entête
entête

Trésors de l'écrit

10 ans d'enrichissement du patrimoine écrit

Paris : Réunion des musées nationaux, 1991.-231 p. ; 31 cm. (Enjeux-culture)
ISBN : 2-711824500

par Anne-Marie Filiole

Troisième album de la collection, ce livre contient des trésors d'émotion. Chaque page, somptueuse et glacée, témoigne d'une trace écrite (manuscrit, incunable, imprimé, partition musicale ou estampe...) conservée d'un passé récent ou très lointain, bribe de vies publiques ou privées toute frémissante encore de mots et de talents divers, élan, prière, confession ou contrat, conseil, inspiration, rêverie...

D'étonnantes fraîcheurs

L'acte de vente d'une vigne en Ariège, datant de l'an 969, où l'occitan perce à peine sous le latin bâtard... Le manuscrit des Petites catéchèses calligraphié en 1075 par un moine du couvent de Stoudios (Constantinople), avec son parchemin tout moucheté de la cire des cierges qu'on allumait pour la lecture publique aux premières heures de l'aube... Des livres d'heures enluminés d'étonnantes fraîcheurs... La dernière édition des Essais de Montaigne publiée du vivant de l'auteur, « un livre de bonne foy, lecteur », saturé de corrections -3 000 - Montaigne n'en finissant jamais de réécrire... L'édition originale des Pensées de Pascal... Un manuscrit japonais semé d'or... Le testament de La Rochefoucauld (1653)... Une lettre du Marquis de Sade écrite à sa femme de prison (1780)... L'écriture fougueuse de Marat reprenant L'ami du peuple... Le contrat de mariage de Joséphine et Napoléon... Les Mémoires de Saint-Simon annotées par Stendhal... Un camet de dessins et de poèmes rempli par Victor Hugo lors de son exil à Guernesey... Ses dernières volontés : « Je repousse l'oraison de toutes les églises, je demande une prière à toutes les âmes. Je crois en Dieu » (31. 8. 1881)... Le manuscrit de L'lle mystérieuse, aux pages consciencieusement divisées en deux par Jules Verne, colonne de gauche : le texte, colonne de droite : ajouts et corrections... Le Journal de Léon Bloy... J'accuse, le manuscrit de Zola... Une des Stèles, biffée, de Victor Ségalen... Le Genitrix de Mauriac dans toutes ses ratures... La correspondance de 1930 à 1963 du « Charmant castor » et de son « Petit bien aimé » ...

Une saveur unique

Et tant d'autres... Tant de signatures prestigieuses, tant de vies qui s'élancent ou s'arrêtent dans les signes. Tant d'espoirs et d'angoisses, d'objets d'amour, de culte ou de violence... Et des dessins, des peintures, la maquette de travail du florilège des Amours de Ronsard illustré par Matisse, des croquis pour les décors du Soulier de satin, une eau-forte de Chagall illustrant Paulhan, un merveilleux Dubuffet, repris sur la couverture de ce même livre. Et des atlas, des cartes-portulans, Atlantiques et Méditerranées sortis des XVIe et XVIIe siècles, abondamment hérissés d'écueils maritimes. Des plans aquarellés aux couleurs toutes fondues, pour les tables d'orientation de nombreux sites. Offenbach, Fauré, Boulez et d'autres en partitions....

En tout, 180 documents du Xe au XXe siècle parmi les milliers acquis entre 1981 et 1990 dans nos bibliothèques (Nationale et classées) et nos archives (Nationales et départementales). Un texte en regard pour situer l'auteur et le temps, une notice sous la photographie pour indiquer la provenance (don, legs, dation, donation, achat), le support, l'acquéreur.

En annexe, un court lexique explique l'armorial et le portulan mais aussi les modes d'acquisition signalés dans l'ouvrage, et deux index mentionnent, sous leur région et département, les archives départementales et les bibliothèques municipales qui conservent ces documents. Sont également présentés les crédits alloués par le ministère de la Culture aux Archives nationales, à la Bibliothèque nationale et aux bibliothèques municipales pour ces acquisitions d'intérêt patrimonial, et un index auteurs.

Si les formes d'écriture immatérielles évoquées dans l'introduction par Pierre-Marc de Biasi (chercheur au CNRS) sont sur le point d'ouvrir un espace mondial au patrimoine, le plaisir de respirer un cuir, de savourer la pâleur d'une encre sur vélin, de s'enfoncer dans les couleurs du passé gardera toujours une saveur unique. « L'objet concret original est irremplaçable ».