entête
entête

Peter F. Tschudin

Grundzüge der Papiergeschichte

Stuttgart : A. Hiersemann, 2002. – XII–372 p. ; 25 cm – (Bibliothek des Buchwesens ; Band 12). ISBN 3-7772-0208-8 : 149 €

par Astrid Brandt-Grau

Peter F. Tschudin présente une synthèse des recherches menées au niveau mondial sur l’histoire du papier, les développements technologiques et les méthodes d’examen, en partant de son enseignement à l’Institut pour la fabrication du papier de l’Université technologique de Darmstadt. Il aborde, dans une présentation méthodique et systématique, tous les domaines de l’histoire du papier en insistant notamment sur les aspects techniques, sociaux et économiques de la fabrication du papier à l’ère industrielle.

L’ouvrage, qui compte 256 pages (en dehors des annexes), aborde successivement les matières suivantes : l’histoire du papier comme discipline historique, le papier comme médium, les méthodes historiques et scientifiques de l’examen du papier, l’histoire du papier, en présentant les apports des civilisations asiatique, arabe et européenne et en insistant sur l’ère industrielle de la fabrication du papier en Europe. D’autres aspects, comme les papiers décoratifs et spéciaux, ainsi que l’altération du papier et sa restauration, sont abordés de façon marginale.

Chaque chapitre est largement illustré par des reproductions photographiques (essentiellement en noir et blanc) et des dessins. Il contient également de nombreux tableaux ou schémas et comporte des notes en bas de page permettant d’approfondir les informations données.

À la fin de l’ouvrage, on trouve des références bibliographiques consacrées essentiellement à l’histoire du papier, une liste des tableaux et illustrations des différents chapitres de l’ouvrage, une table des abréviations utilisées dans le texte.

L’annexe comporte des indications sur les mesures (le nombre de feuilles et les formats) utilisées dans l’histoire du papier à travers les différentes civilisations (annexe I). S’y trouvent également le projet de norme pour l’étude des papiers (version 2.0, 1997) de l’association internationale des historiens du papier (IPH), ainsi qu’un catalogue des filigranes recensés sans pour autant faire la liaison avec la provenance des papiers (annexe II). Les recommandations de l’IPH pour l’utilisation des technologies de l’information pour la structuration d’une banque de données des filigranes et l’échange des données y sont aussi reproduites (annexe III). L’ouvrage comporte un index classé par auteurs, lieux et matière.

L’auteur comble une lacune dans le domaine de l’histoire du papier en rassemblant au sein d’un ouvrage unique des informations disponibles jusque-là de façon éparse. Depuis le livre de Dard Hunters Papermaking, paru en 1947 et dont la dernière réédition révisée date de 1986 (Dover Publications Inc., New York), il manquait en effet un ouvrage de synthèse. L’auteur s’adresse de façon privilégiée aux chercheurs d’autres disciplines voulant avoir un aperçu rapide de l’histoire et de la technologie du papier. Il ne s’agit donc pas forcément d’un ouvrage s’adressant à des spécialistes de l’histoire du papier. Cependant la publication en langue allemande limitera la portée de l’ouvrage.