entête
entête

Les cahiers de l’Esquisse

[Du CDI à la bibliothèque universitaire : former les usagers à l’information]

Sous la dir. de Philippe Girard, Franc Morandi, Vincent Liquète
Mérignac, IUFM d’Aquitaine Université Montesquieu Bordeaux IV, 2010, 30 cm
N° 1 (2010, janvier)
ISSN en cours

On le sait depuis Alain Coulon, passer du statut d’élève à celui d’étudiant ne se fait ni sans douleur, ni sans casse. Le métier d’étudiant s’apprend et les statistiques pointant le taux d’échec en fin de première année de faculté l’attestent. Suite à ce constat, des unités d’enseignement de méthodologie universitaire ont été mises en place et se sont généralisées, incluant pour la plupart des formations à la recherche documentaire, voire plus largement des formations aux sciences de l’information. Cette inscription dans les cursus n’a pourtant jamais été ni systématique ni uniformisée, puisque aucun contenu n’a jamais été fixé. Ce sont ces disparités qui sont à l’origine de la tenue d’une journée d’étude organisée par l’Institut universitaire de formation des maîtres (IUFM) d’Aquitaine et Médiaquitaine, le centre de formation aux carrières des bibliothèques, journée intitulée « Du CDI à la bibliothèque universitaire : former les usagers à l’information ». Les Cahiers de l’Esquisse en ont publié les actes, qui reprennent donc les contributions des différents intervenants s’interrogeant ensemble sur les points de divergence ou de convergence des différentes formations dispensées aux élèves et aux étudiants.

Les différents intervenants ont au cours de cette journée émis le souhait d’un rapprochement entre bibliothécaires et documentalistes, mais également entre professionnels de l’information et enseignants afin de croiser les cultures professionnelles et d’offrir des formations cohérentes en prise directe avec les préoccupations des élèves/étudiants. Car si les discours et les pratiques, les points de vue et le vocabulaire des uns et des autres se sont rapprochés, si chacun reste persuadé que la médiation reste nécessaire y compris face à une génération de digital natives, les obstacles – malgré les rapprochements institutionnels (le rapport Durpaire/Renoult en mars 2009) – persistent et les questionnements perdurent, notamment sur les contenus à enseigner et les progressions à respecter. Le chantier est encore vaste et cette publication tente donc d’apporter sa pierre à l’édifice.

Marie-Pierre Ermakoff