entête
entête

Bernard Chevalier

Le Documentaliste manager de son équipe

Paris : ADBS Éditions, 2000. - 241 p. ; 24 cm.(Sciences de l’information : Série Études et techniques). ISBN 2-84365-034-8/ISSN 1160-2376: 220 F/ 33,53 e

par Frédérique Mondon

Dans cet ouvrage, Bernard Chevalier propose de décrire le fonctionnement d’une équipe de centre de documentation dans toutes ses composantes. Les « conseils de lecture »… qui figurent dans l’introduction permettent d’en optimiser l’utilisation.

Le cadre

La première partie de l’ouvrage concerne l’organisation du centre de documentation, et en premier lieu son environnement. Tous les paramètres importants pour la connaissance du centre lui-même sont décrits et classés selon la nature de leurs relations avec le centre de documentation : clients, fournisseurs, concurrents, partenaires... L’auteur propose ensuite une méthode de suivi de cet environnement à partir de la réalisation d’un tableau de bord.

Le chapitre suivant s’intéresse au cadre institutionnel, caractérisé par les missions et les objectifs du centre de documentation et du personnel. Y sont proposés des moyens et des exemples permettant d’atteindre les objectifs fixés, tout en prenant en compte l’ensemble des règles en vigueur. En ce qui concerne la direction d’équipe, l’auteur s’attache à décrire les différentes formes d’autorité que le dirigeant doit prendre en considération pour exercer son rôle de responsable à part entière et avoir une influence prédominante. Un exercice termine ce chapitre. L’auteur s’attache ensuite à donner des pistes sur l’organisation de l’équipe ; il décrit les différentes structures organisationnelles et leur mise en œuvre pour chaque membre de l’équipe (fonction, mission, place dans l’organigramme…). Des descriptifs de postes sont fournis en complément de ce chapitre.

Les trois chapitres suivants présentent les éléments « subjectifs » de la constitution des équipes : la culture de l’établissement à laquelle chacun se réfère, mais qui peut aussi constituer un frein aux changements. Afin de bien connaître tous les éléments de cette culture, l’auteur propose un « autodiagnostic ». Il montre ensuite l’importance des comportements individuels dans la vie du groupe, chacun ayant sa propre représentation du groupe et de son degré d’adhésion aux missions et aux objectifs du centre. Le responsable devra prendre en compte ces éléments afin d’optimiser le travail de l’ensemble de l’équipe et de mettre en place des processus d’activité qui fonctionnent pour tous. Des annexes proposent des jeux psychologiques.

Cette partie se termine sur les problèmes qui perdurent malgré l’application des recommandations précédentes, et conseille l’observation et l’analyse perspicace de tout ce qui constitue l’équipe et l’environnement proche.

Fonctionnement, évaluation

La seconde partie décrit toutes les actions – entretiens, réunions, délégation, gestion de projet, recrutement, gestion de conflits internes… – qu’un responsable d’équipe doit mettre en œuvre à un moment ou à un autre dans son management. Pour chacune d’entre elles, l’auteur définit l’objet (réunion, recrutement...), ce qu’il apporte dans le management (résoudre un problème, assurer l’avancement d’une réalisation…), les procédures à suivre pour la réaliser (délégation, projet), tout un ensemble de questions qui doivent permettre d’utiliser la meilleure forme de contact avec son équipe selon les problèmes ou les actions conduites. Des outils pour préparer ces différentes actions accompagnées d’exemples étayent le propos et permettent d’apprécier l’opportunité de la mise en œuvre. Après une conclusion, l’auteur aborde l’analyse transactionnelle selon la méthode d’Éric Berne qui sous-tend l’ensemble du livre.

Cet ouvrage se veut pratique, comme l’annonce l’auteur, ce qui rend la lecture intégrale surprenante. L’enchaînement des différents chapitres amène à certains moments des questions sur leur emplacement dans le processus (par exemple, la conduite de projet venant après le descriptif très précis des entretiens et réunions…). Dans la première partie, il y a un amalgame entre la création d’un centre de documentation (choix de ses collaborateurs) et le fonctionnement d’une structure qui existe déjà (chapitre autour de l’imago). L’utilisateur devra donc faire un choix selon le contexte dans lequel il se trouve.

Cependant, ce livre, qui regroupe un ensemble de pratiques de la gestion quotidienne d’un centre et donne des grilles à appliquer, peut permettre à des responsables de mettre en œuvre une animation d’équipe pour un fonctionnement optimal de leur centre.