entête
entête

Cerise

Conseils aux étudiants pour une recherche d'information spécialisée efficace

Claire Panijel

Cerise, ou Conseils aux étudiants pour une recherche d’information spécialisée efficace 1, est un guide d’initiation aux méthodologies de l’information documentaire, à disposition de tous sur Internet. Destiné plus particulièrement aux étudiants de premier cycle universitaire, il propose des conseils de méthode et des indications pratiques qui peuvent être exploités dans un enseignement en lettres ou en sciences humaines et sociales, et facilement adaptés pour des disciplines scientifiques.

Souvent utilisé par des enseignants assurant des unités d’enseignement (UE) de méthodologie du travail universitaire 2, il sert aussi d’outil d’autoformation sur lequel pointent les sites web de nombreuses bibliothèques.

Les auteurs, Martine Duhamel, de l’université de Paris iv, et Claire Panijel, de l’Unité régionale de formation à l’information scientifique et technique-Paris (URFIST), ainsi que leurs collaborateurs, ont partagé leurs expériences d’enseignants universitaires et de spécialistes de l’information pour identifier et expliciter des démarches informationnelles constitutives du processus d’étude.

Finalités

Lorsqu’en 1998, le projet de ce guide a été élaboré, la formation documentaire des étudiants, enjeu éducatif et politique, peinait à se mettre en place : ce type d’enseignement n’était pas en usage dans les universités françaises, les enseignants n’y étaient pas préparés et les personnels des bibliothèques souvent en trop petit nombre pour répondre à la demande. Quant aux manuels, ils étaient rares 3 ou bien visaient un public professionnel. Nous avons donc souhaité répondre aux besoins des formateurs et des étudiants, dans une forme hypertextuelle prévue pour une consultation ouverte à tous sur Internet.

Nous avons aussi cherché à dépasser la conception strictement technique et instrumentale traditionnellement associée à la documentation. Cerise n’est pas un guide d’utilisation des bibliothèques, ni un manuel de bibliographie. Nous avons essayé d’inclure l’usage des outils dans l’identification des étapes d’une démarche intellectuelle, en suivant les interrogations des débutants, en resituant l’usage des instruments par rapport à un objectif cognitif, en fournissant des critères d’évaluation, en montrant à la fois les aléas du cheminement et la cohérence du dispositif informationnel.

Les objectifs de formation visés sont donc plus largement ceux qui conduisent à la maîtrise de l’information, dans une définition conforme aux recommandations de la brochure Former les étudiants à la maîtrise de l’information 4.

Cerise ne couvre pas la totalité de ces objectifs, mais au travers des démarches proposées, l’étudiant pourra apprendre à trouver des repères conceptuels, à chercher et sélectionner l’information utile, y compris sur Internet, et à traiter et exploiter l’information recueillie.

Forme pédagogique

Le site (cf. page d’accueil)

Illustration
Page d’accueil de Cerise

est organisé pour répondre à une logique d’utilisation, en partant de questions simples, proches des préoccupations des étudiants débutants. Le « ton » choisi pour la rédaction des pages essaie de privilégier le contact, tout en conservant le vocabulaire documentaire en usage. Les indications fournies, destinées aux nouveaux venus, sont volontairement limitées, pour ne pas décourager la lecture et renvoient à l’occasion, pour des renseignements plus complets, sur d’autres guides.

Des exemples, pris dans différentes disciplines, complètent les indications de méthode, à la fois pour « donner à voir » de manière plus intuitive les démarches possibles, mais aussi pour illustrer les difficultés rencontrées, tirer profit des erreurs, évaluer méthodes et résultats. Sur Internet, des parcours à thème libre proposent un cheminement marqué par des liens sur des outils documentaires mis en relation avec des objectifs d’étude.

La mise en page et les images restent sobres pour ne pas oblitérer le texte ; pour garder la maîtrise complète de la réalisation, assurer facilement les mises à jour et rester accessible à partir d’équipements informatiques de base, c’est un support technique simple qui a été choisi. Pour que l’exploration du site reste claire, la profondeur des liens n’excède généralement pas trois « clics » et toutes les pages comportent le sommaire du chapitre dans lequel s’insère la page consultée.

La convivialité du site ne doit pas faire oublier que les objectifs de formation visés par un guide ne peuvent être atteints par la seule lecture du texte. Cerise est un outil de formation, et non une formation à distance. Pour être opératoires, les conseils apportés doivent s’inscrire dans une pratique d’étude réelle, s’appliquer à des activités réalisées par des étudiants et encadrées par un enseignant qui oriente le travail, contrôle la démarche, évalue le résultat.

Comme Alain Coulon l’a montré, les repères dont les étudiants ont besoin en entrant à l’université s’élaborent dans un processus d’affiliation 5 qui s’appuie fortement sur l’apprentissage méthodologique et sur la conduite autonome d’un travail, mais qui ne peut faire l’économie d’un suivi pédagogique. C’est au cours de cette étape décisive que le débutant s’approprie des lieux, prend la mesure du temps propre à l’étude, tisse de nouveaux liens sociaux, se familiarise avec les concepts de sa discipline, et s’identifie enfin comme étudiant.

Cette réserve faite, nombreux sont les étudiants qui utilisent Cerise avec profit et de façon autonome, en suivant le cheminement proposé ou en explorant les pages en fonction de leurs besoins. Un travail mené dans le cadre de n’importe quelle unité d’enseignement peut s’appuyer sur ce guide et bien des étudiants sont à même d’en mesurer l’intérêt.

Une politique active de formation

Sans être intégré à un cursus, ce guide s’inscrit néanmoins dans une politique de formation méthodologique documentaire conduite depuis plusieurs années à l’URFIST de Paris, associant la réalisation de ressources pédagogiques, l’animation de réseaux de veille et de réflexion, un programme de formations destinées aux personnels scientifiques des bibliothèques et aux enseignants universitaires.

Cette politique est soutenue et développée au niveau national par la Sous-direction des bibliothèques et de la documentation, qui a créé le serveur Formist 6 pour promouvoir la formation documentaire, assurer une meilleure visibilité des documents produits par les URFIST 7 et susciter la participation d’autres établissements 8.

Cerise s’appuie en particulier sur les activités d’un réseau d’enseignants, de chercheurs, de professionnels de la documentation : le Groupe de réflexion sur les méthodologies de l’information (GREMI) 9, qui se réunit régulièrement depuis 1996 autour de thèmes explorant le sens et les modalités des enseignements documentaires, la place des méthodes et outils informationnels dans le travail intellectuel, et la fonction sociale et culturelle de la maîtrise des systèmes documentaires. À la suggestion de ce groupe, l’URFIST produit également le répertoire de ressources pédagogiques pour la formation documentaire FOURMI (Formateurs universitaires en réseau aux méthodologies de l’information) 10.

Cerise s’appuie également sur des stages proposés aux enseignants et formateurs sur le thème : « Former les étudiants à la recherche documentaire sur Internet ». Le module « Chercher sur Internet » de Cerise sert de support pédagogique, et cette approche de la maîtrise de l’information au travers d’une technologie nouvelle sert aussi de vecteur à la réflexion sur les pratiques d’étude.

Les liens ainsi établis avec les formateurs, les échanges dans le cadre du GREMI et le suivi de l’actualité documentaire et pédagogique nous permettent de réviser ou compléter Cerise en fonction des critiques ou des propositions qui nous sont faites.

La fréquentation du site augmente régulièrement. Mis en ligne au fur et à mesure de la réalisation des pages sans annonce publique, puis annoncé officiellement 11 par Educasource en juillet 2000, sur les listes de discussion Biblio-fr, Edudoc et Formadoc en novembre, il a reçu plus de 20 000 visites entre janvier 2000 et juin 2001. Ce chiffre est évidemment sans commune mesure avec la fréquentation de sites commerciaux, mais il constitue, pour ce type de ressource, un indice de son utilité.

Les questions que nous nous posons maintenant portent principalement sur l’articulation de Cerise avec l’usage qu’en font les formateurs et les étudiants.

Quels moyens donner aux étudiants de mieux contrôler leur démarche ? Des tests ponctuels seraient-ils d’une quelconque utilité ? Comment mieux inscrire Cerise dans des pratiques pédagogiques actives ? Comment aider les formateurs à proposer aux étudiants des activités en adéquation avec les objectifs de formation de la méthodologie du travail universitaire ? Comment relier plus précisément les éléments de méthodologie générale et ceux qui sont propres à une discipline ou à un domaine d’étude ? Quels indices fournir pour l’évaluation ?

À ces questions de fond se superposent les contraintes propres aux sites web : au contraire d’un manuel mis en circulation éditoriale traditionnelle, un site Internet n’est jamais terminé. Faut-il suivre l’évolution technologique et rajouter des fonctionnalités permises par de nouveaux logiciels ? Faut-il illustrer davantage le texte ? Comment trouver le temps et les ressources humaines d’un chantier toujours en construction ?

Toutes les remarques et propositions des utilisateurs de Cerise seront les bienvenues.

  1.  (retour)↑  http://www.ccr.jussieu.fr/urfist/cerise/
  2.  (retour)↑  Les unités d’enseignement de méthodologie du travail universitaire (MTU) sont des enseignements de premier cycle introduits par la loi d’orientation de l’enseignement supérieur en 1997. Cette réforme essaie de prendre en compte les difficultés du premier cycle, dont le fort taux d’échec est devenu un problème politique, et impose un cadre institutionnel favorable à la formation documentaire. Ainsi l’arrêté du 9 avril 1997 relatif au diplôme d’études universitaires générales, à la licence et à la maîtrise prévoit un premier semestre organisé en trois unités d’enseignement, dont « une unité de méthodologie du travail universitaire permettant l’apprentissage des méthodes, pratiques et savoir-faire nécessaires à la réussite d’études à l’université ».
  3.  (retour)↑  Signalons cependant l’excellent ouvrage, maintenant épuisé, de Geneviève Lefort, Savoir se documenter, Paris, Éd. d’Organisation, 1990.
  4.  (retour)↑  Former les étudiants à la maîtrise de l’information, repères pour l’élaboration d’un programme, guide réalisé par un groupe de travail réuni à l’initiative du ministère de l’Éducation nationale, coordination et rédaction finale Bruno Deshoullières, de l’université de Poitiers, Françoise Dubreuil, de l’université de Paris vii, Claire Panijel, de l’URFIST de Paris. Réimpression septembre 2000. Diffusé par l’URFIST-Paris, par courriel à clpa@ccr.jussieu.fr En version HTML : http://formist.enssib.fr/reperes/
  5.  (retour)↑  Cf. Alain Coulon, Le métier d’étudiant : l’entrée dans la vie universitaire, Paris, PUF, 1997.
  6.  (retour)↑  FORMIST : http://formist.enssib.fr/
  7.  (retour)↑  Unités régionales de formation à l’information scientifique et technique de Bordeaux, Lyon, Nice, Paris, Rennes, Strasbourg, Toulouse. http://www.sup.adc.education.fr/bib/info/format/urfist/FnPres.htm
  8.  (retour)↑  D’autres guides, souvent destinés à des étudiants plus avancés, ont ainsi été produits. Par exemple : – pour les étudiants avancés en biologie, Bioguide, Paris, URFIST (http://www.ccr.jussieu.fr/urfist /biolo/frame.htm) ; – L’information scientifique et technique pour le chercheur, Compiègne, BUTC (http://www.utc.fr/butc/cours2.htm) ; – Recherche d’information sur Internet, Lyon, URFIST (http://www.adbs.fr/adbs/sitespro/lardy/risi.htm ; – Sapristi, Lyon, Institut national des sciences appliquées (http://csidoc.insa-lyon.fr/sapristi/digest.html) pour les sciences de l’ingénieur.
  9.  (retour)↑  Le GREMI annonce ses réunions et met en ligne de nombreux documents sur Internet (http://www.ccr.jussieu.fr/urfist/gremi.htm). Ce groupe informel s’était d’abord constitué pour mettre en place des formations documentaires de premier cycle à Paris 8, puis autour d’un travail d’évaluation des résultats de ces enseignements mené par Alain Coulon, professeur en sciences de l’éducation. Le premier noyau de ce groupe s’est donc réuni à partir de 1984, date de la première réforme instaurant des unités de formation documentaire parmi les « langages fondamentaux » du premier cycle universitaire.
  10.  (retour)↑  http://www.ccr.jussieu.fr/urfist/fourmi.htm
  11.  (retour)↑  Une affiche en couleur est à disposition des établissements qui le souhaitent.