entête
entête

Les Cd-rom de loisirs

Propositions pour une grille d'analyse

Céline Namy

Après avoir investi dans l’achat de CD-Rom de type documentaire, les bibliothèques commencent à acheter des titres de loisirs grand public, sur le thème de la musique, des arts plastiques et de l’histoire notamment. En France, un nombre croissant de médiathèques met des CD-Rom à la disposition du public : à Grenoble, Montpellier, Saint-Étienne, Valenciennes, et à Paris, la Bibliothèque publique d’information et la Médiathèque de la Cité des sciences et de l’industrie, etc.

Or, la mise à disposition de CD-Rom dans une bibliothèque soulève des problèmes spécifiques d’ordre technique et juridique, ainsi que d’autres liés au catalogage et à l’analyse des documents multimédias. Plusieurs questions se posent. Comment mettre en réseau les CD-Rom ? Faut-il demander une autorisation pour la libre consultation des titres dans une bibliothèque, et, si oui, à qui ? Comment appréhender l’ensemble d’un titre, sans oublier une seule entrée ? En effet, même si le titre étudié n’est pas un jeu de labyrinthe, les scénarios des CD-Rom sont généralement construits pour que l’utilisateur fasse une découverte progressive du programme.

L’une des raisons du succès des CD-Rom réside dans leur caractère séduisant et ludique, et dans la possibilité qu’ils offrent de cheminer par associations d’idées. Par l’intermédiaire de « nœuds » ou « boutons », l’utilisateur découvre l’univers de l’hypermédia. Il rebondit sur un mot ou une image. Ainsi, la relation homme-machine devient interactive : l’utilisateur choisit de multiples parcours de lecture, préalablement organisés par le concepteur du scénario. Mais, face à cette complexité, quels critères retenir pour juger du contenu d’un CD-Rom ? Ce type de document demande l’élaboration d’outils d’analyse adaptés : arborescence et grille d’analyse et d’évaluation.

A l’heure actuelle, il n’existe aucune grille d’analyse des CD-Rom de loisirs pour le grand public. Celle proposée ci-dessous doit permettre d’apprécier la richesse d’un CD-Rom : la variété et l’intérêt des informations, la pertinence de l’organisation, ainsi que la clarté et l’originalité des messages et de la mise en scène. Mais cette grille ne reprend pas les informations descriptives générales, qui seront contenues dans la notice de catalogage (titre, auteur, éditeur, matériel nécessaire, résumé, etc.).

Initialement réalisée pour le Centre d’information de musique et danse de la Cité de la musique, l’analyse qui va suivre insiste sur le contenu sonore et musical des CD-Rom, mais peut s’adapter, avec quelques aménagements, à l’étude de tous les titres de loisirs *.

Présentation générale

La présentation générale a pour but de définir le contenu du CD-Rom, ainsi que ses objectifs, notamment pédagogiques. Elle vise à déterminer le domaine de connaissance abordé, le public visé, le niveau de connaissance requis et à préciser si le titre est ludique ou pédagogique.

Si le CD-Rom présente un intérêt pédagogique, il est souhaitable de détailler le type d’approche proposée : ainsi, par exemple, pour un CD-Rom sur le thème de la musique, peut-on se demander s’il permet la découverte d’un ou de plusieurs instruments, du solfège, de différents styles de musiques, des artistes, etc. Cette partie doit être adaptée en fonction du domaine de connaissance.

La présentation générale devra contenir une description synthétique du contenu sous forme d’arborescence, accompagnée, si besoin est, de notes sur le contenu et d’une fiche sur les outils de navigation et leur utilité.

L’arborescence indiquera les titres des différentes parties du CD-Rom et proposera éventuellement un résumé. Pour certains CD-Rom, dont l’interface est avant tout axée sur l’image (et non le texte), on pourra présenter les différents décors et les zones actives et, pour ceux contenant un grand nombre d’informations, l’arborescence sera complétée par une fiche de notes sur le contenu. Enfin, pour garder la trace des outils de navigation, une fiche recensera les zones actives, les fonctions de la barre de menu, etc. Toutes ces indications sont parfois données dans la documentation accompagnant le CD-Rom. Lorsque ce n’est pas le cas, il sera utile de faire des copies d’écrans.

Richesse du contenu

La deuxième partie de l’analyse devra montrer la richesse du contenu du CD-Rom.

Quand il s’agit de textes, on peut relever la présence de certains documents particulièrement intéressants, noter leur diversité, et réfléchir sur leur lisibilité. Pour la musique, l’intérêt est de savoir si les œuvres sont proposées dans leur intégralité, quelle est leur interprétation et si les extraits musicaux sont nombreux et variés. Il est également important de juger de la qualité de l’animation sonore – bruitages, textes lus, etc. – et de savoir, d’un point de vue plus pratique, s’il est possible de composer ou de mixer une musique et des rythmes. En ce qui concerne les images – fixes et animées –, on peut noter la diversité des documents proposés, et s’intéresser à la technique : s’agit-il, par exemple, de dessin, de peinture, ou de technique de morphing ? On peut aussi s’interroger sur la taille – s’agit-il de vignettes ou du plein écran ? – et sur la qualité des images.

Le dernier chapitre de cette partie devra permettre de faire des remarques générales sur la richesse et l’opportunité des associations entre les textes, les sons et les images. Le documentaliste pourra aussi se demander si la musique et les images sont utilisées comme des illustrations pour agrémenter l’ensemble, ou si elles viennent véritablement en contrepoint du texte, ou encore s’il y a une véritable réflexion sur les relations textes-sons-images, si les associations sont justifiées et si elles génèrent des idées pertinentes.

Ergonomie

L’étude de l’ergonomie commence par celle de l’écran d’accueil, qui est, en effet, un élément essentiel du CD-Rom : il donne le « ton » du titre, annonce le contenu, doit séduire l’utilisateur et l’encourager à continuer. L’écran d’accueil indique aussi si la présentation du CD-Rom est faite sous forme de texte ou graphiquement, ainsi que son degré de clarté.

On se posera ensuite les questions du déplacement dans le programme. Utilise-t-on la souris ou le clavier ? Quelles formes prennent les « boutons » – images, symboles, liens hypertextes – et les messages d’aide – texte, son ou image ? A quel moment peut-on interroger ces derniers ? Est-il possible d’enregistrer le parcours effectué, de faire des impressions et copies d’écrans, de retourner au sommaire et d’interrompre le programme à tout moment ? En bref, on s’interrogera sur la maniabilité du CD-ROM.

L’analyse du titre s’achèvera par une rapide étude des jeux proposés, qui généralement permettent de réviser les connaissances, et par une appréciation sur l’ensemble du programme.

Mars 1996

Illustration
Analyse du CD-Rom : les instruments de musique

Illustration
Analyse du CD-Rom : Bee et Bop

Illustration
Grille d'analyse (1/2)

Illustration
Grille d'analyse (2/2)

  1.  (retour)↑  Céline NAMY, cd-rom et centres de documentation. La mise à disposition des cd-rom à la Cité de la Musique : étude technique et juridique, questions d’analyse et de catalogage, Paris, Institut d’études politiques (DESS Information et documentation), 1995.