entête
entête

Buch und Bibliothek

septembre 2004 à août 2005

Bad Honnef : Bock + Herchen Verlag. – 30 cm. ISSN 0340-0301. Abonnement (10 numéros par an) : 82 € – Le numéro : 12,50 €

par Isabelle Duquenne

Dans sa 57e année, la revue allemande des bibliothèques Buch und Bibliothek se dote d’une nouvelle maquette, élégante, colorée et abondamment illustrée. Les articles se resserrent autour de thématiques plus affirmées et sont classés dans trois ou quatre grandes rubriques. Ces modifications lui confèrent une plus grande lisibilité, une facilité de repérage des contenus et une attractivité immédiate.

Bibliothek 2007

Ce « lifting » est-il à mettre au compte de la volonté de changement de regard sur les bibliothèques, en lien avec le projet Bibliothèques 2007 ? Celui-ci est amplement développé dans neuf dossiers qui posent des « jalons pour une bibliothèque capable d’avenir » et suscitent contributions et débats d’une grande richesse.

Il ne reste que deux ans pour conduire ce projet d’envergure lancé en 2004 : faire évoluer les bibliothèques et le regard porté sur elles par le public, les politiques et les professionnels eux-mêmes. À partir du constat du potentiel énorme – mais peu exploité – dont disposent les bibliothèques dans le domaine de la formation (lecture, recherche d’information, évaluation et utilisation des documents), le concept développé par la fondation Bertelsmann et l’association professionnelle Bibliothek und Information Deutschland (BID) est de renforcer leur intégration dans le système éducatif. Il s’agit de faire connaître leur importance stratégique, leur spécificité et leur compétence en matière d’amélioration de la formation tout au long de la vie, de la lecture, de la qualité des universités et du niveau des connaissances en Allemagne. Pourtant, le concept de teaching libraries, mis en pratique avec succès aux États-Unis et dans les pays scandinaves, peine à s’imposer en dehors de bibliothèques universitaires, malgré certaines expériences prometteuses.

Les professionnels réclament la création d’une Agence pour le développement des bibliothèques (BibliotheksEntwicklungsAgentur, BEA), chargée d’assurer une coordination au plan national et capable d’inciter et d’aider les bibliothèques universitaires et de lecture publique à prendre un tournant qui leur permettrait aussi de se renouveler et de reconquérir leurs publics.

Les dossiers proposés dans la revue analysent l’état actuel de la politique des bibliothèques en Allemagne, les perspectives de développement et les scénarios possibles, les conditions de mise en œuvre d’une telle ré-orientation. Sont traités les thèmes de la bibliothèque comme élément du paysage éducatif, les documents électroniques, les services et l’utilisation des nouvelles technologies, le management de la qualité, la direction et l’encadrement ainsi que le financement des bibliothèques. En dépit du bien-fondé de cette agence, le gouvernement allemand ne s’est pas encore prononcé. Les porteurs du projet progressent cependant régulièrement par le biais de rencontres, de colloques et grâce à un important lobbying auprès des élus, des relais d’opinion et des bibliothécaires.

Internet toujours au cœur des préoccupations des professionnels

Au vu du nombre d’articles, Internet et les nouvelles technologies restent au cœur des préoccupations des professionnels. Comme ailleurs, les bibliothécaires allemands subissent les effets de la concurrence directe des exploitants de moteurs de recherche (Google, Yahoo, Amazon), principalement dans le domaine « scientifique ». Avec l’offre d’un Internet toujours plus accessible, maniable et populaire – la numérisation à grande échelle de Google Print – et le doublement de la taille de son index, Google oblige les bibliothèques à repenser leurs missions.

Alors que Google Scholar ratisse de façon ciblée les sources scientifiques, la communauté des chercheurs et les spécialistes de la documentation s’interrogent sur les modalités de diffusion des publications scientifiques : mise en réseau ou centralisation via un portail scientifique national ? La création d’une bibliothèque virtuelle passe nécessairement par la coopération entre bibliothèques.

La mise à disposition de l’information sur Internet est l’objectif des administrations fédérales pour 2006. Elles seront suivies par les Länder et bien sûr les bibliothèques, qui s’attacheront à ouvrir sans limites leurs sites web et à rendre accessibles opacs et catalogues collectifs. La mise à disposition de services en ligne devient le cadre de référence. Dans le domaine du livre ancien, relevons la nouvelle accessibilité du catalogue des 20 000 incunables de la Bibliothèque nationale de Bavière.

Autres thèmes majeurs

La question du droit d’auteur apparaît également préoccupante. En 2004, les éditeurs ont attaqué les bibliothèques en justice dans une vaste campagne contre l’envoi de photocopies. Avec une loi sur le droit d’auteur dont les remaniements se succèdent, surtout depuis le milieu des années 1980, les bibliothèques allemandes n’en finissent pas de s’adapter à une jurisprudence qui fait la part belle aux intérêts commerciaux au détriment de la liberté de l’information.

Les éditeurs allemands se seront mobilisés pour le 200e anniversaire de la mort de Schiller avec la publication de nombreux ouvrages et des œuvres complètes en douze volumes. De leur côté, les bibliothèques ont multiplié les actions pour célébrer le grand écrivain classique.

La construction de nouvelles bibliothèques témoigne d’une vitalité du secteur. Citons plus particulièrement la Pyramide de l’esprit d’Ulm, construite en verre par Gottfried Böhm, l’architecture lumineuse et colorée de la Bibliothèque universitaire de droit à Hambourg, l’étonnante forteresse documentaire de béton et de verre de l’Université de Cottbus.

Pourtant, les menaces continuent à peser sur les emplois et les budgets de fonctionnement. La réflexion sur les publics s’intéresse de plus en plus aux seniors, groupe cible pour les bibliothèques publiques, à la fois comme utilisateurs et comme bénévoles pour pallier le manque de personnel. Mais comment accueillir le bénévolat sans céder sur la professionnalisation des bibliothécaires ? Les Fachstellen, l’équivalent des BDP françaises, sont depuis quelques années dans la ligne de mire des ministres des Finances : services réduits, restructurés, voire fermés et appel de plus en plus fréquent aux bénévoles. Dans ce contexte, les quelque 200 associations de soutien aux bibliothèques publiques et universitaires (le nombre a été multiplié par quatre en vingt ans) ne sont pas encore assez nombreuses. Pour se constituer en relais efficaces, elles devraient solliciter des représentants de l’économie, du commerce et de l’industrie.

Enfin, l’activité des bibliothèques françaises a fait l’objet d’articles détaillés : le catalogue de référence et les expositions que la Bibliothèque nationale de France et le musée de Tours ont consacrés au graveur Abraham Bosse à l’occasion de son 400e anniversaire, les 75 ans de la bibliothèque Medem à Paris, la plus importante bibliothèque de langue et littérature yiddish en Europe. À côté de ces bibliothèques prestigieuses, l’Astrolabe, la nouvelle médiathèque de Melun, a retenu l’attention par son implantation en bord de Seine et la qualité de son équipement mobilier et technique.