entête
entête

Chronique des bibliothèques

Bibliothèque nationale et universitaire.

Strasbourg (Bas-Rhin).

Exposition « Israël ». - Organisée par l'Amicale des étudiants israéliens de Strasbourg, sous le patronage de la Communauté israélite de Strasbourg, une exposition a été présentée du 13 au 20 février 1968 à la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg.

Cette exposition ayant pour but de refléter la vie quotidienne de l'État d'Israël a été constituée par des prêts provenant du service culturel de l'Ambassade d'Israël à Paris (documentation photographique et livres), de l'École des beaux-arts Betsalel de Jérusalem, des Ateliers Wizo et de l'atelier Maskit de Tel-Aviv (artisanat), de la Bibliothèque du Centre communautaire de la paix (livres) et de collections particulières (art liturgique ancien, livres, médailles commémoratives).

La documentation photographique a permis notamment de faire ressortir la transformation du sol et des paysages ruraux résultant des efforts d'équipement technologique et de l'implantation de communautés agricoles : création d'industries lourdes, réseaux de captation d'eau et d'irrigation, extension de viviers artificiels pour la pisciculture, etc. La transformation des paysages urbains était rendue sensible par la confrontation d'images reproduisant d'une part la citadelle de David et les murailles de la vieille ville de Jérusalem, la Mosquée de Saint-Jean D'Acre, d'autre part la ville et la baie d'Haïfa, le nouveau palais du Parlement à Jérusalem, le Dôme en forme de flamme du Sanctuaire du Livre du Musée d'Israël, etc.

L'activité artisanale était illustrée par des objets utilitaires ou décoratifs : broderie, bijouterie yéménite, marquetterie en bois d'olivier, maroquinerie, reproduction de candélabres anciens, poterie, lithographie, mosaïque, émaux, batik. Une vitrine contenait les reproductions en couleur des vitraux dus à Chagall de la Synagogue du Centre médical Adassa de Jérusalem représentant les 12 Tribus et qui avaient été exposés à Paris pendant plusieurs mois avant leur transport en Israël.

L'édition était représentée par des livres de diverses catégories : Bibles, rituels, études talmudiques, ouvrages scientifiques, romans, reportages, albums d'art, albums de photos, etc. Une vitrine était réservée à l'écrivain S. J. Agnon, prix Nobel de littérature 1966, avec l'édition complète de ses romans et nouvelles en huit volumes, des documents reproduisant diverses illustrations de son œuvre, des manuscrits de l'auteur, des photographies évoquant sa réception à l'Université de Strasbourg au mois de décembre 1966. Une autre vitrine contenait l'ouvrage du Professeur Ygaël Yadine avec la reproduction de tous les manuscrits de la Mer Morte qui sont conservés en Israël (une partie importante des originaux est exposée au Sanctuaire du Livre) ainsi que la transcription des textes tels qu'ils ont pu être reconstitués. Signalons enfin la Bible Koren, première impression originale de la Bible hébraïque en Israël (196I).

Parmi les objets d'art liturgique ancien, on peut citer un luxueux manuscrit enluminé (Italie xve siècle) du Rituel des Fêtes, ouvert sur l'enluminure illustrant la Fête des Tabernacles; des amulettes en argent d'époque Renaissance provenant d'Italie; une lampe de Havdala Louis XV; une lampe de la Fête des Lumières ornée de montants représentant Moïse et Aron; un rouleau manuscrit du Livre d'Esther dans un écrin en argent ciselé, etc.

L'exposition a reçu près de 2 000 visiteurs; les permanences étaient assurées par des étudiants israéliens. A plusieurs reprises des groupes ont bénéficié de visites guidées.

La cérémonie d'ouverture a eu lieu le mardi 13 février à II h 30 en présence de MM. Jean Verdier, préfet de la région d'Alsace, Maurice Bayen, recteur de l'Académie de Strasbourg, Abraham Deutsh, grand rabbin du Bas-Rhin, Pierre Pflimlin, maire de Strasbourg et Mlle Bernardin représentant l'Administrateur de la Bibliothèque.

De brèves allocutions ont été prononcées par maître René Weil, président de la Communauté israélite et M. Ami Barav, président de l'Amicale des étudiants israéliens.

Exposition Gutenberg et les débuts de l'imprimerie à Strasbourg. - Strasbourg se devait de participer aux manifestations qui commémorent le cinquième centenaire de la mort de Gutenberg. Celui-ci en effet, chassé de Mayence par des luttes entre patriciens et corporations, a passé au moins dix ans à Strasbourg, de 1434 à 1444 et probablement y est-il venu dès 1429. Durant ce long séjour Gutenberg a-t-il entrepris des recherches qui devaient aboutir à l'invention de l'imprimerie? A quel stade était-il parvenu avant de quitter Strasbourg pour Mayence ? La présente exposition 1 ne cherchait pas à résoudre de telles questions mais s'était donné pour but de mettre sous les yeux du public tous les documents attestant la présence, les travaux et les démêlés de Gutenberg à Strasbourg. De plus étaient associés à celui-ci les deux plus anciens imprimeurs de la ville, Mentelin et Eggestein, les premiers de cette pléiade d'imprimeurs qui ont fait de Strasbourg, pendant cent cinquante ans, un des grands centres européens de la production du livre. On sait d'ailleurs que Mentelin disputa à Gutenberg jusqu'au XVIIIe siècle, au moins en Alsace, la gloire de l'Invention nouvelle.

Cette exposition organisée dans la salle de la Bibliothèque nationale et universitaire de Strasbourg par les Archives et la Bibliothèque de la ville a été visitée par près de 6 ooo personnes.

Bibliothèque littéraire Jacques Doucet.

Exposition François Mauriac. - Le 24 janvier, une exposition François Mauriac a été inaugurée par le Recteur Jean Roche à la bibliothèque littéraire Jacques Doucet. Cette manifestation avait été organisée pour présenter quelques-uns des onze cents manuscrits offerts voici deux ans par l'écrivain à l'Université de Paris. Une telle donation représente la quasi totalité des états de travail et des œuvres inédites - notamment une ébauche de pièce, un livre de mémoires, des fragments de journal - que possédait encore leur auteur.

Cette rare générosité permet désormais aux chercheurs d'étudier d'après les documents originaux la création chez François Mauriac, depuis les inventions de l'enfance - un roman, un recueil de vers - jusqu'aux Nouveaux Mémoires intérieurs. Il était impossible de présenter ce fonds dans son intégralité. L'exposition traitait plus particulièrement l'aspect littéraire d'une activité multiple : le journaliste mêlé à notre actualité s'y effaçait devant le romancier, le dramaturge, le poète, l'essayiste et le mémorialiste. A côté des manuscrits des Mains jointes, du Fleuve de feu, du Nœud de Vipères, de la Vie de Jésus ou d'Asmodée, des lettres, prêtées par François Mauriac, révélaient les réactions de lecteurs qui s'appellent Maurice Barrès, Paul Claudel, Jacques Rivière, Marcel Proust, Drieu la Rochelle, André Gide, Jean Paulhan. Des documents iconographiques complétaient cette évocation : buste de Zadkine, portraits de Jacques Émile Blanche et de Jean de Gaigneron, dessins et photographies.

Dans la préface au catalogue 2 où sont publiés de nombreux inédits, François Mauriac donne les raisons d'une libéralité exemplaire :

« ... je voudrais dire ici ce que j'attends, ce que j'espère de ce fonds Mauriac constitué par la bibliothèque littéraire Jacques Doucet qui est une fondation d'État. C'est de pouvoir lutter contre la dispersion, après nous, de nos écrits même les plus intimes, contre cette mise à l'encan de cette part de nous-mêmes sur laquelle nous n'avons aucun droit, ce qui est incroyable, quand par le hasard d'une succession elle tombe de notre vivant entre des mains inconnues. Je demande instamment à ceux qui détiennent des lettres et des manuscrits de moi, sinon de les confier d'ores et déjà, comme j'ai fait moi-même, à la bibliothèque Jacques Doucet (c'est ce qui pourrait me satisfaire le mieux), du moins de les lui léguer par testament. Tout ainsi sera conservé, classé et ne sera communiqué qu'à bon escient. Des étudiants, des historiens de la littérature en bénéficieront. Par exemple les lettres de Gide que je détenais ont maintenant rejoint, place du Panthéon, celles que je lui avais adressées et que Gide avait léguées à la bibliothèque Jacques Doucet, de sorte qu'on pourra désormais y consulter notre correspondance presque complète. »

Le classement et le catalogue sur fiches du fonds Mauriac, confiés à Mlle Jacqueline Zacchi, collaboratrice technique du Centre national de la recherche scientifique, sont achevés aujourd'hui et permettent désormais au public, muni de l'autorisation de l'auteur, de consulter cet ensemble.

Bibliothèque universitaire.

Clermont-Ferrand (Puy-de-Dôme).

Exposition sur les opérations de greffe du cœur. - Le retentissement considérable de l'intervention chirurgicale pratiquée au Cap par le Dr Barnard a permis d'évoquer, du 22 janvier au 4 février 1968, à l'intention des lecteur et surtout des jeunes étudiants ce qu'est la bibliographie dans le domaine scientifique et clinique.

Autour d'articles de presse citant et commentant l'évènement avaient été regroupés les travaux les plus récents des Drs Shumway et Barnard parus dans la littérature médicale mondiale. Des exemples précis permettaient de faire comprendre sur quoi s'appuie une culture médicale nécessairement très vaste, ce que sont les Advances où le Dr Shumway avait fait lui-même une mise au point récente, comment les techniques modernes tendent de plus en plus à réduire le temps de l'information, ce que sont les Previews. D'autres vitrines présentaient tous les travaux concernant les problèmes d'immunologie dans les greffes, parus dans le monde et les derniers livres du Dr Halpern. Les savants français n'étaient pas oubliés et, autour de la photographie montrant leurs représentants en route pour le Cap, s'étalaient leurs principaux articles relatifs aux greffes expérimentales et aux problèmes connexes, le Dr Carrel étant cité parmi les premiers en date à s'être penché sur ces problèmes. Des monographies (colloques et Congrès international de morale médicale) évoquaient l'aspect moral des greffes cardiaques.

Cette exposition, bien que modeste par son importance, aura atteint son but si elle a fait comprendre aux étudiants de la faculté de médecine que les problèmes bibliographiques que soulèvent des opérations spectaculaires sont considérables. Si une telle opération n'est possible que comme travail en équipe, la recherche bibliographique constitue elle aussi, à sa manière, par-delà les écoles et les frontières un immense travail d'équipe.

Bibliothèques municipales.

Albi (Tarn).

Don d'œuvres de Pierre Benoit. - Le 22 octobre 1967 fut inaugurée à Albi, en présence de M. le Duc de Lévis-Mirepoix, une plaque sur la maison natale de Pierre Benoit. A cette occasion, les sœurs de l'écrivain ont fait don à la bibliothèque d'Albi du manuscrit de La Chaussée des Géants et les éditions Albin Michel d'une série complète des œuvres de Pierre Benoit.

D'autre part, Mme André-J. Boussac ayant retrouvé une lettre autographe de Pierre Benoit, adressée à son mari, l'a déposée à la bibliothèque. Cette lettre, postée à Beyrouth, est datée du 21 juillet 1924, année de publication de La Chatelaine du Liban. Pierre Benoit y exprime son désir de répondre à l'invitation de M. Boussac en se rendant à Albi dès son retour en France, projet auquel il ne donna pas suite.

Bourges (Cher).

Exposition : Du manuscrit à l'imprimerie. - La Bibliothèque municipale a présenté dans ses galeries, du 26 février au 3 mars 1968, une brève rétrospective de l'histoire du livre, du manuscrit au XVIIIe siècle. Parmi les pièces les plus remarquables, citons : une Cité de Dieu du XIe siècle, un Bréviaire du XIVe avec miniatures de l'atelier de Jean de Berry, un incunable de Sweynheyn et Pannartz de 1467, saint Augustin (Pellechet 1545), deux incunables parisiens de Gering, Krantz et Friburger, Salluste et Cicéron (pour ce dernier, Pellechet, 3720), les Heures de Rome de Pigouchet (1498), le Champfleury de G. Tory, L'Architecture de Ph. de l'Orme (1568), un Quintilien de R. Estienne (1542) et plusieurs belles éditions de l'époque classique, dont un tome de Molière illustré par François Boucher et les Fables de La Fontaine gravées par Fessard.

Ligny-en-Barrois (Meuse).

Aménagement des nouveaux locaux. - La Bibliothèque municipale de Ligny-en-Barrois transférée il y a plusieurs années dans une salle de l'ancienne école rue Maréchal-de-Luxembourg, vient d'être réinstallée dans un local neuf construit à son emplacement primitif, 3 rue de Strasbourg.

Le nouvel établissement, d'une superficie de 100 m2 est doté d'un chauffage central permanent. Deux rayonnages fixes et quatre doubles rayonnages mobiles permettront d'y loger aisément 5 000 volumes. La collection actuelle se compose de 2 500 volumes reliés et de nombreux périodiques. Depuis sa réouverture en janvier dernier le nombre de prêts est en nette progression.

Menton (Alpes-Maritimes).

Exposition de miniatures et enluminures. - A l'occasion des « Fêtes du Citron » et de la présentation des œuvres sélectionnées pour la prochaine biennale de peinture au Palais de l'Europe, la Bibliothèque municipale a ouvert ses portes à Mme Chazerand-Guidicelli qui a présenté au public la très belle collection de miniatures et d'enluminures dont elle est l'auteur. Ces œuvres dont on ne sait ce qui prédomine, de la richesse des couleurs et des ors ou de la délicatesse du trait, offraient une extrême variété de thèmes. Les amateurs d'œuvres d'art ont pu admirer les lettrines fièrement enluminées, les médaillons dont chacun représente une scène tantôt naïve tantôt d'une surprenante poésie. Mme Chazerand-Guidicelli a eu l'élégance de choisir, en manière de support à ses lettrines, des textes poétiques d'un goût très sûr et cette alliance de belles scènes et de chaudes couleurs constitue un ensemble plaisant à l'œil et au cœur.

Cet art né au fond des âges médiévaux où il acquit rapidement une perfection inégalée, fut vite négligé par la suite. Il est réconfortant de découvrir qu'au xxe siècle il se trouve encore des artistes ayant assez de foi et de goût pour maintenir cette forme d'art qui n'a de mineur que le nom. Les visiteurs sont venus nombreux à cette exposition.

Mulhouse (Haut-Rhin).

Exposition annuelle des artistes graveurs mulhousiens. - La seizième exposition annuelle de gravures originales des peintres mulhousiens a été ouverte le 16 mars 1968 à la Bibliothèque municipale 3. Elle réunissait treize artistes qui ont présenté soixante-quatre planches dessinées et gravées au cours de l'année 1967.

Pau (Basses-Pyrénées).

Fonds Paul-Jean Toulet (Donation La Blanchetai). - Rendant compte de l'exposition du centenaire de Paul-Jean Toulet, une précédente chronique 4 signalait que cette manifestation avait amené l'un des prêteurs de documents, Mme de La Blanchetai, à faire don à la Bibliothèque de Pau de toutes les pièces prêtées par elle.

C'est une donation bien plus importante qui, en définitive, a été consentie par la nièce de l'écrivain, une fois l'exposition terminée. Elle décidait en effet de remettre à la bibliothèque de Pau tout ce dont son mari - filleul de Paul-Jean Toulet - avait hérité directement de celui-ci.

Voici l'inventaire sommaire de ce don :

Manuscrits de P. J. Toulet.

a) Œuvres publiées.

Le cahier contenant la première partie du Journal et voyages, 3° pages du roman Lélie fumeuse d'opium, deux chapitres des Contes de Béhanzigue, quelques fragments de divers romans; quelques poèmes manuscrits; le texte manuscrit de nombreux articles de journaux et revues.

Textes imprimés avec annotations et corrections manuscrites : Pensées sauvages (paru dans Les Trois impostures et le Carnet de M. du Paur), 41 articles de revues (de 1885 à 1914), et quelques poèmes parmi lesquels, combien émouvants, les derniers vers de Toulet, trouvés sur sa table de chevet le lendemain de sa mort.

b) Inédits.

Le plan et le premier chapitre d'un roman pour Willy, une longue nouvelle de 87 p. (également pour Willy, avec les corrections de celui-ci), des traductions de théâtre espagnol et de poèmes grecs, de nombreux fragments de nouvelles et de contes, enfin quelques brouillons de poèmes.

Un précieux recueil contenant : les notes utilisées par l'écrivain pour écrire ses principaux romans (Mon amie Nane, Monsieur du Paur...) ; le plan et le canevas détaillé de La Jeune fille verte et du Mariage de Don Quichotte (2e partie, inédite); plusieurs projets, ébauches, etc.

33 fascicules de la Gazette des Beaux-Arts abondamment annotés de la main de Toulet.

Des notes de travail couvrant plusieurs cahiers, petits carnets, agendas, mais écrites aussi sur les supports les plus divers : cartes postales, menus, programmes, signets, etc.

Correspondance.

80 lettres autographes de Toulet, dont 15 à Claude Debussy et 49 à son filleul P. H. de La Blanchetai.

350 lettres et cartes adressées à P. J. Toulet, dont 31 par Claude Debussy, 27 par Henri de Régnier, 7 par Francis Jammes et les autres par P. Vallery-Radot, Anna de Noailles, Giraudoux, Moréas, Tristan Derème, Colette, Dunoyer de Segonzac, E. Jaloux, Jérôme Tharaud, J. L. Vaudoyer, etc.

35 lettres et cartes adressées à Mme Toulet par Francis Carco, Paul Valéry, Henri Martineau, Francis Jammes, etc.

La plupart de ces lettres sont inédites : c'est ainsi que 16 lettres de Debussy (sur 31) ne figurent pas dans la correspondance Toulet-Debussy publiée par Henri Martineau.

Livres et imprimés.

Épreuves (non corrigées) des Contrerimes.

Fascicules de revues contenant des textes (prose et poésie) en édition préoriginale ; 5I articles de Toulet parus dans des revues et journaux, découpés et rassemblés en recueil, parmi lesquels 41 avec annotations et corrections.

Éditions rares et originales des Contrerimes et des Trois impostures dans des exemplaires de tête, avec reliure de Cuzin le fils; édition illustrée des Contrerimes (Bruxelles, 1927), avec une suite de Carlègle, etc.

150 volumes ayant appartenu à Toulet, la plupart avec inscriptions manuscrites, et beaucoup dédicacées par leurs auteurs (Moréas, Jammes, Gérard d'Houville, E. Henriot, etc); revues d'art et de littérature de l'époque 1900-1920.

Très nombreux articles de revues consacrés à Toulet (exhaustifs pour la période 1920-1927, où ils ont été rassemblés par sa veuve dans un énorme album).

Autres documents.

Iconographie : le masque mortuaire de Toulet et différents portraits (gravures et photographies).

Souvenirs personnels et de famille : souvenirs de voyages, papiers divers (billets de théâtre, invitations, prospectus, comptes, etc.). Particulièrement intéressants sont les albums de photographies riches de pièces rares et curieuses : portraits de personnages comme Toulouse-Lautrec, Debussy, liaisons féminines de Toulet ou paysages de France et d'Asie, datés du début de ce siècle.

Ainsi, et comme il se doit, la bibliothèque de la ville natale de Toulet peut-elle présenter autre chose que son acte de naissance et son palmarès de lycée : grâce à ce don, c'est un ensemble riche et varié qui est désormais offert aux chercheurs et aux bibliophiles sur les lieux mêmes qui ont inspiré au poète ses plus belles pages.

Rennes (Ille-et-Vilaine).

Exposition sur les humoristes Chaval, Sempé, Siné. - Dans la salle d'exposition de la Bibliothèque municipale, la Maison de la culture de Rennes a présenté du 26 février au 13 avril 1968, une exposition consacrée aux humoristes Chaval, Sempé, Siné et réalisée par la Maison de la culture d'Amiens.

Roubaix (Nord).

Exposition sur le tourisme belge. - Une exposition consacrée au tourisme belge et organisée par M. F. Itelandre s'est tenue du 24 février au 3 mars 1968 dans la salle de conférences de la Bibliothèque municipale. Les panneaux installés présentaient de remarquables photographies de paysages, monuments, intérieurs de châteaux, scènes folkloriques belges.

Saint-Étienne (Loire).

Bibliobus urbain. - Désireuse de répondre aux besoins culturels d'une population de plus de 200 ooo habitants, la ville de Saint-Étienne a créé récemment un bibliobus urbain. Au contraire de la solution souvent adoptée (transformation d'un car ancien) c'est un car neuf qui a été acheté et équipé par une maison spécialisée 5.

Caractéristiques du véhicule :
Châssis Citroën type 60.
- Moteur à essence type 100 × 110; 6 cylindres - Cylindrée : 5,183 litres.
Puissance administrative : 20 ch. - Puissance réelle : 90 ch. à 2 500 tr/mn.
- Embrayage à bidisques fonctionnant à sec.
- Boîte à vitesse : 5 vitesses AV. et marche AR. 5e vitesse en prise directe.
- Pont arrière : pont type « Banjo » couple conique 6 × 41.
- Pneus : 9 X 22,5 XSC jumelés à l'arrière, simples à l'avant et roue de secours.
- Direction : type Gemmer.
- Freinage : air comprimé, transmission hydraulique.
Carrosserie :
- Dimensions principales : Longueur utile nécessaire : 7,50 m
Largeur intérieure : 2,54 m
Hauteur intérieure : I,90 m.
- Dimensions extérieures : Longueur : 10 m
Largeur 2,60 m
Hauteur : 2,98 m à vide.
- Carrosserie en tôle d'acier lisse.
- Pare-brise en deux parties avec coins Sécurit.
- Cloison séparative entre cabine-fourgon avec porte coulissante.
- Chauffage dégivrage de cabine SOFICA deux bouches - chauffage du car, type Gurtner, sur essence du moteur.

Aménagement du bibliobus.

L'accès au car se fait par la porte arrière droite et la sortie par la porte avant droite. Des marche-pieds amovibles ont été rajoutés ainsi que deux rampes pour faciliter montée et descente. Le fait que les deux portes ne soient pas commandées par un système pneumatique complique le service du personnel. Le sol est en linoléum plastifié gris.

L'ébénisterie réalisée par un artisan de la région est très élégante, acajou pour les rayons, frêne clair pour le fond. Une baguette d'aluminium or éteint souligne chaque rayon et sert de champ d'arrêt aux livres.

Le bureau de prêt se trouve face à la porte d'entrée et forme un angle droit. Il est constitué par deux plateaux; dans celui du dessus s'encastrent deux bacs mobiles contenant les fiches de prêt du point desservi. Les autres bacs sont logés entre les deux plateaux dans la partie latérale gauche du bureau. Tiroirs et étagères pour rangement du matériel complètent ce meuble. Le siège pivotant est fixé sur le caisson de la roue. Face au bureau de prêt, l'autre caisson est caché par un placard bas dans lequel est logé le chargeur à batterie. Une table pliante est placée près de la cabine du chauffeur, un employé y assure le pointage des livres qui sortent.

Soixante mètres de rayonnages permettent la présentation de 2 100 à 2 500 livres. Des serre-livres en bois se bloquant dans le rayon par un système de viroles résolvent complètement le problème du maintien des volumes lorsque le rayon n'est pas plein, pendant le trajet. Les ouvrages documentaires sont rangés à gauche en entrant, les romans à droite; la signalisation est faite par des lettres de plastique noir.

Sous les rayons, d'un côté, sont placés les trappes de chauffage, de l'autre ont été réalisés des casiers à portes coulissantes servant de réserve. Le chauffage s'étant révélé insuffisant par période de grand froid, un radiateur de marque Sunkiss, sur roulettes, a été ajouté. Un extincteur est fixé à côté de la porte d'entrée ainsi qu'un autre dans la cabine du chauffeur.

L'éclairage naturel est assuré par deux éléments translucides de 650 X 740 mm et trois hublots s'ouvrant pour l'aération. De plus, au fond du car, se trouve une grande baie vitrée. L'éclairage électrique est fourni par six tubes fluorescents orientables alimentés par des batteries supplémentaires et placés au-dessus des rayonnages. Il faut signaler que ces tubes ne sont pas en nombre suffisant et qu'en pleine nuit, l'éclairage laisse à désirer.

Sur la carrosserie de teinte bleu clair, à l'extérieur, a été peinte l'inscription : « Bibliobus - Ville de Sainte-Étienne. »

Prêt.

Le personnel est composé d'une sous-bibliothécaire et d'un employé de bibliothèque qui, possédant son permis poids-lourds, conduit le car, en assure l'entretien et participe aux opérations de prêt. Le fonds de livres pour ce nouveau service constitué au cours de l'année 1967, est actuellement de 5 à 6 ooo volumes. Le prêt s'adresse uniquement aux adultes et adolescents.

Pour une ville de l'importance de Saint-Étienne, le choix des points de stationnement posait un véritable problème; l'importance du stock d'ouvrages (5 ooo) ne permettait de prévoir que trois points d'arrêt, tout au moins pour les premiers mois. De plus, il fallait tenir compte d'un réseau de bibliothèques populaires installées dans des écoles communales, fonctionnant mal, mais près desquelles il était impossible de stationner. Après une étude des nouveaux quartiers faite par une commission composée du Secrétaire général, de l'Adjoint aux affaires culturelles, des ingénieurs responsables de la circulation et des marchés, trois points de stationnement proposés par la bibliothécaire furent adoptés par le Conseil municipal :
- le premier, à la Métare, est situé au milieu de grands ensembles près d'un nouveau quartier en construction; une clientèle de jeunes femmes et de jeunes ménages fréquente le bibliobus;
- le second a été choisi pour sensibiliser la population d'un quartier nord-est de la ville, Montreynaud, où un ensemble important sera créé très prochainement, avec une annexe de la Bibliothèque municipale;
- le troisième placé à la sortie sud de la ville, place Bellevue, est le point de stationnement-type de carrefour avec les terminus de tramways et les départs de trolleybus pour les communes limitrophes; de nombreux commerçants s'y trouvent, à la charnière de grands ensembles et de vieux quartiers et à proximité de l'hôpital. Tous ces éléments font que ce point de stationnement est de loin le plus important et que la clientèle est composée de lecteurs de tous les âges et de tous les milieux.

Bilan de deux mois de fonctionnement.

Après deux mois de fonctionnement, le nombre de lecteurs inscrits est de plus de 500 et augmente chaque semaine de 60 à 70 nouveaux adhérents 6. Le sondage systématique fait auprès de chaque personne qui s'inscrit montre que ce sont de nouveaux lecteurs que le bibliobus atteint. Pratiquement, le nombre de ceux qui avaient emprunté des livres à la section de lecture publique de la Bibliothèque municipale ou à l'annexe du Centre social de Beaulieu est infime.

Ces 500 premiers lecteurs se divisent ainsi :
- 299 femmes;
- 69 adolescents.
- 154 hommes, dont 26 retraités, 42 cadres, 19 professeurs et instituteurs,
60 employés et ouvriers, II commerçants et 7 fonctionnaires.

En raison du succès que remporte le bibliobus, le stock de livres se révèle presque insuffisant. Un quatrième point de stationnement prévu dans le quartier nord de la ville ne peut encore être créé, alors que d'autres demandes se précisent déjà près d'un centre social et dans d'autres quartiers excentriques de la ville.

Cette courte expérience fait davantage prendre conscience du problème de la lecture publique à Saint-Étienne et fournit dès maintenant des éléments pour une étude d'ensemble.

Toulouse (Haute-Garonne).

Exposition Pierre et Marie Curie. - La Bibliothèque municipale de Toulouse a présenté une exposition consacrée à Pierre et Marie Curie grâce aux documents prêtés par la Bibliothèque nationale. On put admirer des photographies, des manuscrits de Pierre et Marie Curie, de nombreuses photocopies d'autres documents, les œuvres imprimées des deux savants, soit en volumes soit sous forme d'articles de revues et de comptes rendus à l'Académie des sciences. De nombreux visiteurs, en particulier des groupes d'élèves des divers établissements scolaires de Toulouse sont venus chaque jour voir l'exposition et écouter les enregistrements au magnétophone de plusieurs allocutions qui expliquent la vie et l'œuvre des Curie.

Inaugurée le 27 février en présence de M. le Professeur Ourliac, maire-adjoint, l'exposition est restée ouverte jusqu'au 30 mars. Les documents photographiques ont été ensuite prêtés au lycée Marie Curie de Tarbes qui en avait fait la demande.

Tourcoing (Nord).

Exposition de livres pour la jeunesse. - Le samedi 10 février 1968, MM. Jean Lenoir et Ducroquet responsables de la bibliothèque recevaient M. René Lecocq, maire de Tourcoing et diverses personnalités pour l'inauguration de l'exposition de livres pour les enfants et les jeunes de cinq à quinze ans sélectionnés par des représentants des associations Bibliothèques pour tous, Centre de culture ouvrière, Francs et franches camarades, La Joie par les livres, Loisirs Jeunes et présentés par l'Association « Lire ». Ouverte du 10 au 22 février cette exposition a reçu la visite de près de mille personnes, parents, éducateurs, enfants, qui ont pu apprécier ce « catalogue visuel » des cinq cents livres présentés, classés par âges et catégories : albums, cartes, romans, nature, découverte du monde, histoire, les arts et les hommes, sciences et techniques, jeux et activités, sports, dictionnaires et encyclopédies, religions et mythologie.

Bibliothèque centrale de prêt.

Troyes (Aube).

Journées départementales d'étude de la lecture publique et des bibliothèques. - Sous l'égide du Comité départemental d'animation, avec le concours de la Bibliothèque centrale de prêt de l'Aube, de la Bibliothèque municipale et du Service de la jeunesse et des sports, des journées départementales de la lecture publique ont été organisées à la Bibliothèque de Troyes, les 5, 6 et 7 mars 1968.

Une soixantaine de personnes ont suivi ces réunions avec un grand intérêt : bibliothécaires municipaux, dépositaires du bibliobus, documentalistes des lycées et collèges, responsables des bibliothèques d'usines et d'administration, de foyers, de clubs, de maisons de jeunes et de la culture, de bibliothèques pour tous, d'Armée.

Quelques causeries, des comptes rendus d'expériences et des débats sur la lecture des enfants, des adolescents et des adultes ont permis de faire le point de la lecture en 1968. Un exposé sur des problèmes simples de bibliothéconomie a été suivi de quelques exercices pratiques. Une démonstration de veillée de lecture eut lieu à la Maison des jeunes et de la culture de Troyes, avec le montage du livre d'Yves Gibeau La Ligne droite.

Si les participants ont compris l'importance de la technique du livre, ils ont aussi découvert les méthodes modernes d'animation, mises au point par les mouvements spécialisés, adaptées pour les bibliothèques (expositions, affiches, veillées, montages audio-visuels). Ces journées sur la lecture ont favorisé les échanges de vues sur les questions de relations et de coopération entre les bibliothèques et les projets de mise en commun de certaines expériences.

Semaine de la lecture.

Diverses bibliothèques se sont associées à la Semaine de la lecture organisée du 26 février au 3 mars 1968 par la Ligue française de l'enseignement.

- A Angoulême, la Bibliothèque municipale a organisé dans sa salle de lecture une exposition de livres anciens (incunables et impressions angoumoisines du XVIIe siècle) et de livres modernes illustrés. Elle a participé à l'exposition organisée par la section locale de la Ligue française de l'enseignement et la Fédération des œuvres laïques en prêtant des livres et documents mettant en relief les activités de la Bibliothèque municipale et surtout son rôle pédagogique.

- A Bordeaux la Bibliothèque municipale participa à cette semaine en assurant la distribution d'affiches dans les bibliothèques de lecture publique des différents quartiers de la ville et en diffusant des formulaires d'enquête sur la lecture auprès des lecteurs. Un débat sur le thème « Lire à quoi bon! » s'est déroulé le 27 février dans le grand auditorium du service régional de l'O.R.T.F. Le rapport du groupe d'études sur la lecture publique en France a été analysé au cours d'un débat auquel participèrent entre autres M. Escarpit, professeur à la Faculté des lettres et M. Abecassis, inspecteur de l'enseignement primaire.

- A Bourges et dans tout le département du Cher, la Fédération des œuvres laïques a organisé une série de manifestations en faveur de la lecture : exposition de livres d'enfants dans divers établissements, « signature » chez un libraire par Michèle Albrand, prix Jean Macé; veillée de lecture consacrée à Élise ou la vraie vie, de Etcherelli, projection du film d'Alain Resnais, Toute la mémoire du monde.

Une enquête sur la lecture a été lancée, surtout auprès des dépositaires du bibliobus de la Bibliothèque centrale de prêt du Cher et des animateurs locaux de la Fédération des œuvres laïques. Un certain nombre de lecteurs y ont répondu, témoignant de leur goût pour le livre.

Néanmoins, la majorité des gens ne lisent pas. La lecture est-elle à l'agonie? Tel était le thème des journées des 2 et 3 mars. A la Maison de la culture, le soir du 2 mars, un débat animé par l'équipe départementale du Centre laïque de lecture publique a réuni : deux auteurs (Michèle Albrand et Albert Duchereux), deux éditeurs (Maubert, Ed. du Pavillon), deux libraires de Bourges, un représentant de la Ligue de l'enseignement, un animateur rural du Centre laïque de lecture publique, le bibliothécaire municipal, M. Jenny et le directeur de la Bibliothèque centrale de prêt du Cher, M. Pichon. Chacun exposa ses problèmes professionnels relativement à la lecture. Au siège de la Fédération des œuvres laïques, une exposition « Livre et liberté » avait été inaugurée par le président national de la Ligue de l'enseignement, M. Fauré et par M. le Préfet du Cher. La Bibliothèque municipale avait prêté plusieurs éditions anciennes d'ouvrages scientifiques et un tome de l'Encyclopédie de Diderot.

- A Caen, la Bibliothèque municipale s'est associée à la semaine de la lecture en complétant les informations données à la presse sur la lecture publique en France et à Caen et en prêtant quelques livres et des photographies pour les diverses expositions organisées à Caen et dans le département par la Fédération des œuvres laïques.

Michel Bataille, lorsqu'il est venu signé son livre l'Arbre de Noël à la librairie Sebire, dans le cadre de cette semaine de la lecture a bien voulu écrire quelques mots à l'intention de ses lecteurs abonnés à la Bibliothèque municipale et qui n'avaient pu se déranger. Cette semaine a été pour la Bibliothèque municipale une occasion de faire connaître, par plusieurs articles de presse, son action en faveur de la lecture.

- A Chaumont, la Bibliothèque municipale a participé à la Semaine de la lecture en faisant connaître grâce à la presse locale l'activité et les richesses de la bibliothèque.

- A Cognac, la Bibliothèque municipale a organisé une petite exposition d'ouvrages choisis dans le fonds charentais pour illustrer trois thèmes.

I. Écrivains des XVIe et XVIIIe siècles nés en Charente (en particulier : Octovien et Mellin de Saint-Gelais, Marguerite d'Angoulême, André Thevet, Jean de la Péruse, Jean-Louis Guez de Balzac, Jean de La Quintinie, l'abbé Pierre de Villiers).

2. Histoire de Cognac, sa participation aux grands événements de l'histoire nationale (la Fronde, la Révolution de 1789, la Guerre de 1870-1871, la Résistance de 1940 à 1945), la vie communale aux XVIIe et XIXe siècles, l'instruction du XVIIe au XIXe siècle.

3. La viticulture charentaise et le « cognac » (aspect technique, historique, commercial et juridique).

Du 28 février au 13 mars, une vingtaine de classes des écoles publiques de la ville et du lycée de garçons ont visité cette exposition et la Bibliothèque municipale. Les livres pour enfants, ceux de la section de prêt et les « usuels » leur ont été présentés. L'organisation du service de prêt à domicile leur a été expliquée.

- A Confolens, toujours dans le cadre de la Semaine de la lecture, la Bibliothèque centrale de prêt de la Charente a organisé dans la salle des mariages de l'Hôtel de ville une exposition sur le thème « Costume et folklore dans le livre ». Cette exposition inaugurée le 27 février par M. le Préfet de la Charente présentait à l'aide de planches choisies dans les livres illustrés l'évolution du costume depuis l'époque mérovingienne jusqu'à l'Empire. Par les transformations de ces costumes on pouvait suivre et comprendre les changements correspondant des mœurs, des habitudes, des manières de vivre et de penser.

A côté des modifications incessantes dans les toilettes à la Cour, dans les châteaux et les villes, le paysan, lui, restait attaché à une manière de se vêtir qui se transmettait de génération en génération. Aussi cette exposition donnait-elle un aperçu des coiffures et des costumes régionaux d'Espagne, du Portugal, du Japon, d'Indonésie, de Suisse, de France et plus particulièrement du Limousin et de l'Angoumois. Quelques poupées folkloriques habillées complétaient cet ensemble. Deux émissions radiophoniques et une émission de télévision ont permis de faire connaître davantage les richesses de la Bibliothèque centrale de prêt qu'un public nombreux est venu admirer.

- A Nantes, la Bibliothèque municipale avait, à cette occasion, organisé les manifestations suivantes :

A la bibliothèque centrale, en collaboration avec la Faculté des lettres de l'Université de Nantes et l'Institut autrichien, une exposition Robert Musil a permis au public, étudiants et autres, de se familiariser avec l'homme et l'œuvre.

Dans les bibliothèques annexes, pour la première fois, ont été réalisées des veillées de lecture. Préparés pendant les vacances de Mardi-gras par un groupe d'étudiants et de lycéens, sous la direction des bibliothécaires, des enregistrements au magnétophone de Columba (textes, disques, bruitage), ont servi de base à une découverte de la Corse et de Colomba, introduite par une conversation avec la bibliothécaire et illustrée de projections de photographies. A la bibliothèque de Chantenay plus de cinquante personnes ont assisté à cette veillée de lecture, filmée par le studio régional de l'Office de radiodiffusion et télévision française et retransmise le lendemain aux informations régionales télévisées. A la bibliothèque du Breil-Malville, l'assistance, moins nombreuse mais plus jeune, a confirmé le besoin de discussion qu'avaient déjà exprimé les participants à la veillée de Chantenay.

Au Foyer de la jeune travailleuse, une annexe de la Bibliothèque municipale a organisé une exposition de livres neufs, romans et documentaires, sur le thème « La femme et la culture ». De grandes affiches, réalisées par une étudiante des Beaux-Arts, entouraient cette présentation de livres faite dans la cafetaria du Foyer.

- Au Puy-en-Velais enfin, la Bibliothèque municipale a réalisé, à la demande de sa commission d'achat, une exposition sur le livre contemporain. Dans la salle de lecture et de prêt avaient été regroupés les derniers tomes des plus intéressantes collections possédés par la bibliothèque. Les visiteurs et plusieurs groupes d'élèves venus avec leurs professeurs admirer cette exposition, ont pu apprécier ainsi le choix d'ouvrages mis à leur disposition par la bibliothèque.

  1.  (retour)↑  [Exposition. Strasbourg. 1968.] - Gutenberg et les débuts de l'imprimerie à Strasbourg. 5e centenaire de la mort de Gutenberg 1468-1968. Exposition organisée par les Archives et la Bibliothèque municipale de Strasbourg à la Bibliothèque nationale et universitaire du z au 17 mars 1968. [Préf. de Ph. Dotlinger,...] - Strasbourg, 1968. - 2I cm, IV-45 p.
  2.  (retour)↑  BIBLIOTHÈQUE LITTÉRAIRE JACQUES DoucET. Paris. - François Mauriac. Manuscrits, inédits, éditions originales, iconographie. Préf. de François Mauriac... 24 janvier-15 mars 1968. [Catalogue établi par François Chapon.] - Paris, Université de Paris, 1968. - 27 cm, 107 p., portr., fac-sim.
  3.  (retour)↑  EXPOSITION DE GRAVURES ORIGINALES D'ARTISTES MULHOUSIENS. 16. 1968. Mulhouse. - Seizième exposition de gravures originales d'artistes mulhousiens, 16 mars-6 avril 1968. - Mulhouse, Bibliothèque municipale, 1968. - 2I cm, 6 p.
  4.  (retour)↑  Voir B. Bibl. France, 12e année, n° 9-10, sept-oct. 1967, pp. 362-363.
  5.  (retour)↑  La dépense totale a été la suivante :
    - achat du véhicule 62 408 F
    - aménagement 20 000 F
    82 408 F
    Il faut y ajouter 40 000 F pour le fonds initial de livres.
  6.  (retour)↑  Au 15 mai le bibliobus avait plus de 800 lecteurs!