entête
entête

Nic Diament

Dictionnaire des écrivains français pour la jeunesse

1914-1991

préf. de Geneviève Patte
Paris : L'Ecole des loisirs, 1993. -783 p. ill. ; 24 cm.
ISBN 2-211-07125-2 : 780 F

par Jean-Pierre Brèthes

Depuis le Dictionnaire des écrivains pour la jeunesse (Seghers, 1969, publié sous l'égide de la section française de l'Union internationale du livre pour la jeunesse), nous ne disposions plus en France de véritable répertoire des écrivains pour la jeunesse. D'ailleurs, on n'imaginait pas que quelqu'un puisse se lancer dans la rédaction d'un tel dictionnaire ; une équipe peut-être (celle de la Joie par les livres ?), mais un seul individu ! Eh bien, il faut se rendre à l'évidence, même si Nic Diament a bénéficié de conseils éclairés et de concours divers, son Dictionnaire des écrivains français pour la jeunesse : 1914-1991 se présente, fort de son nombre de pages imposant et de ses deux colonnes, comme une de ces oeuvres colossales, relativement courantes au XIXe siècle, mais rares aujourd'hui, où un individu brasse une moisson énorme d'informations pour les restituer sous la forme d'un dictionnaire au long cours, et pourtant parfaitement maîtrisé 1.

Romanciers et conteurs

Bien entendu, compte tenu de l'abondance de la production éditoriale pour la jeunesse 2 et du grand nombre d'auteurs publiés, une sélection s'est imposée, dont l'ambition a été de « présenter un ensemble représentatif des écoles, des idéologies, des modes d'écriture qui ont traversé la littérature pour la jeunesse du XXe siècle ». Le choix s'est par ailleurs porté sur les romanciers et conteurs, et a exclu les auteurs-illustrateurs (ex. : Jean de Brunhoff), les auteurs exclusifs d'albums, de documentaires ou de bandes dessinées. Parmi les auteurs de contes et romanciers, ont été retenus ceux recommandés par les prescripteurs, ainsi que ceux ayant obtenu des prix littéraires pour la jeunesse, ou d'autres représentatifs d'un courant (scout, comme Claude Appell, Serge Dalens, Jean-Louis Foncine, Guy de Larigaudie, catholique, comme Alix La Chapelle d'Apchier, Marie-Antoinette de Miollis, S.L. Prévost, communiste, comme Paul Vaillant-Couturier, ou protestant, comme Lucie Rauzier-Fontaine, Jacqueline Dumesnil). Nic Diament a retenu également ceux dont la notoriété a été exceptionnelle par leur fécondité ou leurs chiffres de ventes, en dépit d'une qualité contestable (ex. : Georges Chaulet ou Marcelle Vérité). Enfin, les auteurs d'ouvrages théoriques sur la littérature de jeunesse ont été sélectionnés si par ailleurs ils ont écrit aussi des livres d'imagination destinés aux jeunes 3.

C'est la collection de la Bibliothèque de l'Heure joyeuse qui a servi de base de recensement des écrivains, le choix définitif ayant été opéré à partir des sélections et guides de lecture publiés de 1934 à 1985 : un corpus de 450 noms en a été tiré, dont une centaine a finalement été éliminée, pour insuffisance de renseignements concernant l'auteur, et dans la mesure où l'intérêt de leur œuvre restait minime. Car ce dictionnaire n'est pas seulement un dictionnaire bibliographique, mais aussi, et c'est là toute son originalité, un dictionnaire biographique et critique.

Une multitude d'auteurs

Chaque notice comprend donc d'abord un aperçu sur la vie personnelle et professionnelle de l'écrivain (sauf une dizaine qui, vivants, ont préféré qu'on ne dise rien sur leur compte, ou décédés, au sujet de qui Nic Diament n'a rien pu trouver). La notice se complète par une rubrique « témoignages » sur l'auteur, d'éventuelles références pour une recherche plus poussée, et se termine par la liste exhaustive de ses œuvres pour la jeunesse publiées, classées chronologiquement, avec des dates de rééditions quand il y a lieu. Ces listes ont été tirées des bibliographies rétrospectives françaises : le Catalogue général de la librairie française (Lorenz) jusqu'en 1925, Les livres de l'année, de 1922 à 1970, Biblio de 1934 à 1970, Les livres de l'année-Biblio de 1971 à 1979, Un an de nouveautés à partir de 1980, les cumulatifs de La Librairie française de 1933 à 1975, le tout vérifié dans les fichiers de la Bibliothèque nationale, le CD-Rom BN-Opale ou Electre.

Les renseignements biographiques ont été tirés du Centre de documentation de la Joie par les livres, de la Bibliothèque intemationale pour la jeunesse de Munich, de la bibliothèque spécialisée de La Chaux-de-Fonds (Suisse), des dictionnaires biographiques existants, d'articles de presse, des archives d'éditeurs et du questionnaire adressé par Nic Diament aux auteurs vivants ou à leurs descendants. Bien souvent, les renseignements fournis par les réponses au questionnaire ont servi de base et ces « autoportraits » apportent un éclairage intéressant sur le personnage et sur l'œuvre, et aussi sur l'idée qu'ils se font de la littérature pour les jeunes.

Un regard actuel

La notice critique nous a semblé pourtant autrement éclairante, parce que Nic Diament a lu réellement les auteurs en question, qu'elle porte un regard actuel sur leur œuvre, et rend ainsi la lecture de son dictionnaire attrayante, vivante. Elle ramène ainsi à la vie des auteurs à redécouvrir comme Etienne Cattin, Nicole Lesueur, Léone Mahler, Gabriel Maurière, Lina Roth (à condition qu'ils soient réédités !). Elle tire de l'oubli des titres qu'elle donne envie de lire 4.

Parmi les 350 auteurs finalement recensés, il y a 57 % d'hommes, ce qui ne confirme pas l'opinion générale d'une littérature pour enfants investie par les femmes. En particulier les auteurs les plus jeunes recensés (ceux nés après 1940), sont à 70 % des hommes ! Il est vrai qu'en moyenne, les hommes écrivent moins (43 % des femmes ont plus de 15 titres à leur actif, contre 3 % des hommes). La majorité sont des enseignants ou travaillent dans l'édition et les médias. Certains ont commencé à publier sur le tard (Jean Cazalbou, Georges Goetz, Hélène Hilpert, Louis Mirman, Joseph Le Poëzat-Guigner, par exemple).

On trouvera ici, parmi les auteurs spécifiquement pour la jeunesse, des noms connus de la littérature générale (Claude Aveline, Marcel Aymé, Henri Bosco, Maurice Carême, Blaise Cendrars, Maurice Druon, Georges Duhamel, René Fallet, Eugène Ionesco, François Mauriac, André Maurois, Jacques Prévert, Claude Roy, Saint-Exupéry, Michel Toumier). Beaucoup d'autres écrivains, qui ont eu leur heure de gloire, sont tombés dans l'oubli, fort justement semble-t-il, comme Magdeleine Du Genestoux, Paluel-Marmont, Marguerite Thiébold, Trilby. On découvre des curiosités, comme Denise Aubert, fille d'Emile Zola, ou des écrivains de théâtre, comme Lina Roth. Plusieurs noms d'auteurs cachent des pseudonymes collectifs (Claude Campagne, Diélette, Michel Grimaud, par exemple) ou masculins (pour des auteurs femmes). Certains pseudonymes sont savoureux (Népomucène Jonquille, etc.). Il y aura beaucoup à puiser dans ce dictionnaire, véritable travail de bénédictin, qui, lu avec attention, révélera certaines facettes de la littérature française de notre siècle, de ses idéologies diverses, de la place qu'y occupe l'enfant, et pas seulement en tant que lecteur. Le corpus est complété par trois index : auteurs et pseudonymes, titres, illustrateurs. Nic Diament nous offre ici un outil de travail qui devrait avoir sa place dans toutes les bibliothèques, aussi bien de lecture publique que d'études. Malheureusement, son prix (780 F) nous apparaît un handicap pour sa commercialisation.

  1.  (retour)↑  Pour trouver un tel équivalent récent dans le domaine littéraire, œuvre d'un seul individu également, il faudrait remonter à l'extraordinaire Encyclopédie de l'utopie, des voyages extraordinaires et de la science-fiction de Pierre Versins, parue à l'Age d'homme en 1972, et rééditée, augmentée en 1984. Faut-il souhaiter de même à Nic Diament une deuxième édition de son dictionnaire ?
  2.  (retour)↑  On est passé de 144 titres publiés en 1914 à 7 245 en 1990 (chiffres donnés p. 9).
  3.  (retour)↑  On trouvera entre autres Isabelle JAN, Marie-Thérèse LATZARUS, auteur de la première thèse française sur la littérature pour enfants, publiée en 1924, Mathilde LERISCHE, Marc SORIANO, curieux auteur de quelques romans à énigme du même style que ceux d'Enid BLYTON qu'il dénonçait, Jean de TRIGNON, etc.
  4.  (retour)↑  Comme Sept contes finnois, de Edmée ARMA, Un pâtre du canton, de Pierre BESSON, Pierrot cheveux rouges de Lucien BOISYVON, L'étrange famille de la Pampa, d'Aimée COLLONGES, Trois petits enfants bleus, de Geneviève FAUCONNIER, Isabelle et la porte jaune, de Nadine GRUNER, L'enfant sous les charmes, de Paule LAVERGNE, La maison dans le toumant, de Jeanne LOISY, C'est déjà midi, de Marianne MONESTIER, Le potier de Provence, d'Emile SOLARI, Sept soleils sur la neige, de Robert TELDY-NAIM. A quand une réédition ? Mais les enfants d'aujourd'hui se montreront-ils aussi intéressés par leur lecture qu'une professionnelle comme Nic DIAMENT ?