entête
entête

Le réseau documentaire de la FFCRIAVS

Dix ans de réalisations

Éric Antona

Dr Virginie Cailleau

Candide Couture

Danielle Quesnel

Frédéric Veillerot

 

Si dans le milieu des bibliothécaires, et des bibliothèques universitaires en particulier, des enjeux légitimes animent la profession (innovation pédagogique et réussite étudiante, services à la recherche ou encore liberté et gratuité ­d’accès aux ressources scientifiques, articles ou encore données de la recherche), une profession plus discrète, celle de documentaliste, porte des enjeux non moins importants et vitaux.

Qu’il s’agisse seulement de nommer les documentalistes hospitaliers, dont la recherche ou la veille peut littéralement sauver la vie d’un ou plusieurs patients, en hôpital général comme en psychiatrie. C’est principalement rattachés à ces institutions que se sont développés les Centres ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles (CRIAVS).

S’il est important cette année de célébrer leur réseau de centres documentaires, ce n’est pas simplement parce qu’il a dix ans. C’est aussi parce que, par sa problématique, il résonne avec des enjeux particulièrement brûlants de nos jours : violences sexuelles et violences de genre. Les CRIAVS sont des centres ressources interdisciplinaires et interprofessionnels qui ont pour vocation de rassembler les ressources en termes d’expertise humaine, de recherche scientifique et de documentation autour de la prise en charge des auteurs de violences sexuelles (AVS) : autant dans les domaines juridiques, criminologiques, psychologiques, psychiatriques, sociologiques ou encore éthiques. Au-delà de la prise en charge judiciaire, sociale ou encore sanitaire des AVS, on peut donc cerner leur impact sur la société. En effet, les violences sexuelles laissent chez leurs victimes, hommes, femmes ou enfants, des blessures intimes souvent invisibles mais indélébiles. Les professionnels de ce réseau constituent le nerf vital qui assure une veille interdisciplinaire sur cette thématique, et organise et signale cette information pour la diffuser aux intervenants de la santé, de la justice et du social. Autant dire que ces hommes et ces femmes de l’ombre contribuent – certes discrètement – aux avancées qui permettent en France de mieux maîtriser les questions de violences genrées et sexuelles.

Les CRIAVS

La circulaire DHOS/DGS/02/6C no 2006-168 du 13 avril 2006 relative à la prise en charge des auteurs de violences sexuelles et à la création de centres de ressources interrégionaux stipule que les CRIAVS doivent : « Rechercher, rassembler, mettre à la disposition et faire connaître des professionnels toute la documentation et la littérature sur les auteurs de violences sexuelles. »

Cette circulaire répondait intelligemment à un constat simple : la documentation existait mais était difficilement ou pas accessible, charge aux CRIAVS de la structurer et d’en simplifier l’accès aux professionnels, afin que ces documents scientifiques permettent l’amélioration de la prise en charge des patients et contribuent à la prévention des violences sexuelles, notamment en matière de récidive.

Mettre en place un tel système d’information documentaire constituait alors un véritable défi. Bibliothécaires, documentalistes, informaticiens, juristes, secrétaires formés en documentation… les profils pouvant travailler en commun ne manquaient pas pour mettre en place cette organisation, en collaboration avec les acteurs du soin spécialistes du domaine : psychiatres, psychologues, infirmiers, éducateurs, psychomotriciens… Cette multidisciplinarité a permis la professionnalisation et la montée en compétences de personnels non destinés au départ aux métiers de la documentation.

La documentation des CRIAVS a débuté sa structuration courant 2008 avec la création des bases de données documentaires des CRIAVS RA en collaboration avec le CRIAVS Picardie – base qui prendra le nom de Thèséas1 –, et du CRIRAVS PACAC2 – base qui restera indépendante –, d’autres centres ressources régionaux ayant fait le choix, pour des raisons techniques et institutionnelles, d’un système documentaire local tout en participant activement au réseau national de veille et d’échange d’informations et de documents. Embryonnaire et confidentiel jusque-là, c’est en juin 2009 que le réseau documentaire des CRIAVS fut officiellement lancé dans le cadre de la Fédération nationale des CRIAVS devenue depuis la Fédération française des CRIAVS (FFCRIAVS) [4]. Thèséas fut proposé et accepté comme catalogue dans lequel serait rassemblé l’ensemble des références documentaires. Cependant, il restait à créer de véritables liens entre les professionnels chargés de la documentation, en d’autres termes favoriser la communication entre eux. Au-delà des positionnements et politiques différentes suivant les centres ressources. Il fallait d’une part impliquer les professionnels, mais aussi leur hiérarchie, afin qu’elle puisse leur dégager du temps pour ce travail, et d’autre part prouver qu’une mutualisation des moyens était profitable à tous.

Il fut donc nécessaire de faire un état des lieux, des disponibilités et compétences de chaque professionnel impliqués dans la documentation, de rédiger une charte, d’entamer un processus de formation afin que tous « parlent la même langue », d’insuffler un esprit de réseau via des réunions, et renforcer les interactions par des réalisations communes.

Profils de membres du réseau documentaire


Documentalistes et bibliothécaires de formation

Les tout premiers documentalistes et bibliothécaires des CRIAVS étaient motivés mais en nombre insuffisant. En effet, très peu d’entre eux étaient à temps plein sur cette fonction (ce qui est toujours le cas aujourd’hui) : seuls quatre CRIAVS sur plus d’une quinzaine avaient un professionnel de l’information à temps plein, les autres utilisant le service documentaire déjà présent dans leur établissement.

D’autres CRIAVS firent le choix de donner du temps de documentation aux secrétaires motivés, documentalistes en devenir, souhaitant se former dans le domaine des sciences de l’information.

Secrétariat et documentation des postes conjugués

Si, dans certains CRIAVS, la distinction est nette entre secrétariat et missions documentaires, dans d’autres, une seule personne cumule ces fonctions, de manière à satisfaire toutes les demandes en restant concentrée et efficace pour le bien de son équipe et de ses usagers. En effet, les fonctions documentaires dans la fonction publique hospitalière souffrent d’un flou statutaire qui nuit à leur identité comme à la reconnaissance de leur spécificité et de leur expertise dans le domaine de l’information scientifique et technique (IST).

Comment les professionnels concilient-ils ces missions antagonistes ? Même s’il existe des profils de poste « secrétaire documentaliste », il est évident que les missions ne sont pas les mêmes.

La gageure, pour ces agents, est de mener de front des fonctions administratives, d’accueil et de service public (les secrétariats sont en quelque sorte les vitrines d’un service de santé) avec les fonctions techniques et scientifiques de documentaliste, en faisant en sorte que l’une ne prenne pas le pas sur l’autre : les deux étant légitimement chronophages et exigeantes, mais surtout dissemblables.

Ce défi quotidien est difficile mais valorisant pour les agents qui ont l’occasion d’élargir leur horizon professionnel et d’acquérir, notamment par la formation organisée au sein du réseau, de nouvelles compétences professionnelles.

D’autres profils sont plus originaux, et apportent un point de vue différent sur la documentation.

Organisatrice de la recherche
et documentaliste dans un CRIAVS

Citons en exemple le CRIAVS Poitou-Charentes, qui fut, dans le cadre de son association avec l’URC Pierre Deniker de Poitiers en 2011, le premier à recruter une personne faisant fonction de documentaliste dotée d’un doctorat en biologie ; outre la gestion du fonds documentaire, celle-ci fut également chargée de l’organisation de la recherche.

Ses missions consistent notamment à mettre en place les études cliniques puis, ensuite, à veiller à ce que le déroulement de ces dernières suive leurs protocoles respectifs et la législation en vigueur ; de même, elle vérifie la qualité et la fiabilité des données recueillies auprès des volontaires ou des patients inclus. Durant son cursus universitaire, elle a appris à sélectionner des articles scientifiques (principalement anglophones) à partir de bases de données telles que PubMed, à les analyser et à les référencer selon des normes précises. Elle a également acquis une expérience plus ou moins importante dans la rédaction de communications écrites et la création de communications affichées (ou posters).

Transposées dans le cadre d’une fonction de documentaliste, ces compétences lui permettent de procurer aux investigateurs des articles sur des sujets ciblés afin de les aider, d’une part à élaborer le protocole en amont de l’étude, et d’autre part à rédiger la publication des résultats découlant de cette dernière. De plus, l’organisatrice met à profit ses habitudes de lecture critique et de synthèse de textes, pour rédiger des revues de la littérature éditées par des revues scientifiques, et pour confectionner des posters présentés lors de congrès.

Charte du réseau documentaire

Afin d’établir un consensus sur un fonctionnement collectif, une charte, validée en réunion plénière le 17 octobre 2010 par l’ensemble du réseau documentaire, a été mise en place. Elle a été signée par les responsables de service, ainsi que par le chargé de documentation de chaque CRIAVS, intéressé par une mutualisation des compétences et de l’information.

De plus, pour que tous les membres du réseau puissent échanger sur des bases communes, des formations ont été organisées. Ces formations ont été élaborées et effectuées en interne par les documentalistes du réseau professionnel, spécialistes en IST ou en veille informationnelle.

La formation

Collectives à l’origine, ces formations ont évolué vers des sessions personnalisées, permettant une prise de fonction rapide des nouveaux arrivants, mais aussi aux plus anciens de se perfectionner. Ces formations sont de plusieurs types, la liste est non exhaustive et peut dépendre de besoins individuels ;
– techniques de la documentation ;
– SIGB (Thèséas) ;
– veille d’informations ;
– entretien des connaissances.

Réunion deux fois par an

Afin de faire le point et de mettre en place des projets communs, des réunions deux fois par an du réseau documentaire se sont très vite imposées. Parfois des réunions complémentaires, principalement téléphoniques, s’intercalent pour travailler certains dossiers précis. Enfin, une rencontre de la commission documentation est systématiquement organisée à chaque Conseil d’administration de la FFCRIAVS.

Thèséas, le catalogue en ligne

Thèséas est le catalogue en ligne du réseau documentaire de la FFCRIAVS. Forte de plus 8 000 notices sur les AVS, cette base de données interrégionale est unique en France sur cette thématique spécifique.

L’évolution des technologies entraîne la nécessité de mettre à jour le portail documentaire vieillissant, permettant une consultation aisée de références documentaires. Un groupe de travail a donc été constitué, et le déploiement de ce nouveau portail sera effectif courant 2019, celui-ci pourra notamment s’adapter à tous formats d’écran. Toutefois, l’affichage extérieur de la documentation n’est rien sans une organisation efficace de son contenu.

Ascodocpsy3 est le réseau documentaire national le plus important en santé mentale. Celui-ci a développé un thésaurus qui est la référence pour les documentalistes hospitaliers dans ce domaine. Afin de faciliter le signalement des ressources documentaires relatives à la prise en charge des AVS, un groupe de travail de documentalistes des CRIAVS a enrichi ce recueil de mots-clés de termes spécifiques aux violences sexuelles, en ayant bien en tête dans un sujet aussi sensible l’esprit de la citation d’Albert Camus selon laquelle « mal nommer les choses, c’est ajouter du malheur au monde ».

De plus, dans un souci de mutualisation des moyens, les professionnels du réseau documentaire de la FFCRIAVS ont décidé de mettre en place un groupe de travail en 2016, pour créer une classification commune à tous les CRIAVS. Celle-ci a été déployée sous Thèséas en juillet 2017.

Cette classification est un outil supplémentaire d’organisation et de consultation du fonds documentaire national. En effet, elle permet de classer l’ensemble des documents des CRIAVS par grands thèmes, et de faciliter les recherches d’informations via le portail documentaire.

Le site de la FFCRIAVS

Le réseau documentaire s’est particulièrement investi dans la création du site internet de la FFCRIAVS. Ce dernier est aujourd’hui la plateforme de référence concernant la prise en charge des AVS. Il possède des ressources propres et est connecté à la base de données documentaire Thèséas. C’est également à partir de cette plateforme que le bulletin de la documentation nationale est envoyé.

En effet, grâce à la mutualisation des moyens du réseau, un bulletin d’information national hebdomadaire est diffusé par courriel, à l’ensemble des professionnels qui le souhaitent4. Pour pouvoir l’alimenter en plus de saisies de notices dans Thèséas, une veille d’informations a été organisée. Elle est constituée des classiques partages de liens, mais aussi d’informations remontées par Tiny Tiny RSS l’outil de veille de la FFCRIAVS.

Les partenariats

Avec le temps, le réseau documentaire de la FFCRIAVS a tissé des liens solides avec le réseau Ascodocpsy et l’Association Docteurs Bru5. D’autres partenariats sont également à l’étude au cours de l’année 2019, y compris à l’international.

Communications à destination des utilisateurs

Trois communications scientifiques présentées au Congrès international francophone sur l’agression sexuelle (CIFAS), balayant divers aspects du réseau documentaire, ont été élaborées : en 2013, une présentation globale du réseau documentaire [1] ; en 2015, les outils destinés à l’évaluation des patients [3] ; et en 2017, le soutien qu’apporte la documentation à la recherche [5].

Une communication présentée en 2016 au congrès de l’International Association for the Treatment of Sexual Offenders (IATSO) est une traduction en anglais de la présentation du réseau documentaire de 2013 [2].

Le réseau documentaire a également su répondre aux besoins de l’audition publique de juin 2019 organisée par la FFCRIAVS, représentant 6 mois de travail et plus de 800 demandes d’experts satisfaites, et ayant donné lieu à 35 propositions pour lutter efficacement contre les violences sexuelles6.

Conclusion

Nous avons vu que les documentalistes n’étaient pas seulement fournisseurs de documents, mais aussi acteurs de cette documentation par la veille d’informations, la conception d’outils adaptés à des demandes exigeantes et diverses, donnant lieu parfois à l’élaboration de documents nouveaux. Bibliographies, bulletins d’informations, communications scientifiques, ne sont que quelques exemples qui mettent en lumière un fait rarement évoqué concernant cette profession, à savoir l’alimentation du fonds par des documents créés par les documentalistes eux-mêmes, ce qui n’est pas toujours chose aisée.

Au cours de ces dix années d’existence, le réseau documentaire de la FFCRIAVS a pourtant su relever de nombreux défis : s’organiser, échanger, se former, faire évoluer ses outils, et s’ouvrir vers l’extérieur. Tout cela au service des professionnels en contact avec les AVS, afin que leur prise en charge puisse s’enrichir des derniers écrits, outils… sur cette problématique.
Compte tenu de ses réalisations, il apparaît aujourd’hui que le réseau documentaire, avec le soutien de la FFCRIAVS, et grâce au dynamisme de ses membres, est prêt à relever les défis à venir.

 

Références bibliographiques

[1] ANTONA Éric, RICHEROT Lucile et MESGUICH Marie, Recherche et documentation : l’information documentaire pour la recherche scientifique, poster de communication [acte de colloque], série « CIFAS 2017 : Quand la clinique rencontre la recherche », Fédération française des CRIAVS (FFCRIAVS), 2017. https://theseas.reseaudoc.org/index.php?lvl=notice_display&id=17522

[2] ANTONA Éric, CANO Jean-Philippe, LAMBRINIDIS Claire, RICHEROT Lucile et VEILLEROT Frédéric, Plurality and complexity of literature dealing with sex offenders : Unicity of knowledge and experiences of a french network of resource centres [Pluralité, complexité de la documentation traitant de la prise en charge des auteurs de violences sexuelles : le réseau documentaire, unicité d’expériences et de connaissances], poster de communication [acte de colloque], série « IATSO 2016 », Fédération française des CRIAVS (­FFCRIAVS), 2016. https://theseas.reseaudoc.org/index.php?lvl=notice_display&id=18451

[3] TRAORÉ-LEFÈVRE Simone, RICHEROT Lucile, VANDERSTUKKEN Olivier et ANTONA Éric, …Création d’un répertoire des outils d’évaluation des auteurs d’agression sexuelle (AAS) (tests, échelles, questionnaires d’évaluation clinique), poster de communication [acte de colloque], série « CIFAS 2015. L’agression sexuelle : réalités multiples, approches adaptées », Fédération française des CRIAVS (FFCRIAVS), 2015. https://theseas.reseaudoc.org/index.php?lvl=notice_display&id=18449

[4] CANO Jean-Philippe, « Violences sexuelles – Les centres ressources pour les intervenants auprès des auteurs de violences sexuelles : les CRIAVS, dans Psychiatrie légale et criminologie clinique, sous la dir. de Jean-Louis Senon, Carol Jonas et Mélanie Voyer, Elsevier Masson, 2013, coll. « Les âges de la vie », p. 343-346.

[5] ANTONA Éric, LAMBRINIDIS Claire, RICHEROT Lucile et VEILLEROT Frédéric, Pluralité, complexité de la documentation traitant de la prise en charge des auteurs de violences sexuelles : le réseau documentaire, unicité d’expériences et de connaissances, poster de communication [acte de colloque], série « CIFAS 2013. L’agression sexuelle : unicité, pluralité, complexité », Fédération française des CRIAVS (FFCRIAVS), 2013. https://theseas.reseaudoc.org/index.php?lvl=notice_display&id=4398

 

 

1. https://theseas.reseaudoc.org/

2. Aujourd’hui CRIR AVS PACA : Centre ressources pour les intervenants de la région PACA dans la prise en charge des auteurs de violences sexuelles. https://criravspaca.centedoc.fr/

3. https://www.ascodocpsy.org/

4. http://www.ffcriavs.org/ressources/bulletins-documentaire/

5. https://www.associationdocteursbru.org/

6. http://www.ffcriavs.org/la-federation/audition-publique/

3. https://www.ascodocpsy.ohttps://www.ascodoc


 

Ajouter un commentaire