entête
entête

Handicap et bibliothèque

Dirigé par Marie-Noëlle Andissac et Marie-José Poitevin
Paris, ABF, 2007, 143 p., 24 cm, coll. Médiathèmes, 9
ISBN 978-2-900177-30-3 : 28 €

par Luc Maumet

Des progrès juridiques encourageants et de récentes avancées technologiques laissent entrevoir des évolutions prometteuses dans l’utilisation des bibliothèques par les publics handicapés. C’est dans ce contexte favorable que la commission Handicap de l’Association des bibliothécaires de France propose un état des lieux des rapports qu’entretiennent bibliothèques et publics handicapés en s’appuyant sur l’exemple des réalisations de plus en plus nombreuses en ce domaine.

Marie-Noëlle Andissac et Marie-José Poitevin ont su réunir des auteurs venant à la fois de structures très impliquées dans le domaine et de bibliothèques n’ayant à proposer qu’une expérimentation limitée mais néanmoins riche d’enseignements.

La première partie de l’ouvrage s’attache à dresser un état des lieux. Tout d’abord par la description des différents publics concernés et de leurs spécificités : personnes déficientes visuelles, déficientes auditives, à handicap moteur et à handicap cérébral, atteintes d’un handicap mental, d’un handicap psychique ou à handicaps invisibles. Cette recension des différents handicaps et de leurs spécificités est utile car Handicap et bibliothèque s’adresse, aussi, aux professionnels n’ayant qu’une faible connaissance du domaine. Les cadres institutionnels et législatifs, en constante évolution, sont ensuite esquissés. En France, les orientations et préconisations institutionnelles sont illustrées par les actions de la Direction du livre et de la lecture. L’évolution de la législation sur le droit d’auteur est suivie avec un grand intérêt par les différents acteurs. La loi Dadvsi 1 pourrait en effet bouleverser la production de documents adaptés en autorisant l’accès aux fichiers sources et en simplifiant l’activité d’un certain nombre de structures productrices. Toutefois la mise en œuvre de la loi par le biais de décrets d’application n’est toujours pas effective au moment où nous écrivons ces lignes. Sur le plan international, les deux sections de l’Ifla qui s’attachent plus particulièrement à l’accès à la lecture des publics handicapés, LBS 2 (Libraries for the Blind Section) et LSDP 3 (Libraries Serving Disadvantaged Persons Section), sont très actives. Cette première partie de l’ouvrage insiste enfin sur l’importance d’ouvrir toujours plus l’accès du métier de bibliothécaire aux personnes handicapées. L’auteur souligne l’obligation légale d’employer ces personnes, mais aussi le gain très sensible de qualité de service pour les structures qui franchissent le pas.

La deuxième partie de Handicap et bibliothèque s’intéresse plus directement aux réalisations, en précisant et en détaillant tout d’abord les conditions d’un accueil de qualité des publics handicapés en bibliothèque : bonne accessibilité, formation des personnels, politique volontariste d’accueil, sensibilisation du grand public, dispositifs de repérage et de guidage, collections adaptées… Puis des réalisations modèles sont présentées : L’œil et la lettre à la médiathèque José-Cabanis de Toulouse, Lire autrement à la bibliothèque de l’Alcazar à Marseille, la salle Louis-Braille de la Cité des sciences, la mission Lecture et handicap de la Bibliothèque publique d’information et, à l’étranger, la Bibliothèque suédoise de livres audio et en braille. Ces réalisations sont particulièrement intéressantes car le recul permet aujourd’hui aux auteurs de mettre en évidence leurs points forts mais aussi d’en critiquer les éventuelles faiblesses.

La troisième partie traite des bibliothèques numériques et du handicap. À l’heure d’un changement de législation, les enjeux sont énormes pour ces plates-formes. Trois réalisations sont mises en avant : la Bibliothèque numérique pour le handicap, Gallica et Europeana, et le serveur Hélène. Enfin, les deux dernières parties abordent la question des animations, des partenariats avec les associations et des bibliothèques en établissements spécialisés.

Handicap et bibliothèque s’appuie sur de nombreux exemples pour proposer un tour d’horizon de l’offre de services à destination des personnes handicapées en bibliothèques. L’ouvrage permet de saisir la complexité des enjeux : les domaines abordés sont souvent techniques ou font référence à des réalités parfois très éloignées du quotidien de la plupart des bibliothèques. Toutefois la volonté d’offrir des exemples concrets et de désigner des experts qui sont autant d’interlocuteurs possibles ne peut que donner envie aux professionnels de faire plus dans le domaine de l’accueil des publics handicapés. Des annexes synthétiques apportent la touche qui achève de faire de cette publication un document indispensable pour ceux qui veulent faire le tour de la question sans se perdre dans les dédales d’exposés trop techniciens.