entête
entête

Editorial

Martine Poulain

Les vingt dernières années ont été celles d'une intense période de constructions de bibliothèques en France, tendance qui n'a fait que croître.

Cette fièvre de constructions a pris des formes variées : bâtiments modernes, réhabilitations de bâtiments anciens, réaménagement, accroissement. Le plus souvent, on a construit de nouveaux bâtiments, parfois intégrés dans des ensembles aux fonctions diverses. La situation et l'emplacement dans la ville de ces nouvelles médiathèques ont aussi été généralement pensés en fonction des nouveaux visages que l'on voulait donner à la cité ou des nouveaux tissus sociaux que l'on souhaitait voir s'y développer.

Les années soixante et soixante-dix voulaient fondre la bibliothèque dans la ville, l'immerger dans les quartiers, en faire un lieu de proximité ordinaire pour des pratiques que l'on espérait voir devenir ordinaires. Elles ne voulaient plus d'une bibliothèque cathédrale. Dans sa sacralité et sa monumentalité, elles voyaient l'un des obstacles à leur fréquentation par les non-croyants, entendez les non-lecteurs.

L'opinion aujourd'hui est différente. On prône au contraire une architecture forte, une architecture signe, porteuse des valeurs et des symboles que la cité veut afficher et faire partager -- souvent porteuse aussi de sa puissance et de son ego. On met aujourd'hui en avant la capacité d'attraction de ces grandes médiathèques, le brassage social qu'elles autorisent, la multiplicité des comportements et des pratiques qu'elles favorisent. Toutes ces conceptions sont ici présentées, discutées, chaque nouveau projet étant pour ses concepteurs une occasion de s'interroger sur le bien-fondé de ses désirs et de ses choix, sur l'exactitude de ses anticipations quant aux services et aux usages.

Il est vrai que la France n'a pas seulement construit des centaines de milliers de mètres carrés de bibliothèques, elle les a surtout soignés. L'une des spécificités françaises est bien la recherche de la qualité architecturale, manifeste dans de très nombreuses réalisations, grandes ou petites. Et c'est bien sûr une grande fierté pour les bibliothécaires français d'avoir vu, peu à peu, des architectes de talent s'intéresser de plus en plus à leurs bâtiments, et pour ce faire, réfléchir eux aussi à leurs missions, à leurs publics, à leurs fonctions, à leurs services. La période a vu des dialogues plus intenses, fructueux, entre ces regards différents que sont ceux des architectes, des bibliothécaires, des élus et administratifs, des consultants ou encore des usagers

Cette fièvre a bénéficié essentiellement aux bibliothèques publiques, et on ne peut une nouvelle fois que regretter que les bibliothèques universitaires, à quelques exceptions près auxquelles nous faisons la place qu'elles méritent, soient restées en retrait de ce mouvement, elles qui auraient dû au contraire en être les premières bénéficiaires. On ne répétera jamais assez à quel point une telle indifférence à la recherche et à l'éducation est coupable