entête
entête

À l’écoute des publics des archives : identités, attentes, réponses

[Actes de la journée d’études organisée le 9 mars 2007]

Sous la direction de Patrice Marcilloux
Angers, Presses de l’Université d’Angers, 2009, 115 p., 21 cm
ISBN 978-2-915751-25-3 : 15 €

par Xavier de la Selle

Les années 1990 : quand le public apparaît

La question des publics des archives n’a pas toujours été au cœur des préoccupations des archivistes et des services d’archives. Ses enjeux ont néanmoins fait l’objet d’une prise de conscience progressive, qui a pris de l’ampleur à partir des années 1990.

Plusieurs journées d’études sont alors organisées par la direction des Archives de France (« Les instruments de recherche et leurs utilisateurs  1 », Le Mans, 1995) et l’association des archivistes français (« Les archives au service du public : quelles offres pour quelles attentes  2 », Rouen, 1998). Au même moment, une vaste enquête statistique, la première du genre, est lancée par le Département des études et de la prospective du ministère de la Culture entre 1999 et 2000.

Durant la décennie suivante, plusieurs phénomènes sont venus précipiter les événements et donner à la problématique des publics une nouvelle acuité et une forme d’urgence : la mise en ligne massive de fonds d’archives numérisées, la réforme des études universitaires, les premiers signes d’une stagnation du lectorat. Ce sont ces éléments qui sont à la base de la journée d’études organisée à Angers le 9 mars 2007. La publication des actes de cette rencontre est d’un grand intérêt, à plusieurs titres. Fruit du travail des étudiants de l’université d’Angers (master « histoire et métiers des archives », en collaboration avec le Centre de recherches historiques de l’ouest), ce colloque manifeste l’importance de la réflexion scientifique et théorique dans la formation des archivistes, notamment sur les questions de médiation, au-delà de l’apprentissage des seules techniques professionnelles.

Le point de vue des archivistes est bien mis en avant par des intervenants représentatifs du réseau des services d’archives (Archives de France, archives départementales), mais ces approches incontournables et attendues sont complétées avec bonheur par deux regards d’universitaires (un historien et une anthropologue) et par celui d’un bibliothécaire, Jean-Charles Niclas, directeur de la bibliothèque municipale d’Angers.

Archives et médiation

C’est précisément cette pluralité d’approches qui fait l’intérêt et l’originalité des communications : dépassant les constats qualitatifs ou quantitatifs, il s’agit bien d’une réflexion sur les modes de relation avec les publics. L’analyse ne porte plus seulement sur l’offre et la demande, mais interroge globalement les rapports entre les institutions et leurs usagers.

Abordé de manière pluridisciplinaire, éclairé par l’anthropologie des pratiques sociales et culturelles, le sujet est ici largement renouvelé, en prenant en considération les aspirations participatives des publics ainsi que le rapport intime, affectif et symbolique qui unit les archives et leur lectorat.

  1.  (retour)↑  Les instruments de recherche et leurs utilisateurs. Bilan et perspectives. Journée d’étude de la direction des Archives de France, Le Mans, 28-29 septembre 1995, Paris, La Documentation française, 1997, 160 pages, 24 cm, ISBN 2-911601-03-3 : 10 €
  2.  (retour)↑   Voir le site de l’association : http://www.archivistes.org/Les-archives-au-service-du-public