entête
entête

L'Europe des bibliothèques

et des nouvelles technologies de l'information et de la communication

Gaëlle Béquet

La Direction générale XIII de la Commission européenne a encouragé depuis 1990 la coopération entre les bibliothèques de l'Union en finançant des projets de recherche et développement dans des domaines très divers allant de l'informatisation des catalogues à la mise en réseau des bibliothèques, en passant par la numérisation de documents.

La mesure d'accompagnement Exploit a pour objectif de faire connaître ces projets en Europe en les présentant lors de grandes manifestations professionnelles. À l'occasion du Salon du livre de Bordeaux qui se tenait du 14 au 17 octobre, la Direction du livre et de la lecture (DLL) du ministère de la Culture et de la Communication et la Sous-direction des bibliothèques et de la documentation du ministère de l'Éducation nationale, de la Recherche et de la Technologie organisaient une conférence 1 sur le thème des nouveaux services pour le public et des modèles de diffusion électronique de documents.

Le programme s'articulait autour de plusieurs projets soutenus par la Direction générale XIII de la Commission européenne : le projet Liberator, consacré à la mise en place d’un système régional d’information, le projet Chilias qui vise à favoriser l’utilisation du multimédia par les enfants, ainsi que les projets Dieper et Pride qui établissent des modèles de diffusion électronique pour les périodiques.

Michel Berthod, directeur régional des affaires culturelles d’Aquitaine, et Jean-Louis Merlin, directeur général adjoint au conseil régional d’Aquitaine, ont ouvert les débats de l'après-midi en rappelant l'intérêt que portait la région Aquitaine à la coopération européenne dans le domaine des nouvelles technologies de l'information et de la communication.

Télématique pour les bibliothèques

Gaëlle Béquet, de la Direction du livre et de la lecture, a fait un bref rappel du cadre administratif mis en place par la Commission européenne pour financer les projets des bibliothèques depuis 1990. En 1984, le Parlement européen a reconnu l’importance des bibliothèques dans la résolution Schwencke et l'année suivante, le Conseil des ministres de la culture a adopté une résolution sur la coopération entre bibliothèques dans le domaine du traitement des données ; il a aussi demandé à la Commission d’agir en faveur des bibliothèques.

Le troisième programme cadre de recherche et développement (1990-1994) proposait plusieurs axes de recherche sous l'appellation Télématique pour les bibliothèques 2 : l’informatisation des données bibliographiques (bibliographies nationales, catalogues, conversion rétrospective), l’interconnexion des systèmes bibliographiques grâce à l’OSI (Open System Interconnection), les nouveaux services de bibliothèque utilisant les technologies de l’information et de la communication, la création d’outils pour l’amélioration de la gestion des bibliothèques. Trois appels à projets ont été lancés pendant cette période et une cinquantaine de projets sélectionnés. À partir de 1994, d'autres thèmes sont apparus comme la numérisation, la conservation et l'authentification des documents électroniques, la mise en réseau des bibliothèques et de leurs fournisseurs, l'accès à l'information en ligne et l'enseignement à distance. Les deux appels à projets ont permis de retenir 49 projets. Le serveur de la Commission européenne diffuse une description de chaque projet 3.

La mesure d'accompagnement Exploit, coordonnée par Klaus Reinhardt du Deutsches Bibliotheksinstitut, a pour objectif de diffuser les résultats des projets soutenus dans le cadre du programme Télématique pour les bibliothèques. Exploit 4 vise à classer les quelque 100 projets et à les rassembler au sein d'une base de données qui permettra à tout bibliothécaire de les identifier par thèmes. Outre les présentations organisées lors de manifestations professionnelles, Exploit publie un magazine en ligne intitulé Exploit interactive 5.

Bernhardt Knoblach, de la bibliothèque publique de Stuttgart, a présenté le projet Chilias, à présent achevé. Il réunissait, outre la bibliothèque de Stuttgart, l'Hellenic American Educational Foundation (Grèce), les bibliothèques de la municipalité de Barcelone (Espagne), le Higher Institute of Statistics and Information Management (Portugal), les bibliothèques de la municipalité de Gateshead (Grande-Bretagne), la bibliothèque publique de la ville de Vantaa (Finlande), l'Information Technology Centre for Schools (Finlande). La bibliothèque de Stuttgart 6 a créé un site très riche appelé Infoplanet qui donne aux enfants et adolescents la possibilité de créer leurs propres pages HTML en numérisant par exemple des dessins, de découvrir des auteurs et leurs ouvrages, de faire des reportages. Toutes les autres institutions participantes ont créé leur propre Infoplanet 7.

Hervé Le Guyader, directeur général de l'agence Aquitaine Europe Communication, et Élisabeth Meller-Liron, conseiller pour le livre et la lecture à la Direction régionale des affaires culturelles d'Aquitaine, sont ensuite montés à la tribune pour évoquer le projet Liberator. En complément du site développé par le conseil régional 8, Liberator prévoit de diffuser les informations des communes via leurs bibliothèques, afin de promouvoir les activités culturelles et touristiques, le patrimoine, la formation. Son site 9 décrit le projet et renvoie sur les sites des partenaires belge, britannique et portugais.

Jérôme Kalfon, directeur de la bibliothèque universitaire de Paris V, a conclu sur deux projets, Dieper et Pride. Le premier, qui s'achèvera en février 2001, réunit dix pays et a pour objectif de recenser les périodiques numérisés rétrospectivement disponibles en ligne et de définir les conditions de consultation de ces documents (types de recherche possibles, protection des droits d'auteur). Certains rapports produits par les participants sont disponibles sur le site 10, dont notamment un format bibliographique utilisé par le projet pour signaler les documents numérisés et les résultats d'une enquête sur les méthodes de numérisation et de gestion des documents électroniques. Pride vise à développer une interface de distribution de l'information permettant de gérer la vente en ligne de documents. Sur le site 11, on peut trouver des rapports sur l'architecture technique mise en oeuvre.

Aujourd'hui Télématique pour les bibliothèques a cédé la place à Patrimoine numérique et contenus culturels, dans le cadre du programme « Créer une société de l'information conviviale » du 5e Programme Cadre de Recherche et Développement (PCRD). Des appels à projets sont lancés régulièrement dont les textes sont publiés 12. Ces derniers englobent à présent les institutions patrimoniales au sens large (archives, bibliothèques et musées) dont les préoccupations se rejoignent au moment de la numérisation et de la diffusion de leurs collections. Le programme Télématique pour les bibliothèques a permis de lancer des études et des projets dont les conclusions peuvent être réutilisées avec profit et on ne peut qu'encourager les professionnels à consulter régulièrement les sites de la Commission européenne. Des informations sont diffusées également, ainsi qu'un formulaire d'expression d'intérêt, sur le site du point de contact national pour ce nouveau programme, le Centre français du commerce extérieur 13.