entête
entête

Ouvrir grand ou fermer des bibliothèques : l’ABF en appelle à la responsabilité

L’Association des bibliothécaires de France (ABF) vient de publier un communiqué dans lequel elle s’interroge sur l'avenir proche des bibliothèques.

Dans une période où les « moyens financiers de nombreuses collectivités territoriales s’amenuisent », plusieurs fermetures de bibliothèques et diminutions d’horaires sont annoncées.  L’ABF a donc décidé de faire un « appel à l’esprit de responsabilité des décideurs » pour ne pas « sacrifier un service public essentiel ». Dans ce communiqué, l’association souligne notamment que :

  • diminuer les effectifs, c’est réduire les services rendus à la population,
  • diminuer les horaires d’ouverture, augmenter les tarifs d’inscription ou introduire une tarification, c’est écarter des publics, c’est restreindre l’utilisation de lieux publics essentiels à toute la population, en particulier les publics jeunes et les publics défavorisés.

Afin de ne pas voir se dégrader ce « service public essentiel », l’Association des bibliothécaires de France a donc décidé d’attirer l’attention des décideurs sur différents points. En voici quelques-uns :

  • Les bibliothèques jouent un rôle essentiel dans l’appropriation de la culture, de la connaissance et de l’information, dans la formation tout au long de la vie, dans le débat citoyen et constituent des espaces publics irremplaçables pour faire société dans la vie d’aujourd’hui. Elles sont des portes locales d’accès aux savoirs et savoir-faire.
     
  • Avec plus de 16 000 lieux ouverts au public, les bibliothèques constituent le premier réseau culturel de notre pays. Cependant, on sait leur qualité inégale, et la question n’est pas tant le nombre de points d’accès que la pertinence du maillage territorial et la qualité du service rendu à la population.
     
  • Toute bibliothèque doit proposer, dans une surface adaptée à la zone desservie, des espaces d’accueil pour le public, une offre actualisée de livres et autres documents tous supports ainsi que des accès à des ressources et moyens numériques et à internet. La qualité des services rendus est notamment conditionnée par l’emploi de personnels qualifiés.
     
  • L’adaptation des horaires d’ouverture aux rythmes de vie et aux besoins des différents types de public est essentielle. Le développement des services en ligne constitue un complément indispensable et non un substitut à l’ouverture des locaux.
     
  • La gratuité des services des bibliothèques, à l’heure où nombre de services en ligne sont gratuits pour leurs utilisateurs, est essentielle pour faciliter l’usage régulier ou occasionnel de tous types d’usagers.

 

Ajouter un commentaire