entête
entête

De nouvelles ambitions pour les bibliothèques publiques du Royaume-Uni

Guy Daines

Au début de la deuxième moitié des années quatre-vingt-dix, le moral des personnels des bibliothèques publiques britanniques était au plus bas. Les statistiques confirmaient l’ampleur de la diminution des budgets de fonctionnement, un effondrement des résultats, un resserrement de l’éventail des horaires d’ouverture, la réduction des effectifs (des personnels qualifiés en particulier), la détérioration des édifices. Les politiques envisageaient sérieusement d’étendre au service des bibliothèques la procédure dite de soumissionnement concurrentiel obligatoire (CCT : Compulsory Competitive Tendering) et d’augmenter les contributions financières demandées aux lecteurs. Le discours tenu par le gouvernement sur le secteur public, dont les bibliothèques font partie, visait semble-t-il à le dénigrer en le comparant désavantageusement au secteur privé. Les jeunes bibliothécaires se tournaient de préférence vers les sociétés commerciales et industrielles qui leur offraient des salaires généralement plus élevés, de meilleures perspectives d’avenir et un choix professionnel plus conforme à l’esprit du temps ; plutôt que d’intégrer le corps des bibliothécaires, ceux d’entre eux qui avaient des préoccupations d’ordre social optaient de préférence pour un travail de documentaliste dans une organisation humanitaire ou politique, Amnesty International ou Greenpeace par exemple.

Le tableau est trop sombre pour être complet, et, de fait, il existait des perspectives plus riantes. Nombreux étaient alors les responsables de bibliothèque à se saisir des opportunités offertes par la technologie et à les expérimenter en mettant en place des réseaux électroniques afin d’élargir le champ d’action des bibliothèques. Si la création du consortium EARL (Electronic Access to Resources to Libraries) pour la réalisation du réseau des bibliothèques publiques date de cette époque, c’est en 1996 que la Library Association, de concert avec d’autres organisations, soumit à la Commission du Millénaire une offre chiffrée pour aider à la constitution d’un réseau national de bibliothèques publiques. Bien que cette proposition n’ait pas été suivie d’effets, elle permit de définir les bases du People’s Network.

Les besoins des clients ou des utilisateurs

L’importance désormais accordée à l’économie de marché amena par ailleurs à privilégier les besoins des clients ou des utilisateurs des bibliothèques plutôt que ceux des fournisseurs. Cette approche, toujours observée à l’heure actuelle, transparaît dans le nombre de bibliothèques à qui le gouvernement a décerné un label de qualité. Dans le même temps, les bibliothèques durent s’adapter à la réforme des structures de direction engagées par leurs institutions de tutelle (souvent les autorités locales). Certaines choisirent de traiter systématiquement à part les commanditaires et les clients, de façon à faciliter les procédures de soumissionnement concurrentiel entre les services ; d’autres préférèrent redéfinir leur organigramme en regroupant plusieurs services, établir de nouvelles synergies entre ces services et s’attaquer de façon plus globale à certains problèmes de société, telle la pauvreté. Le mot d’ordre « Réfléchissons ensemble », aujourd’hui si prisé par le gouvernement britannique, fut très tôt appliqué à la lettre par les bibliothèques publiques. Leur réorganisation les a souvent amenées à travailler en étroite collaboration avec les musées et les centres d’archives, selon des modalités aujourd’hui officiellement défendues au niveau national par un nouvel organisme gouvernemental, le Council for Museums, Archives and Libraries.

D’autres changements se produisirent également. Parce qu’elle avait mieux pris la mesure de l’importance de la défense de la lecture publique et de sa promotion, la profession put s’organiser en conséquence. La Library Association mit sur pied des manifestations d’envergure nationale, par exemple les Semaines des Bibliothèques qui eurent lieu en 1993 et 1997, et qui offrirent aux bibliothèques municipales ou régionales l’occasion de mieux faire connaître leurs services. Outre qu’il est à peu près certain que les améliorations ainsi apportées évitèrent aux bibliothèques de voir leurs budgets par trop amputés au cours de la décennie quatre-vingt-dix, on peut également penser que l’effort qu’elles ont ainsi engagé a dissuadé le gouvernement d’étendre à leurs activités les procédures de soumissionnement concurrentiel obligatoire.

Il faut pour finir souligner une dernière conséquence, à savoir la redécouverte, par les bibliothèques publiques, de la place à accorder à la littérature et à l’incitation à la lecture. Jusqu’alors, d’autres priorités (la constitution d’une documentation sur la vie locale, voire la survie pure et simple) avaient peut-être éclipsé l’importance de la lecture, même si plusieurs observateurs notaient que les bibliothécaires étaient ennuyés de constater que la consultation des oeuvres romanesques ne représentait guère que la moitié de la consultation de l’ensemble des fonds. La tendance s’inversa à partir du colloque « Reading the Future », qui se tint en 1992 à l’initiative conjointe du Arts Council for Great-Britain et de la Library Association. Ces rencontres permirent aux bibliothécaires de redéfinir les finalités de leur mission : le roman retrouva toute sa place dans leurs établissements, et nul ne songea plus à nier que les lecteurs participent activement aux processus imaginaires qu’il sollicite. La graine alors mise à germer donna une récolte étonnante, à en juger d’après la contribution des bibliothèques publiques à l’Année nationale de la lecture organisée en 1998-1999 sous l’égide du gouvernement.

Un regain d’optimisme

À l’approche des élections générales de juin 1997, pourtant, l’ambiance qui régnait dans les bibliothèques publiques britanniques était franchement sombre, pour ne pas dire désespérée. La victoire triomphale des travaillistes s’accompagna d’un regain d’optimisme. Le nouveau gouvernement allait sûrement réaffirmer la valeur du secteur public et donner aux bibliothèques les moyens de remplir leur mission. Or, loin de se poser en héritier de la vieille gauche socialiste, le parti désormais au pouvoir tenta de définir une « troisième voie » où le pragmatisme (« l’important, c’est ce qui marche ») vient au premier plan. Dans ces conditions, comment les bibliothèques ont-elles tiré leur épingle du jeu ?

Le point peut-être le plus positif est que l’on considère aujourd’hui qu’elles doivent contribuer à la réalisation d’objectifs et de mesures définis au plan national. Le secrétaire d’État à la Culture, bien sûr, et avec lui le Premier ministre et les autres membres du cabinet, estiment en conséquence qu’il leur incombe d’encourager la lecture dans toutes les tranches d’âge de la population ; de lutter contre l’exclusion sociale en comblant le fossé entre nantis et défavorisés eu égard à l’information ; de mettre à la disposition du grand public l’ensemble des connaissances et des informations rassemblées au niveau mondial ; de prendre enfin une part essentielle à la modernisation du gouvernement et à la fourniture de services documentaires. Cette reconnaissance du rôle potentiel des bibliothèques publiques va de pair avec une politique destinée à garantir, mieux que le maintien, le développement du réseau des quelque quatre mille bibliothèques publiques du pays (gérées par deux cent huit autorités déléguées).

En Angleterre, le gouvernement exige aujourd’hui que les autorités, locales ou autres, responsables de la gestion d’un ensemble de bibliothèques lui soumettent un plan annuel. En collaboration avec la Library Association et d’autres institutions, il s’emploie par ailleurs à moderniser les normes applicables aux bibliothèques. Celles aujourd’hui à l’étude concernent notamment l’accès, les horaires d’ouverture, les budgets d’acquisition, le confort des utilisateurs, l’évaluation discrète des services documentaires et de la qualité des collections. Ces normes, qui seront renforcées par des dispositions statutaires, permettront au ministère de tutelle de déterminer dans quelle mesure les autorités déléguées fournissent aux bibliothèques dont elles ont la charge les moyens d’assurer le service « complet et efficace » défini par la loi de 1964 sur les bibliothèques publiques et les musées. La loi donne au ministère le pouvoir d’intervenir dans tous les cas où ces autorités restent nettement en deçà des normes exigibles. Désormais, tous les cinq ans les bibliothèques publiques feront de surcroît l’objet d’une inspection, ce en vertu d’une disposition applicable à tous les services assurés par des autorités locales, et qui n’est donc pas spécifique aux bibliothèques.

Un réseau de bibliothèques publiques

Pour ce qui est du financement des bibliothèques, la situation est beaucoup moins satisfaisante. À cet égard, le seul élément vraiment positif est la volonté du gouvernement d’instituer (sur l’ensemble du territoire du Royaume-Uni) un réseau de bibliothèques publiques (People’s Network) qui, d’ici 2002, devrait permettre le rattachement de toutes les bibliothèques du pays aux autoroutes de l’information. Près de deux cents millions de livres sterling ont été prélevés sur les recettes de la Loterie nationale pour assurer la réalisation de ce programme, qui bénéficie également d’autres apports en capital.

Il n’a pas été prévu, en revanche, d’affecter une partie de la manne issue de la Loterie nationale à la rénovation des locaux des bibliothèques vétustes, alors que cette mesure a d’ores et déjà été prise pour des centres sportifs, des musées, des théâtres. Quant à l’augmentation des budgets de fonctionnement, elle reste des plus modestes. Certaines bibliothèques se voient encore imposer une restriction de leurs horaires d’ouverture ou des compressions de personnel. Il faut donc espérer que la définition des normes applicables aux bibliothèques publiques encouragera les autorités locales à investir plus d’argent dans ces établissements, encore que les subventions consenties par le gouvernement aux communes et aux régions ne soient pas, là non plus, de nature à inciter à l’optimisme.

Depuis l’instauration récente de leurs Parlements respectifs, l’Écosse et le Pays de Galles sont responsables de la bonne marche de leurs services de bibliothèques, et l’une et l’autre s’occupent de mettre en place des politiques culturelles qui prennent en compte la lecture publique. Quant à l’Irlande du Nord, si le processus de paix se poursuit, elle pourrait bientôt jouir d’une autonomie similaire.

D’autres élections générales vont bientôt avoir lieu, et l’ambiance dans les bibliothèques britanniques n’est plus aussi morose que par le passé. Reste aux bibliothécaires à trouver les ressources pour assurer plus efficacement une mission dont la reconnaissance est encore toute récente.

  1.  (retour)↑  Trad. de l’anglais par Oristelle Bonis.
  2.  (retour)↑  Trad. de l’anglais par Oristelle Bonis.