entête
entête

Jean de Bonville

La Presse québécoise de 1884 à 1914

genèse d'un média de masse

Québec : Presses de l'Université Laval, 1988. - XI-416 p. : ill. ; 26 cm.
ISBN 2-7637-7136-X.

par Jean-Pierre Brèthes

On signalera (avec retard) la parution d'une belle étude de Jean de Bonville, La presse québécoise de 1884 à 1914, où est étudié le passage de la société pré-industrielle à la société moderne par le biais du premier média de masse : le journal d'informations.

Après avoir analysé l'évolution socio-économique du Québec à la fin du XIXe siècle (population, économie, transports, communications), Jean de Bonville détaille les caractéristiques de la presse québécoise : description quantitative, répartition géographique, distribution, chronologie. De 1884 à 1914, il note un double processus d'extention (un plus grand nombre de titres dans un plus grand nombre de villes et de régions) et de concentration (moins de feuilles dans chaque ville). Puis il décrit la modernisation rapide des entreprises de presse, avec ses rédacteurs et reporters, ses patrons, les changements techniques, le poids respectif des partis politiques et du clergé. Il analyse enfin le contenu et montre que la feuille traditionnelle, avant tout journal d'opinion, se transforme peu à peu en journal d'informations, du fait de la croissance des tirages et de la pénétration progressive de l'élite vers le peuple, mais aussi sous la pression de la publicité.

Cette étude remarquable (qui fut d'abord une thèse universitaire) est une contribution importante à l'histoire culturelle, sociale et économique des mass-médias. Elle montre que dans un pays neuf comme le Québec l'émergence de la grande presse s'est faite avec un léger décalage, mais plus rapidement que dans le vieux continent, et au fond dans des conditions semblables : le progrès technique s'est conjugué au développement de l'alphabétisation et des moyens de communication pour entraîner une soif d'informations devenue inextinguible.