entête
entête

L'Information en ligne

histoire de la science de l'information

Sylvie Fayet-Scribe

Le GIRSIC (Groupe interdisciplinaire de recherche en science de l’information et de la communication) 1 a reçu Michael Buckland 2, professeur en science de l’information à l’Université de Berkeley (Californie) le 12 mai 1995 au CERESI (Centre d’études et de recherches en sciences infométriques) du CNRS.

Réflexion sur les nouvelles techniques

La conférence, organisée en deux parties, reflétait bien la richesse de l’expérience et des recherches de Michael Buckland. Celui-ci proposait une réflexion sur les techniques nouvelles utilisées dans les bibliothèques en les comparant aux anciennes. Pour lui, les bibliothécaires n’ont pas suffisamment fait le bilan de ce qui était positif ou négatif dans les anciens systèmes : la paper library (bibliothèque du papier) n’est pas assez discutée 3. Il décrivait alors les avantages et les inconvénients de chaque support : papier ou électronique. Puis, quittant l’environnement général, il relatait et étudiait son expérience spécifique du catalogue Melvyl de l’Université de Californie (bien connu pour ceux qui pratiquent la recherche bibliographique sur Internet !). Ce catalogue en ligne, important par son nombre de références – treize millions provenant d’une centaine de bibliothèques différentes – lui permettait d’illustrer le problème de la recherche d’informations 4. Michael Buckland affirmait la nécessité de changer nos conceptions afin de remodeler le catalogue du futur 5. Il remettait en question la séparation habituelle entre la bibliographie et le catalogue, discutait le pourquoi des collections dans les bibliothèques et s’interrogeait sur la notion même de document. Les frontières habituelles entre les différents types de documents imprimés lui semblent disparaître et il proposait un nouveau type de documents électroniques 6.

Histoire de la science de l’information

La seconde partie de la conférence adoptait un autre découpage chronologique. Il s’agissait de dresser l’histoire de la science de l’information aux Etats-Unis durant l’entre-deux-guerres et les années 50. Tout d’abord, Michael Buckland s’interrogeait sur l’oubli par les historiens américains des pionniers européens dans ce domaine durant cette période 7. Il évoquait en particulier des personnalités comme Suzanne Briet – qui écrivit Qu’est-ce que la documentation ? – en 1951 ou Emmanuel Goldberg qui découvrit en 1931 le premier support électronique pour le repérage de l’information.

Il s’interrogeait ensuite sur la séparation établie après la Seconde Guerre mondiale entre « science des bibliothèques » et « science de l’information ». Enfin, il se demandait pourquoi des innovations techniques importantes ont eu lieu à la fin du XIXe siècle dans les bibliothèques, puis de nouveau après les années 50, alors qu’entre ces deux dates, la technique ne semblait plus être, aux Etats-Unis dans le milieu des bibliothèques, considérée comme une force vitale.

Bien sûr, Michael Buckland suggère d’intéressantes hypothèses pour expliciter ces trois « énigmes » de l’histoire des bibliothèques, de la documentation et de la science de l’information 8. Le débat qui a suivi a montré l’intérêt des auditeurs pour le développement des services électroniques proposés. L’aspect de la réception culturelle dans chaque pays a été particulièrement évoqué : les besoins et les pratiques d’Internet ne sont pas semblables partout. Les digital libraries ont bien sûr été un objet de curiosité ainsi que les programmes des meilleures écoles actuelles en science de l’information aux Etats-Unis.

Cette conférence aux aspects si riches et variés a permis aux Français de redécouvrir leur patrimoine intellectuel, en même temps que l’avenir leur était conté.

  1.  (retour)↑  Le GIRSIC a été fondé fin 1991 par Ghislaine Chartron (Urfist de Paris), Sylvie Fayet-Scribe (Université de Paris I), Brigitte Guyot (INTD/CNAM) et Jean-Max Noyer (Urfist de Rennes 2). Il s’inscrit dans le cadre du programme PARINFO-CNRS et est subventionné par la Sous-direction des bibliothèques. Il vise à promouvoir, grâce à des séries de séminaires et la revue Solaris, les travaux, rencontres et activités de recherches s’effectuant avec une approche transversale plurielle et ouverte du champ scientifique de l’information. Cf. Solaris, n° 1, Pour une nouvelle économie du savoir, été 1994 ; et Solaris, n° 2, Scientométrie, infométrie : réflexions, été 1995, Rennes, Presses universitaires de Rennes.
  2.  (retour)↑  Michael Buckland a été doyen de l’Ecole des bibliothèques et de sciences de l’information à l’Université de Berkeley, et vice-président pour la politique documentaire de l’Université de Californie. Ses travaux sont nombreux. Citons Book Availability and the Library User (Pergamon press, 1975), Information and Information Systems (Praeger, 1991) et Library Services in Theory and Context (2e éd., Pergamon press, 1988). En 1992, est paru Redesigning Library Services, a Manifesto (ALA Books). Auteur de nombreux articles, dont il nous a livré la synthèse au cours de sa conférence, il participe à de nombreux comités scientifiques de revues en science de l’information (Jasis, Solaris). Il double son activitié d’enseignant, de chercheur et de praticien en information, d’une curiosité d’historien, puisqu’il a rédigé une notice biographique sur Suzanne Briet (1894-1989), parue dans la revue Documentaliste, n° 3, mai-juin 1995, p. 179-181, et prépare actuellement une biographie d’Emmanuel Goldberg (1881-1970) après avoir revisité d’un regard neuf celle de Vannevar Bush. Cf. Michael BUCKLAND, « Emmanuel Goldberg, Electronic Document Retrieval, and Vannevar Bush’s Memex », Journal of American Society in Information Science, May 1992, vol. 43, n° 4, p. 284-294.
  3.  (retour)↑  Cf. notamment les chapitres 2 et 3 de son ouvrage : Redesigning Library Services, a Manifesto, op. cit.
  4.  (retour)↑  Michael BUCKLAND, [ et al.], « OASIS : a front-end for prototyping catalog enhancements », Library Hi-tech, 40 – 10 : 4 (1992). Michael BUCKLAND et Christian PLAUNT, « On the Construction of Selection Systems », Library Hi-tech, 40 – 10 : 4 (1992).
  5.  (retour)↑  Michael BUCKLAND, « From Catalog to Gateway », Briefings from the CFFC, n° 2, 1994.
  6.  (retour)↑  Michael BUCKLAND, Union Records and Dossiers : Extended Bibliographic Information Objects, Navigating the Networks / proceedings of the ASIS, Portland, Oregon, May 21-25, mid-year meetings.
  7.  (retour)↑  Peut-être peut-on se poser la même question pour les historiens français !
  8.  (retour)↑  A lire, de Michael Buckland, un article à paraître à la fin de l’année 1995 : « Documentation, Information Science and Library Science in the USA », Information Processing and Management.