Du « tiers réseau » au « hors les murs »

La dénomination de « tiers réseau » s’est répandue au début des années 1990 pour désigner, par commodité, l’ensemble hétérogène des bibliothèques de lecture publique et des offres de lecture qui ne sont ni les bibliothèques municipales, ni les bibliothèques départementales de prêt. Ce « tiers réseau » a souvent joué un rôle précurseur dans les services aux publics spécifiques, rôle que veulent assumer les bibliothèques publiques vers la fin des années 1990, dans leur politique dynamique de conquête des publics. Le partenariat – plus ou moins aisé – avec les autres bibliothèques par l’action hors les murs s’impose alors comme une nécessité.