entête
entête

Susann Thie

Marion Sommerfeld

Internet in Öffentlichen Bibliotheken

Up (to) date !

hrsg. von Marion Sommerfeld und Susann Thier. Berlin : Deutsches Bibliotheksinstitut, 1999. - 174 p. ; 21 cm. - (DBI-Materialen ; 181). ISBN 3-87068-981-1. DM 22

par Dominique Lahary

Approfondissant et mettant à jour une édition précédente de 1997, ce petit volume rassemble des contributions élaborées à l'occasion de deux séminaires tenus en 1998. Il ne s'agit pas d'un travail de synthèse : bien que le plan semble aborder les principales questions évoquées par le titre, on y trouvera plutôt une juxtaposition de contributions tantôt générales, tantôt relatant une expérience particulière, de vingt auteurs, tous bibliothécaires allemands. Le premier article traite des questions juridiques et attire notamment l'attention des bibliothèques sur leurs responsabilités en la matière : problèmes de propriété intellectuelle posés par la diffusion en réseau – notamment en matière de musique ou d'utilisation des périodiques électroniques –, problèmes de protection de la personne posés par l'utilisation du courrier électronique. Près de la moitié des Länder ont entrepris des programmes d'aide à l'équipement des bibliothèques publiques en matière d'accès à Internet (matériel, logiciels, formation) : c'est ce que présente une courte contribution suivie d'une présentation plus détaillée de l'exemple du Brandebourg. On sait que le territoire allemand est divisé en grands réseaux bibliographiques couvrant un ou plusieurs Länder. Ils jouent un rôle de catalogue collectif et de réservoir bibliographique et étendent leurs missions au prêt entre bibliothèques et à la fourniture de documents physiques ou électroniques. À l'origine cantonnés au monde des bibliothèques d'étude et de recherche, ils s'ouvrent progressivement aux bibliothèques publiques, comme le montrent les exemples de la Bavière et du GBV 1 (Gemeinsamer Bibliotheksverbund, qui regroupe sept Länder du Nord-Ouest). La participation naissante des bibliothèques publiques à ces réseaux est soit passive (recherche, dérivation de notices), soit active (participation au catalogage, à la fourniture des documents). La Bavière met en place un Bürgernetz (réseau des citoyens), sorte de service public en ligne donnant accès à des informations et services publics, permettant aussi l'expression, mais pas les forums. La question du rôle des bibliothèques publiques dans l'accès à de tels services et la formation des utilisateurs sont esquissées.

Le rôle des bibliothèques publiques

Les bibliothèques publiques ont-elles un rôle à jouer dans l'orientation des utilisateurs dans Internet ? Cette position est défendue, au nom de la « valeur ajoutée » qu'apportent les bibliothécaires dans le traitement des documents traditionnels et maintenant numériques, et notamment l'indexation et la sélection. Mais il est aussi démontré que l'entretien, par chaque bibliothèque, de collections de liens s'avère de plus en plus difficile : seule la coopération permettra d'offrir au public des services fiables. Le projet BINE, mené par la bibliothèque municipale de Brême, a permis la constitution d'une base de données référençant des sites relatifs à l'environnement et à l'informatique. Chaque notice comprend des éléments traditionnels (auteur, titre, éditeur, vedettes matière), mais aussi d'autres spécifiques à leur objet : gratuité ou non, nature des pages (information, liens, texte intégral...), mise à jour... Ce projet s'est maintenant étendu à quatre autres bibliothèques (dont Berlin et Hambourg) et douze autres thèmes, sous le nom d'ILEKS 2. L'intégration de la recherche dans cette base et dans les catalogues locaux est souhaitée, mais non encore réalisée. Quant au Deutsches Bibliotheksinstitut, il propose une compilation ordonnée des collections de liens d'un certain nombre de bibliothèques publiques 3.

Expériences allemandes

Comme exemple d'accès public à Internet en bibliothèque publique sont présentées les expériences de Cologne et de Weiden. Les principaux aspects généralement traités en la matière sont abordés – assistance aux utilisateurs, durées de consultation, utilisation de la messagerie et du chat (bavardage)... Quant aux observations sur le public, elles recoupent celles qui sont faites en France (prédominance masculine et jeune). En annexe, sont fournis plusieurs documents intéressants ou significatifs. Dans une déclaration d'octobre 1997, la commission culturelle du congrès des villes allemandes affirme le rôle des bibliothèques dans l'accès public à l'information et recommande aux puissances publiques d'encourager leur connexion aux réseaux électroniques. On trouvera aussi la déclaration de Louvain de Publica (action concertée des bibliothèques publiques en Europe), un texte du groupe « bibliothèques publiques » du GBV, une note sur les logiciels de filtrage. Au total, ces « matériaux », pour reprendre le titre de la collection dans laquelle ils sont publiés, permettront d'avoir une idée partielle, mais significative, de l'implication des bibliothèques publiques allemandes dans la vague Internet en 1998. Mais l'intérêt de cet ouvrage va bien au-delà, puisque de nombreuses questions générales y sont abordées, pour lesquelles les solutions adoptées ou expérimentées par les bibliothécaires d'outre-Rhin ne peuvent laisser indifférents leurs collègues francophones.