Vers la « bibliothèque ouverte, tolérante, conviviale  »

Depuis le milieu de la décennie 2000, quelques bibliothèques municipales françaises expérimentent un service de prêt à domicile sans limitation du nombre de documents. Alors que la mesure suscite des débats, la comparaison des résultats obtenus permet d’en apprécier les effets et de pointer les éléments indispensables à la réussite d’une telle entreprise. L’article présente le contexte différent dans lequel s’est déployée cette mesure, son impact limité en termes d’activité, mais aussi les pistes qu’elle ouvre en matière d’image dans un monde où les biens culturels sont le plus souvent perçus comme devant être gratuits et en quantité illimitée… Le prêt limité sonne soudain comme un incompréhensible anachronisme et une règle bien désuète.