entête
entête

Roger Devauchelle

La Reliure

recherches historiques, techniques et bibliographiques sur la reliure française

Préf. par Albert Labarre. Paris : Filigranes, 1995.- 319 p. : ill. en noir et en coul. ; 33 cm. ISBN 2-911071-00-X 550 F

par Philippe Hoch

Historiens du livre et bibliophiles connaissent de longue date les travaux de Roger Devauchelle (1915-1993). Le talent de ce maître relieur-doreur a été couronné par de nombreuses distinctions et il jouissait à l'étranger d'une forte réputation, en raison non seulement des livres reliés par ses soins, mais aussi des investigations qu'il mena sur l'histoire et la technique de ce métier d'art auquel il avait voué son existence 1.

L'âge d'or

En un chapitre introductif indispensable, Roger Devauchelle rappelle quels furent « les ancêtres du livre relié » (rouleaux de papyrus, de parchemin, codex...). La période médiévale fait l'objet de belles pages, ornées de graphiques, qui mettent en lumière les procédés en usage dans les ateliers monastiques et laïques. L'inévitable aridité des exposés techniques est compensée par l'évocation animée de la vie des artisans et, surtout, de leurs corporations. Quant au XVIe siècle, il est présenté par l'auteur comme « l'âge d'or de la reliure française ». L'accent est placé sur le rôle majeur que jouèrent les grands bibliophiles - au premier rang desquels figuraient Jean Grolier et Thomas Mahieu - ou encore un souverain tel que Henri II, à l'avènement duquel « s'ouvrit une nouvelle, et peut-être une des plus belles périodes du métier de relieur-doreur ».

L'étude du XVIIe siècle vaut au lecteur des développements portant, entre autres sujets, sur le papier marbré, originaire de Turquie et introduit en Europe vers 1600, ou sur la reliure en vélin dite « à la hollandaise ». S'agissant des styles, Roger Devauchelle rappelle que les reliures communément appelées « à la Du Seuil » reçoivent improprement cette dénomination si répandue (il s'agit, en fait, de reliures à double encadrement). Durant les premières années du XVIIIe siècle, les artisans sont confrontés à de nombreuses difficultés : « Par manque de crédit, le décor sombre des reliures correspondait, sans le vouloir, au rigorisme préconisé par les Jansénistes de Port-Royal ». Quel changement sous la Régence ! « Jamais, sans aucun doute, le métier de relieur ne fut plus honoré et plus lucratif que pendant ces décennies car la bibliomanie avait alors atteint son apogée ». Du Seuil, les Padeloup, Dubuisson ou Derome sont quelques-unes des grandes figures qu'étudie l'auteur.

Les sarcasmes de Nodier

Roger Devauchelle consacre de longs développements au XIXe siècle, à l'égard duquel il montre, comme le note Albert Labarre, « une certaine prédilection ». L'époque fut en effet riche en bouleversements techniques et esthétiques qui affectèrent l'ensemble des techniques de fabrication et d'ornementation du livre. Bien des innovations introduites alors ne furent cependant pas du goût des bibliophiles ; ainsi, Nodier se gaussait-il des « reliures à la cathédrale » qui eurent tant de succès. Mais le XIXe siècle, ce fut aussi Marius Michel, Trautz ou Lortic... Les dernières pages du livre, concises, se rapportent à la première moitié du XXe siècle, dominée par la personnalité de Pierre Legrain en qui Roger Devauchelle voit « le premier grand décorateur de reliure », qui ne fût point relieur lui-même.

Il convient de souligner, pour finir, la grande tenue de la publication. Riche en informations et en aperçus de toutes sortes, le livre de Roger Devauchelle a cependant été allégé de tout l'appareil d'érudition que comporte obligatoirement une thèse de doctorat, à l'exception de trois précieux index (relieurs, doreurs, personnes diverses) et d'une copieuse bibliographie mise à jour ; la lecture en est ainsi rendue fort agréable. Agrément que renforcent le nombre et la qualité des reproductions, en noir et blanc et surtout en couleurs, la sobre élégance de la maquette et le soin minutieux apporté aux moindres détails. Un bel ouvrage, le premier des Editions Filigrane, qui augure fort bien de l'avenir de cette nouvelle maison au service du livre, de son art et de son histoire.

  1.  (retour)↑  Entre 1959 et 1961, parurent les trois épais volumes sur La Reliure en France de ses origines à nos jours. Richement illustré et tiré à 900 exemplaires seulement, l'ouvrage est aujourd'hui fort recherché. Complétées et mises à jour, les recherches de Roger Devauchelle furent présentées sous la forme d'une thèse, soutenue en Sorbonne en 1985. Elle valut à son auteur, alors septuagénaire, le titre de docteur ès-lettres. Ce dernier état des travaux du maître-relieur a fourni la matière du bel ouvrage posthume que publient aujourd'hui les éditions Filigranes dirigées par Pascal Fulacher. Seul un praticien, doublé d'un chercheur rompu aux méthodes de la recherche universitaire, pouvait proposer une oeuvre constituant « à la fois un manuel technique et une histoire de l'art de la reliure », comme le souligne dans sa préface Albert Labarre, membre du jury de thèse de l'auteur.