associées à « la laïcité, au fait religieux et convictions spirituelles se posent régulièrement dans les bibliothèques publiques », qui se veulent « lieux d'échanges et de débats dans la cité ». Aujourd’hui, ces sujets prennent « un relief particulier et suscitent des interrogations ».

Intitulé « Laïcité et fait religieux dans les bibliothèques publiques », le dernier rapport de l’IGB rappelle «  le cadre juridique concernant les droits et devoirs des personnels et usagers » et aborde «  les questions de politique documentaire ainsi que les aspects d'action culturelle. Il met également en évidence l’importance « de politiques d'accueil explicites et cohérentes, de démarches de médiation culturelle et numériques adaptées ».

Le rapport aborde aussi différents « chemins permettant aux bibliothèques de jouer pleinement leur rôle dans la compréhension et le partage du projet démocratique » : accompagnement des personnels, citoyenneté et  prévention de la radicalisation, éducation aux médias et inscription des bibliothèques dans les politiques publiques visant à servir la laïcité, identification et mutualisation de compétences, partenariats et mises en réseaux,  etc.

Edition 2017 du prix international IFLA – BibLibre du marketing dans les bibliothèques

La section Management et marketing de l’IFLA et la société BibLibre ont annoncé, début décembre, le prix international IFLA – BibLibre 2017 du marketing dans les bibliothèques. Récompensant les établissements proposant des projets ou des campagnes de marketing créatifs, ce prix a reçu pour son édition 2016 plus de 70 candidatures de 26 pays différents.

Pour l’édition 2017, les trois premiers recevront respectivement les sommes de 2 000 €, 1 000 € et 500 €, à utiliser pour pérenniser les efforts de marketing de la structure. Le lauréat et le second verront également « leurs frais de participation au Congrès 2017 de l’IFLA à Wrocław en Pologne du 19 au 25 août 2017 pris en charge (transport, hébergement, repas et inscription) ».

Vainqueurs et finalistes seront dévoilés en mars prochain, avant d’être distingués durant la cérémonie officielle de remise des prix qui aura lieu pendant le congrès. La date limite pour soumettre les candidatures est fixée au 10 janvier 2017. Plus d’informations sur les règles de participation et les critères de sélection sur bibliobsession.net.

Sensibiliser les éditeurs au handicap visuel

L’Union internationale des éditeurs (UIE) vient de publier un guide gratuit en anglais ayant pour but d’« encourager les éditeurs à respecter le traité de Marrakech qui encadre la création de livres adaptés aux déficients visuels ». Entré en vigueur le 30 septembre 2016 et ratifié par vingt-cinq pays, le document propose un cadre juridique pour permettre la création de documents lisibles par les personnes aveugles et déficientes visuelles.

L’UIE espère que ce guide encouragera les éditeurs à « prendre leur responsabilité pour une pleine intégration des personnes ayant un handicap visuel, dans la société, sur le marché de l’emploi et dans la sphère éducative ». Selon l'Union mondiale des aveugles (UMA), dans les pays développés,  moins de 10 % des ouvrages paraissant chaque année sont mis à disposition des personnes aveugles et déficientes visuelles.

Europeana dans les 100 meilleurs projets numériques du monde

La plateforme Europeana propose l’accès à des millions de ressources numérisées (émissions de radio, livres, photos, tableaux, etc.) provenant d’institutions culturelles européennes.

Cette plateforme « du patrimoine de l'Europe en ligne », a récemment été distinguée par Nominet Trust, un groupe britannique finançant « des programmes s’appuyant sur les technologies numériques pour conduire le changement social dans le monde ». Europeana fait ainsi partie des 100 projets retenus par Nominet Trust comme « particulièrement inspirants dans l’utilisation des technologies numériques au service du changement social ».

Cette sélection annuelle contribue depuis  quatre ans à « développer des projets technologiques en faveur de l'amélioration sociale et réunit des entreprises, des ONG et des scientifiques, pour partager leurs expertises ».

Un partenariat entre les archives de l'Hérault et Wikimédia

Le département de l’Hérault a récemment conclu un partenariat avec Wikimédia France, pour permettre « une plus large diffusion des richesses historiques et patrimoniales » de ses archives. Une première pour un service d’archives départementales !

Ce partenariat vise deux projets opendata :

  • enrichir l’encyclopédie collaborative Wikipédia pour « créer et améliorer les notices concernant les fonds d'archives conservés par les archives de l’Hérault » ;
  • enrichir la médiathèque Wikimédia Commons avec des documents emblématiques conservés par l’institution.

Pages