entête
entête

Le prix du livre 1981-2006

la loi Lang

Saint-Germain-la-Blanche-Herbe : Imec, 2006. – 197 p. ; 24 cm. – (L’édition contemporaine).
ISBN 2-908295-83-0 : 20 €

par Bertrand Legendre

Cet ouvrage est issu d’une journée de rencontres organisée le 25 avril 2003 par l’Imec (Institut Mémoires de l’édition contemporaine) et le Comité d’histoire du ministère de la Culture, journée consacrée à l’histoire de la loi Lang, entrée en vigueur le 1er janvier 1982. La particularité de cette rencontre tient dans le fait qu’elle a réuni plusieurs des protagonistes et des témoins de la bataille du prix unique du livre.

Une première partie de l’ouvrage rappelle le contexte des années 1970 marquées par le ralentissement de la croissance et la déstabilisation des circuits commerciaux traditionnels mis en cause par la grande distribution généraliste et par la Fnac. Les politiques de rabais massifs pratiquées par ces structures ont alors conduit au recul des librairies traditionnelles dans le commerce du livre et à la disparition de nombre d’entre elles. C’est dans ce contexte que sont commandées différentes études, comme le rapport Chetochine (1973), sur lequel vont s’appuyer les principaux promoteurs du principe de régulation du prix du livre, notamment Jérôme Lindon qui, du côté des éditeurs, a le plus œuvré pour inciter les responsables politiques à se saisir du sujet. Problématique professionnelle devenue politique, la régulation du prix du livre a aussi suscité de fortes résistances au sein du premier gouvernement de François Mitterrand où l’on a craint que le système du prix unique ait un effet inflationniste et soit perçu comme défavorable au pouvoir d’achat. La rédaction et la mise en œuvre rapides de cette loi (Jack Lang évoque « une sorte de blitzkrieg ») répondaient alors à la nécessité d’agir vite pour éviter que la grande distribution et la Fnac ne mobilisent l’opinion.

En 2001, Jack Lang résumait les vingt ans de cette loi en ces termes : « Une fois la loi votée, tout ne faisait que commencer. » Dès 1981 et jusqu’en 1986, Les centres Leclerc, la Fnac et de nombreux hypermarchés, selon des modalités différentes, multiplient les initiatives pour enfreindre ou contourner la loi Lang.

Le rappel des contextes qui ont précédé et suivi cette loi cède ensuite la place à la retranscription des débats qui se sont tenus pendant cette journée. Ceux-ci permettent à la fois de rappeler la position des différents acteurs et de revenir sur des aspects moins connus de cette histoire, le rapport de forces entre les responsables politiques, les acteurs économiques et syndicaux, les défenseurs des consommateurs ou représentants d’organismes comme la MGEN, la Camif ou la Maif, milieux proches de la gauche et pourtant défavorables à la loi. Ces débats retracent aussi les étapes du suivi de la loi Lang après 1981 : le rapport de Bernard Pingaud en 1983, le ralliement des distributeurs, les sanctions à l’encontre des contrevenants, la dimension européenne du débat. De nombreux documents reproduits et une chronologie complètent cet ouvrage qui constitue un excellent outil de compréhension d’un dispositif original qui est aujourd’hui reconnu et qui fait modèle.