L’essor de la médiation culturelle au Québec à l’ère de la démocratisation

Dans cet article, Jean-Marie Lafortune présente une analyse critique de la médiation culturelle : liée à l’essor des politiques culturelles municipales, la médiation culturelle émarge à la fois de la démocratisation culturelle (l’acculturation à une culture établie) et de la « démocratie culturelle », qui prend en compte les goûts, préférences et pratiques des citoyens. La combinaison entre ces deux logiques engendre des tensions (« entre les valeurs esthétiques et les valeurs sociales des projets », par exemple), qui sont analysées ici. Ambiguïté et risques (délégitimation, dérive marketing, instrumentalisation…) ne sont pas passés sous silence.