entête
entête

Cahiers Leiris, no 1

Édition établie par Jean-Sébastien Gallaire et Sébastien Côté
Meurcourt (44 route de Conflans ; 70300), Association des Cahiers Leiris, 2007, 24 cm
ISSN 1961-3067
Abonnement : 55 € (75 € pour les institutions)
Le numéro : 35 € (40 € pour les institutions)

par Philippe Raccah

Venant après de nombreuses et importantes études, la parution, fin 2007, du premier numéro d’une revue entièrement consacrée à Michel Leiris témoigne de l’intérêt toujours vif pour son œuvre littéraire et ethnographique et des résonances contemporaines de son entreprise poétique et autobiographique.

Le volume réunit des études, des témoignages, des textes littéraires et des reproductions d’œuvres artistiques qui analysent, évoquent ou prolongent des aspects très différents de l’œuvre et aussi de la personnalité de Michel Leiris : la recherche exigeante, douloureuse mais littérairement féconde d’une règle de vie, la réconciliation désespérément poursuivie entre poésie et politique, la tauromachie comme modèle de vie et d’écriture, l’enfance de Leiris et sa mythologie personnelle, la forte unité entre l’œuvre littéraire et l’œuvre ethnographique, etc.

L’analyse des éléments paratextuels de ses écrits autobiographiques ou la reconstruction chronologique de la rédaction de L’âge d’homme mettent en évidence le rapport complexe entre vérité et vie chez Michel Leiris et l’évolution de la relation qu’il établit avec ses lecteurs. De même, une étude linguistique technique très fine de deux chapitres de Biffures montre les enjeux poétiques et éthiques des jeux de Leiris avec le langage.

Le caractère personnel, intime, de la relation que tout lecteur de Michel Leiris entretient avec son œuvre est souligné par les quelques lignes où chaque contributeur, écrivain ou artiste, évoque ou commente sa rencontre avec lui. Quelques souvenirs de proches de l’écrivain et trois lettres inédites accentuent le côté émouvant de ces divers éclairages.

Une liste des symboles et des abréviations utilisés, une abondante bibliographie, des index des ouvrages et des personnes ou personnages cités complètent le volume.

Cette nouvelle revue, dont le deuxième numéro est prévu pour la fin 2008 – un appel à contributions est d’ailleurs lancé sur internet * par Jean-Sébastien Gallaire, l’éditeur – s’adresse d’abord aux lecteurs de Michel Leiris mais, malgré l’hétérogénéité des contributions, elle saura intéresser ceux qui n’ont pas une grande familiarité de son œuvre.