entête
entête

Zeitschrift für Bibliothekswesen und Bibliographie

Jan-fév. 1991, n° 38. -Franckfurt am Main, Vittorio Kloslermann.
ISSN 0044-2380

par Jean Jouffret

En ce moment historique de la réunification, un article de Rolf Gabriel rend compte d'une enquête effectuée en mai et juin 1990 concernant le budget de 67 bibliothèques scientifiques d'Allemagne de l'Ouest.

Bien que les sommes engagées pour les acquisitions par ces bibliothèques, reliure comprise, soient passées de 168,6 à 194,9 millions de deutsche Mark, de 1988 à 1989, - soit une augmentation de 15,6 % -, il faut nuancer l'impression optimiste de ces chiffres : les budgets courants n'ont progressé en un an que de 4 % ; certaines bibliothèques ont un pouvoir d'achat inchangé ou même diminué. Les progressions les plus fortes (jusqu'à 40 %) concernent les bibliothèques nouvelles. Pour les autres établissements, la progression nominale est autour de 3 %, l'augmentation des dépenses constatée venant de crédits exceptionnels pouvant atteindre 20 ou 30 % du total. Or, certains crédits d'équipement, notamment ceux attribués par la loi fédérale d'équipement universitaire, sont en baisse globale pour l'exercice 1990.

Un pourcentage excessif, de 40,9 à 83,6 %, est constitué de frais fixes, périodiques et suites. Cela a conduit certaines bibliothèques à réduire leurs abonnements, les crédits ne suivant pas les hausses, surtout en sciences naturelles, médecine ou ingénierie. Si on ajoute les frais de reliure, on peut considérer que le pouvoir d'achat de monographies est menacé, ainsi que les acquisitions rétrospectives qui ne comblent pas les lacunes des fonds anciens, et il faut aussi faire face à une offre croissante d'autres supports, microformes, CD-ROM, disquettes. Par contre, on a constitué d'importantes collections de manuels sur des crédits exceptionnels qu'on ne retrouvera pas forcément à l'avenir. Enfin, les crédits de restauration sont insuffisants.

Le contexte actuel est caractérisé par trois faits :
- expansion de la production documentaire, évaluée entre 3 et 5 % par an, avec une forte croissance de la littérature « grise » et des nouveaux supports ;
- augmentation des prix, variable selon les pays, la moyenne annuelle se situant entre 6,5 et 9,5 % par an pour la période 1985-1989, et entre 10,5 et 12,8 % pour les périodiques scientifiques américains ;
- variation des taux de change, particulièrement de la livre et du dollar, dont la baisse a freiné temporairement l'érosion du pouvoir d'achat.

Au total, le pouvoir d'achat est en cours d'érosion rampante, surtout pour la recherche. Les bibliothèques scientifiques allemandes elles aussi devront mener une recherche approfondie sur leur politique d'acquisitions, même si les crédits dont elles disposent - 10 millions de francs en moyenne par bibliothèque - peuvent encore faire rêver les bibliothécaires français.