entête
entête

La numérisation, Internet et le patrimoine

BBF 2004-5 | Panorama du web

 En savoir plus sur le BBF

 

Panorama du web

BBF 2004 – Paris, t. 49, nº 5

La dernière date de consultation des liens est le .

 Sommaire du panorama

  La numérisation du patrimoine

  Ce qu’Internet peut apporter

  Le patrimoine à portée de souris

La numérisation, Internet et le patrimoine

L’apparition d’Internet et des techniques de numérisation ont ouvert de nouvelles perspectives aux bibliothèques pour faire connaître leurs fonds, et notamment les fonds patrimoniaux. Les ‘livres anciens’ étaient il y a encore peu de temps synonymes de ‘livres inaccessibles’, à moins d’être un conservateur de fonds anciens ou un chercheur assermenté. Partant de l’ambition de toute bibliothèque de rendre ses fonds accessibles, Numérisation et Internet pourraient alors apparaître comme deux mots magiques. Encore faut-il savoir comment s’y prendre, et mesurer l’ampleur de la tâche et des difficultés : comment numériser ? Quels moyens existent ? Internet s’avère être par ailleurs un moyen privilégié de diffusion : d’une part pour s’informer sur toutes sortes de questions en lien à la conservation de ses fonds, que sur la diffusion même de ces derniers.

  La numérisation du patrimoine

   Comment s’y prendre pour numériser ses fonds patrimoniaux ?

   Quels sont ces nouveaux supports ?

La numérisation du patrimoine

Comment s’y prendre pour numériser ses fonds patrimoniaux ?

  Direction du Livre et de la Lecture

La Direction du Livre et de la Lecture (ministère de la Culture et de la Communication) a publié un ensemble de recommandations techniques sur, comme le nom de l’ouvrage l’indique, la Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques. Le sommaire vous donne accès aux chapitres dans leur intégralité. Nous retiendrons ici plus particulièrement le chapitre 13 La numérisation des documents patrimoniaux.Ce chapitre aborde de manière assez exhaustive les problèmes auxquels on peut être confronté lorsqu’on souhaite numériser des documents, et plus particulièrement un fonds ancien. Voici quelques problèmes à ne pas négliger :* La nouveauté constante des techniques de codage des signaux ou des formats de fichiers.* L’obsolescence rapide des supports (cédéroms, disquettes etc) et du matériel informatique.* L’utilisation de supports indirects (tels que photographies, microfilms) souvent nécessaires à la numérisation. * Le problème des normes (édition de fascicules de documentation AFNOR, rédigés pour la numérisation par la BNF) et du langage d’indexation que l’on choisit.* La détermination des utilisations ou applications possibles de ces documents numérisés en bibliothèque. * Les exigences légitimes que l’on est en droit d’attendre du prestataire extérieur qui exécutera la numérisation.

  Numérisation du patrimoine culturel

Le site Numérisation du patrimoine culturel est produit par le Comité scientifique pour la documentation informatisée & multimédia du Conseil ministériel de la recherche ; il a bénéficié des contributions de plusieurs services du Ministère de la culture et de la communication.Depuis 1996, le gouvernement a initié un programme de numérisation des fonds iconographiques et sonores appartenant à l’Etat, programme étendu depuis 2000 aux collectivités locales. La Mission de la recherche et de la technologie (MRT) apporte ainsi une aide financière à des projets de numérisation.Le Comité scientifique a comme objectif parallèle d’établir un catalogue des fonds numérisés ou en cours de numérisation conservés dans les bibliothèques, services d'archives, musées, services patrimoniaux et autres institutions culturelles en France. Il permet d'identifier et localiser ces fonds et, le cas échéant, de les consulter en ligne.Vous trouverez par ailleurs sur ce site des informations techniques par le biais d’ouvrages, de colloques et de contributions diverses.

  L’Internetculturel

On accède à la page l’Internetculturel par un lien désormais caché du site du Ministère de la culture, à la rubrique "Patrimoine".C’est pourtant une mine d’informations, contenant des conseils sur la conservation du patrimoine culturel comme sur sa numérisation ; on y trouve aussi des bases de données, des expositions virtuelles, et des renvois à de nombreux sites ayant un rapport au patrimoine.Dans la rubrique "Numérisation du patrimoine culturel" puis "Préservation des documents numériques", vous pouvez consulter le chapitre La préservation des documents numériques : solutions techniques, solutions politiquesIl s’agit d’une journée d'étude organisée par l'Association des directeurs et des personnels de direction des bibliothèques universitaires et de la documentation, à l’Université de Provence, Aix-Marseille 1, 14 septembre 2001.Voir notamment l’article de Catherine LUPOVICI (BnF) Les principes techniques et organisationnels de la préservation des documents numériquesOn y trouve également deux interventions concernant les Pays-Bas et la Grande- Bretagne.

  Le Cedars – Curl exemplars in digital archives

Le Cedars est un programme issu du Consortium de bibliothèques universitaires de recherche (Curl) au Royaume-Uni, né en avril 1998 et achevé en mars 2002. Son objectif est d’étudier tout ce qui touche à la conservation numérique, soit les aspects d’acquisition des supports numériques, leur conservation à long terme, leur description, et éventuellement la manière d’y accéder.Deux rubriques pourront ici vous intéresser plus particulièrement :Technical Strategies, une rubrique qui explore les options et stratégies techniques en vue d’élaborer des solutions adaptées ; un guide y est proposé intitulé « Digital Preservation Strategies » (Stratégies pour la conservation numérique).Distributed Archive Prototype, rubrique qui traite des expérimentations pratiques de conservation numérique, avec également un guide « The Distributed Digital Archiving Prototype » (Répartition des prototypes d’archives numériques).

  Cyberconservation au Canada

Le site est une initiative canadienne sur les bibliothèques numériques, développé en collaboration entre la Bibliothèque Nationale du Canada et l'Initiative Canadienne sur les Bibliothèques Numériques (ICBN). On y trouve des renvois très nombreux (en liens hypertextes) sur des aspects divers des bibliothèques numériques : depuis l’acquisition du matériel numérique jusqu’aux questions plus juridiques de propriété intellectuelle, des politiques de numérisation jusqu’aux aux listes de discussions existantes sur le sujet.

  National Library of Australia

La bibliothèque nationale d’Australie n’est pas en reste sur l’intérêt porté à la numérisation. Comme elle l’explique dans la rubrique Digital Archiving and Preservation at the National Library of Australia, elle s’est faite depuis 1996 une réputation internationale dans ce domaine. Pour vous faire une idée de son archivage numérique, vous pouvez consulter les archives Pandora– Preserving and Accessing Networked Documentary Resources of Australia (Préservation et accès au réseau de ressources documentaires d’Australie). Elle a également mis en place un portail international sur les ressources de conservation numérique, PADI – Preserving access to digital information.

  Numérisation et patrimoine

Dans le cadre de la Semaine du document numérique qui s’est tenue à l’Université de la Rochelle du 21 au 25 juin 2004, ont eu lieu des rencontres sur le thème « Numérisation et patrimoine », en lien notamment aux problèmes divers rencontrés dans le monde des bibliothèques ou des archives. Les communications devraient être mises en ligne sur le site http://liris.cnrs.fr/NumPat/

Quels sont ces nouveaux supports ?

  Cédéroms

Il existe toutes sortes de cédéroms, adaptés aux types de documents que l’on souhaite numériser. Un inventaire en a été fait au chapitre 13 de l’ouvrage de référence Protection et mise en valeur du patrimoine des bibliothèques évoqué ci-dessus.

  Livres électroniques

Sont également apparus des livres électroniques. A ce propos, on peut consulter :o Electronic Books in Libraries – Les livres électroniques en bibliothèques.Il s’agit de la nouvelle version d’un site consacré à un « projet d’évaluation du livre électronique ». Toujours en association avec le Librarian’s eBook Newsletter (le Bulletin du livre électronique du bibliothécaire), il fait désormais partie du site des bibliothèques de l’université de Rochester.Quatre rubriques composent ce site : l’eBook Studies s’intéresse aux utilisations diverses du livre électronique dans toutes sortes de bibliothèques, eBook Products concerne sa production (appareils, logiciels), eBook Websites liste des adresses de sites en rapport à l’industrie du livre électronique, enfin Librarian\'s eBook Newsletter correspond aux archives de ce bulletin, qui a été publié d’octobre 2000 à août 2002.oL’Enssib propose un dossier consacré à l’édition électroniqueVous trouverez entre autres dans ce dossier, qui n’est aujourd’hui plus actualisé, des références toujours utiles sur les questions de droit d’auteur, des définitions sur toutes sortes d’e-book existants, ou encore certaines modalités de la diffusion en ligne.

  Ce qu’Internet peut apporter

   Des conseils accessibles en ligne

   Structures européennes existantes

   Structures internationales

Ce qu’Internet peut apporter

Des conseils accessibles en ligne

Outre des conseils relatifs à la numérisation des fonds patrimoniaux, Internet peut également être un outil efficace pour diffuser des conseils facilement et immédiatement disponibles quand à l’organisation et la mise en valeur du patrimoine écrit.

  FFCB

Le site de la FFCB (Fédération Française pour la Coopération des Bibliothèques, des Métiers du Livre et de la Documentation) est à ce titre particulièrement intéressant.Dans la rubrique Ressources en ligne du site, après une définition de la notion de « patrimoine écrit » en guise de préambule, nous est proposé un véritable guide, (Guide "patrimoine écrit - patrimoine vivant"), passant en revue toutes les questions que ce patrimoine écrit peut soulever : Où se trouve-t-il ? Comment on le constitue ? Comment on l’organise – sachant que sans catalogage, il est ‘invisible’ ? Comment on le préserve – ce qui lui nuit , ce qui peut le mettre en valeur ? Qui peut aider au financement et à la constitution de ce patrimoine ? Et enfin il est proposé des annexes constituées d’un glossaire et d’adresses utiles relativement à toutes ces questions.

  British Library

Le site de la British Library met à la disposition des professionnels des séries de suggestions et de conseils pratiques, publiés par le « National Preservation Office », pour parer aux problèmes les plus pressés vis-à-vis de ses collections.Vous pouvez y accéder depuis l’interface en cliquant sur > About us > Collection Care > Caring for your collection – hints and tips (Pour être aux petits oignons avec vos collections – conseils et astuces), soit ici pour le lien direct. Depuis ce lien, vous aurez accès aux questions les plus fréquentes sur la conservation enregistrées à la Bibliothèque du Congrès (il y en a 11), ainsi qu’aux archives nationales d’Australie (proposant des conseils pour la préservation de toutes sortes de supports). Et vous pouvez bien sûr consulter l’ensemble des liens de la rubrique Collection Care.

  Liste de discussion appelée patrimoine-bibliothèques

Celle-ci diffuse une information professionnelle sur tout ce qui a trait aux fonds patrimoniaux, et cherche par ailleurs à favoriser les échanges entre les responsables de ces fonds.L’adresse n’est accessible qu’aux abonnés (pour s’inscrire : carole.gasacard@culture.gouv.fr):http://sympa.culture.fr/wws/info/patrimoine-bibliothèque

Structures européennes existantes

  Nedlib – Networked European Deposit Library

Le programme Nedlib, partiellement financé par la Commission européenne (Telematics Application Programme) avait pour but de développer des solutions pour l’élaboration, l’accès et la conservation des documents électroniques ; les partenaires ont notamment réfléchi au développement d’une architecture commune et d’outils de base pour la construction d’un système de dépôt des documents électroniques (Deposit Systems for Electronic Publications ou DSEP). Le programme a commencé en janvier 1998 et s’est terminé à fin janvier 2001 ; il regroupait plusieurs bibliothèques nationales telles que celles de la France, de la Norvège, de l’Allemagne, du Portugal, de la Suisse, de Florence, mais aussi la Bibliothèque Royale et les Archives des Pays-Bas, la Bibliothèque universitaire d’Helsinki, des sociétés informatiques et la participation d’éditeurs scientifiques.Dans le cadre de ce projet, on a testé la capture de pages WWW pour l’archivage et la gestion des publications off-line. On a défini les éléments de métadonnées requises pour la préservation à long terme de publications électroniques, et on a testé la faisabilité de l’émulation en tant que méthode de garantie d’accès à long terme.

  GRIP – Gateway for Resources and Information on Preservation

Le portail GRIP est a été réalisé par la Commission européenne pour la préservation et l’accès (l'ECPA http://www.knaw.nl/ecpa/ est un portail associant des bibliothèques et des services d'archives en vue de la préservation du patrimoine documentaire en Europe) et par les Archives nationales des Pays-Bas.Il s’agit d’une base de données entièrement consacrée à la recherche d’informations sur la préservation de l’héritage documentaire. Il contient des références sélectionnées et annotées par des experts, sur la littérature en lien avec la préservation, portant sur des sites, des projets, des organisations et des groupes de discussion. A la rubrique Search vous trouverez de nombreux liens classés par thèmes : préservation numérique, prévention, détérioration, traitements, matériel etc.

Structures internationales

  L’UNESCO

L’Unesco a mis en place un programme « Mémoires du monde » ; un comité consultatif international a en charge de décerner un label du même nom à certaines collections du patrimoine documentaire dans le monde entier, reconnues comme étant d’intérêt universel.Le registre des collections retenues est consultable sur leur site ; vous trouverez également exposés – et illustrés – plusieurs projets à la rubrique visite guidée.

  ICA – International Council of Archives

Le Conseil international des archives est l'organisation professionnelle mondiale de la communauté archivistique. Elle a pour mission de promouvoir la préservation, le développement et l'accès aux archives dans le monde entier. Les archives sont appréhendées comme la mémoire des nations et des sociétés, un élément fondamental de leur identité, donc essentielles à l'exercice de la démocratie et à la qualité de l'administration publique. C’est à ce titre que l’ICA tend à améliorer la gestion des archives et leur accès, car cette mémoire du monde est aussi ce qui fonde le droit des peuples et des citoyens.Le site de l’ICA vous donne accès entre autres à leurs missions, leurs publications, leurs actualités, et la possibilité de s’inscrire à une liste de diffusion électronique – accessible à toute personne ayant une adresse électronique.

  Le patrimoine à portée de souris

   Les bases de données

   Les bibliothèques virtuelles

Le patrimoine à portée de souris

Les bases de données

Elles sont innombrables, nous n’en relèverons ici que quelques unes remarquables pour diverses raisons.

  Les manuscrits de DunHuang

Les manuscrits de DunHuang est une base de données fruit d’une collaboration internationale. Ce projet a vu le jour en 1993, suite à la volonté commune de conservateurs de Londres, Berlin, Saint-Pétersbourg et Pékin de promouvoir l’étude et la conservation de ces manuscrits imprimés chinois. Cette collaboration a donné le jour à une base de données (IDP DATABASE) qui permet l’accès à plus de 30 000 manuscrits et documents.

  La Bibliothèque municipale de Lyon

A partir de la page d’accueil, aux Ressources, vous trouverez les Collections numérisées, qui se composent d’un fonds ancien – donnant accès aux bases estampes, affiches, enluminures médiévales – et d’un fonds chinois – donnant accès à un annuaire de sites internet.

  Bases d’enluminures de manuscrits médiévaux

Deux bases, complémentaires, permettent un tour d’horizon du fonds d’enluminures des manuscrits médiévaux français. L’une, la base Enluminures , recense celles de bibliothèques municipales françaises.L’autre, la base Liber Floridus, celles de bibliothèques de l’enseignement supérieur.Outre un travail de recensement, ces deux bases ont pour ambition d’offrir un inventaire, une reproduction numérisée et un catalogage – le travail d’indexation est encore en cours de réalisation pour la seconde base – des enluminures, en vue de pouvoir les rendre consultables par le plus grand nombre.

Les bibliothèques virtuelles

  Le Projet Gutenberg.

Conçu en 1971 par Michael Hart, le Projet Gutenberg a pour objectif de rendre disponible, gratuitement, pour tous et partout dans le monde, des textes ou des livres célèbres (tombés dans le domaine public, donc antérieurs à 1924), en les proposant sous une forme numérisée. La collection a été réalisée par des centaines de volontaires, et dépasse aujourd’hui les 10000 e-book. Ce projet vise à constituer la plus grande bibliothèque virtuelle du monde.

  La bibliothèque municipale de Troyes

La Médiathèque de l\'agglomération troyenne propose une bibliothèque virtuelle composée d’images et de textes intégraux, collection comprenant plus de 5000 images issues de son fonds patrimonial.Pour les amateurs de livres anciens, photographies anciennes, dessins, estampes, bois gravé et autres merveilles, les images de ce sites sont d’une excellente qualité !