entête
entête

Comment vendre plus de livres en librairie grâce à internet ?

Nicolas Verry

Les Éditions de l’éclat ont organisé une rencontre au titre pouvant passer pour paradoxal ou provocateur : « Comment vendre plus de livres en librairie grâce à internet ».

Michel Valensi, directeur des Éditions de l’éclat, a été parmi les premiers éditeurs à mettre des extraits de ses livres en ligne sur son site internet. Dès 2005, il signait un accord avec Google France pour la numérisation de son catalogue, désormais consultable sur Google Livres (hormis les nouveautés). C’est dire si le phénomène internet est intégré à sa logique éditoriale et commerciale. Fort de son expérience, il a animé une table ronde où étaient conviés Christian Thorel (librairie Ombres blanches à Toulouse), Philippe Colombet (Google France), Alain Beuve-Méry (Le Monde des livres), Evan Schnittmann (Oxford University Press) et Joël Faucilhon (Lekti-ecriture.com).

Sans se montrer benoîtement optimiste sur l’avenir du livre et de la librairie (non virtuelle), les intervenants ont tordu le cou aux préjugés sur la vente en ligne. Il s’agit d’un modèle économique qui explose dans tous les domaines, et le livre n’y échappe pas. Plutôt que de lui tourner le dos, il convient de l’organiser, d’inventer de nouveaux équilibres ; l’union faisant la force, des sites ont tout à gagner à se fédérer en portail ; un partage peut s’opérer, le e-commerce étant particulièrement adapté à certains secteurs (juridique, médical, encyclopédies, etc.) ; il peut être aussi l’occasion pour les libraires, grâce à une visibilité accrue, d’écouler des fonds qui dormaient.

Internet et les libraires ont donc du chemin à parcourir ensemble, que ce soit au travers d’actions communes des professionnels de la librairie, des possibilités offertes par Google ou Gallica 2, d’une adaptation concertée de la législation du droit d’auteur ou du prix du livre (avec la question des frais de port).