entête
entête

La formation aux métiers des bibliothèques, de la documentation et de l’information

Journée d'étude organisée pour les 20 ans du CFCB Bretagne-Pays de la Loire – 24 novembre 2016 – Rennes

Aude Etrillard

Le 24 novembre 2016, le Centre de Formation aux Carrières des Bibliothèques Bretagne – Pays de Loire (CFCB) célébrait ses vingt ans d'existence par l'organisation d'une journée d'étude rassemblant une diversité d'acteurs de la formation des professionnels des bibliothèques. L'occasion non seulement d'établir un bilan de l'action du CFCB, mais également de questionner les nouveaux enjeux de la formation professionnelle.

La journée d'étude, faisant suite à une série d'évènements organisés par le CFCB depuis septembre 2016 1, a réuni soixante-neuf participants, et fut organisée autour de trois temps forts intitulés « Hier, 20 ans de formation des bibliothécaires », « Ici et Maintenant, votre histoire avec le CFCB : témoignages » et « Demain, quelles évolutions pour la formation ? ». L'intégralité de la rencontre a été filmée et sera disponible en ligne 2.

De la coopération inter-institutionnelle à l'évolution
des métiers des bibliothèques :
le CFCB au cœur des nouveaux enjeux
en université et en bibliothèque

La journée fut ouverte par quatre prises de parole qui ont posé les jalons des discussions à venir. Olivier David, président de l'Université Rennes 2, a commencé en se réjouissant des 20 ans d'histoire commune entre l'Université Rennes 2 et le CFCB Bretagne Pays de Loire, ainsi qu’en saluant le travail des 6 agents permettant au CFCB de rayonner sur un vaste territoire qui regroupe sept universités, et depuis 2015, trois grandes écoles 3, favorisant ainsi la coopération intersites. Yves Moret, conservateur général au Département de l’information scientifique et technique et du réseau documentaire (DISTRD), a ensuite prononcé quelques mots en soulignant que cette journée était l'occasion pour le ministère de rendre hommage à l'ensemble des Centres Régionaux de Formation aux Carrières des Bibliothèques (CRFCB) et aux universités qui les soutiennent, permettant de fournir aux quelques 40 000 agents des bibliothèques 4, un accès à une formation continue évoluant au gré des besoins émergents. Sophie Gonzalès, directrice du CFCB Bretagne – Pays de Loire, et présidente de l’Association des directrices et directeurs de CRFCB, prit ensuite la parole, d'abord en égrainant quelques souvenirs sous la forme d'un emprunt à Daniel Pennac, l'occasion de saluer et de rendre hommage aux nombreux collaborateurs, collaboratrices, formateurs, formatrices, et stagiaires rencontrés dans le cadre du CFCB et d'autres CRFCB, et de témoigner ce faisant de la diversité des actions du CFCB. Elle a rappelé par ailleurs l'objectif de cette journée, se voulant non seulement être l'occasion d'un bilan, mais aussi celle de penser les enjeux nouveaux pour le CFCB. Enfin, Marc Bergère, vice-président en charge de la documentation et des ressources technologiques à l'Université Rennes 2, a tenu à saluer nommément les membres de l'équipe du CFCB. Il a ensuite souligné ce que représente le CFCB Bretagne – Pays de Loire dans la stratégie d'un établissement universitaire tel que l'Université Rennes 2, pour le développement d'un réseau institutionnel fort, et pour l'alimentation d'un catalogue de formations initiales et continues diversifiées et actualisées. Il a enfin annoncé que l’importance du CFCB au sein de l'Université Rennes 2 va se trouver encore renforcée dans le cadre du projet d'établissement 2017-2021, prévoyant la création d'un pôle thématique transversal « Culture du livre et de l'imprimé ».

Hier : 20 ans de formation des bibliothécaires au CFCB

La première table ronde de la journée, modérée par Sophie Gonzalès, réunissait Albert Lefort, directeur du CFCB de 2009 à 2013, Christophe Pavlidès, directeur de Médiadix et Brigitte Renouf, Directrice de la bibliothèque universitaire de Saint-Étienne. Les intervenants ont rappelé le contexte de la formation des CRFCB, en remplacement des centres de formation au Certificat d'Aptitude aux Fonctions de Bibliothécaire (CAFB). Un travail sur les archives a permis à C. Pavlidès d'observer que ces centres étaient, dans les années 1980, assez peu intégrés dans les universités qui les accueillaient, mais la labellisation de ces derniers les a amenés à mieux articuler leurs actions avec celles des universités 5. B. Renouf a rappelé que la disparition du CAFB en 1992 a impliqué une évolution des missions des CRFCB, qui furent alors tournées vers la préparation aux concours et la formation continue. A. Lefort a poursuivi avec la « petite » histoire du site rennais, en remarquant que si la présence d'un Centre de Formation Professionnelle est attestée dès 1965 à Rennes, celui-ci n'est pas sélectionné lors des appels d'offre de 1986 et 1988 pour la création des CRFCB. C'est dans un premier temps Le Mans, qui, par défaut, est désigné comme site de formation pour le Grand Ouest 6. Néanmoins, la situation géographique du centre pose problème : les stagiaires bretons ont des formateurs en provenance de la région parisienne, une situation en décalage dans le contexte de la déconcentration qui avait aussi accompagné la création des CRFCB. En 1996, le conseil de l'université Rennes 2 vote à l'unanimité en faveur de l'accueil du CRFCB, menant à la création du CFCB Bretagne – Pays de Loire. Les intervenants ont évoqué les réseaux solides que les douze CRFCB ont constitué depuis, grâce aux « responsables formation » des divers établissements de leur périmètre, mais aussi entre eux, tel qu’en témoigne l'exemple actuel de la préparation intégrée aux concours des bibliothèques. La loi sur la réforme des Universités a constitué le dernier chapitre en date de l'évolution des CRFCB, cette dernière ayant plutôt eu comme effet le nécessaire rapprochement des CRFCB avec les universités et le travail de mise en réseau par la multiplication des conventions forfaitaires.

Ici et maintenant :
quelques témoignages de formatrices et de stagiaires

La deuxième partie de cette journée d'étude a visé à donner la parole aux acteurs et actrices du CFCB, ainsi qu'aux stagiaires. La deuxième table ronde de la journée rassemblait ainsi deux anciennes responsables de la formation aux concours du CFCB, Anne-Hélène Robineau (responsable du service formation de Rennes Métropole) et Delphine Pointeau (directrice des médiathèques de Fougères communauté et formatrice au CFCB). La table ronde modérée par Isabelle Bailliet comptait également Clémence Belvèze (correspondante formation des usagers à la bibliothèque universitaire de Rennes 1 et formatrice CFCB). A.-H. Robineau, D. Pointeau et I. Bailliet ont mis en avant la façon dont elles se sont « prises au jeu » de l'accompagnement des stagiaires, allant au-delà de l'organisation de la préparation et glissant souvent vers le « coaching », avec la satisfaction de pouvoir observer les résultats de cet investissement. De plus, cette préparation amène les personnels et les stagiaires à réfléchir à l'insertion professionnelle des lauréats. Son passage au CFCB permet à Delphine Pointeau d’encourager les agents à préparer les concours avec l'aide du CFCB, et à s'impliquer dans la formation continue en recevant des stagiaires d'horizons divers toute l'année. C. Belvèze est revenue sur sa satisfaction quant au fonctionnement de la plateforme à distance, et sa nécessaire combinaison à des regroupements en présentiel, pour mettre en place un accompagnement personnalisé, éviter l'isolement, constituer un réseau professionnel et permettre la préparation aux épreuves d'admission.

Une seconde table ronde sur la thématique « Ici et Maintenant », également modérée par Isabelle Bailliet, a ensuite été l'occasion d'une discussion entre des anciennes stagiaires passées par le CFCB, pour la préparation aux concours ou pour la formation continue. Étaient rassemblées : Nathalie Morice, (conservatrice territoriale), Chloé Lailic (responsable de la bibliothèque de l'INSA), Sophie Goron (coordinatrice Sudoc et catalogage à la bibliothèque de Nantes). En restituant leurs parcours et la façon dont elles ont vite été orientées par le CFCB pour la construction de leurs projets professionnels, N. Morice et C. Lailic ont souligné l'écoute et le soutien dont elles ont bénéficié personnellement, leur permettant le dépassement nécessaire de certaines hésitations pour la réussite des concours. Toutes deux lauréates de concours de la fonction publique territoriale, elles ont rappelé que la possibilité d'être mobile sur le territoire restait la clé d'une insertion professionnelle rapide. Du côté de la formation continue, S. Goron considère que le CFCB offre la possibilité d'évoluer en même temps que le métier de bibliothécaire, notamment concernant le catalogage, et de constituer un réseau professionnel au fil des rencontres faites au cours des stages. Elle a apprécié la possibilité de dialoguer avec le CFCB pour la mise en place d'une offre de formation la plus pertinente possible, et adaptée aux besoins locaux, ainsi que les nouvelles possibilités permises par les visioconférences.

Demain : quelles évolutions pour la formation ?

Après une pause déjeuner pendant laquelle les participants ont pu profiter d'animations et d'une exposition photo autour du CFCB, les échanges ont repris l'après-midi avec deux tables rondes ayant pour objectif d'envisager les perspectives en termes de formation dans les CRFCB. Ces tables rondes furent introduites en premier lieu par une conférence de Nathalie Marcerou-Ramel, directrice des études et des stages à l'Enssib. Après avoir fait un état des lieux du paysage actuel de la formation continue et initiale aux carrières des bibliothèques, cette dernière s'est penchée sur les nouveaux besoins, en citant le nouvel écosystème numérique dans lequel les bibliothécaires se positionnent, avec un risque d'éparpillement lié à l'exigence de polyvalence des agents, et de perte de visibilité d'un métier toujours associé au livre. C'est pourquoi N. Marcerou-Ramel plaide en faveur de la constitution d'un Observatoire des métiers des bibliothèques permettant la synthèse des nouvelles exigences. Les organismes de formation ont un rôle à jouer dans le suivi et l'anticipation des évolutions des métiers du numérique et ce travail de synthèse pourrait participer à la définition des parcours de formation. L'intervenante a également souhaité que continue la collaboration pour la construction d'un cadre commun, permettant de déconstruire la mise en concurrence et de favoriser la mutualisation, dans un contexte économique où la baisse des coûts de formation est recherchée. Les stratégies de réseaux permettront également d'assurer l'égalité territoriale d'accès aux formations.

La table ronde suivante, intitulée « Faire vivre et pérenniser un réseau : les stages en partenariat », réunissaient Nathalie Marcerou-Ramel, William Lombart (conseiller formation au CNFPT Bretagne), Marie-Laure Malingre (co-responsable de l'URFIST Bretagne – Pays de Loire), Chrystèle Delaisse (correspondante-formation aux bibliothèques Universitaires de Nantes) et Jean-Louis Hervé (correspondant-formation et directeur du SCD de l'Université Bretagne Sud). Après avoir mis en avant tour à tour les partenariats et conventions existant avec l'URFIST Bretagne – Pays de Loire, le CNFPT et l'Enssib, et après avoir rappelé le maillage des réseaux universitaires que permettent les correspondants formation, certains intervenants ont mis en avant le désir d'alléger les procédures de conventions, tout en reconnaissant la nécessité de ces dernières pour le maintien de la visibilité et la délimitation des actions des partenaires. La formation en ligne est apparue clairement comme le chantier prioritaire pour l'ensemble des partenaires présents, incluant la nécessité de former à la production de formations en lignes et une attention particulière à ne pas laisser sur le bord de la route les personnes encore réticentes au numérique. La mutualisation, dans un contexte économique difficile, est également à nouveau ressortie comme un axe essentiel à poursuivre dans les partenariats.

Une dernière table ronde, modérée par Christelle Vallée (responsable formation continue au CFCB), s'est penchée sur les apports des journées d'étude interprofessionnelles, avec la participation de Florence Le Pichon (chargée de mission « Bibliothèques » à Livres et lecture en Bretagne), Rozenn Davenel (ABF), Claire Jolivet (Association des professionnels de l'information et de la documentation) et Jean-Yves Le Clerc (Directeur des Archives du Patrimoine d'Ille-et-Vilaine). Les participants ont rappelé la nécessité du développement du dialogue interprofessionnel permis par les diverses journées d'étude organisées par le CFCB en partenariat avec l'ensemble des organismes représentés. Toujours dans le même esprit de mutualisation, l'échange de compétences complémentaires et le rassemblement autour d'enjeux communs aux archivistes, bibliothécaires et professionnels du livre au cours des journées d'étude, bien que potentiellement chronophages dans les premiers temps, est essentiel, faisant dire à Florence Le Pichon une phrase pouvant résumer la journée : « Seul on va plus vite, mais ensemble on va plus loin ».

Philippe Marcerou (Inspecteur général des bibliothèques), « grand témoin » de cette journée, est venu la clôturer en présentant les points saillants des discussions et en retraçant le parcours passé et à venir de la mascotte du CFCB : le personnage de Roberta Formix, « super-formatrice » du CFCB et en lui souhaitant longue vie.

Il a salué le fait qu'un nouveau rapport de l'Inspection Générale des Bibliothèques sur le réseau des CRFCB allait être coordonné par Benoît Lecoq (à paraître en 2017), permettant de poursuivre le travail d'évaluation et de prospective sur l'action des CRFCB.