La gratuité, ça paye

Les arguments contre le « tout gratuit » en bibliothèque ne manquent pas, qui incluent la dévalorisation supposée des services gratuits, le souci de responsabiliser les usagers, et les subtilités d’application, qui rendent la bibliothèque, parfois, gratuite – mais pas pour tout le monde, et pas pour toutes les collections. L’auteur montre, à l’aide de calculs simples, que les recettes indéniables permises par les inscriptions payantes doivent être mises en balance avec leur importance relative dans le budget des bibliothèques et surtout avec le fait que, comme toutes les expériences de gratuité totale le montrent, le paiement constitue un frein, parfois considérable, à la fréquentation d’établissements qui seront, toujours, des établissements publics non financièrement rentables.