Vraooum, driiing, toc et plouf…

La bande dessinée est intrinsèquement subversive dans son système sémiotique. Inventive, elle réussit à mettre l’image en avant-scène, mais aussi à introduire du son dans un monde voué au silence, en le traduisant par une logique graphique : la bulle, qui devient alors un espace purement sonore mis en scène typographiquement. Même dans les bandes dessinées muettes, de plus en plus nombreuses, il s’agit d’une « autre » manière de restituer le son graphiquement, par la tension et le drame qui l’habitent. Enfin, le numérique propose de nouvelles problématiques.