entête
entête

L'esprit des livres

Nouvelles approches pour l'étude des bibliothèques privées en France

Dominique Bougé-Grandon

Le 22 janvier 1998, s’est tenue à l’ENSSIB une journée de réflexion sur le thème : « Les bibliothèques privées (1680-1815), projet d’une base de données des catalogues de vente ». L’idée de ce projet était née plusieurs mois auparavant. En mai 1997, Catherine Volpilhac-Auger, de l’université de Grenoble III, avait en effet évoqué la possibilité de constituer une base de données recensant les ressources des bibliothèques privées françaises de l’Ancien Régime. François Dupuigrenet Desroussilles, directeur de l’ENSSIB, avait alors proposé qu’une première rencontre se tienne dans les locaux de l’École, afin de faire le lien entre les personnes ou les institutions intéressées.

Il paraissait important de réunir, pour mener la réflexion, des spécialistes dont les angles d’approche et les attentes soient complémentaires. Étaient donc invités des universitaires spécialistes de littérature ou d’histoire, des bibliothécaires et des bibliophiles. Certains des participants s’étaient déjà rencontrés une semaine plus tôt, lors de la journée organisée à l’École nationale des Chartes sur un thème voisin « Les ventes publiques de livres & leurs catalogues ». La proximité des deux manifestations a semblé de bon augure. En tout état de cause, les interventions auxquelles elles ont donné lieu ont permis de faire le point sur les connaissances, encore assez imprécises, concernant les bibliothèques privées et les ventes publiques de livres de cette période.

Premiers résultats

Une typologie des catalogues de vente de bibliothèques a été dressée par Nicole Masson, de l’université de Poitiers, à partir du travail qu’elle a mené, à la suite de celui de Françoise Bléchet, sur les collections de la Bibliothèque nationale de France. Michel Marion, de la bibliothèque de l’École normale supérieure de Fontenay-Saint-Cloud, a présenté les conclusions de sa thèse « Collections et collectionneurs de livres en France et principalement à Paris au XVIIIe siècle ».

Yann Sordet, conservateur-stagiaire à l’ENSSIB, a jeté les bases d’un premier corpus de catalogues de ventes conservés en région Rhône-Alpes, à partir de repérages faits dans les bibliothèques de Lyon et de Grenoble.

L’intervention d’Otto Lankhorst, de la bibliothèque de l’université de Nimègue, qui a collaboré à la réalisation d’une base de données de catalogues de ventes néerlandais, Book Sales Catalogues of the Dutch Republic, 1599-1800, a permis d’élargir les perspectives. La présentation d’un projet de ce type, déjà très abouti, nous a autorisés à envisager plus concrètement la création d’une telle base en France. L’expérience néerlandaise a permis la réalisation d’un cédérom (diffusé par IDC Publishers), qui donne accès à 3 550 catalogues de ventes. Catherine Volpilhac-Auger a présenté l’intérêt d’aller plus loin dans les recherches, et d’étudier le contenu des bibliothèques privées, afin d’obtenir des données précises sur la diffusion de certains textes.

Les participants à cette journée ont décidé d’engager une phase préliminaire de recherches. Une prochaine réunion est prévue à la fin du mois de septembre 1998 pour faire le point sur l’avancée des travaux.