entête
entête

Le renouvellement des générations

BBF 2005-3 | Panorama du web

 En savoir plus sur le BBF

 

Panorama du web

BBF 2005 – Paris, t. 50, nº 3

La dernière date de consultation des liens est le .

 Sommaire du panorama

  Repositionnement du métier et nouveaux défis

  Formation et recrutement

Le renouvellement des générations

La question du renouvellement des générations sera dans ce Panorama légèrement déplacée par rapport à la façon dont elle a été traitée dans le reste du Dossier. On s’interrogera ici moins sur les modalités du renouvellement, les moyens humains de la transmission ou les conditions (gestion humaine ou politique) des changements impliqués à divers niveaux, que sur la nature de ces changements à l’heure actuelle. Pour reprendre le découpage opéré par Dominique Lahary, on tentera de cerner les éléments et les enjeux auxquels la dernière des cinq générations est confrontée : quelles en sont les conséquences dans l’appréhension et les nouvelles pratiques du métier ? Quels sont les nouveaux défis à relever ? Qu’en est-il du côté des formations et du recrutement ?

  Repositionnement du métier et nouveaux défis

   Les bibliothécaires et les nouvelles donnes de la société d’aujourd’hui

   Tour d’horizon à l’étranger

Repositionnement du métier et nouveaux défis

Les bibliothécaires et les nouvelles donnes de la société d’aujourd’hui

Pour saisir la nature et les enjeux du renouvellement des bibliothécaires et plus généralement des professionnels de l’information, il s’agit de cerner dans quel contexte culturel, technique, économique tous ces acteurs évoluent.

  Les bibliothèques dans la société mondiale de l’information

C’est le nom donné à la Journée d’étude ABF-SER du 1er mars 2004 à la Bibliothèque nationale de France. Les actes de cette journée d’étude sont disponibles sur le site de l’ABF.Les interventions furent autant de perspectives pour saisir les enjeux des changements qui se profilent aujourd’hui pour les bibliothèques et les bibliothécaires, approches éclairantes pour aborder le renouvellement des générations en tant qu’il n’est pas – ne doit pas être – une transmission linéaire, mais qu’il doit prendre en compte des mutations essentielles. Voir en particulier l’intervention de Michel Fauchié, membre de l’Addnb, chargé de développement TIC/Multimédia dans les médiathèques publiques de la Roche-Sur-Yon, intitulé « Société mondiale de l’information et bibliothèques publiques » (page 4). Il s’interroge sur les bouleversements induits par l’arrivée des NTIC dans les bibliothèques, et sur l’évolution des usages et des pratiques ; il compare et essaye d’évaluer les relations entre le monde « traditionnel » de la bibliothèque et le monde nouveau d’Internet, sur la place à accorder aux bibliothèques et ses nouvelles modalités en tant que lieux d’accès au savoir.

  Les nouvelles orientations de la profession, par Jean-Philippe Accart

J.-P. Accart met à disposition sur son site plusieurs de ses travaux, classés par thèmes, parus dans diverses revues professionnelles françaises et étrangères. Plusieurs articles classés sous le titre La profession pourront vous intéresser.Voir notamment Les défis de demain pour la profession, une interview publiée dans la revue Arbido (revue officielle mensuelle de diverses associations suisses (archivistes, bibliothécaires et documentalistes) en avril 2003. Après un tour d’horizon du nouveau contexte dû aux évolutions récentes, J.P. Accart analyse les défis et évolutions à venir – entre autres le conditionnement de plus en plus important du métier par la technologie et les réseaux ; le risque du poids trop grand que pourraient prendre la technologie et les considérations économiques. Il examine par ailleurs la convergence grandissante des disciplines (bibliothèques, documentation, archives), et la place de ces métiers dans la société de l’information.Sur cette convergence des métiers, voir également Bibliothécaire, documentaliste : Même métier?, un article paru dans le BBF n°1 de 2000.Vous trouverez par ailleurs au lien suivant un entretien accordé par Jean-Philippe Accart et Marie-Pierre Rethy à Savoirs-CDI en 2000, intitulé Regards sur le métier de documentaliste, où les questions évoquées précédemment sont également abordées.

  Les changements du métier, par Dominique Lahary

D. Lahary propose sur son site plusieurs Supports d’intervention, sur lesquels il s’est appuyé pour des colloques, journées d’étude etc. On peut regretter de ne disposer que de ces supports, et que ces interventions n’aient pas donné lieu à des articles synthétiques… mais l’existence de ces dernières méritait d’être signalée.Vous y trouverez : · Évolution et adaptation du métier de bibliothécaire dans une société en mutationUne intervention au colloque de l'IUT Métiers du livre de l'université Michel de Montaigne, sur le thème Bibliothécaire, un métier en mutation, à Talence le 7 avril 2005. · Le(s) changement(s) dans le(s) métier(s)6es rencontres des bibliothèques départementales Rhône-Alpes, Crest, 21 juin 2004. · N\'est-il pas temps de repositionner le métier de bibliothécaire ?Une intervention lors de la journée d'étude L'évolution du métier de bibliothécaire de l’ABF à Lyon, le 26 mai 2003.A noter sur le blog BiblioAcid billets du 29 janvier 2005, intitulés « My Generation » et « NextGen », qui sont deux témoignages singuliers du questionnaire envoyé par Dominique Lahary pour le Dossier de ce numéro.

Tour d’horizon à l’étranger

  La question du renouvellement posée à de grandes associations de bibliothécaires aux Etats-Unis

Paru dans la revue Searcher, destinée aux professionnels en bases de données, un article peu récent mais que l’on peut consulter avec intérêt, rédigé par Rebecca T. Lenzini, éditeur de The Charleston Advisor.Intitulé Les professionnels des bibliothèques se font des cheveux blancs : un tour d’horizon de nos associations professionnelles et de leurs réponses, l’article commence par une comparaison parlante :« Question : qu’est-ce que les professionnels des bibliothèques et les fans d’Elvis ont en commun ?Réponse : Nous devenons tous plus vieux et il n’y a personne pour prendre notre place ».Dans cet article, cinq grandes associations professionnelles sont interrogées sur la base d’entrevues, d’échanges de mail, de sites web, de publications et autres, pour chercher les meilleures pratiques parmi ses propres collègues face à ce problème du renouvellement de la profession.Pour avoir une synthèse des solutions trouvées, voir le paragraphe intitulé « So... How Are We Doing ? », qui fait suite au cinq paragraphes sur chacune des associations. Outre ce tour d’horizon, vous trouverez de nombreux liens sur le sujet à la fin de l’article.Voir particulièrement ce lien qui donne accès à de nombreuses ressources d’analyses de données démographiques passées.Avec notamment plusieurs articles de Stanley Wilder, doyen auxiliaire des bibliothèques de l’université de Rochester, dont un intitulé The Changing Profile of Research Library Professional staff.Et ce lien suivant vous donne accès à un diaporama avec entre autres des graphiques saisissants des courbes de l’âge des bibliothécaires en 1986, 90, 94, 98 et 2000 (voir « slide 9 » pour avoir la superposition des dates).

  « Bibliothécaires du 21ème siècle »

BiblioAcid nous signale l’existence d’un site dans un message du 11 février 2005, the Librarians in the 21st century, « qui rassemble un tas d'infos sur les différents aspects du métier de bibliothécaire aujourd'hui, sous le format d'introductions à, par exemple, l'édition électronique, les métadonnées, la fracture numérique. » Voir le billet de BiblioAcid pour plus de détails.

  En Illinois : blog et revue

Dans un billet du 9 avril 2005, le blog Formist a signalé celui d’une bibliothécaire de l’Illinois, Ayanna Gaines, « très concernée par le sujet des nouveaux bibliothécaires du 21ème siècle ». Elle a été interrogée pour le numéro d’août 2003 de la revue Illinois Library Association Reporter. Cette dernière propose chaque année une série d’articles sur un nouveau thème ; en 2003 il s’intitulait « Visages frais – le futur est maintenant », et portait sur les nouveaux aspects du métier de bibliothécaire et ses nouveaux représentants. Vous trouverez l’interview d’Ayanna Gaines pages 4 et 5 de ce document en pdf.Les autres interviews de bibliothécaires sur ce thème sont consultables toute l’année 2003 (six en tout de février à décembre).Les thèmes de 2004 et 2005 ne sont pas totalement éloignés de notre sujet…En 2004 il s’intitulait « Faire plus avec moins », soit l’exposé de plusieurs systèmes D en ces temps difficiles.Et pour cette année 2005, le thème proposé est « Apprendre du passé, construire l’avenir ».Vous accédez à tous ces articles à partir du sommaire des numéros.

  Assemblée Générale de la BBS – Association des bibliothèques et bibliothécaires suisses – du 17 septembre 2004 : points de vue européens

Jean-Philippe Accart propose sur son site une brève présentation des interventions, qui «  abordent différentes tendances des bibliothèques à l’heure actuelle qui vont conditionner l’avenir : l’importance d’anticiper les besoins, l’inscription dans un programme politique, la promotion auprès du public. » Les orateurs sont suisse, allemand et finlandais.Voici la présentation et le texte de l’intervention de David Aymonin, directeur de la Bibliothèque de l’Ecole polytechnique fédérale de Lausanne (EPFL), qui est intervenu sur les évolutions et tendances dans les bibliothèques scientifiques et universitaires.Ainsi qu’une interview où il fait le point sur les nouveaux outils d’acquisition des savoirs et sur le futur Centre de connaissances qui verra le jour en 2008.

  Nés avec le truc

Nous redonnons le lien déjà signalé par Dominique Lahary sur ce point de vue américain : un article intitulé Born with the chip et ayant pour sous-titre « La prochaine génération va profondément influencer à la fois le service proposé par la bibliothèque et la culture au sein de la profession. »Les auteurs de l’article, sur la base de travaux personnels, ont identifié neuf aspects du comportement de la nouvelle génération qui selon eux la différencient de la génération précédente. Ils présentent ces aspects point par point en développant leur impact concret. Les changements les plus fondamentaux se situent dans l’usage de l’information, dans les interactions personnelles, et dans les valeurs sociales.

  Et si tout ça n’était qu’une histoire de look ?

BiblioAcid nous offre à un mois d’intervalle deux adresses de sites, qui nous arrivent des Etats-Unis… Voici les liens vers les deux billets qui vous permettront de découvrir l’adresse de ces sites agrémentés de commentaires. Ils datent des 25 février et 25 mars, et s’intitulent Je suis une poupée barbie et et Restons modePeut-être que le renouvellement commencera par là ?…

  Formation et recrutement

   Se former à l’Information Literacy et autres formations

   Devenir bibliothécaire – ou documentaliste

Formation et recrutement

Se former à l’Information Literacy et autres formations

Un article a été consacré à l’Information Literacy dans le dernier numéro du BBF, rédigé par Sylvie Chevillotte. Elle est actuellement aux Etats-Unis pour étudier ce phénomène dans les bibliothèques universitaires américaines. Un blog a été créé par le réseau Formist à cette occasion, permettant de suivre ses pérégrinations – nous l’avons présenté dans le dernier Panorama.Tout en vous invitant de nouveau à parcourir l’ensemble de ce blog, voici une sélection de quelques billets qui peuvent plus particulièrement aider à délimiter le cadre du renouvellement des générations, quant à la part à accorder à la formation de ce que l’on peut d’une manière peu satisfaisante traduire par « la maîtrise de l’information » (parfois appelée « critical thinking » ou « research skills » pour mieux se faire comprendre de certains interlocuteurs). Cliquez ici pour des précisions sur la terminologie.Le site de l’Urfist de Paris, présenté plus loin, offre également de nombreuses ressources sur l’Information Literacy et plusieurs autres formations documentaires.

  L'impact de la technologie sur les formations en Information Literacy dans les bibliothèques

Dans ce billet du 5 avril 2005, Sylvie Chevillotte signale un article de Paula Warnken sur l'influence de l'informatique et des nouvelles technologies sur les formations documentaires.

  La formation à la maîtrise de l’information dans les bibliothèques universitaires américaines

Le titre du billet (ci-dessus) correspond à celui de son projet de recherche pour le programme Fulbright, dont elle présente les grandes lignes. A suivre donc.

  Enquête sur la formation documentaire des étudiants dans les universités canadiennes

Ce message signale une étude en cours à WILU, le congrès canadien sur la formation documentaire des étudiants, portant sur les pratiques de formation en « Information Literacy » des bibliothèques universitaires canadiennes. Il s’agit de la 3e enquête de ce type, les précédentes ayant eu lieu en 1995 et 2000. « Au niveau théorique, une recherche de cette ampleur (…) permet de dresser un tableau de l’évolution du métier des bibliothécaires universitaires et de leurs rôles et relations avec les enseignants, ainsi que de mieux connaître les réalisations et projets en cours.(…) Plus concrètement, ce type de recherche serait très utile en France et permettrait d’avoir une vision plus précise et quantifiée de ce qui se fait et de l’évolution des formations et du métier. Il serait possible de prendre comme modèle l’enquête effectuée par Elisabeth Noël en 1997-98. Il est indispensable aujourd’hui de faire un point précis sur la situation française pour avoir des points de repère en France, mais également pour se situer a une échelle internationale à une période où il s’agit d’un sujet majeur dans la sphère bibliothéconomique – et au delà.Des volontaires ? »

  Débat et controverse autour de l'article de Stanley Wilder sur l'Information Literacy

Et puis signalons le débat ayant eu lieu suite à un article de Stanley Wilder, critiquant fortement la place dévolue à l’Information Literacy.Deux billets de Formist à ce sujet, ici et là.Et un billet du blog Urfist, L'information literacy en débat : faut-il former les étudiants ?

  Urfist de Paris

Le site de l’Urfist de Paris est une mine d’information pour tout ce qui touche à la formation documentaire, et tout particulièrement le réseau FOURMI (FOrmations Universitaires en Réseau aux Méthodologies de l'Information), dont voici le sommaire.Sur le thème de l’Information Literacy, consulter Maîtrise de l’information : articles théoriques, qui offre un grand nombre de ressources documentaire sur le sujet. Ou également Former les étudiants à la maîtrise de l\'informationVous trouverez également à partir du sommaire des rubriques touchant à l’évaluation de l’information, d’autres concernant la méthodologie et des conseils dans la recherche d’information.Sur ce thème de la formation à la recherche, outre le réseau FOURMI, voir également un outil mis en place par l’Urfist, CERISE (Conseils aux Etudiants pour une Recherche d’Information Spécialisée Efficace)ou le portail FORSIC sur la formation des usagers à la recherche et à la gestion documentaire.

Devenir bibliothécaire – ou documentaliste

  Petites synthèses

BlogOKat a proposé au mois de novembre dernier deux fiches, l'une sur Des ressources sur le métier de bibliothécaire, l'autre sur Des ressources sur le métier de documentaliste, s’adressant particulièrement aux personnes qui aimeraient s’orienter dans ces professions. Y sont proposés de nombreux liens vers le profil de ces métiers, les qualités requises, et d’autres informations utiles.

  La difficulté à trouver un poste

Les listes de discussions de bibliothécaires et de documentalistes diffusent régulièrement des messages de personnes faisant part, malgré leur niveau de formation et leur bonne volonté, de leur difficulté à trouver du travail.Le débat étant récurrent et connu, nous avons pris le parti de ne plus le signaler dans la rubrique « Débats et publications électroniques ». Mais le problème restant préoccupant, c’est ici l’occasion de relever les débats lancés à ce sujet ces derniers mois. Nous ne retenons ci-dessous que les messages ayant suscité plusieurs réactions, en indiquant seulement le premier message (les réponses qui lui font suite sont consultables sur les archives sous le même titre, à partir de la page indiquée entre parenthèses).Messages sur la liste biblio.fr« Emploi en BM et droit à l\'information » (les réponses apparaîtront par la suite sous le titre « Emploi en BM ») soulève la question de savoir d’une part pourquoi il n’existe pas une obligation pour les collectivités – qui pourrait être contrôlée au niveau de l’Etat – de rendre publique au niveau national de la vacance de leurs postes (la plupart des offres, signalées localement, restent aujourd’hui invisibles), et d’autre part pourquoi l’ANPE ne propose que des postes de catégorie C. (En février à partir de la page 4/10)« Questionnement d’une \"Emploi\"- jeune » fait part de son étonnement sur le fait que les postes de contractuel proposés par les collectivités territoriales ne sont jamais que des catégories C, et ce pour des exigences et un travail concret qui relève souvent d’un niveau supérieur.(En mars à partir de la page 1/11)« Recruter en CDD plutôt qu\'en CDI », sur cette pratique répandue.(Mars p. 2/11)« Stagiaire mutant » s’énerve contre les conditions d’accueil des stagiaires. Certaines réponses montreront que le stage n’est pas nécessairement une exploitation.(Mars p. 7/11)« La mascarade des concours sapin » dénoncée.(Mars p. 10/11)Et puis notons ce « Coup de gueule » fin février, contre toutes les personnes se plaignant de ne pas trouver d’emploi, et apportant un témoignage positif. (Mars p. 1/11) Liste adbs« DEBAT : Emploi en documentation » témoigne de la difficulté à trouver un poste dans ce secteur.(Février p. 3/7)« Stage de 6 mois minimum chez L\'Oreal » réagit contre un stage qui lui apparaît comme dépassant les bornes.(Mars p. 2/9)