entête
entête

Guide to Security Considerations and Practices for Rare Book, Manuscript, and Special Collection Libraries

Compiled & Edited by Everett C. Wilkie, Jr.
Chicago, Association of College & Research Libraries, 2011, 364 p., 25,5 cm
ISBN 978-083898592-2 : 65 dollars

par Raphaële Mouren

Un manuel pour la sûreté des collections

Everett Wilkie, spécialiste des questions de sûreté des collections, a réuni dans ce livre (dont il est le principal auteur) plusieurs bibliothécaires ayant pour la plupart dirigé ou codirigé le Security Committee qui existe au sein de la Rare Books and Manuscripts Section de l’Association of College & Research Libraries (ACRL), American Library Association. Ce guide, publié par l’ACRL, est conçu pour compléter les divers Guidelines sur le sujet dont plusieurs versions successives ont été rédigées par le comité. Il s’agit ici d’un véritable manuel, bien plus détaillé, destiné essentiellement à aider à mettre en œuvre les mesures nécessaires pour prévenir les vols et savoir comment agir en cas de vol avéré.

La sûreté des collections est prise très au sérieux depuis longtemps aux États-Unis, où les bibliothécaires ont pu, par la publicité qu’ils ont faite aux cas de vols qu’ont connus les bibliothèques américaines, convaincre police et justice de la gravité de ces délits et de la nécessité de les traiter, de les poursuivre et de les condamner. La sûreté est certes un dossier difficile à maîtriser – chaque situation est unique –, et certaines bibliothèques françaises ont tardé à prendre les mesures nécessaires ; mais elles disposent de très peu de conseils et protocoles à mettre en œuvre pour assurer cette protection. C’est pourquoi ce manuel est à conseiller à tous les responsables de fonds patrimoniaux français, même si on sait bien qu’aucune protection ne sera jamais efficace à 100 %.

Analyses et conseils

Dix-huit chapitres traitent tour à tour de l’organisation administrative et hiérarchique, des matériels, des procédures, de la communication et de l’organisation des salles de lecture, du traitement des vols constatés, et sont complétés par plusieurs appendices proposant les divers vade-mecum existant, des études de cas, et même un petit dictionnaire des voleurs ayant sévi dans le monde dans les cinquante dernières années.

Difficulté après obstacle, hésitation après problème, les auteurs guident les bibliothécaires dans leurs réflexions, offrant les informations nécessaires pour pouvoir se faire une idée des alternatives possibles, aussi bien en matière d’alarme que de gardiennage, d’estampillage… L’analyse des difficultés qu’il y a à convaincre les tutelles qu’un vol peut bel et bien se produire (plus souvent qu’une inondation) et les arguments qu’on peut présenter, ainsi que les conseils et propositions, ont pour but d’aider à renforcer autant que faire se peut la sûreté des collections, de la mesure la plus simple, comme la nécessité qu’un agent soit officiellement chargé de cette mission, aux plus complexes.

Les questions à se poser dès la conception d’un nouveau bâtiment, les interlocuteurs avec qui travailler, les procédures à anticiper – par exemple lorsqu’un voleur est pris sur le fait… – toutes les étapes, toutes les procédures sont présentées, avec une attention particulière donnée aux salles de lecture : organisation spatiale, accueil, surveillance, mais aussi tous les outils, serrures, gardiennage, vidéoprotection, sont décrits et analysés. Des solutions originales sont présentées, comme par exemple l’utilisation d’une balance de précision pour contrôler rapidement un ouvrage ou une liasse avant et après consultation, moyen de s’assurer que rien n’a été prélevé (avec illustrations à l’appui, avant/après soustraction d’un feuillet).

Le fonctionnement quotidien mais aussi les circonstances exceptionnelles (exposition, travaux, déménagement temporaire, silo externe) sont envisagés. Le volume propose aussi des procédures d’analyse des manques observés permettant d’essayer de comprendre quand et comment la disparition a pu avoir lieu.

Deux chapitres un peu particuliers sont consacrés à la description des différents types de voleurs que l’on rencontre dans les bibliothèques, leurs modes d’action, leur attitude…

L’ouvrage contient quelques redondances, difficiles à éviter, chacun insistant sur les points qui leur semblent cruciaux : la salle de lecture, le catalogage détaillé (permettant l’identification des ouvrages), l’estampillage… À ce propos, les techniques les plus perfectionnées de marquage sont présentées (la plupart étaient totalement inconnues de l’auteur de ces lignes), et l’inutilité du timbre sec, si aisé à faire disparaître, est accompagnée d’illustrations. Le Guide est complété par une bibliographie et un index.

Les vols en bibliothèque sont plus que jamais d’actualité : seuls ou en bande organisée, employés de l’établissement ou personnes extérieures travesties en respectables chercheurs, des cas sont signalés avec une régularité décourageante, preuve que les bibliothèques n’ont pas toujours pris suffisamment la mesure de ce danger. On ne saurait trop leur conseiller de se procurer cet ouvrage et d’en mettre à profit les 1 001 conseils précieux.