entête
entête

Unesco

Rapport mondial sur la culture 1998

Paris : Éd. Unesco, 1998. 528 p. ; 30 cm. ISBN 92-3-203490-5. 260 F

par Pierre Moulinier

Rapport mondial sur la culture ! Seule l'Organisation des Nations Unies pour l'éducation, la science et la culture pouvait avoir l'ambition d'embrasser dans un rapport qui doit paraître tous les deux ans l'état de la culture au niveau de la planète. L'ambition est d'autant plus forte que ce document se veut « pluridisciplinaire » et que la définition qui est donnée de la culture est celle qu'en donnent les anthropologues, c'est-à-dire une définition extrêmement large.

Ce rapport, le premier du genre, « contient des analyses de portée mondiale destinées à étayer des politiques nouvelles », conformément aux recommandations formulées par une Commission mondiale de la culture et du développement dans un rapport intitulé Notre diversité créatrice. Dans l'avant-propos que signe la sous-directrice générale de l'Unesco pour la culture, Lourdes Arizpe, il est précisé que les textes qu'il contient ont été rédigés par une équipe indépendante de chercheurs. Quel est le biais adopté pour répondre à une commande aussi exigeante ? L'ouvrage met l'accent sur deux questions de fait, d'intérêt planétaire et contradictoires en apparence : la constitution d'une culture mondiale qui tendrait à s'homogénéiser et qui serait le corollaire de la mondialisation de l'économie ; et le « renforcement de la diversité culturelle et de la créativité ». Autrement dit, le constat d'un double mouvement d'uniformisation et de diversification.

Ce gros volume est très représentatif des productions intellectuelles de l'organisation de la place de Fontenoy, qui fait souvent le grand écart entre un idéalisme absolu et une volonté de fonder scientifiquement ses analyses. La vingtaine de chapitres qu'il contient, dus à des plumes d'horizons et de continents divers et agrémentés de multiples encadrés, peut se classer en trois catégories : des réflexions d'intellectuels engagés, des comptes rendus d'enquêtes et des articles purement méthodologiques.

Valeurs universelles, valeurs culturelles

De la première catégorie relèvent des articles de personnalités aussi connues que J. Mohan Rao, spécialiste de l'économie du développement à l'université du Massachusetts, Amartya Sen, économiste et philosophe, professeur au Trinity College de Cambridge, ou nos compatriotes Alain Touraine et Gisèle Halimi, parmi d'autres. Les débats qu'ils lancent constituent l'aspect le plus passionnant de l'ouvrage, même si la France, avec sa politique culturelle très aidée par les collectivités publiques et le faible poids en son sein du problème des minorités culturelles, peut se sentir peu concernée. La première question qu'ils posent, récemment soulevée lors de discussions autour des « valeurs asiatiques », est celle de la conciliation des valeurs universelles (la démocratie, les droits de l'Homme) et des valeurs « culturelles » propres à chaque nation, valeurs dont le directeur du Centre international des sciences de l'homme de Beyrouth, Yoro K. Fall, déclare à juste titre qu'elles sont « éminemment relatives ».

Autre question, évidemment avivée par les entreprises de « purification ethnique » et les débats autour de l'« identité culturelle », celle posée par les cultures nationales ou régionales qui tendent à se replier sur elles-mêmes. L'Unesco plaide pour le dialogue des cultures et soutient qu'aucune d'entre elles ne peut se couper des autres. Bien plus, la mondialisation fait qu'elles influent toutes les unes sur les autres.

C'est précisément la possibilité d'une homogénéisation culturelle de la planète qui soulève systématiquement le problème du respect des minorités, notamment autochtones. Comme l'écrit Robert Borofsky, professeur d'anthropologie à la Hawaii Pacific University, « les États-nations étant de moins en moins capables, sous l'assaut de la mondialisation de l'économie, de mener à bien la tâche de Sisyphe que représente l'édification d'une communauté nationale, il est chaque jour plus difficile de faire croire à l'homogénéisation culturelle des nations » (p. 76). D'où la tentation pour celles-ci de se chercher des ennemis pour unifier le peuple, d'où les conflits interethniques, d'où le déni du droit à l'existence des minorités.

La mondialisation de l'économie soulève un troisième type de questions ayant trait aux politiques culturelles nationales, ici la France est fortement impliquée. Plusieurs études pointent les problèmes bien connus posés aux États par l'industrialisation croissante de la production culturelle, au point que l'un des auteurs lance le concept de « créativité planétaire » et que l'ouvrage se pose sérieusement la question de savoir s'il est encore « possible de considérer la politique culturelle comme une politique intranationale essentiellement mise en uvre par le gouvernement d'un pays » (Nestor Garcia Canclini p. 188). Les aspects les plus alarmants de cette planétarisation de la vie et du commerce culturels sont analysés en détail, de la musique aux droits d'auteur en passant par les normes internationales relatives au patrimoine culturel et, bien entendu, par la question cruciale de la « cyberculture ».

Mesurer la contribution de la culture au bien-être

Pour l'Unesco, la parole des chercheurs ne saurait se concevoir sans la fourniture de données quantitatives si possible à l'échelon mondial, données destinées à étayer les analyses et les réflexions des experts. C'est la raison pour laquelle l'ouvrage est truffé de près de cinquante tableaux et graphiques et offre des comptes rendus d'enquêtes d'une haute ambition. Conformément à la définition anthropologique donnée par l'Unesco au mot culture et aux thèmes traités dans l'ouvrage, il n'est nullement question d'offrir au lecteur un panorama statistique, pays par pays, des activités et des productions artistiques et culturelles, mais d'analyser quantitativement le rapport entre culture et démocratie, l'industrialisation mondiale de la culture, la contribution de la culture au bien-être, et surtout, sous la plume d'Adriaan Van der Staay, professeur à l'université de Rotterdam, le rapport qui peut exister entre les valeurs universelles (démocratie, droits de l'Homme, protection des minorités, équité entre générations et membres d'une même génération, volonté de résoudre les conflits par des moyens pacifiques et la négociation) et l'opinion publique.

Une large batterie d'indicateurs est déployée pour mesurer l'adhésion ou le refus de ces valeurs, les niveaux de confiance et de satisfaction des gens interrogés à l'égard de leur situation personnelle, les valeurs à inculquer aux enfants, etc. Le résultat de ces investigations donne une image mitigée, en partie inquiétante, de l'état des opinions publiques de la planète Terre : démocratie oui, mais pas d'adhésion vraiment universelle aux droits de l'Homme, tolérance partielle des étrangers et refus assez large de l'homosexualité, acceptation du travail des femmes mariées, mais non sans en souligner les inconvénients, souci de l'environnement, mais pas considéré comme un problème majeur, etc.

Il est rare de lire dans un ouvrage une autocritique des travaux présentés. Très honnêtement, l'exposé sur les indicateurs est précédée d'une discussion théorique qui vaut pour l'ensemble de l'ouvrage, et peut-être plus largement pour maintes productions de l'Unesco. Nous reprenons à notre compte les critiques émises et elles seront notre conclusion.

Il y d'abord, évidemment, le problème de la définition du mot culture au sens large adopté ici. Nombre d'auteurs soulignent les difficultés qui en résultent. Dans ce rapport, culture veut dire, au singulier, « le mode de vie, d'interaction et de coopération dans une collectivité, ainsi que la façon dont ces interactions sont justifiées par un système de croyances, de valeurs et de normes » (Terry McKinley, du Programme des Nations Unies pour le développement, p. 358), et, au pluriel, les communautés, les pays, les nations. Comment rendre compte quantitativement de notions aussi générales ? Il s'agit par ailleurs de mesurer « la contribution de la culture au bien-être humain ». Quels indicateurs peuvent rendre compte du bien-être ? Terry McKinley s'y efforce en regroupant des données statistiques sous trois rubriques : la liberté culturelle ; la créativité ; le dialogue culturel. Leur intitulé même montre la difficulté de la tâche.

Statistiques, d'accord. Mais quelles statistiques ? Est-il légitime de rassembler des indicateurs disparates, dont on sait qu'ils ne se situent pas sur le même plan ? Est-il souhaitable d'utiliser des données issues de pays différents, même si elles parlent apparemment de la même chose, quand on sait le caractère aléatoire de nombre de systèmes statistiques nationaux et les différences de conception d'un même facteur qui existent d'un pays à l'autre ? De plus, comme le remarque l'un des auteurs, les « bonnes statistiques » ne sont-elles pas souvent celles des pays riches ?

Enfin, faut-il toujours quantifier ? Bien sûr, l'Unesco s'est offert le pari intenable de produire un rapport mondial sur la culture. Il s'agit donc d'un bilan, et tout bilan ne doit-il pas être chiffré pour avoir une apparence scientifique ? C'est oublier que les définitions mêmes qui sont données de la culture dans l'ouvrage ont un caractère immatériel, irréductible à la numération.

S'il faut par conséquent saluer la performance consistant à tenter de chasser l'indicateur, reconnaissons que les parties les plus stimulantes de ce rapport en sont les analyses qualitatives.