entête
entête

Daniel Confland

Économie de l'information spécialisée

valeur, usages professionnels, marchés

Paris : adbs Éd., 1997. 347 p. ; 24 cm. (Sciences de l'information : Études et techniques). isbn 2-901046-99-1 issn 1160-2376 300 F

par Jean-Michel Salaün

L'intérêt du livre de Daniel Confland est d'abord de donner une synthèse des études économiques sur l'information spécialisée en 1997. Le lecteur y trouvera ou retrouvera la présentation des travaux des principaux auteurs français, ainsi que ceux de plusieurs auteurs américains du même domaine, économistes, gestionnaires ou professionnels. De plus, la position de l'auteur, haut fonctionnaire au ministère de l'Enseignement supérieur chargé de ces questions, permet d'avoir accès aux résultats de nombreuses enquêtes sur l'information dans les entreprises qu'il met en perspective. Cette synthèse sera d'autant plus utile au lecteur français que bien des travaux sur le sujet restent sous forme de rapports plus ou moins confidentiels, ou d'articles dispersés ou en langue anglaise.

Concepts et définitions

Le livre est divisé en quatre parties. La première, puisant autant dans les travaux académiques que dans des travaux de conseils, vise à poser les concepts et les définitions. Les différentes typologies de l'information sont passées en revue, ainsi que plusieurs analyses. La présentation est heureuse, mais elle fait ressortir une diversité d'approches qui peut rendre le lecteur perplexe. La limite de l'exercice est justement soulignée par l'auteur : « Quel qu'en soit le sujet, les études consacrées à l'économie de l'information sont beaucoup trop fragmentaires et parcellaires pour qu'on puisse construire à partir d'elles un cadre de référence indiscutable ». Ce genre de mise en garde ponctue l'ouvrage qui se présente plus comme un dossier que comme une démonstration, même s'il a pour origine une thèse universitaire.

Sciences de la gestion

Les deuxième et troisième parties, intitulées Informer l'économie et La résistible ascension de l'information spécialisée (!), relèvent des sciences de la gestion. Elles analysent les relations, souvent paradoxales, entre information, décision, veille, stratégie, recherche/développement. La dernière partie traite du marché de l'information spécialisée, elle pointe des activités à la croissance fulgurante et les encore nombreuses incertitudes. On peut s'interroger ici sur la quasi-absence des questions juridico-économiques.

Nous sommes loin des discours assurés d'il y a quelques années. L'auteur fait le constat, chiffres et exemples à l'appui, de l'omniprésence d'une économie de l'information spécialisée, et souligne à chaque page la difficulté de l'analyse. D'une grande lucidité, ce livre sera donc tout à fait utile aux lecteurs concernés par les rapports entre information et entreprise. On peut néanmoins regretter sa présentation : un manuel, ou même une mini-encyclopédie, aurait été d'un abord plus simple et plus digeste qu'un texte qui n'a pas vraiment pris de recul stylistique par rapport à son origine académique. Et il y manque au minimum un index.