entête
entête

Patrimoine des bibliothèques de France

un guide des régions. 2. Nord-Pas-de-Calais, Picardie

Paris : Payot, 1995. - 10 vol. + un index : ill. en noir et en couleurs ; 24 cm- 207 p. ISBN 2-228-88965-2. 150 F

par Agnès Marcetteau-Paul

Le Nord, département français le plus peuplé, est également celui qui compte le plus grand nombre de bibliothèques municipales classées. Le même rang est d'ailleurs tenu par la région qui l'englobe, le Nord-Pas-de-Calais.

Trésors médiévaux

Cette première place tient sans doute d'abord à la richesse des fonds médiévaux qui, le même phénomène pouvant s'observer en Picardie, constituent encore le premier fleuron des vingt-huit bibliothèques, majoritairement municipales, présentées dans ce deuxième volume du Patrimoine des bibliothèques de France 1.

A Valenciennes, on s'enorgueillit des trois cents manuscrits hérités de l'abbaye de Saint-Amand, à commencer par la Cantilène de Sainte-Eulalie, premier poème de langue française. L'abbaye royale de Corbie constitue le noyau des collections de la bibliothèque municipale d'Amiens. A Noyon, où l'ancienne librairie des chanoines construite en 1506 abrite toujours les fonds anciens de la bibliothèque, l'Evangéliaire de Morienval, l'un des plus célèbres manuscrits carolingiens, est remarquable par sa décoration comme par sa reliure ornée de plaques d'ivoire.

Parmi ces collections médiévales, les oeuvres carolingiennes et romanes brillent d'un éclat particulier : l'élégante écriture caroline, les entrelacs et arcatures reposant sur des colonnes marbrées à chapiteaux d'inspiration byzantine, les vélins pourpres, la décoration somptueuse à l'or et à l'argent, la simple et majestueuse peinture romane enfin imposent, loin du maniérisme que n'évita pas toujours la fin du Moyen Age, leur force et leur splendeur.

A ces fonds ecclésiastiques devenus « réalité communale et publique », il faut adjoindre la collection princière de Chantilly. Les rédacteurs de la notice rappellent d'ailleurs opportunément que le « manuscrit le plus connu de la bibliothèque du musée Condé, Les très riches heures du duc de Berry (...) ne doit pas cacher l'extraordinaire richesse des oeuvres rassemblées par ce collectionneur hors pair », et donnent ainsi à admirer les non moins belles Heures d'Étienne Chevalier, chef-d'oeuvre de la peinture du XVe siècle inspiré à Jean Fouquet par les innovations de la peinture italienne.

D'une image l'autre

Les fonds encyclopédiques, spécialisés et locaux se développèrent ensuite dans les régions du Nord comme ailleurs en France, permettant « de suivre toutes les étapes de l'histoire du livre du XVIe au XXe siècle » ou de retrouver Coquelin-Cadet et Sainte-Beuve, l'abbé Prévost 2 ou Gérard de Nerval, enfants de Boulogne, d'Hesdin et de Senlis. Mais ne retiendra-t-on pas tout autant, sinon plus, la constante richesse iconographique de ces collections septentrionales ? La bibliothèque municipale de Cambrai fait ainsi justement figurer, à côté du Sacramentaire d'Hildoard, la beauté vibrante de la lumière captée par la mosaïque finement irrégulière des plaques autochromes du fonds Marionez. Celle de Roubaix restitue l'art des nombreux théâtres de marionnettes roubaisiens : faut-il insister, comme le fait Bernard Grelle, sur le caractère atypique des fonds d'une bibliothèque de fondation et constitution récentes, ou au contraire voir, à travers ses différentes expressions, la pérennité d'une culture créative productrice d'un patrimoine sans cesse renouvelé ?.

  1.  (retour)↑  Les vingt-huit établissements décrits se répartissent de la façon suivante : vingt-trois bibliothèques municipales, deux bibliothèques de musées (musée Condé à Chantilly et musée Jean de La Fontaine à Château-Thierry), deux bibliothèques confessionnelles (bibliothèque des Fontaines à Chantilly et Institut catholique de Lille), une bibliothèque universitaire (Université de Lille III).
  2.  (retour)↑  Qu'il faut malheureusement compter parmi les trop nombreuses lacunes de l'index.