À boire et à manger

C’est l’exemple d’un SCD vivant et moderne que présente Maxime Szczepanski-Huillery, responsable de la bibliothèque Belle-Beille à la BUA, université d’Angers. Confronté à une forte affluence d’étudiants venus pour travailler, le plus souvent en groupe, rarement pour utiliser les ressources documentaires offertes par la bibliothèque, le personnel éprouve, ici comme ailleurs, de la difficulté à sanctuariser les lieux en interdisant aux étudiants de manger, de boire, ou de discuter (de « travarder »). À l’écoute de ses usagers (une enquête LibQUAL+ menée en 2008 a abouti à la division de la bibliothèque en trois zones : com, calme et silence, correspondant aux attentes exprimées par les étudiants), la bibliothèque a adopté finalement des solutions pragmatiques : mangez, mais ne laissez pas de trace ; parlez, mais acceptez l’autorégulation imposée par vos camarades ! Ces avancées n’ont pu se faire que parce que l’équipe a accepté les enjeux liés aux nouvelles manières de travailler des étudiants.