entête
entête

Démocratisation d’Internet et services à distance en médiathèque

Exercice de la « e-citoyenneté » et évolution des missions

Les élèves-conservateurs territoriaux des bibliothèques. Promotion Georges Perec

Les Entretiens territoriaux de Strasbourg (ETS), organisés chaque année par l’Institut national des études territoriales, sont l’occasion de mettre en lumière quelques thèmes qui intéressent les cadres dirigeants des collectivités territoriales tout en leur fournissant un forum d’échanges. L’Enssib participe depuis plusieurs années à cet événement et y propose un atelier de réflexion.

En décembre 2005, les débats ont porté sur le thème de l’innovation au service des collectivités territoriales et donc sur l’influence du développement d’Internet dans l’évolution du rôle et des missions des bibliothèques.

Le processus actuel de banalisation d’Internet, combiné à l’extension importante du parc informatique et des accès haut-débit dans les foyers français, facilite l’émergence de nouvelles attentes et de nouveaux usages en matière d’accès à l’information, au savoir et à la culture. Pour ceux qui resteront à l’écart de ce mouvement, l’insertion dans la société risque d’être encore plus difficile. Les établissements de lecture publique sont donc conduits à proposer de nouveaux services tout en veillant à l’accès du plus grand nombre à la culture numérique.

De nouveaux services pour un plus grand nombre d’usagers

Bertrand Calenge a présenté le Guichet du savoir (GDS) * : l’implication de la bibliothèque municipale de Lyon en matière d’Internet est forte. L’objectif est de valoriser la bibliothèque dans sa capacité à accompagner ses usagers, à partager le savoir, et de faire évoluer ses fonctions dans la cité. Le GDS veut répondre, en ligne, à toutes les questions, rapidement, de manière complète. Les réponses archivées sont aussi disponibles via catalogue de la bibliothèque. Le GDS constitue ainsi une nouvelle porte d’entrée dans la bibliothèque, complémentaire et non substitutive des autres services.

Monique Boulestin, adjointe au maire de Limoges, chargée des Affaires culturelles et sportives, a exposé la politique de sa ville en matière d’accès aux technologies de l’information et de la communication (TIC). La bibliothèque municipale de Limoges connaît un succès incontestable : 44 % de la population sont inscrits à la bibliothèque. Le multimédia a une place importante dans cet établissement labellisé Espace culture multimédia (ECM). La formation et l’information des usagers sont gratuites et assurées par des bibliothécaires, dans le but, aussi, de les amener au livre. La ville a également doté les écoles primaires d’ordinateurs portables, de bornes wifi et d’un portail éducatif. Les onze communes de l’agglomération bénéficieront aussi de ce portail. Un partenariat s’est pour cela mis en place entre la ville et le ministère de l’Éducation nationale. Des rapprochements sont prévus entre la bibliothèque municipale et la bibliothèque universitaire : portail commun d’accès aux catalogues, projet de système audiovisuel de multidiffusion. La technique ne doit jamais être un frein aux ambitions et aux projets. Avec de l’imagination, de l’énergie et un investissement financier important, il est possible de la mettre au service de la culture et de l’égalité des chances.

La lutte contre l’« illectronisme »

Enfin, Paolo Messina, directeur de la bibliothèque municipale de Turin, a mis en lumière l’intégration des TIC dans la future bibliothèque actuellement en construction. Celui-ci est situé dans une zone centrale de la ville et intégrera entre autres plusieurs théâtres et centres culturels étrangers. La bibliothèque est conçue comme un service public stratégique dans la lutte contre l’« illectronisme ». Outre la mise à disposition de postes informatiques connectés à Internet et accessibles à tous, la volonté de prendre en compte les besoins de chacun s’inscrit par exemple dans la conception du site web de la bibliothèque qui devra répondre aux besoins des malvoyants.

Dans les trois exemples qui ont été présentés, l’investissement des autorités de tutelle a joué un rôle déterminant. Les TIC apparaissent en effet comme des moyens complémentaires très précieux pour permettre aux bibliothèques de remplir leurs missions. Les nouveaux services électroniques leur offrent la possibilité d’avoir une autre image, de toucher de nouveaux publics, de mieux servir les différentes catégories d’usagers.

  1.  (retour)↑  http://www.guichetdusavoir.org
    Voir aussi : Christelle di Pietro et Bertrand Calenge, « Le Guichet du savoir : répondre aux demandes de contenus », BBF, 2005, no 4, p. 38-42.