entête
entête

Patrimoine des bibliothèques de France

un guide des régions. 9. Haute-Normandie, Basse-Normandie

Paris : Payot, 1995. - 10 vol. + un index : ill. en noir et en couleurs ; 24 cm.- 191 p. ISBN 2-228-88972-5. 150 F

par Agnès Marcetteau-Paul

Le neuvième volume du Patrimoine des bibliothèques de France est consacré, dans l'unité de l'ancienne province soulignée par Michel Nortier dans sa préface, à la Haute et la Basse-Normandie. Dans son unicité même puisqu'elle n'est soumise, privilège rare dans la collection, à aucun regroupement plus ou moins arbitraire.

Grandes collections de la Normandie ducale

De Rouen à Avranches et à Alençon, les fonds hérités des grandes abbayes de la Normandie ducale constituent, malgré les pertes et les disparitions subies, la première richesse des vingt-neuf bibliothèques municipales présentées dans l'ouvrage 1

L'âge d'or de cet art, autour de 1100, a laissé à Rouen les grandes bibles de Fécamp. La « diversité exceptionnelle du fonds d'étude » du Mont-Saint-Michel, aujourd'hui conservé à Avranches, témoigne de la vitalité d'un des « ateliers les plus féconds de la France et de l'Europe romanes ». L'on ne peut en effet se lasser ni des grandes lettrines habitées, ornées d'entrelacs et d'acanthes, mises au point par un scriptorium qui fonctionne alors comme un véritable laboratoire, ni des belles et nombreuses représentations de saint Augustin.

Les abbayes de Saint-Evroult à Alençon, et de Lyre à Evreux, y ont également laissé de prestigieuses collections. Mais, en Normandie, on ne saurait parler livre médiéval sans s'arrêter sur la Tapisserie de la reine Mathilde, considérée comme un manuscrit brodé, et à ce titre premier manuscrit inscrit à l'inventaire de la bibliothèque municipale de Bayeux. Cette oeuvre unique et inégalée, aussi riche historiquement que plastiquement belle, justement renommée et abondamment étudiée, aurait d'ailleurs sans doute mérité mieux que la rapide mention qui en est faite.

Fonds encyclopédiques et spécialisés

Sur cette riche base médiévale, des bibliothèques d'intérêt encyclopédique et local se sont régulièrement développées en Normandie, avant et après la Révolution, grâce à des initiatives publiques ou privées. Les événements se déroulèrent suivant le modèle français habituel, qui fait entre autres que les anciennes collections du Bec-Hellouin sont aujourd'hui conservées dans les bibliothèques bénéficiaires des confiscations révolutionnaires, tandis que la communauté qui réinvestit les bâtiments en 1948 a développé un nouveau fonds. Parallèlement, furent créées les bibliothèques spécialisées de la Société nationale des sciences naturelles et mathématiques de Cherbourg et des muséums du Havre et de Rouen, tandis que la postérité littéraire de Gustave Flaubert se retrouvait dans les donations faites à Canteleu et à Rouen. En 1980 enfin, s'installait à Rouen le musée national de l'Education.

Destructions et reconstructions

Le XXe siècle et ses conflits frappèrent en outre cruellement les bibliothèques normandes.

Dans la nuit du 6 au 7 juin 1944, un incendie détruisit totalement celle de Saint-Lô. Un fonds patrimonial fut progressivement reconstitué et bénéficia en particulier des legs Octave Feuillet et Roger-Ferdinand, tous deux originaires de la ville. Le fonds local fait en outre l'objet d'un traitement documentaire dynamique. Une même politique volontariste a été mise en oeuvre à Caen, où seuls les fonds les plus précieux avaient été mis à l'abri des bombardements de juillet 1944. Fidèles au dessein de la bibliothèque de « soutenir les progrès des sciences et des arts » lors de sa création en 1790, les conservateurs ont progressivement reconstitué avec intelligence et méthode des fonds d'étude et de recherche représentatifs de « la vie intellectuelle de Caen et de la Basse-Normandie ».

  1.  (retour)↑  Huit autres établissements y figurent : une bibliothèque universitaire (Caen), deux muséums (Rouen et Le Havre) et la bibliothèque de la Société nationale des sciences naturelles et mathématiques de Cherbourg, deux bibliothèques confessionnelles (diocèse de Coutances et abbaye du Bec-Hellouin), la bibliothèque de Flaubert à Canteleu et celle du musée national de l'Education à Rouen.