L’évaluation des services d’information des bibliothèques publiques

L’évaluation des bibliothèques est en général fondée sur une approche quantitative : nombre de documents, de prêts, de lecteurs actifs… Ces chiffres sont d’une utilité incontestable, mais s’y cantonner favorise une analyse réductrice et partielle des services d’une bibliothèque publique, en laissant en particulier dans l’ombre leur dimension sociale. Les auteurs, trois chercheurs écossais, estiment ainsi que la préoccupation première d’une bibliothèque publique ne devrait pas être de savoir quelles ressources ses usagers consultent ou empruntent, mais plutôt comment la consultation ou l’emprunt d’une ressource a contribué au développement personnel et social de l’usager. Pour y arriver, ils proposent une approche holistique de l’évaluation, combinant les méthodes quantitatives et qualitatives.