entête
entête

Histoire du pastiche

Paris, Puf, 2008, 295 p., 20 cm
Coll. Les littéraires
ISBN 978-2-13-056415-7 : 23 €

Le pastiche est-il un genre littéraire à part entière ? Les critiques académiques y voient souvent un sous-genre, et traiter un écrivain qu’on n’aime pas de pasticheur est une insulte courante. Rendons grâce à Paul Aron de faire justice de ces préjugés et de nous offrir ici l’histoire passionnante d’un mode d’écriture qui constitue à ses yeux « une pratique de formation fondamentale, non seulement dans le passé mais aujourd’hui encore dans les codes pédagogiques ». À l’instar de ce qu’elle est aussi en peinture ou en musique, l’imitation peut stimuler la création, et nourrir l’invention narrative et stylistique. À peine peut-on regretter que la période contemporaine soit traitée un peu rapidement, mais il est vrai que le temps n’a pas encore permis la décantation nécessaire (le pastiche est aussi un genre de circonstance, et une bonne part de la production meurt avec les événements qui l’ont suscitée), et ce sera certainement pour un prochain volume.