entête
entête

6e Journée nationale Rameau

Thierry Clavel

Le 10 juin dernier, je me suis rendu non loin du MK2, dans une autre salle obscure, moins connue des cinéphiles, le petit auditorium de la Bibliothèque nationale de France (BnF), qui accueillait la traditionnelle Journée nationale du Répertoire d’autorité-matière encyclopédique et alphabétique unifié, Rameau  1, 6e du nom.

À chacune de mes visites au petit auditorium, j’ai l’impression d’y être un peu coupé du reste du monde : lumière tamisée, pas de fenêtres, pas de bruits extérieurs, pas de wifi, ni de 3G.

Fort heureusement, la qualité des interventions a, une fois de plus, compensé la rudesse des locaux. Organisé tous les trois ans, cet événement est l’occasion pour les utilisateurs de rencontrer les acteurs du Centre national Rameau (CNR) et de s’informer sur les évolutions de ce langage documentaire qui fait la fierté des bibliothèques françaises.

Devant près de 130 participants, Yves Alix, alors encore directeur du département de l’Information bibliographique et numérique de la BnF, a ouvert la journée, annonçant notamment que la convention qui encadre Rameau a été renouvelée pour trois ans en décembre 2010. Pour Yves Alix, il s’agit d’un simple « toilettage » du texte de 2001. Cette nouvelle convention affirme l’importance de contextualiser Rameau, faisant ainsi le lien avec le web sémantique, fil rouge d’une partie de la journée.

Un bilan réaliste et des nouveautés

Avec conviction, modestie et réalisme, Michel Mingam, responsable du CNR, a ensuite présenté le bilan d’activité du réseau Rameau et ses perspectives. Les statistiques Rameau sont plutôt élogieuses : plus de 164 000 notices pour 35 000 consultations par mois via le catalogue général de la BnF. Au rayon nouveautés, signalons que le Guide d’indexation, en ligne gratuitement depuis 2009, fera l’objet d’une nouvelle édition numérique en 2012.

Le CNR a entamé une révision générale du vocabulaire Rameau : avec 18 000 notices revues à ce jour, dont les langues et les mammifères, il s’agit d’un travail de longue haleine pour améliorer la qualité des données tant pour la recherche que pour l’indexation.

Le choix de Rameau envisagé par le réseau suisse RERO  2 montre que la coopération internationale autour du langage est bien vivante.

En présentant le Fichier national des propositions Rameau (FNPR), Pierre Pouliquen nous a ensuite démontré avec une pointe d’humour la vitalité du réseau et l’efficacité du CNR, qui traite en moyenne 1 400 propositions par an dans des délais qui ont raccourci au fil des ans.

Rameau et le web sémantique

Emmanuelle Bermès est au web de données ce que Pierre-Yves Duchemin et Dominique Lahary furent à l’XML au début des années 2000 : une ambassadrice ; il faut dire qu’elle sait communiquer sa passion. Comment résister, en effet, à la métaphore du catalogue « verre d’eau » isolé dans l’immensité marine du web ? À n’en pas douter, les 130 participants, adeptes de la vedette matière précoordonnée, savent désormais ce que sont un triplet RDF et une URI  3, ou encore comment fonctionne le web de données  4.

Rameau est loin d’être un langage démodé. Bernard Vatant, de la société Mondeca, nous a appris qu’il fait déjà partie du « très tendance » web de données. Ainsi, dans le cadre du projet STITCH  5 l’intégralité du référentiel a été publiée en RDF dans le langage SKOS  6 en 2008.

Certes, cette expérimentation n’est qu’un début, la suite attendue étant la publication des autorités Rameau à jour en RDF par la BnF pour être intégrée de manière satisfaisante au web de données.

L’après-midi débutait par une présentation assez technique mais fort intéressante de Rameau dans le Sudoc (Système universitaire de documentation) 7 par Olivier Rousseaux, de l’Agence bibliographique de l’enseignement supérieur (Abes), avec notamment le circuit des propositions et un retour sur une enquête, menée en 2007, sur l’utilisation des notices d’autorité par les établissements du réseau universitaire français, nous apprenant que 41 % des bibliothèques universitaires ne gèrent pas les renvois des notices d’autorité ou encore que le réseau Sudoc compte 17 fournisseurs de SIGB  8 différents.

Rameau et les SIGB : un débat animé

La table ronde concluant la journée a permis de nombreux échanges entre personnalités d’horizons divers aux vues parfois opposées.

Thierry Giappiconi a d’emblée centré son propos sur le catalogage et la dérivation de notices, louant, comme à son habitude, les mérites de l’import-export et terminant par une opération marketing de la BM de Fresnes… dont il a la charge. Philippe Bourdenet, de l’université du Maine et membre de la Fulbi 9, a mis en avant les différences techniques importantes entre SIGB tant sur la récupération que pour la gestion des autorités, puis il a présenté le projet de moissonnage des ressources pédagogiques du SCD du Maine auxquelles une indexation Rameau est ajoutée. De son côté, O. Rousseaux a fort justement exprimé le besoin d’un référentiel national collaboratif pour les autorités non-Rameau.

De ce débat animé, je retiendrai également la petite phrase de M. Mingam pour qui « un SIGB qui ne gère pas les renvois c’est comme un système qui ferait les prêts et pas les retours ».

Le mot de la fin revenait à ce même M. Mingam qui a rappelé les vœux que l’on pourrait presque qualifier de « pieux » exprimés de manière consensuelle lors du débat : « Les SIGB doivent gérer les renvois et arrêter les liens par chaînes de caractères : c’est un devoir de la profession. »

Il a enfin tenu à préciser le rôle du CNR qui est d’améliorer la qualité des données, laissant aux spécialistes informaticiens de la BnF le soin de finaliser le passage de Rameau dans le web sémantique. •