entête
entête

Adolescents et bibliothèques : je t'aime moi non plus

Grégory Launay

Le colloque « Adolescents et bibliothèques : je t’aime moi non plus » a été organisé le 20 octobre dernier par le conseil général et la bibliothèque départementale du Val-d’Oise, ainsi que par l’association Cible 95. Ces organismes se sont associés pour créer un réseau d’échange d’informations et d’actions et pour promouvoir la lecture publique en direction de tous les publics du département.

Les adolescents dans le Val-d’Oise : un état des lieux

Une analyse des préoccupations et des attentes des adolescents, entre 15-24 ans, a été effectuée par le Crédoc (Centre de recherche pour l’étude et l’observation des conditions de vie) à la demande du conseil général du Val-d’Oise 1. Les adolescents semblent préoccupés par les conditions de logement, la sécurité urbaine, la recherche d’emploi et la persistance de l’égalité des chances grâce à l’école. Leur degré de satisfaction est variable suivant la localisation géographique de leur domicile, la proximité avec les centres-villes et, au contraire, l’éloignement en zone rurale. Pour beaucoup, surtout dans les milieux défavorisés ou en zone rurale, l’absence d’activité culturelle et sportive et de centre d’intérêt est préoccupante. Certains jeunes peuvent être en situation d’errance, accusant l’absence de lieux de socialisation ou en méconnaissant l’existence. Les lieux de socialisation qu’ils souhaitent seraient riches en activités ludiques et dépourvus d’un quelconque encadrement. Le bibliothécaire est parfois perçu comme inattentif et aigri, et la bibliothèque comme le lieu où « rien ne va changer ».

À partir de ce constat, les bibliothèques peuvent-elles répondre à ce besoin de socialisation ? Doivent-elles réserver des espaces aux jeunes, mettre en place des politiques documentaires et d’action culturelle en direction du public adolescent ?

Au-delà des préjugés

« Je ne suis rien
Jamais je ne serai rien.
Je ne puis vouloir être rien.
Cela dit, je porte en moi tous les rêves du monde  2. »

Nelly Tieb, bibliothécaire et formatrice, a commencé son intervention par cette citation d’un poème de -Fernando Pessoa. Elle constitue une bonne ouverture pour traiter des actions qui peuvent être entreprises en direction des publics adolescents pour les amener à fréquenter davantage les bibliothèques et les CDI (centres de documentation et d’information).

La fréquentation des bibliothèques par les adolescents suscite encore certaines craintes. On projette sur l’adolescent une image erronée dictée par certains préjugés : il est systématiquement et irrémédiablement violent, agressif, bruyant… Faut-il stigmatiser certaines catégories de population et juger qu’on ne peut rien faire pour sortir du conflit, qu’il est impossible d’entretenir un lien ? C’est oublier que le professionnel exerce une violence potentielle à travers ce type de considération hâtive.

Les formations du personnel à l’accueil/accompagnement/médiation en direction de tous les publics peuvent apporter des solutions, de même que les actions créatrices de lien entre les générations ou que les partenariats avec les travailleurs sociaux.

Le sociologue Claude Poissenot, comme Nelly Tieb, rappela la nécessité d’une référence à un ou plusieurs adultes professionnels. En effet, le professionnel fait face à un adolescent dans la contradiction ou la complexité, inscrit dans une dynamique de groupe et une démarche de reconnaissance en tant qu’individu. L’adolescent est tiraillé entre un besoin d’indépendance et un besoin de protection, une référence auprès d’un adulte extérieur à la famille. Un bibliothécaire démontra par son expérience de terrain que l’accueil et le suivi des groupes d’adolescents sur la durée s’avéraient fructueux.

Développement en partenariat d’actions créatrices de lien

Les personnels des CDI comme les bibliothécaires s’accordent pour offrir un accueil et un accompagnement adaptés aux publics adolescents et pour mettre à leur disposition des fonds de fiction et de documentaires de qualité et des « produits d’appel » comme les mangas. Cependant, les documentalistes éprouvent parfois des difficultés à sortir de leur mission essentiellement pédagogique, tournée vers la recherche documentaire, et à promouvoir la « lecture-plaisir ». Leur budget de fonctionnement varie de 600 à 2 000 ! par an. Malgré cette faiblesse budgétaire, ils parviennent à mettre en place des animations et à associer les adolescents aux achats.

Nelly Tieb évoqua toutes les actions qu’elle a entreprises en direction des adolescents : acquisitions partagées, clubs de lecture, ateliers de théâtre, de poésie et de slam  3. Ces activités peuvent être sources de « rêves » ou aider les adolescents à prendre conscience de leur créativité et faire perdurer le lien. Elles peuvent être envisagées avec le concours de différents partenaires : associations de soutien scolaire, centres sociaux, maisons de quartier.

L’auteur de science-fiction Fabrice Colin, membre de la Charte des auteurs et illustrateurs de la littérature jeunesse, estime qu’il faut démultiplier les possibilités de dialogue entre les adolescents et l’écrivain, grâce aux ateliers d’écriture et aux ressources d’Internet (blogs, chat).

On peut conclure de ce colloque que la création d’un espace réservé aux adolescents n’est pas une solution ni une préoccupation fondamentale pour les bibliothèques. Une telle section peut en effet contribuer à fragmenter l’espace global des bibliothèques et empêcher l’échange intergénérationnel.

En clôture, Dominique Lahary, directeur de la bibliothèque départementale du Val-d’Oise, nous a invités, non sans humour, à méditer sur l’idée suivante : « la bibliothèque living-room des cités et des villages  4 ».

  1.  (retour)↑  Christine Olm, Mieux connaître les jeunes du Val-d’Oise : rapport d’enquête, Crédoc, 2003.
  2.  (retour)↑  Fernando Pessoa, Bureau de tabac, Éd. Caractères, 2000.
  3.  (retour)↑  Compétition orale de poésie.
  4.  (retour)↑  La paternité de cette formule semble pouvoir être attribuée à Kenneth Dowlin, professeur à l’école de bibliothéconomie de San José en Californie et ancien directeur de la bibliothèque publique de San Francisco (Ndlr).