entête
entête

Illettrisme

Michel Melot

Deuxième journée d'études sur l'illettrisme organisée à Sannois, le 18 octobre par « Bib Sud » (regroupement de l'Association des bibliothécaires français pour les bibliothèques publiques du sud du Val-d'Oise 1), après celle du Plessis-Robinson 2. Il s'agissait de confronter les expériences des bibliothèques agissant en milieux défavorisés. Après l'exposé de Jean Foucambert qui est toujours sceptique sur la pérennité des actions qui ne sont pas appuyées sur un besoin de lecture dans la vie quotidienne, familiale ou professionnelle, un débat s'est instauré sur l'évaluation de l'opération « Médiateurs du livre » menée par ATD-Quart Monde avec, entre autres, le ministère de la Culture et l'ABF.

Le principe de ce programme fournit le thème majeur de la journée : pour travailler en milieu défavorisé, les bibliothécaires sont souvent les plus mal placés et doivent recourir à des « médiateurs », soit d'organismes parallèles travaillant dans le secteur social ou associatif, soit spécialement formés. Pour les « médiateurs du livre », l'ABF et l'ISIS (Institut supérieur de l'insertion sociale) forment sur une longue période (deux ans) seize jeunes colporteurs d'ATD-Quart Monde pour toucher les publics exclus, y provoquer des pratiques de lecture et convaincre d'autres jeunes en difficulté. Si cette action est difficile à évaluer sur les douze sites où elles se déroule, elle est en tous cas bénéfique pour les « médiateurs » eux-mêmes qui se trouvent impliqués dans le processus de développement de la lecture.

D'autres expériences ont été longuement présentées et discutées : celles de Dunkerque, de Créteil, de Saint-Quentin-en-Yvelines, et d'Argenteuil, où le problème majeur est de créer des conditions d'accueil pour les jeunes non-lecteurs qui s'installent massivement dans la bibliothèque, lieu de refuge périscolaire et dont la demande urgente est l'aide aux devoirs de classe. La question est de savoir jusqu'où la bibliothèque doit agir en ce sens afin de ne pas entretenir de confusion entre « aide aux devoirs » et « soutien scolaire » (qui est du ressort des enseignants) et les modalités du recours nécessaire aux « médiateurs », ou agents volontairement non qualifiés, seuls aptes à être acceptés et à nouer le dialogue avec ce type d'usager « en devenir ».

  1.  (retour)↑  Renseignements : ABF, Groupe Ile-de-France, Bibliothèque départementale des Yvelines, Grande Ecurie du Roy, Place d'Armes, 78000 Versailles.
  2.  (retour)↑  Cf. Bulletin des bibliothèques de France, n° 3, 1993, p. 79-80.