entête
entête

Alain Jacquesson

L'Informatisation des bibliothèques

historique, stratégie et perspectives

Paris : Ed. du Cercle de la Librairie, 1992. - 283 p. ; 24 cm. - (Collection Bibliothèques)
ISBN 2-7654-0511-5 : 240 F.

par Corinne Verry-Jolivet

La littérature francophone sur le sujet est suffisamment rare pour que l'on apprécie la sortie de cet ouvrage remarquable, qui fait le point sur une question qui préoccupe tous les professionnels, engagés ou non dans l'informatisation de leur bibliothèque. Car il est autant un ouvrage pratique qu'un ouvrage de références, et une somme de connaissances actualisées sur les applications technologiques et les choix politiques qui s'opèrent dans le champ des bibliothèques au niveau mondial.

L'ouvrage est issu d'un cours que l'auteur a donné à l'ESID (Ecole supérieure d'information documentaire) de Genève, et traite à la fois des systèmes, des réseaux, des évolutions conceptuelles des formats et des technologies d'accès au document.

Une partie historique courte mais synthétique resitue la problématique dans une période d'émergence des techniques de traitement et d'accès à l'information bibliographique, qui remonte au début du siècle. Les premiers systèmes se sont attaqués au prêt des ouvrages, dont les premières tentatives de mécanisation remontent aux années 20 aux Etats-Unis. Puis les premiers essais informatiques ont apporté des facilités de stockage des informations et de structuration des données bibliographiques, jusqu'à l'apparition des formats, dont l'aboutissement fut le concept MARC, qui reste à la base de tous les développements récents des systèmes et des échanges de données.

Les fonctions à informatiser

L'étude des systèmes commence par une approche méthodologique : pourquoi informatiser, et comment préparer l'informatisation ? Questions auxquelles on ne peut répondre qu'en définissant parfaitement les objectifs : améliorer les services, maîtriser les coûts, réorganiser la bibliothèque, s'engager dans des coopérations. L'auteur souligne que l'informatique est le lien incontoumable de toute coopération effective entre bibliothèques, et que cette coopération comporte des avantages mais aussi des contraintes dont il faudra tenir compte dans les choix d'informatisation. La définition des objectifs doit être suivie par une phase d'étude (planification, étude des frais d'investissement), puis de sélection (appel d'offre, cahier des charges, comparaison des systèmes et choix adapté).

Les fonctions à informatiser sont étudiées très précisément au regard des évolutions récentes dans la conception des systèmes. On retiendra en particulier les progrès attendus dans la fonction de catalogage, avec les travaux sur les fichiers d'autorités et les transfert de données bibliographiques, dès lors que l'on s'achemine progressivement vers la disparition du catalogage original dans la plupart des bibliothèques. Des notations importantes sur le bulletinage mentionnent l'intérêt des systèmes conçus et diffusés par les sociétés de courtage de périodiques. Concernant les OPAC (Online Public Access Catalog), ou catalogues interactifs en ligne, les progrès viendront des systèmes sous WINDOWS (systèmes à fenêtres), des systèmes intelligents (Intelligent Catalog), et de l'amélioration des modes de dialogue permettant une meilleure « navigation » entre les différents fichiers ou références d'une base de données.

Le chapitre sur les normes bibliographiques est fondamental, car il décrit de façon exhaustive l'état d'avancement des différents formats et règles d'identification ou d'échanges de données. La partie concernant le format MARC est à retenir comme un excellent état de la question pour qui veut comprendre pourquoi et comment on en est arrivé à la prédominance du format UNIMARC, et quelles sont les limites, mais surtout les évolutions des formats MARC dans deux directions importantes : les relations entre notices, et les liens avec les fichiers d'autorité.

Les réseaux

Les réseaux de bibliothèques répondent à la nécessité qu'ont eue les bibliothèques de partager leurs ressources. Cette volonté de coopérer a eu son point culminant dans les années 70 avec la création des grands réseaux : OCLC, RLIN, UTLAS, WLN. L'emprise des réseaux américains ne va pas sans poser des problèmes de monopole sur la vie bibliothéconomique internationale. Mais ils savent aussi évoluer, en créant par exemple des outils souples de recherche (interface PRISM d'OCLC, interfaces Minitel, traitement des différents alphabets) ou des facilités de déchargement de notices (CD-ROM, réseaux locaux, traitement des données locales).

Même s'ils présentent de nombreux avantages, le principe même des réseaux semble actuellement un peu remis en cause, aussi bien d'un point de vue politique (ils pallient souvent l'absence de politiques nationales) que du point de vue des technologies, quelquefois lourdes et dépassées. Par ailleurs, la stricte fourniture de notices ou la rétroconversion des catalogues semblent gagner un secteur privé de plus en plus compétitif. On s'oriente enfin davantage vers l'interconnexion de systèmes, qui s'éloigne de la conception des réseaux en étoile d'il y 10 ou 20 ans. Le modèle OSI (Open Systems Interconnection), qui permet de diviser les procédures d'interconnexion des différents systèmes informatiques en 7 couches normalisées, offre des possibilités nouvelles, mais doit encore évoluer, lors même que l'on constate une prédominance de fait des protocoles TCP/IP (Transmission Control Protocol-Internet protocol), architecture de protocoles de communications entre réseaux.

Un contexte évolutif

Dans ce contexte très évolutif, le marché des systèmes pour bibliothèques prend son essor grâce à un abandon quasi unanime des systèmes propres. De même, la typologie des systèmes commerciaux fait ressortir une « quasi-disparition du marché des maisons qui fabriquent leur propre matériel ». Les différents systèmes existants sont donc à évaluer en fonction de paramètres nouveaux, comme l'ouverture vers d'autres systèmes (y compris des systèmes informatiques d'autres professions du livre), l'accès aux données extérieures (serveurs de grands réseaux, déchargement par CD-ROM, etc.), ou l'adaptation aux diverses possibilités de la micro-informatique. Enfin la notion d'intégration est à repenser : on constate que le mythe des systèmes complètement « intégrés » a vécu. Il fait place au concept d'« intégration de systèmes », qui suppose l'utilisation de réseaux informatiques locaux (du type Ethemet), qui se développent d'ailleurs de plus en plus.

Une fois le système choisi, reste la partie organisationnelle liée à l'installation et au démarrage du système. Sur ces points, l'auteur s'attarde peu, mais il est vrai que ces aspects sont assez largement traités dans la littérature professionnelle : préparation du site, mise en service - en tenant compte des engagements contractuels du fournisseur - formation du personnel, contrôles et évaluation des taux de pannes et des temps de réponse...

Un chapitre est cependant consacré aux problèmes spécifiques du catalogage rétrospecif. Différentes solutions sont passées en revue : resaisie directe des fiches de catalogues ou saisie par une société de service, achat et chargement de notices à partir de réseaux ou de réservoirs de notices (Bibliothèque nationale par exemple), achat de données sur CD-ROM.

L'accès au document primaire est un aspect souvent oublié lorsqu'on traite d'informatisation. L'auteur y consacre ici un chapitre, considérant qu'il représente l'aspect final de la recherche documentaire. La commande électronique de document est une pratique déjà éprouvée, qu'elle se fasse via une base de donnée, via une messagerie, ou à l'intérieur d'un réseau de bibliothèques. Quant à la livraison physique du document, elle peut se faire à partir de microformes, ou à partir d'un disque optique (du type ADONIS, qui contient en texte intégral des articles de périodiques médicaux numérisés) avec restitution par fax. Notons cependant que ces systèmes supposent des capacités de stockage non négligeables et parfois sous-estimées. La numérisation est souvent plus intéressante pour la préservation et la consultation de certains documents et leur restitution à distance, ou appliquée à des micro-domaines. Enfin la technologie particulière et encore expérimentale des magasins robotisés offre des perspectives intéressantes aux bibliothèques ayant un fort taux de sortie des documents, et permet des évaluations statistiques intéressantes.

Perspectives

L'auteur tente une conclusion en posant la question des perspectives offertes aux bibliothèques. L'évolution des technologies et des pratiques professionnelles est telle que ce que l'on entrevoit aujourd'hui va s'élargir encore dans un avenir proche : flux d'informations par les technologies de télécommunications, comme le RNIS (réseau numérique à intégration de services), intelligence artificielle, phénomène de redimensionnement des systèmes par l'implantation sur des plates-formes UNIX ou même des micro-ordinateurs. Enfin « l'avenir de l'informatisation des bibliothèques est aujourd'hui lié à la disponibilité des données bibliographiques (création et transfert) ». Pour le moment, les grands réseaux, bien qu'atteints de gigantisme, et fort coûteux, sont encore moteurs dans ce domaine et répondent globalement aux attentes des utilisateurs.

Tous les progrès devront concerner les moyens et les outils qui seront donnés à l'utilisateur pour accéder aux informations, pour naviguer facilement entre les bases d'information et pour transférer ces informations entre systèmes.

Il est impossible de rendre compte de toute la richesse du livre. On regrettera seulement l'absence de quelques outils autres que la liste des acronymes, par ailleurs très bien faite : index, table détaillée, liste ou typologie de systèmes, qui auraient permis une utilisation moins linéaire de l'ouvrage - qui se lit cependant très bien. Les références bibliographiques à la fin de chaque chapitre sont un peu hétérogènes et pas toujours récentes. Mais cela n'enlève rien à la grande qualité de cet ouvrage, qui va à l'encontre d'un certain nombre d'idées reçues sur l'informatisation des bibliothèques, en particulier sur les prétendues facilités qu'elle apporte, sur la panacée des réseaux, sur le soi-disant « conservatisme » de la profession... Il replace les problèmes dans le contexte de l'évolution très rapide des technologies, mais aussi des mentalités, et il a l'avantage de traiter réellement du problème des bibliothèques en tant qu'organismes à la fois gestionnaires et diffuseurs de données. Enfin il oppose toujours le point de vue des utilisateurs, et livre au total une mine de renseignements, témoin d'une connaissance parfaite d'un domaine difficile et passionnant.