entête
entête

Fourth impact information day

proceedings, Frankfurt/Main, 6 Oct. 1993

organized by DG XIII-E
Luxembourg : Commission of the European communities, 1993. - 103 p. ; 30 cm.

par Christine Deschamps

Le programme Impact (Information Market Policy Actions) est un programme quadriennal (1991-1995) mis en place par l'Union européenne dans le cadre du 3e programme Cadre de recherche et développement. Il s'est vu attribuer un budget global de 64 millions d'écus pour améliorer l'accessibilité de l'information au niveau européen dans tous les secteurs possibles. Le document aujourd'hui étudié a été publié à la mi-parcours (6 octobre 1993), lors de la 45e foire du livre de Francfort, à l'occasion de l'ouverture d'un secteur spécialisé dans l'édition électronique.

Objectifs, bilans et projets

Comme tout exercice de ce type, le document commence par un rappel des objectifs du programme, ainsi qu'un bilan des réalisations, suivi par un choix de projets exemplaires retenus.

Les objectifs du programme suivaient quatre lignes d'action :
- des statistiques à la stratégie (création d'un observatoire du marché de l'information) ;
- les liens avec le monde réel (création d'un comité consultatif juridique) ;
- information, formation, normalisation (documentation sur l'existence de services électroniques d'information) ;
- approche en deux temps, par des initiatives stratégiques d'information multimédia innovantes, mais dans la continuité des traditions.

Le bilan décrit les principaux projets sélectionnés lors de l'appel à propositions, intitulé « Info Euro Access », dans le but de stimuler les initiatives d'ingénierie informatique cherchant à développer des stratégies pour le développement du marché de l'information. Le marché devait donc d'abord être clairement identifié, puis développé et élargi par de nouvelles techniques et de nouveaux savoir-faire, notamment dans le monde de l'édition. En effet, les atouts de l'Europe en ce domaine sont principalement dans la force de la tradition éditoriale, et dans l'existence d'extraordinaires gisements d'information. Le développement du marché de l'information passera donc par l'exploitation de ces atouts sur les nouveaux supports électroniques, de manière suffisamment conviviale, en supprimant les barrières de langage.

Les principaux projets décrits touchaient à des disciplines extrêmement diverses.
- IMM, le projet « Interactive Multi Media », diffuse de l'information sur l'art européen, sur une connaissance générale de l'Europe, y compris la santé.
- GIS « Geographical Information Systems » n'a aucune limite dans le choix des sujets : services d'urgence, planification des ressources, gestion des biens, tourisme, marketing, criminologie, finance, agriculture, transport, environnement, etc.
- Europe Live devra rassembler une série de disques interactifs multimédias sur des événements majeurs récents en Europe, porteurs de signification historique. Le premier disque publié s'intitule « Operation Gold », et est en fait un jeu de rôle sur l'espionnage à Berlin depuis la Seconde Guerre mondiale.
- HYPP est un système hyper-média de description des pathologies des plantes pour en assurer la protection ;
- Hazard est également un système multimédia de formation et d'information sur la gestion de la santé et de la sécurité sur les lieux de travail ;
- Edusex est une collection de produits modernes d'éducation en disque compact interactif pour les adolescents dans le domaine de l'éducation sexuelle, qui met l'accent sur la prévention du SIDA et des MST.

Ni analyse, ni synthèse, ni perspective

Cet ouvrage (peut-on vraiment parler d'un livre ?) se présente sous la forme de textes en format A4, tenus par deux agrafes, avec une couverture de papier à peine plus épais que les pages du texte lui-même. Il rend compte d'une journée, mais il n'y a aucune conclusion tirée des diverses présentations. Ni analyse des projets, ni synthèse globale, ni mise en perspective par rapport à d'autres programmes de la Commission (comme celui des bibliothèques par exemple). Ce document traite des sujets les plus divers, dont certains n'ont rien à voir avec la moindre activité documentaire. Il est en outre tout à fait ponctuel, et risque d'être dépassé extrêmement rapidement. Enfin, selon l'habitude des documents de travail européens, il est entièrement en anglais, quelles que soient les nationalités des partenaires. C'est un document que la Commission se doit de publier, mais ce n'est pas nécessairement pour autant un document qu'une bibliothèque française se doit d'acquérir...